Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 07:08

Lundi 2 juillet 2012

Rassemblement du 28 juin à PSA : prêts pour le combat ! 

 

Ce sont entre 1000 et 1500 personnes qui se sont retrouvées devant le siège de PSA avenue de la Grande Armée, à l'occasion de la tenue du Comité de Groupe Européen.

800 ouvriers de PSA Aulnay, l'usine pratiquement  totalement à l'arrêt, des délégations massives de tous les sites de France, des délégations espagnoles et allemandes (voir "PSA et GM : internationaliser la lutte !")

Une ambiance électrique, une forte détermination.

On notait l'absence de toute représentant officiel de la Confédération ou de la Fédération de la Métallurgie, occupée le même jour à une manifestation bidon devant le siège du MEDEF pour préparer la prétendue "Conférence sociale de Juillet" - moins de gens que devant PSA, la misère ! On voit bien où sont les priorités des dirigeants confédéraux...

 

Le reportage vidéo diffusé par les camarades de la CGT PSA sur ce rassemblement donne le ton, nous le reprenons.

 

Reportage sur le rassemblement du 28 juin from CGT PSA Aulnay on Vimeo.

 

On est quand même un petit peu déçu par les interventions des camarades, très centrées sur l'usine d'Aulnay, minimisant la mobilisation (comme si on pouvait arriver à 100% de grévistes !), silencieux sur l'impact régional pour la jeunesse et les communes, discrets sur la lutte commune "tous ensemble", pourtant massivement repris par les présents, et carrément silencieux sur les enjeux d'une lutte internationale.

Pas beaucoup de perspectives au final, au delà d'exprimer sa colère et de montrer ses biceps ("vous allez voir ce que vous allez voir "!) mais pas de mots d'ordre par exemple pour la défense de l'emploi et de tous les postes de travail.

On est même bien en retrait du tract d'appel diffusé par la CGT d'Aulnay le 21 juin, repris ensuite largement dans le groupe, et qui concluait :

Augmenter les salaires en France et en Europe pour vivre mieux et relancer l’activité économique.
Répartir les productions pour garantir le maintien de tous les sites.
Baisser les cadences pour travailler mieux et ne plus laisser sa santé au boulot.
Permettre une préretraite-pénibilité, compensés par l’embauche des précaires en CDI.
Tous, ensemble !

 

Laissons de côté la relance de l'activité économique par la hausse des salaires, grosse bêtise réformiste qui escamote complètement ce qu'est vraiment le capitalisme, la guerre économique mondialisée,  la crise etc.

Mais pourquoi ne pas être reparti de ces revendications ouvrières, là, dans ce rassemblement de combat, pour construire, avec les camarades de toute la France, les camarades allemands et espagnols la lutte commune ?

On était assez en retrait de la mobilisation réelle du moment, comme si les camarades hésitaient à aller de l'avant, à élargir le mouvement au delà des grandes déclarations.

 

Il y avait d'ailleurs un certain paradoxe à ce rassemblement : il avait lieu devant le siège de PSA dont les plans sont limpides depuis l'an dernier, ce que soulignent à l'envie les camarades de la CGT et qui largement connu des ouvriers du groupe.

Le tract diffusé par les camarades de Voie Prolétarienne dans le rassemblement

logo pdf

Illusions réformistes sur le gouvernement Hollande/Montebourg, ou lutte de classe pour une autre société ?

Paradoxe, car c'est finalement devant le fameux ministère du "redressement productif" qu'il aurait peut-être fallu aller, pour mettre Montebourg et le gouvernement devant les faits.

Durant le week-end qui a suivi le rassemblement, JP Mercier s'en est pris violemment à Montebourg ("la CGT se demande à quel jeu joue Arnaud Montebourg"), et il a mille fois raison. La question n'est pas d'entretenir l'illusion que le nouveau gouvernement de gauche va pouvoir empêcher la fermeture de l'usine d'Aulnay, bien au contraire, il faut balayer ces illusions chez les travailleurs, pour qu'ils puissent partir au combat en toute lucidité, en sachant où sont les amis, où sont les ennemis. En mettant le ministre et le gouvernement au pied du mur, on les force à se déterminer - et c'est ce qui se passe.

 

Maintenant, l'urgence est à construire un vrai plan de bataille, il faut passer à l'offensive. Des CCE vont avoir lieu les 12 et 25 juillet, et c'est là que les annonces importantes vont être faites. Les camarades de General Motors ont défilé à Strasbourg samedi dernier, il faut avancer, pour la rentrée, c'est cela qu'attendent les travailleurs de PSA et General Motors !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article