Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 06:48
Mercredi 4 Mars 2009
Sans-Papiers : magouilles et tractations secrètes à Montreuil

Dans un article précédent, nous évoquions la tenue d'une réunion confidentielle le 22 janvier dernier à Montreuil, à l'initiative de la Confédération et avec la présence d'un certain nombre d'associations choisies. Comme nous le notions, cela avait provoqué la protestation du CSP59.
Nous en savons aujourd'hui beaucoup plus, et on comprend mieux ces cachotteries...
Il s'agissait en fait pour la direction confédérale de faire valider les critères Hortefeux par les associations de soutien !

En parallèle avec les menaces sur les occupants de la Bourse du Travail (qui appellent d'ailleurs à une Conférence de Presse demain jeudi 5 mars à 11h face aux risques d'expulsions), la direction de la CGT cherche à normaliser son activité vis à vis des sans-papiers et donne donc des gages de sérieux face au gouvernement, espérant peut-être que Besson sera "moins pire" que Hortefeux ?

Refaisons le film.
Le 22 janvier, la CGT invite à Montreuil dans le plus grand secret, des associations et syndicats bien précis, ainsi qu’un seul collectif de sans papiers, pour faire le point sur la lutte des travailleurs sans papiers...
Intéressant de noter qu’aucune des associations invitées n’a osé en parler. Peut-être la CGT a-t-elle demandé le secret, en tous cas, les personnes présentes ont d’emblée jugé qu’il valait mieux que cela reste confidentiel.
Donc, cette réunion a lieu : aucun compte rendu ne circule.

Or le contenu de cette réunion fait bondir nombre de militants, et le débat est vif. En effet, le document proposé par la direction de la CGT (Francine Blanche) - voir ci-contre, également en grand en cliquant dessus - demande en fait que toutes les organisations présentes signent son texte, qui est de réclamer la régularisation des sans papiers qui rentrent dans les critères qui auraient été définis chez Hortefeux avec la CGT.
Nombreuses réactions, puisque ces critères sont extrêmement limitatifs et excluent de nombreux sans-papiers de la régularisation et entérinent en passant l'abandon de la revendication votée au 48ème Congrès de la "Régularisation de tous les sans-papiers". Nous en parlions depuis fin octobre, et le document reprend les éléments du communiqué du 12 décembre.

  Fin février, on apprend très évasivement que la CGT a "remanié" son texte et qu’en fait elle a fait un simple communiqué sur son site ... Vérification faite, rien n'est en ligne. Par contre il existe bien un nouveau document (resté confidentiel) daté du 3 février, et signé de la seule CGT, légèrement modifié puisqu’on n’énonce plus les critères tout en y faisant quand même référence .. Et en lisant bien, on constate que visiblement, de façon secrète, il y a eu des discussions entre la CGT (F.Blanche) et les associations, que le texte a été un peu modifié, mais toujours parlant des critères et en disant que les associations et organisations présentes se sont mises d’accord pour lutter ensemble de façon à ce que les sans papiers qui correspondent aux critères entre dans la lutte et soient régularisés...

On voit bien que la CGT a fait sacrément marche arrière, puisqu’elle ne demande plus que la régularisation des sans papiers entrant dans les critères Hortefeux, c'est donc "l'immigration choisie" à la sauce CGT, et que, par ailleurs, la CGT a réussi à faire pression sur les associations pour qu’elles s’investissent dans le même sens dans un combat commun...
Avec toutefois quelque chose de bien mystérieux : personne n'en parle, on ne rend pas compte et les associations ne font même pas de compte rendu à leurs adhérents, y compris ceux qui ont été très impliqués... Serait-on gêné quelque part et prisonnier de la CGT avec laquelle on n'ose pas s'affronter ?

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers
commenter cet article

commentaires

pj49 09/03/2009 16:36

Après lecture attentive du compte rendu (vomi?) par la CGT, authentique celui là, nos bonzes syndicaux vendent la mêche;

Ils ont bel et bien vendu le mouvement pour une représentativité plus que douteuse; seul l'ennemi la leur accorde; en effet après le verbiage triomphaliste habituel sur "les premiers droits conquis par cette lutte, elle reconnaît explicitement que tout reste à faire "pour que tout les travailleurs (es) sans papiers en France qui correspondent aux "critères" entrent le plus rapidement possible, s'ils le souhaitent (sic!), dans ce processus de régularisation."
Pas étonnant que cette rencontre du 22 janvier soit restée discrète! pas de quoi s'en vanter.

Non seulement la confé. reconnait l'immigration choisie contre le mouvement mais il s'agit maintenant d'imposer ces "critères" aux préfectures "rebelles". C'est pathétique!

Au final, la confé reconnait que le seul résultat du mouvement historique de nos camarades est la régularisation d'un millier de camarades (sur plus de deux milles grévistes et ça continue...) et "a permis d'élargir ce changement de perception de "l'immigré" par un grand nombre de nos concitoyens" (re-sic!).

Quand on vous disait qu'ils ne sont même pas au niveau du réformisme; à quand Blanche et Chauveau au ministére de la honte; il est vrai que comme Chérèque, ils sont plus utiles au gouvernement là où ils sont...

Jusqu'à quand? That is the question! -pj49-

pj49 09/03/2009 15:13

Pas compris ce démenti et pas compris la signature, encore moins compris en quoi ce "démenti" dément le sens général de l'article...
- Que ce document soit une émanation du Gisti (ce qui n'est d'ailleurs pas déclaré clairement) ou de la CGT, il est bien précisé qu'il s'agit d'un projet et le sens en est clair; en l'occurrence, une adhésion pure et simple à l'art.40 de la loi Hortefeux et à la division en catégories de nos camarades immigrés.
Sont passées à la trappe, les revendications du mouvement sans papiers;
- La carte de résident qui unifie tous les immigrés autour d'une revendication commune.
- La suppression de la taxe ANAEM, taxe discriminatoire à l'embauche, jamais remise en cause par la confé. (et pour cause, le "produisons français" des années 70 sous entendait déjà le "produisons avec des français")
- La fermeture immédiate des Centres de Rétention Administrative (CRA); jamais repris par la confé.

La signature: ce texte n'ayant été l'objet d'aucune discussion interne aux assocs et orgas concernées; qui signe "GISTI"?
Quand l'anonymat du groupe masque les trahisons individuelles, on peut à juste raison s'interroger sur ce qu'est le "collectif"
Le vice fondamental du fonctionnement démocratique, la mandature, montre que n'importe qui peut décider n'importe quoi "au nom de"; Les élus font ce qu'ils veulent et vont même à l'encontre des décisions de leur mandants en toute impunité; à la CGT, nous sommes bien placés pour le savoir (cf. les résolutions du 48e congrès); les baisés comptez-vous mais on dirait qu'il y en a qui aiment çà.

La pratique des réunions, sinon secrètes du moins discrètes est dans la continuité de ce que fut l'attitude de la confé tout au long de ce mouvement; manoeuvre de couloir dans les ministères et les préfectures, refus officieux de généraliser le mouvement à la province (courrier de F. Blanche et de R. Chauveau aux structures), refus de populariser l'ensemble du mouvement, refus de la troisième vague, isolement des grévistes dans leurs entreprises quand il fallait en sortir massivement.

Cela montre également notre incapacité à apparaître comme une force alternative face à ces collaborateurs du gouvernement; encore une fois, leur force est notre propre faiblesse et notre désorganisation qui nous cantonnent dans une attitude purement négative et marginale.

A programme pro-patronal et pro-coloniale, attitude patronale et coloniale...

A nous d'y mettre le holà! -pj49-

Gisti 09/03/2009 13:30

Demande de correctif à l’article http://ouvalacgt.over-blog.com/article-28608419.html du 4 mars 2009 intitulé « Sans-Papiers : magouilles et tractations secrètes à Montreuil ».

En encadré de ce texte figure un document attribué à la CGT et daté du 3 février. Or nous avons été surpris de reconnaître un document de travail interne au Gisti qui n’avait circulé que sous forme papier lors d’une réunion réservée aux membres du Gisti et n’avait par ailleurs nullement été validé en l’état.

Nous vous prions donc ne bien vouloir retirer ce document de votre blog et de publier un démenti sur la nature du document publié dans la première version du blog qui avait été à tort attribué à la CGT .
Nous envoyons ce message sur les listes sur lesquelles ce blog a déjà été diffusé pour l’information de leurs lecteurs.

Le bureau du Gisti