Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 08:50

Mercredi 24 Décembre 2008

JC Le Duigou cumulard confirmé : c'est ça la bourgeoisie dans nos rangs !

On se rappelle le scandale qu’il y a eu l’an passé lorsqu’on a appris la nomination de JC Le Duigou comme conservateur des hypothèques. Loin de limiter la critique à la dérive d’un personnage, nous montrions qu’il est le symbole de la dérive de collaboration de classe de la Confédération, et de la base sociale qui en est à l’origine. L’occasion aussi de montrer que « le bourgeois » n’est pas que la caricature avec cigare et haut de forme, n’est pas que le capitaliste financier à la mode Baron Seillère, mais aussi cette couche de très hauts fonctionnaires de l’Etat, experts incontournables et multiformes qui conseillent, anticipent, construisent le capitalisme au quotidien au cœur du quartier général des ennemis qu’ils sont.

Or on apprend, dans un compte rendu du Bureau Confédéral du 9 décembre, que le cher homme vient d’être nommé au conseil d’orientation du « Fonds Stratégique d’Investissement » que Sarkozy vient de mettre en place à la suite de la crise de l’impérialisme pour tenter de limiter les dégâts, bien sûr en y associant les syndicats. Finalement pas si étonnant : dans une interview à l’Humanité daté du 30 septembre et reprise sur le site de la CGT, il mettait en avant une idée exactement similaire à celle que Sarkozy allait ensuite annoncer le 24 octobre, en proposant que le fonds soit sous le contrôle de la Caisse des dépôts, ce qui est finalement le cas…
[Mise à jour 2 février 2009 : une analyse intéressante du FSI trouvée sur le site Bellaciao - mais un peu discrète sur les "partenaires syndicaux"...]

Déjà membre du
Conseil de Surveillance du Fonds de Réserve pour les Retraites, de la Commission de Régulation de l’Energie, chargé d’organiser l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie, il vient également de prendre son poste de Conservateur des Hypothèques.

Toujours membre du Bureau Confédéral, JC Le Duigou se retrouve donc à un certain nombre de postes clés dans la stratégie de l’Etat pour organiser la restructuration massive du capitalisme français. Comme les administrateurs des Conseils d’Administration des entreprises privées, le cumul permet une vision d’ensemble qui le place en expert essentiel et forcément écouté. Ce ne sont pas des postes honorifiques, ou des postes d’alerte, comme on voudrait nous le faire croire. Ce sont des postes importants de l’appareil d’Etat.

On découvre donc peu à peu que sans aucune information, sans aucun débat dans la Confédération, JC Le Duigou est peu à peu intégré aux plus hautes sphères du capitalisme français. Retour de monnaie pour services rendus de la CGT, évidemment, mais surtout, manifestation de l’insertion croissante de la Confédération aux règles du jeu du monde de barbares dans lequel nous vivons.

A l’heure où la crise de l’impérialisme multiplie les drames et les révoltes, où le chômage partiel et la misère se répandent, où on annonce jour après jour des milliers de licenciements, malgré la mobilisation et les efforts surhumains des militants sur le terrain, la Confédération préfère les fauteuils des ministères, des institutions, des Grenelle.

Dans une barricade, il n’y a que deux côtés disions-nous dans
le tract diffusé à Bordeaux. JC Le Duigou et la Confédération ont choisi le leur.

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les structures
commenter cet article