Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 06:52

Jeudi 6 janvier 2010

La CGT n'a donc pas été aux voeux de l'Elysée...

 

Voilà qui devrait nous réjouir, après la réforme des retraites et avant les nouvelles attaques en préparation. Le rituel des "partenaires" sociaux dans les locaux de l'Elysée, c'est quelque chose de tellement  révoltant ! Comme s'il y avait quoi que ce soit à attendre de Sarkozy, comme si on se devait de respecter un quelconque rituel "républicain"...

 

La belle affaire !

La CGT n"a pas été aux voeux (sauvegardé ici), serait-elle enfin revenue à l'heure de la lutte des classes, à reconnaître enfin (et à nouveau) que la société se divise en deux camps irréconciliables (bourgeoisie et prolétariat) et que l'Elysée et le gouvernement ne sont que le quartier général politique de nos ennemis de classe, dont le Medef est le représentant officiel ?

Nos camarades de NetCacao ne disent pas autre chose à Marseille (ci-dessous l'interview faite ce matin devant l'usine sur France Inter), eux qui après s'être durement battus contre la fermeture de l'usine de Saint-Menet doivent reprendre la lutte contre une nouvelle liquidation judiciaire...La kalachnikov, plutôt que les voeux !

 

Mais, c'est bizarre, on a quelque part du mal à y croire... D'abord, ça serait vraiment une nouveauté, quand on voit le temps et le nombre de fois que  la direction de la CGT est venue causer ouvertement ou discrètement avec Sarkozy à l'Elysée. En 2009, on avait fait la liste juste avant le Congrès, et cela avait un peu fait scandale !

On a d'autant plus du mal à y croire que toute l'orientation de la confédération est à l'inverse de la reconnaissance de la lutte des classes, et chaque congrès en rajoute, jusqu'à la dernière version du "développement humain durable", un vrai fantasme du capitalisme à visage humain au service de tous. Et ce ne sont pas les quelques formules rajoutées sous la pression en amendements pour calmer le jeu qui vont changer quelque chose.

 

Non, la carte de la direction confédérale, c'est la "négociation conflictuelle" avec le gouvernement et le Medef pour les amener à raison, faire pression pour améliorer les réformes, être reconnus comme interlocuteurs responsables - et alors, on va boire un  coup dans les couloirs de l'Elysée. Là, le problème c'est que Sarkozy n'a pas joué le jeu, il a roulé dans la farine les syndicats (même Chérèque est énervé, c'est pour dire !) pour faire passer sa réforme comme il l'entendait.


Alors le refus d'aller aux voeux "en 2011" (c'est bien précisé !!!), c'est plus un mouvement d'humeur médiatique pour marquer son mécontentement passager, plus pour calmer des secteurs combatifs de la CGT qui ont toujours envie d'en découdre, qu'un véritable changement d'orientation - et l'histoire se chargera (hélas) de le vérifier dans un avenir proche ! Ca ne mange pas de pain et ça ne trompe personne, mais ça fait semblant !

Partager cet article