Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 08:50

Mardi 19 janvier 2016

Nettoyage CGT : le syndicat HPE sur la sellette à l'UD de Paris à propos de sous-traitance

 

Nous publions ci-dessous un compte rendu de la dernière CE de l’UD de Paris, relative à la situation du syndicat Hôtels Prestige et Economiques.

Il faut situer le contexte de ce conflit interne à la CGT, récurrent depuis des années :

  • La sous-traitance est une question fondamentale, avec pour les syndicalistes de classe l’enjeu de reconstituer le collectif de travail fixes, précaires et sous-traitants réunis dans le même combat. En ce sens, le mot d’ordre de « ré-intégration de la sous-traitance » doit être au cœur de nos revendications dans tous les secteurs, nettoyage comme nucléaire, BTP, services ou autres. Le combat de la Fédération des Ports et Docks pour conserver l’affiliation exclusive du personnel de nettoyage est donc un combat réactionnaire et diviseur.
    Voir la section « Sous-traitance, précarité, intérim et dumping social » de ce blog
  • La corruption existe bel et bien dans nos rangs, malheureusement. « Corruption : le ver est aussi dans le fruit syndical » comme le disaient nos camarades des Mines de Lorraine il y a déjà un certain temps. L’enjeu n’est pas de chercher des compromissions, mais de nettoyer les écuries, et par nous-mêmes, sans devoir quoique ce soit de nos ennemis…
    Concernant la corruption du syndicat de la propreté de Paris, nous insérons au fil de cet article deux documents : un extrait de l’émission de Canal+ "Special Investigation" du 1er juin 2015 autour de la couleur de l’argent à la CGT, spécialement sur cette affaire du nettoyage (et preuves à l’appui, c’est grave et édifiant…), et la reproduction d’un témoignage juridique d’une déléguée CGT (voir ci-contre) qui vient mettre à mal la défense d’une salariée qui attaque son employeur aux prud’hommes… C'est une vieille histoire et on voit dans la vidéo que Martinez est particulièrement mal à l'aise !
  • Enfin, le rôle de l’UD de Paris dans l’affaire est plus qu’ambigu, puisqu’elle se transforme en meilleure défenseure des Ports et Docks, alors qu’en interne à la CGT chacun connaît le conflit de plus en plus tranché et ouvert autour de la question du nettoyage et de la sous-traitance. L’UD de Paris se présente facilement comme opposante à la ligne confédérale, plus radicale et combattive, et tous les opposants de gauche s’en gargarisent. Et c’est vrai que sur les sans-papiers par exemple, ou dans l’affaire Lepaon, elle a pris des positions intéressantes. D'autres fois, c'est plutôt décevant, comme lors des attentats de novembre ("Attentats de Paris : la déclaration de l'UD75"). Mais là, elle récidive, nous l’avions déjà dénoncé en 2012, elle s’était rangée aux côtés des Ports et Docks (« la CGT Paris soutient les pratiques mafieuses des Ports et Docks »).
    Alors camarades parisiens, il va falloir choisir son camp : le combat de classe pour l’unité du collectif de travail et la réinternalisation de la sous-traitance, ou la défense des Ports et Docks, de ses pratiques de division, de corruption et de mafia…

L’UD CGT de PARIS se compromet à nouveau dans le scandale de la Propreté à la CGT des Ports et docks

 

 

Ce jeudi 14 janvier 2016 s’est réunie, sur convocation du Bureau de l’UD CGT de PARIS, la Commission exécutive de l’UD.

Parmi l’ordre du jour était inscrit le problème des statuts du syndicat CGT-HPE.

Depuis leur congrès du 7 mars 2015, prenant acte de l’incapacité de la CGT à régler la problématique du syndicat CGT IDF de la propreté, affilié à la fédération CGT des Ports et docks, totalement corrompu par le patronat de la branche, le congrès du syndicat CGT-HPE a décidé d’étendre son périmètre en y intégrant les salariés de la sous-traitance qui travaillent dans l’hôtellerie.

Ces dernières années ce syndicat s’est renforcé de façon significative (de 586 syndiqués en 2011 à 929 en 2015-année non terminée-) de sections syndicales issues de femmes, valets de chambre, gouvernantes, équipiers, de la sous-traitance qui ne veulent plus entendre parler de la CGT IDF de la propreté (voir l’article de ce blog « Nettoyage CGT : le côté lumineux et le côté obscur de la force »).

La matinée a été surréaliste. Tout en louant l’activité syndicale du syndicat CGT-HPE la Commission exécutive a menacé le syndicat CGT-HPE de suspension, qui serait prononcée lors du Comité général de l’UD qui aura lieu le 18 février 2016, si le syndicat ne modifiait pas ses statuts.

Le Bureau a refusé la proposition du représentant du syndicat CGT-HPE de rencontrer les adhérents des sections concernées.

De son côté la fédération CGT du commerce, plus modérée, a décidé lors de sa CEF du 7 janvier 2016, de nommer une commission pour rencontrer les camarades du syndicat CGT-HPE.

Ainsi, la direction de l’UD CGT de PARIS, plutôt que d’œuvrer au règlement définitif des problèmes de corruption avérés au sein du syndicat CGT IDF de la propreté, reconnus par tous , préfère s’attaquer à un syndicat qui lutte, en plein conflit chez OMS sur la sous-traitance chez Paris Habitat, -voir le site de l'UL CGT PARIS 11 en lien sur l'image ci-contre-, sur des problématiques censées être celles défendues par toute la CGT, à savoir la fin de la sous-traitance, du marchandage et du travail dissimulé, avec la reconstitution de la communauté de travail dont le syndicat CGT-HPE, qui combat depuis plusieurs années sur ce terrain, a réalisé un guide salué par tous les militants, qui bizarrement n’a été repris dans aucune publication de la CGT, que ce soit dans la presse confédérale, fédérale ou interprofessionnelle à PARIS, mis à part le présent site bien sûr.

L’avenir nous dira ce que deviendront ces nouvelles menaces regrettables de désaffiliation d’un syndicat CGT offensif, de près de 1000 syndiqués, qui doivent réjouir le patronat de l’hôtellerie.

 

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sous-traitance corruption
commenter cet article