Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 08:44

Samedi 29 novembre 2008

URIF-CGT : Les 500 euros de la honte !


L'Union Régionale Ile de France (URIF) de la CGT vient de lancer une campagne pour les salaires, sous forme d'une carte pétition (voir ci-contre) à diffuser et faire signer, sans d'ailleurs savoir trop à qui elle est destinée,  mais, bon ce n'est pas le sujet.

Rien que de très banal, somme toute ? Pas du tout. Car ce qui est absolument remarquable, sans être vraiment nouveau, c'est le contenu de la pétition :


Augmenter les salaires : c'est bon pour l'économie !


Pour l'URIF, les salaires, c'est pas pour répondre à nos besoins, pour se nourrir, se loger correctement, élever nos enfants, se cultiver, non, "c'est bon pour l'économie"...

C'est quoi donc, "l'économie" ? Sinon le capitalisme des profits, de la concurrence, de la guerre économique et de la mondialisation ? Donc en raccourci provocateur, "Augmenter les salaires, c'est bon pour les profits !" ???

Non camarades, nous ne mangeons pas de ce pain là ! Les revendications ouvrières et populaires, elles se définissent par rapport à nos besoins et nos exigences, ceux des exploités, sans souci du capital et de l'exploitation, de la bonne marche d'une économie structurée par nos exploiteurs, des entreprises à l'Etat dans son ensemble.


Quand nous parlons de collaboration de classe dans les syndicats, de cogestion et d'accompagnement du capital, ce n'est pas pour critiquer telle ou telle attitude de tel ou tel dirigeant. C'est exactement ce type de démarche : mettre les revendications des exploités à la remorque du système de leurs exploiteurs.

C'est une trahison, sur le fond, et aucune conciliation n'est possible.


Camarades, la lutte pour le syndicalisme de classe est un chemin de longue haleine, mais nous ne devons rien laisser passer, construire sur des bases solides pour avancer vers notre libération.


Le salaire mini à 1600 € nets, SMIC et minima sociaux inclus,

parce que c'est ça qu'il nous faut aujourd'hui !

Partager cet article