Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 18:20
Lundi 22 juin 2009
Iran : le mouvement ouvrier participe au mouvement populaire !

Le mouvement populaire s'étend en Iran, nous l'entendons tous les jours dans les médias.
Ce qu'on entend moins, c'est le développement du mouvement ouvrier, partie prenante de la mobilisation.
La classe ouvrière est internationale, contre l'exploitation capitaliste, dans tous les pays !
Soutenons nos camarades iraniens, vive la solidarité internationale !
Et ce n'est malheureusement pas la Confédération, réduite de manière pathétique à soutenir... les emprisonnés du 1er mai sans dire un mot du soulèvement actuel qui va beaucoup nous aider...

Les ouvriers de Iran-Khodro, la plus grosse usine automobile d'Iran (par ailleurs partenaire de PSA et Renault), premier producteur et large exportateur dans les pays d'Afrique, viennent de rentrer en lutte, sous forme de débrayages quotidiens en soutien au mouvement populaire, avec la déclaration suivante :


"Nous déclarons notre solidarité avec le mouvement du peuple d'Iran
Travailleurs de l'automobile, camarades de travail :
Ce dont nous sommes témoins aujourd'hui est une insulte à l'intelligence du peuple, un mépris pour son vote, et le piétinement des principes de la Constitution par le gouvernement. Il est de notre devoir de rejoindre le mouvement populaire.
Nous, travailleurs de Iran-Khodro, ce jeudi 18 juin 2009, allons stopper le travail une demi-heure dans chaque équipe pour protester contre la répression contre les étudiants, les femmes, les travailleurs et pour la Constitution, et déclarons notre solidarité avec le mouvement du peuple d'Iran. L'arrêt de travail aura lieu pour les équipes du matin et de l'après-midi de 10h à 10h30 et l'équipe de nuit de 3h à 3h30.
Les travailleurs de Iran-Khodro"


Par ailleurs, nous avons eu connaissance d'un appel à la solidarité internationale de la part du syndicat des transports de Téhéran :

"Durant les derniers jours nous avons été témoins de la présence passionnée de millions de femmes et d'hommes, de personnes agées, le peuple veut que leur gouvernement reconnaisse le droit le droit de voter indépendamment et de choisir qui ils veulent, un droit qui existe dans la plupart des sociétés actuelles dans le monde entier

Dans la situation actuelle, nous sommes témoin de menaces, de centaines d’arrestations, de mises à mort et de persécutions, des actes qui apporterons de nouvelles protestations, et qui ne sont pas prêtes de décliner

La société iranienne fait face à une crise politique et économique profonde sans précédent. des milliers de personnes ont manifestées cela implique une solidarité et une mobilisation de toutes les organisation d’opposition et des syndicats iraniens
Le syndicat des ouvriers chauffeurs d'Autobus dans une annonce publiée avant les élections avait déclaré, en absence de liberté pour des partis politiques, les associations, les syndicats, notre organisation est naturellement privée de droits pour protéger et défendre les salariés des bus comme d’autre secteurs ouvriers du pays

Les ouvriers du Syndicat des Ouvriers et chauffeurs d'Autobus avancent leur participation sociale syndicale et politique et se déclarent solidaires des manifestants iraniens, les salariés des autobus réclament la fin de la répression, la libération des personnes arrêtées.

Pour reconnaître notre syndicat et des droits sociaux en Iran, les Organisations internationales du travail ont déclaré le que le 26 juin serait le jour international de solidarité pour des ouvriers et militants syndicalistes iraniens emprisonnés Nous voulons que ce jour là soit celui de manifestations internationale de solidarité pour la défense des droits de l'homme en Iran

Nous demandons donc à tout-es nos camarades de par le monde, d’organiser des rassemblements, des manifestations ne nous laissez pas seul-es face a la répression du régime.
Avec espoir pour la diffusion de la justice et liberté,

Syndicat des ouvriers et des chauffeurs de bus de Téhéran "


Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans International
commenter cet article