Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 10:14

Samedi 29 octobre 2011

Goodyear : encore un jugement gagné

 

Tous les articles de ce blog sur la lutte des Goodyear, ICI

MalbarreGoodyear.jpgA trois reprises dans les dernières semaines, la CGT Goodyear a obtenu des réponses favorables contre la direction.

  • Un premier jugement dans l'utilisation des produits HAP/CMR, produits toxiques cancérigènes utilisés dans la production des pneumatiques et qui ont conduit à des décès et maladies nombreuses dans l'usine d'Amiens. La CGT a créé une association de salariés et ex-salariés qui regroupe désormais 850 adhérents pour obtenir réparation au tribunal, à l'image des procès pour l'amiante menés depuis des années dans les usines de France, d'Italie et d'ailleurs.
  • Le licenciement des quatre délégués a été refusé par l'inspection du travail
  • Et un nouveau jugement au tribunal de Nanterre vient d'exiger, une nouvelle fois, des précisions concernant le plan de restructuration envisagé par Goodyear, et dans l'attente, la suspension de tout plan social, c'est clair, net et sans bavures.

Nous publions ci-dessous un article (également tiré du site des camarades de Goodyear), qui fait le point un peu plus à fond concernant la nouvelle victoire juridique gagnée à Nanterre.

Ce texte montre bien l'importance du combat pour l'emploi, du point de vue de l'intérêt ouvrier, d'autant plus dans une période de dure guerre économique mondiale, face aux restructurations des monopoles.

Les camarades de Goodyear ont absolument raison de refuser de rentrer dans la logique des licenciements, des PSE, des suppressions d'emplois. De ce point de vue, la lutte des Goodyear est une pierre blanche dans le combat de la classe ouvrière pour la défense de ses conditions de vie et de travail. D'autant plus quand, en parallèle, la CGT Goodyear mène le combat contre les produits toxiques et la pénibilité du travail.

 

Mais par ailleurs, comme nous l'avons déjà remarqué, ce texte est plein d'illusions sur le sens des victoires juridiques. Il est vrai que les camarades ont en face d'eux une direction mondialisée carrément nulle et qui imagine pouvoir faire ce que bon lui semble avec le Code du Travail. Dans une région déjà sinistrée par les licenciements et après l'exemple catastrophique des Contis, cela ne peut pas passer, qu'il s'agisse des élus, de la justice ou de l'Inspection du Travail...

Mais les camarades ne font que bénéficier que d'une situation particulière, dont on ne sait si elle va durer, et qui en tous les cas n'est pas généralisable comme ils l'imaginent en rêvant à une condamnation juridique mondiale du capitalisme...


Enfin, ce texte propose comme perspective que "la direction pose les armes et travaille avec la CGT à un avenir concret". Une telle perspective a un côté un peu surréaliste dans la situation des camarades, et dans le contexte mondial actuel. Quel "avenir concret" le capitalisme peut-il offrir aux ouvriers, sinon l'exploitation et la barbarie de la concurrence et du marché ? Comment un syndicat, de lutte de classe qui plus est, peut imaginer arriver à se mettre d'accord sur un projet industriel qui défende en même temps les intérêts ouvriers ?

On est vraiment là toujours dans l'illusion d'un capitalisme à visage humain, cogéré par le patronat et les syndicats. Nous ne ferons pas l'offense de comparer les camarades combattants de la CGT Goodyear aux ultra-réformistes de la direction confédérale, mais il y a quand même là quelque chose de voisin...

 

S'il y a bien des perspectives (et les Goodyear ont les meilleurs atouts jamais réunis pour y arriver), c'est dans l'imposition d'un rapport de forces, même s'il ne peut rester que provisoire, pour maintenir les emplois sur le site. Dans cette société d'exploitation, dominée par les bourgeois contre les prolétaires, toute victoire n'est que provisoire, et comme le disait Marx dans le Manifeste du Parti Communiste : "le résultat de ces luttes est moins le succès immédiat que l'union grandissante des travailleurs".

Les camarades de Goodyear peuvent gagner sur l'emploi, mais pas en imaginant une sorte de consensus musclé avec une supposée direction intelligente et ouverte au dialogue. Ils peuvent gagner avec le rapport de forces qu'ils ont construit au fil des ans, pour garantir, au moins un temps, le maintien des emplois sur le site - et finalement c'est bien ce qu'ils ont fait depuis 2007.

Ils peuvent gagner, mais cette victorie ne pourra être que provisoire dans ce monde d'exploitation et de sauvagerie. Et à Goodyear, comme partout parmi les travailleurs, la seule question qui compte, c'est le projet politique que nous devons construire pour en finir avec notre vie de chair à canon de la guerre économique...

 


 

L’ORDONNANCE EST TRES CLAIRE


Votre  CGT Goodyear vous fait  une copie des motivations précises qui confirment que nous avons gagné un exceptionnel jugement qui nous permet une fois encore de dire que la direction a perdu sur toute la ligne.

Vous pouvez lire que la juge ordonne à Goodyear de nous fournir avant tout démarrage d’une nouvelle procédure les éléments suivants :

  • Le nombre d’emplois pérennes après la reprise de Titan
  • Le plan d’affaire des activités de Titan après la cession
  • Le chiffre d’affaire prévisionnel de l’activité agraire
  • Le compte de résultat prévisionnel de l’activité agraire après la reprise par Titan

Cette fois-ci la juge a dit très clairement qu’elle commence à saturer de constater que Goodyear ne respecte pas ces ordonnances, cela fait des mois que la CGT Goodyear dit que la direction ne cesse de violer le code du travail et la seule réponse que nous avons, ce sont des menaces et du harcèlement.

 

La justice nous donne raison une fois encore, bien que la direction obtienne la nomination du cabinet d’expertise elle est condamnée à stopper net et immédiatement toutes procédures.

 

Elle est condamnée pour la 5é fois depuis 2007 à suspendre le PSE pour vice de procédures, la CGT Goodyear vous informe que nous n’attendrons pas que la direction réagisse à ce jugement et nous avons déjà démarré une nouvelle procédure visant deux nouvelles actions juridiques.

 

Cette fois-ci nous allons faire condamner non seulement le groupe français mais aussi et surtout le groupe Europe, voici notre réponse à ceux qui nous voyaient déjà mort et enterré.

 

La CGT Goodyear promet qu’elle ne lâchera rien et nous serons les premiers au monde à obtenir l’interdiction de licenciements dans une multinationale.

 

Nous avons été choqués par les propos tenus par un mandaté (syndicaliste) qui a affirmé que la CGT ne gagnait que du temps et que tout cela aurait du être terminé en moins de 6 mois, si lui ou d’autres qui appellent au plan social ne se sentent pas bien chez Goodyear qu’ils s’en aillent et vous laissent tranquilles, nous venons de gagner un jugement énorme qui nous permet à tous de garder notre emploi pour encore un très long moment.

 

La situation dans la zone euro et plus largement dans le monde se détériore de jour en jour, les chiffres des demandeurs d’emplois s’affolent dans une période aussi néfaste pour le monde du travail, nous devons donc tout faire pour garder nos emplois, le syndicalisme est de se battre pour l’emploi et non le pôle emploi.

 

Les annonces des plans sociaux se multiplient, hier encore le groupe PSA annonce qu’il va supprimer 5000 postes en France pour investir massivement au Brésil, le groupe Volkswagen annonce un investissement de 2 milliards d’euros dans ce même pays, face à de tels comportements irresponsables et des politiques laxistes, la seule solution est la résistance.

 

En 2012, nous serons encore des Goodyear et notre objectif est d’obliger rapidement le groupe Goodyear monde à abandonner son projet de restructuration faute de quoi l’acharnement coûtera au groupe sa perte, nous sommes proches de gagner la guerre que nous avons démarré il y a bientôt 5 ans.

 

La direction peut bien essayer de minimiser l’impact du jugement que nous venons de gagner, mais au lieu de s’acharner sur ceux qui se battent elle ferait mieux de stopper son projet de restructuration pour qu’ensemble nous puissions travailler à un projet d’avenir industriel et social sur notre usine.

Jamais un projet de restructuration n’a coûté aussi cher à un groupe que celui de la direction Goodyear, soit la direction pose les armes et travaille avec nous à un avenir concret, soit le groupe Goodyear plonge, nous sommes déterminés comme personne à s’opposer à une restructuration totalement farfelue, s’il existe un responsable Goodyear Monde avec un peu d’intelligence il doit immédiatement stopper le projet que nous subissons depuis 2007, soit la direction accepte notre deal soit elle va dans les mois à venir comprendre que la CGT Goodyear a encore énormément d’arguments à développer, le jugement d’hier même s’il est très fort n’est rien à coté de ce qui va arriver.

 

Dépenser des fortunes dans des pages de publicité dans le Courrier Picard, s’acharner contre des représentants du personnel et vouloir leur peau, négliger la santé des salariés, tout cela se paye et se payera encore plus d’ici peu, sans la CGT chez Goodyear aucun jugement n’aurait été gagné, pas plus sur les HAP/CMR que sur le Plan social, nous sommes là et pour un bon moment, n’en déplaise à la direction et à ses sbires.

 

Pour votre information, nous vous confirmons que cette année vous aurez droit à votre 13é mois et votre colis de fin d’année, car partout où elle est la CGT Goodyear tient ses engagements, aussi bien au CE que dans toutes les autres instances. 

 

Il y a donc la CGT, et les autres.
Merci de votre confiance, de votre soutien, fier d’être des vôtres, fier d’être des Goodyear. 

 

Vos élus, votre syndicat CGT

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article