Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 15:36
Mardi 21 février 2006
Grève générale interprofessionnelle du 7 mars :  mais que fait la CGT ?
 
L’attaque en cours par le gouvernement pour la précarisation de tous est une des plus graves que nous ayons subi depuis ces dernières années, chacun(e) d’entre nous en est conscient(e). Nous y sommes donc particulièrement attentifs, d’autant que ni Villepin, ni Parisot ne se sont cachés que l’objectif était bel et bien d’arriver à un contrat unique pour tous, avec deux ans d’essai…
Tout le monde s’attend à ce que cela tombe pendant l’été, propice à tous les mauvais coups !
Des travailleurs toujours plus précaires, toujours plus flexibles, toujours plus soumis, voilà ce que veulent les capitalistes.
 
Face à la gravité de l’attaque, nous sommes d’autant plus consternés par la faiblesse de la réaction de notre Confédération.
Nous avons honte de voir FO (pourtant pratiquement absente de toutes les grandes mobilisations) redorer son blason en étant seule à appeler ce jour à une grève générale interprofessionnelle.
Nous sommes ahuris par les déclarations de Maryse Dumas au journal Sud-Ouest du 11 février, où elle affirme que « Côté CGT on a cependant exclu l'idée d'un appel confédéral à la grève, qualifié d'inopérant ; les grèves doivent être décidées par les salariés dans leurs entreprises, non au niveau confédéral ! » (vous avez bien lu, exclu !!). Elle confirme ainsi les graves soupçons que nous avions relevé dès la publication du communiqué d’appel au 7 mars.
 
Est-ce cela la conception du « syndicalisme rassemblé » proposé pour le prochain Congrès confédéral qui rabaisse l’activité de la Confédération à ce qui acceptable par les plus réformistes des autres syndicats ? Est-ce cela le bilan fait par le Bureau Confédéral dans le rapport d’activité, qui évacue en une demi phrase la grève générale, alors qu’à tout le moins la riposte d’ensemble s’impose face à une attaque tous azimuts ? Est-ce le bilan des grandes manifestations du 4 octobre, et y compris du 7 février dernier, où les autres syndicats étaient fantomatiques, et où seule la CGT était en force ?
N’est-ce pas là au contraire l’aveu de l’acceptation d’une précarité généralisée (sous couvert du Nouveau Statut du Travail Salarié), en se contentant d’agiter quelques mots d’ordre limités (retrait du CPE) sans se donner les moyens réels de l’obtenir ?
Les camarades de la direction de la CGT ont-ils une idée véritable de ce que vont provoquer le CPE et les autres contrats précaires dans les relations sociales du privé d’abord, du public ensuite puisque les contrats de droit privé s’y développent de manière foudroyante ?
La direction de la CGT constate dans le rapport d’activité soumis au Congrès la faiblesse de la mobilisation dans le privé, mais comment imagine-t-elle la mobilisation si les travailleurs du privé voient le silence actuel du plus grand syndicat ouvrier ?
  
Deux commentaires, reçus à la boîte mail du blog :
 
Un étudiant de Lyon
«  Camarades,
Je partage votre analyse quant au caractère déplorable, anti-mobilisateur, de l'absence d'un appel clair à la grève pour le 7 mars du public et du privé de la part de la confédération CGT.
Je ne suis pas à la CGT, mais milite à l'université. Avec un certain nombre de jeunes et d'organisations de jeunesse (FSE, SUD étudiant, FIDL locale), nous souhaitons peser, avec les syndicalistes combatifs CGT, pour obtenir cet appel clair.
Nous discutons d'organiser un rassemblement devant les bureaux de l'Union Départementale à Lyon, et d'envoyer un délégué par organisation discuter de cet appel avec les dirigeants locaux, pour qu'ils fassent part de notre demande à la direction. Mais cette action ne peut à mon avis avoir de sens que si elle se fait conjointement avec des syndicalistes ouvriers, et en premier lieu de la CGT.
 
C'est pourquoi je m'adresse à vous. Si vous avez des militants sur Lyon et sa région, nous vous invitons à venir à la première réunion de notre collectif, qui a vocation à être large"
 
Un camarade du CGT-E Dalkia :
« Au fait, quelqu'un peut me dire combien il y avait de travailleurs dans les rues lors du conflit sur les retraites de mai juin [2003], où Thibault a courageusement appelé... à la revoyure en septembre là ou des millions de salariés du privé et du public appelaient à la grève générale.
Combien de camarades lâchés par leur FD (ex metal, construction, FNME, et bien d'autres), et même pas soutenu du tout pendant des grèves dures dans leurs entreprises ! Ou encore combien de gaziers et électriciens pour lutter contre la privatisation, avant d'être pitoyablement trahit par ceux qui assuraient au second congrès de la FNME CGT que rien ne serait négocié avec Raffarin sauf la fusion 100% d'EDF et de GDF, avant d'aller pitoyablement se rincer avec Sarkozy (qu'on tutoie s'il vous plait).
Que les réformistes qui nient la trahison cherchent de bons arguments car c'est belle et bien une trahison ouverte du feu grand syndicat des travailleurs !
 
Oui Camarades, levez vous pour faire front et bouter hors de notre rue cette aristocratie syndicale et tous leurs relais dans les structures.
Bruno SINAGOGA
Le CGT-E »
 
Plus que jamais, camarades de la CGT, nous avons deux exigences :
-         Réussir massivement la journée du 7 mars, privé et public réunis, en forçant partout la main de nos directions réformistes ;
-         Pousser la contestation contre le syndicalisme d’accompagnement qui se répand à grande vitesse dans la Confédération. Pour cela, reprendre et développer nos propositions pour mener, ensemble, une lutte commune contre le réformisme syndical, pour un syndicalisme de classe !


[Mise à jour du 22 février]
Il semble que les choses comencent à bouger dans la Confédé. Ca râle tellement partout (et en particulier dans le privé !) que ça doit commencer à s'inquiéter là-haut ! Le 7 mars devient une échéance essentielle pour tout le monde, et nombre de structures sont déjà en pleine préparation. La Confédé vient de sortir un tract qui, s'il fait encore référence à la Sécurité Sociale Professionnelle fait quand même le tour des attaques contre la précarité et dénonce la remise en question fondamentale du Code du Travail.
Pas encore d'appel à la grève générale (Maryse, c'est une trahison, ton discours !), mais les appels à la grève se généralisent (!!!). Y compris les fédérations de fonctionnaires sont en train de s'y mettre.
Des initiatives offensives et courageuses, par exemple ce blog anti-CPE mis en place par l'UD93. Bravo, c'est comme ça qu'on réussira à attirer la jeunesse vers les syndicats !
Il est évident que tout cela ne change pas grand chose à l'orientation confédérale et à la soupe qu'on nous propose pour le Congrès. Il y a tout de la soupape pour lâcher la pression et ne pas se farie déborder, mais il y a aussi la grosse colère et le ras le bol des travailleurs. C'est cela qui nous intéresse !

Partager cet article