Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 20:00
Mercredi 13 Juin 2007
Solidarité avec les grévistes sans-papiers de Buffalo Grill

buffalo2.jpgDepuis deux semaines, la grève se poursuit à Buffalo Grill, avec en tête le personnel sans-papiers. Soutenue énergiquement par l'UD CGT de l'Essonne (déjà à l'origine de la régularisation des ouvriers de Modeluxe), c'est un exemple de lutte de classe, du syndicalisme de classe et de masse dont nous nous revendiquons.
La régularisation sans condition des sans-papiers, la liberté de circulation et d'installation, l'égalité absolue de tous les droits sont des revendications clés de notre conception du syndicalisme. Nous l'avons dit, c'est  une des pierres de touche qui séparent le syndicalisme collabo du syndicalisme de classe.
Il est d'autant plus important de soutenir aujourd'hui la lutte des Buffalo Grill, de défendre le syndicalisme pratiqué dans le 91. Nous publions ci-dessous un mail de Raymond Chauveau qui fait le point de  la lutte accompagné du tract de soutien diffusé par l'UD CGT, que nous invitons tous nos lecteurs à faire circuler, et à faire signer la pétition du verso !



Cher-e ami-e, cher-e camarade

Nous mettons à profit un moment de répit dans cette lutte engagée pour la régularisation des employés "sans papiers" de Buffalo Grill pour vous communiquer des informations sur la situation et vous proposer des initiatives afin de soutenir ces travailleurs embauchés parceque "sans papiers" et licenciés parceque "sans papiers".

Pour rappel l’occupation du restaurant Buffalo Grill de Viry Chatillon (sortie N°7 sur l’autoroute A6 en direction d’Evry, sortie Viry-centre, le Buffalo se trouve à côté de Renault Sport) est effective depuis le mardi 29 mai 15 heures. Aujourd’hui nous recensons 60 camarades employés par Buffalo grill, en grève, démissionnés ou licenciés dans la dernière période par la chaîne, qui se sont engagés dans cette lutte pour leur régularisation. Nous étions vingt (20) le lundi 28 mai, jour où nous avons décidé d’occuper le restaurant de Viry Chatillon. Ces camarades travaillent ou travaillaient sur vingt et un (21) restaurants de la chaîne, principalement de la région parisenne et en particulier dans l’Essonne. Au moment où nous écrivons ces lignes, leur nombre est en train de grandir.

A la demande de la Préfecture de l’Essonne nous avons déposé le mardi 28 mai une première liste de 27 noms et le mardi 5 juin une liste complémentaire de 24 noms. Ces listes ont été communiquées conjointement à la direction de l’entreprise.

Le dimanche 3 juin, jour de la fête des "mères", une délégation d’employés "sans papiers" de Buffalo, est allée à Lille participer au rassemblement organisé par les organisations syndicales Cgt/ Cfdt/ Fo/ Cftc, devant le Buffalo de la ville, avec les employés des différents Buffalo du Nord de la France, pour protester contre leur conditions de salaires et de travail et pour revendiquer en particulier un 13ème mois et le paiement des heures supplémentaires.

Pourquoi le 3 juin, jour de la "fête des mères"? Dans le nord, à cette occasion, traditionnellement Buffalo explose son chiffre d’affaire. Ce rassemblement était prévu de longue date par les organsiations syndicales. Cela a été un vrai succès de part le nombre et la détermination des jeunes grévistes massés toute la matinée devant le Buffalo de Lille. Tous ont tout signé la pétition syndicale présentée par la Cgt pour exiger la régularisation des employés "sans papiers" ainsi que les passants. Dans les discussions il est notamment apparu que le système des heures supplémentaires bien réelles mais complètement tansparentes sur les feuilles de paye s’applique aussi bien aux employés "sans papiers" qu’aux employés "avec papiers".

Jeudi 7 juin, la quasi totalité des employés "sans papiers" qui occupent le restaurant de Viry Chatillon sont allés à nouveau manifester avec leur camarades "avec papiers" de Buffalo Grill de la région parisienne, toujours sur les mêmes revendications développées à Lille. Cette fois ci devant le siège du fond d’investissement "Colonie capital" (actionaire principal de Buffalo) dans le 8éme arrondissement. Lors de cette initiative organisée par la Cgt de l’entrerpise, les employés "sans papiers" de Buffalo Grill sont venus avec leur banderole : "des papiers pour les employés "sans papiers" de Buffalo". Signé Ud Cgt Essonne." Même succès pour la siganture des pétitions.

Parallèlement une nouvelle rencontre avait lieu à la même heure à la Préfecture de l’Essonne entre la direction de l’Union départementale Cgt de l’Essonne, la direction de Buffalo Grill et Monsieur le Préfet. A cette occasion le Préfet nous a informé qu’une enquête préléminaire était ouverte par le Parquet concernant la présence d’employés "sans papiers" à Buffalo Grill.

De son côté la direction de Buffalo Grill par la voix de son avocat (présent à cette rencontre) a indiqué qu’elle était prête à se retourner contre les employés de Buffalo Grill en défaut de titre séjour régulier. Comme elle s’est déclarée prête à attaquer en justice le représentant de la Cgt pour les propos tenus dans les médias. Sur le fond du dossier, le Préfet a indiqué qu’il était en contact avec le ministère concerné mais que le nombre de régularisations serait limité. Aucun autre rendez vous, n’est pour le moment fixé. Cette juridiciarisation du dossier des employés "sans papiers" de Buffalo Grill, engagée par le Parquet à laquelle entend participer la direction de Buffalo, vise à transformer les "sans papiers" de Buffalo de victimes d’un "systéme", en coupables.

Comme nous l’avons dit depuis le début de cette lutte : ces camarades ont été embauchés par Buffalo parcequ’ils étaient "sans papiers". Soixante camarades (60), au moins, au jour d’aujourd’hui peuvent en témoigner, et nous avons aussi des éléments probants qui le prouvent. Ces camarades se sont présentés chez Buffalo pour y être embauchés, parcequ’ils savaient pertinement qu’ils le seraient, bien que "sans papiers". Avec eux la direction de Buffalo disposait d’une main d’oeuvre flexible à souhait, taillable et corvéable à merci. Fort de leur pouvoir sur ces employés "sans papiers", certains managers iront jusqu’à faire travailler certains camarades pour leur compte personnel. Si à cela on ajoute le fait que depuis 2004, l’entreprise Buffalo Grill est exonérée de "charges sociales" à hauteur de quatre (4) millions d’euros, l’embauche de ces employés "sans papiers" était une véritable aubaine. La direction de Buffalo grill avait non seulement à sa disposition une main d’oeuvre flexible à souhait, taillable et corvéable à merci, qui travaillait sous la menace permanente de la police. Mais qui plus est, elle ne payait aucune "charge sociale" sur les salaires. Et maintenant il faudrait régler cette question "juridiquement"? C’est à dire faire de ces travailleurs les coupables? Jean Valjean n’est pas mort. Sa condamnation au bagne pour le vol d’un pain n’avait elle pas été stigmatisée par Victor Hugo comme le symbole de l’oppression qu’impose une société injuste à à une population écrasée?

Vendredi 8 juin tous les employés "sans papiers" qui occupent le restaurant de Viry Chatillon ont participé à la manifestation départementale organisée par l’ensemble des organisations syndicales de l’essonne pour les salaires, l’emploi, la défense des services publics, derrière la banderole : "des papiers pour les employés "sans papiers" de Buffalo". Tout au long de cette manifestation qui a rassemblé mille (1000) salariés les mots d’ordre suivants ont été repris : "c’est nous les Buffalo, embauchés derrière les fourneaux, depuis des années, aujourd’hui ils veulent nous virer, il faut, il faut il faut régulariser !" ; "Pour nos salaires, c’est tous ensemble qu’il faut lutter, et un, et deux, et trois cent euros" ; "grévistes licenciés, ouvriers "sans papiers", salariés mal payés, public privé, c’est tous ensemble qu’il faut lutter".`Les camarades "sans papiers" qui occupent l’église St Paul à Massy étaient également nombreux à cette manifestation et très dynamiques. Ils scandaient "une seule solution la régularisation".

Au retour de cette manifestation, la direction du restaurant a essayé d’empêcher les grévistes de réoccuper les lieux. Immédiatement le restaurant a été bloqué. Sur les "sièges de jardin" du restaurant tout le monde s’est installé face à la porte d’entrée, sur le parking. S’en est suivi une longue discussion avec le Pdg et son avocat arrivés en catastrophe sur les lieux. A l’issue de cet échange, le Pdg a réitéré "sa volonté de tout faire pour aider ses salariés". Il s’est engagé à prendre contact directement avec le cabinet du ministre afin de faire avancer le règlement du dossier. En contre partie il demandait à la Cgt et aux grévistes de libérer le restaurant pour le WE. Cela lui a été refusé. A 19 heures, vendredi 8 juin, il fermait son restaurant suite à "un mouvement social". Fait unique dans l’histoire de la chaîne qui a toujours fait de l’ouverture de ces restaurants, quoiqu’il arrive, un argument commercial. Comme l’ont rappelé les camarades employés "sans papiers" : "les seuls restaurants qui ont fermé chez Buffalo, ce sont ceux qui ont brulé".

A 23h30, vendredi 8 juin, les employés "sans papiers" de Buffalo Grill finissaient de monter deux grandes tentes fournies par la Cgt pour pouvoir passer cette première nuit sur le parking du restaurant de Viry Chatillon. L’occupation du restaurant de Buffalo grill continue et le mouvement vient de se renforcer suite au coup de force tenter par la direction de la chaîne.

Tous les employés "sans papiers" de la chaîne encore au travail dans les restaurants sont maintenant appelés à rejoindre le QG des "sans papiers" de Buffalo au restaurant de Viry Chatillon.

Au moment où nous écrivons ces lignes, des militants de la Cgt, avec des militants pour la "régularisation globale" sont en train, ou ont diffusé, le tract "Salariés de Buffalo Grill, ils ont osé dire stop" signé de l’UD Cgt de l’Essonne et de La Cgt de Buffalo Grill. Tract daté du 1er juin 2007 que vous avez en pièce jointe. D’après les informations qui nous remontent, l’accueil fait lors de la distribution de ce tract sur les départements 91, 93, 95, 18 ...lors du "coup de feu" notamment entre 11 heures et 12 heures, aussi bien par les employés de la chaîne que par les clients est très bon. La pétition qui l’accompagne est bien accueillie.

Diffuser le plus largement ce tract devant les restaurants Buffalo Grill est aujourd’hui une façon particulièrement efficace de soutenir non seulement la lutte des employés "sans papiers" de Buffalo Grill, mais d’apporter une contribution très concrète pour gagner leur régularisation. Ils ont été embauchés "parceque sans papiers", ils doivent être régularisés.

Bien entendu maintenant que le QG de campagne pour la régularisation des employés "sans papiers" de Buffalo Grill est installé sur le parking du restaurant de Viry Chatillon, dans la mesure des disponibilités données par l’évolution de la lutte elle même, avec tous les camarades "sans papiers" nous serons très contents de pouvoir vous y accueillir.

Pour l’Union départementale Cgt 91
Chauveau Raymond.
buffalo.jpg

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers
commenter cet article