Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 14:09

Mardi 22 septembre 2015

Victoire pour les chibanis de la SNCF : mais où était la CGT ?

 

Les « chibanis » ce sont les anciens retraités de la SNCF, qui du fait de leur statut particulier de vacataires (ils n’étaient pas français, la plupart étaient marocains), n’ont eu droit qu’à une retraite amputée. Ils viennent de gagner en première instance aux Prud'hommes, et on attend la décision, ou pas de la SNCF de faire appel.

Nous mettons ici une petite vidéo extraite d’un journal télévisé qui explique le détail de la discrimination qu’ils ont subi depuis si longtemps.

 

 

En lutte depuis de longues années (depuis 2004) pour l’égalité des droits avec leurs collègues cheminots français, ils étaient bien seuls à se battre…

« Où sont les syndicats ouvriers ? » pouvait-on lire à juste titre sur les tracts de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France), seule association les avoir défendus jusqu’au bout.

 

Oui, où était la CGT Cheminots, elle qui avait signé l’accord au rabais sur les retraites pour ces fameux « PS25 » (ce fameux statut vacataire) en 2004 ? Mal à l’aise peut-être ? L’argumentaire diffusé à l’époque par le syndicat était plus qu’ambigu, justifiant même l’existence de ce régime discriminatoire au nom de la défense du statut du cheminot (voir le texte de l’époque ci-contre). Aujourd’hui, la CGT se félicite de la victoire des chibanis (toujours ci-contre), mais évite de revenir soigneusement sur le silence peu glorieux des années passées (la ré-écriture de l’histoire est un art à part entière…)
On notera aussi la déclaration de SUD Rail (idem), qui a quand même eu la décence de se porter partie volontaire au procès, c’était un minimum que semble-t-il la CGT n'a pas jugé utile de faire.

 

Nous publions ci-dessous le communiqué de victoire de l’ATMF, qui fera honte à tous les syndicalistes qui ont refusé de se battre pour l’égalité des droits au nom de la défense de leurs privilèges…

La revendication n’était pourtant pas compliquée, connue et défendue depuis belle lurette (et reprise, aujourd’hui, par la CGT cheminots) :

Ouverture de la fonction publique à tous les étrangers !
Egalité complète de tous les droits !

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers Retraites
commenter cet article