Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 06:41

Lundi 27 septembre 2010

Soutien urgent aux camarades du CGTE-Dalkia 

 

Logo-CGTESUD.jpgNous venons de recevoir un nouvel appel des camarades du CGT-E Dalkia (Sud Energie). Il s'agit maintenant de saisie sur les biens personnels des camarades, et nous ne pouvons pas laisser faire.

Aussi, nous lançons un appel solennel à tous les lecteurs de ce blog, à tous les syndicats pour qu'ils participent de toute urgence au soutien financier aux camarades.

Nous ne pouvons laisser détruire les camarades, les envoyer à la misère, quant à la Fédération de la Construction CGT, nous invitons tous les militants et syndicats de cette fédération à protester ouvertement auprès de leur direction ouvertement collabo et rangée dans le camp de la direction de Veolia.

 

                                                                                            
HuissierCGTEChers camarades,


Il y a quelques jours, nous vous alertions sur la situation des camarades du CGT-E Dalkia face à la politique répressive de la direction de l'entreprise et de l'acharnement judiciaire dont elle fait preuve à leur encontre, avec la complicité ostentatoire des dirigeants de la Fédération de la Construction CGT.


Ainsi, en plus des plaintes en Pénal déposées par des responsables de cette même fédération et par certains délégués du personnel à la solde de l'employeur dont l'objet est de criminaliser ses militants les plus impliqués et les plus combatifs, le CGT-E a du comparaître pas moins de quarante fois en un peu plus de quatre ans devant les Tribunaux de grande instance (TGI) et les Tribunaux d'instance (TI).


En effet, dans leur stratégie de contestation obstinée de la représentativité régionale et nationale du CGT-E, Dalkia (la filiale énergie du groupe monopoliste Veolia environnement ) et la CGT Construction (renforcées par le soutien d'un syndicat maison régional) n'ont pas hésité à réclamer et obtenu du juge d'instance de Lille, plusieurs condamnations solidaires du syndicat et de ses principaux animateurs. C'est à dire qu'à défaut du paiement par le syndicat des amendes décidées par le juge, l'entreprise et la fédération CGT  sont autorisés à se retourner contre les délégués nationaux qui doivent payer personnellement les sommes exorbitantes fixées par le juge, sans se soucier de leurs revenus réels et de leurs situations personnelles et familiales... auxquels se rajoutent les frais d'huissier.  

 

Ces condamnations (englobant l'article 700, les dommages et intérêts et l'amende civile) dont le montant global dépasse les 30 000 euros, sont prononcées alors que le CGT-E est en défense. Par ses décisions contestables, le juge a très largement outrepassé son pouvoir en prononçant, dans certains cas, des condamnations dépassant la compétence de son institution.
Aujourd'hui, Dalkia a décidé de passer à l'acte en procédant par voie d'huissier à la saisie du compte bancaire personnel de notre camarade Ali Bendris, Délégué syndical central du CGT-E qui, comme précisé dans l'annexe de l'avis d'huissier (voir ci-dessus, sur l'image), ne disposera que d'une somme à caractère alimentaire de 460 € équivalente au RSA en vigueur depuis le 1er janvier 2010. la saisie sera effective à compter du 14 octobre prochain.


L'épée de Damoclès ainsi aiguisée est également suspendue sur la tête de Bruno Sinagoga et d'Olivier Cadario, respectivement secrétaire général du syndicat et représentant syndical au CCE.
Cette abjection caractérisant le déni de la démocratie et la violation de la liberté syndicale vise à faire plier les  genoux de nos camarades et à empêcher l'ancrage dans l'entreprise et le développement du syndicalisme de lutte, honnête et indépendant de l'employeur.
Pour contrer ces dérives inquiétantes qui peuvent mettre en péril l'équilibre social des principaux animateurs du CGT-E et menacer leur intégrité morale et physique, nous appelons tous les militants syndicaux et politiques, les associations, les hommes et les femmes de progrès attachés aux droits et aux libertés démocratiques de leur exprimer leurs soutiens politique et financier.


Nous  les exhortons d'intervenir auprès des directions du goupe Veolia Environnement et de Dalkia pour exiger l'arrêt de cette procédure inique, incompatible avec la démocratie et la liberté d'expression et d'opinion, faute de quoi, les camarades envisagent d'entamer une grève de la faim pour dénoncer ces dérives antidémocratiques et les atteintes à la liberté syndicale.


Veillez adresser vos messages à :
M. Antoine Frerot, PDG du groupe Veolia environnement
mail : antoine.frerot@veolia.com fax: 01 71 75 10 45
M. Olivier Barbaroux, PDG du groupe Dalkia
mail: obarbaroux@dalkia.com fax: 01 71 00 71 70
M. Franck Lacroix, Directeur général de Dalkia France
mail : flacroix@dalkia.com fax: 03 20 63 42 00

 

Nous comptons sur votre soutien militant.
le bureau du CGT-E


Vous pouvez adresser votre aide financière à :
Mme HARSANT Michelle - 26 Avenue de Bretagne 35135 Chantepie
(chèque à l’ordre de « Solidarité CGT-E »)

*Un reçu vous sera remis
 


Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Répression
commenter cet article

commentaires

Communiqué 14/10/2010 15:08


REPRESSION SYNDICALE : DALKIA RECULE

COMMUNIQUE DU CGT-E

Suite à l'intervention de plusieurs amis et camarades auprès du PDG de Veolia et du PDG du groupe Dalkia dénonçant la décision abjecte de la direction de Dalkia de contraindre "par corps" les
militants du CGT-E à renoncer à leur combat syndical dans la société en opérant par voie d'huissier à la saisie de leurs comptes bancaires personnels (en ne leur laissant que le RSA -460€- pour
subsister) Dalkia opère une reculade et ordonne l'arrêt de la saisie.

Cependant, cette décision ne sera effective que si la banque reçoit une mainlevée officielle de l'entreprise. Ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui. De ce fait, les banques ne peuvent renoncer
d'elles-mêmes à l'exécution des décisions.

Aussi, contrairement à ce qu'affirme d'une manière éhontée la direction du groupe en réponse aux interventions écrites de solidarité, c'est bien Dalkia et ses alliés syndicaux qui ont, à de
nombreuses reprises, demandé des condamnations personnelles. Les tribunaux qui, certes ont fait droit à leurs demandes, n'ont jamais jugé ultra-petita, c'est à dire sans demande des plaignants.

D'ores et déjà, le CGT-E remercie toutes celles et ceux qui ont, sous quelque forme que ce soit, manifesté à ses militants et à leur combat difficile, douloureux et inégal contre la direction d'un
des plus grand monopoliste du monde et ses vils alliés camouflés sous le manteau du syndicalisme jaune, un soutien politique, moral ou financier.

Le CGT-E et ses militants confirment leur encrage au syndicalisme de lutte de classe pour la construction d'une société socialiste, démocratique, humaniste et internationaliste.

Le CGT-E exprime sa solidarité pleine et entière aux travailleurs en lutte sur plusieurs fronts pour défendre leurs salaires, leurs emplois, leurs conditions de travail... Il exprime sa solidarité
aux collectifs syndicaux et à leurs animateurs qui se battent contre le patronat et contre la bureaucratie syndicale et l'aristocratie ouvrière plus encline à défendre sa rente de situation que les
intérêts des travailleurs, pour que vive l'outil syndical indépendant des exploiteurs et de leurs alliés et respectueux de la démocratie syndicale.