Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 09:11

Jeudi 21 janvier 2016

Nouvelle grève à l'usine Renault Bursą en Turquie

 

 

 

A nouveau les ouvriers de l’usine Renault de Turquie sont en grève pour les salaires. Après le mouvement massif du mois de mai dernier, les travailleurs sont repartis en lutte. Grève particulièrement déterminée, contre la direction, le gouvernement et le syndicat patronal.

Nous avons reçu le message suivant que nous reproduisons :

« Les ouvriers de Renault en Turquie refusent d'effectuer depuis une dizaine de jours des heures supplémentaires pour exiger une revalorisation salariale. Par ailleurs, la relève des équipes donnent lieu à une contestation massive de la politique salariale, ponctuée de mot d'ordre.

La hausse récente du salaire minimum et l'augmentation constante du coût de la vie a nivelé vers le bas le pouvoir d'achat des salariés en les transformant de fait en smicards.

Les ouvriers, par leur refus d'heures supplémentaires, ont provoqué une diminution de la production. Ce qui représente une baisse de 600 véhicules par jour dont une partie présente des défauts de fabrication et par conséquent doivent être revus.

La direction de Renault fait appel aux intérimaires pour briser l'action des salariés et refuse de prendre en considération les revendications des ouvriers.

La colère gronde dans d'autres usines sans pour autant se transformer en action concrète. Car, le syndicat pro-patronal fait tout pour saboter l'émergence d'un mouvement de contestation d'envergure. Cela dit, ces manœuvres ont leurs limites et les jours qui viennent peuvent réserver des surprises. »

On peut consulter la page Facebook (en turc) de l’Union des ouvriers métallurgistes ICI.

 

La nouvelle grève des camarades de Renault Bursą (impressionnante, voir la vidéo), montre que la classe ouvrière est toujours bien vivante et puissante, et qu’elle se développe et s’organise, là dans les pays dominés à la pointe du combat contre l’exploitation.

Le blog "Où va la CGT ?" et les militants de Voie Prolétarienne qui l’animent saluent le courage et la détermination des camarades de Bursą, leur envoient leur salut fraternel de combat et les assurent de leur solidarité internationale sans faille.

Renault, monopole impérialiste de notre pays, dont le gouvernement est toujours l’actionnaire principal (19,7%), n’est qu’une entreprise capitaliste comme les autres, parfaitement insérée dans le jeu de la guerre économique mondialisée. Hollande, Macron ne sont que des exploiteurs parmi d’autres, complices d’Erdogan !

Nous travailleurs en France, au cœur de la métropole impérialiste, saluons le combat de nos camarades turcs. Nous avons le même ennemi, nous menons le même combat !

 

Vive la solidarité internationale des prolétaires !
La classe ouvrière est internationale, la classe ouvrière est multinationale !
Soutenons le combat des camarades de Renault Bursą !

 

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans International
commenter cet article