Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 17:11

Jeudi 26 mai 2016

Tous à Bobigny, demain 27 mai, pour les 16 d'Air France

 

[mise à jour 27 mai 12h] : procès renvoyé aux 27 et 28 septembre, évidemment une décision politique par rapport à la mobilisation autour de la loi El Khomri...

 

Demain aura lieu le procès des camarades d’Air France (le procès des « chemises déchirées ») devant le tribunal de Grande Instance de Bobigny.

Courant novembre, la colère ouvrière s’exprimait lors de l’annonce d’un nouveau plan de restructuration à Air France (« Air France : la révolte des « ressources humaines » »).
S’enchaînent ensuite procédures disciplinaires, licenciements, et maintenant procès au TGI (voir tous les articles de ce blog autour du conflit Air France ICI).

 

Le 2 décembre, nous étions nombreux devant le tribunal, demain, en plein mouvement contre la loi El Khomri, nous devons être encore plus nombreux, nous devons bloquer le centre de Bobigny pour défendre nos camarades.

 

Nous le disions à l’époque. Il s’agissait, en plein Etat de siège, de mettre au pas la fraction combattive de la classe ouvrière, il s’agissait de profiter de l’émotion suite aux attentats pour faire passer un serrage de vis sans précédent contre les travailleurs.
L’enjeu ? A l’époque on ne le voyait pas – mais il est clair désormais. Il s’agissait de préparer les esprits pour faire passer une nouvelle attaque sans précédent pour aider le capital à rétablir sa compétitivité dans la guerre économique mondialisée : c’est la loi Travail / El Khomri.

 

L’attaque brutale contre les camarades d’Air France, puis contre les délégués CGT de Goodyear préparait le terrain. Manque de chance, à trop tendre l’élastique, il pète ! Et la réaction a été à la hauteur. Des milliers dans la rue le 4 février pour protester (« Nous étions plus de 20 000 rassemblés le 4 février »). L’annonce dans la foulée du projet de loi El Khomri ne pouvait tomber plus mal pour le gouvernement, et la riposte s’organisait.

 

C’est là le sens de notre soutien demain aux camarades d’Air France. Ils ont été les premières victimes dans le collimateur. Ils doivent être relaxés sans condition, comme doivent l’être tous les inculpés de la révolte contre la loi Travail depuis le 9 mars (« Relaxe de tous les manifestants inculpés depuis le 9 mars »).

 

Le 27 mai, tous au TGI de Bobigny (c’est ICI), à partir de 9h

Le 27 mai, unité de classe contre les licenciements, contre l’exploitation, contre la loi El Khomri !

Le 27 mai, tous avec nos camarades d’Air France pour leur relaxe pure et simple !

 

Et tous ensemble pour la relaxe de tous les inculpés depuis le 9 mars !

 

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi Répression
commenter cet article