Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 17:38
Samedi 9 janvier 2010
Rassemblement des travailleurs sans-papiers le 12 janvier au Panthéon

Un communiqué de l'UD de Paris appelle à un rassemblement des travailleurs sans-papiers jeudi prochain (voir ci-dessous).
[On notera également l'appel au rassemblement à Marseille, le 15 janvier, à l'occasion de la venue de Besson]
Sans rentrer dans une nouvelle polémique qui fait un peu rengaine, deux remarques :

PuceDrpRg.gifLe titre de l'appel est : "Les travailleurs(euses) sans-papiers sont intégrés à l'économie nationale".
Depuis l'origine, c'est l'argument essentiel de la confédération, Francine Blanche l'avançait dès le mouvement du 15 avril 2008. Que dire à nouveau sinon que c'est porter un mot d'ordre syndical en partant du point de vue de classe de la bourgeoisie, de l'impérialisme, de l'économie nationale ? Que les syndicalistes de classe, au contraire, portent les mots d'ordre du point de vue des intérêts ouvriers et rien d'autre, de l'unité de la classe pour renforcer notre camp, et que cela aboutit à des mots d'ordre comme "Régularisation sans condition de tous les sans-papiers !", "Circulaire ou pas, régularisation !" ou "Libre circulation de tous les travailleurs !" La confédération CGT est totalement insérée dans le capitalisme, dans la seule perspective illusoire de sa réforme. On ne peut mélanger l'eau et le feu, imaginer une seule seconde une entente entre exploiteurs et exploités...
L'UD de Paris, présentée par certains comme oppositionnelle (?) montre ainsi qu'elle partage à 100% les orientations réformistes de la confédération.

PuceDrpRg.gifL'appel prétend que "Les Travailleurs (euses) Sans Papiers  sont en mouvement pour obtenir une circulaire de régularisation avec des  critères améliorés, simplifiés, objectifs, et qui s'appliquent sans  discrimination." Ceci est absolument FAUX. Les travailleurs et travailleuses sans-papiers sont en mouvement pour des papiers pour tous, quelle qu'en soit la manière. L'idée de la circulaire (d'ailleurs arrivée par ailleurs...) ce sont les organisations réformistes qui l'ont avancée ! Il suffit de discuter cinq minutes (et encore, même pas !) avec les camarades pour pouvoir en être convaincus : ils veulent pouvoir travailler et vivre ici, en France, sans avoir la peur permanente de l'arrestation et de l'expulsion. Et si cela passe par des papiers, ils veulent des papiers, point barre. La circulaire, c'est du baratin réformiste qui tente désespéremment de trouver une "faille" dans la gestion de l'impérialisme, qui sème l'illusion qu'on peut l'améliorer par un texte de loi... Besson a habilement surfé sur cette demande pour envoyer les réformistes dans le mur. Aujourd'hui, ils inventent une nouvelle contorsion et se tournent vers le Ministère du Travail et Xavier Bertrand. Mais ils auront la même réponse : l'appareil d'Etat, c'est à dire la présidence, les ministères, les administrations, les préfectures etc. sont là pour mettre en oeuvre le pouvoir de la classe dominante, rien d'autre...

Nous ne partageons donc absolument pas le contenu de cet appel.
Cela dit, les appels à rassemblement et manifestations, tous grévistes réunis, sont trop rares pour être méprisés.
Participons massivement à ce rassemblement avec nos mots d'ordres et panneaux !

Circulaire ou pas, régularisation !
Régularisation sans condition de tous les sans-papiers !
Libre circulation !
La classe ouvrière est internationale, la classe ouvrière est multinationale !

UD75SSPP1201UD CGT  PARIS - COMMUNIQUE 

Les Travailleurs (euses) Sans Papiers sont intégrés à  l'économie nationale !!!
 
Ils sont dans les cuisines des  restaurants ; ils font le ménage dans les entreprises ; elles  gardent les enfants ; ils ramassent les poubelles ; ils construisent  les immeubles ; ils assurent la sécurité des magasins, des banques et  entreprises ; elles nettoient les chambres d'hôtel ; ils sont aux  fourneaux des grandes boulangeries ; ils brochent les magazines ;  ils refont les quais du métro ; ils désamiantent. Ils sont intégrés dans  l'économie nationale !

Les Travailleurs (euses) Sans Papiers  sont en mouvement pour obtenir une circulaire de régularisation avec des  critères améliorés, simplifiés, objectifs, et qui s'appliquent sans  discrimination.
 
Ils ne prennent le travail de  personne. Ils sont totalement intégrés dans les entreprises.
 
Ils doivent enfin obtenir les mêmes  droits que tous les salariés.
 
Depuis le 12 octobre 2009, ils (elles)  sont 6000 en grève et revendiquent leurs droits.
 
Ils doivent être  régularisés !
 
Rassemblement des Travailleurs (euses) Sans  Papiers
Mardi 12 janvier 2010 à 10 h 00
Place du Panthéon - 75005 Paris (métro Luxembourg)


SOUTENONS les TRAVAILLEURS (EUSES) SANS PAPIERS qui sont en grève  depuis 3 mois !


Partager cet article