Le fil de Voie Prolétarienne

29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 16:21

Dimanche 29 Mai 2011

Sans-papiers : rien n'est réglé, tout continue...

 

CGT-06.jpgNous ne reviendrons pas ici trop longtemps sur l'échec du mouvement des sans-papiers, et en particulier, l'échec calamiteux de la stratégie réformiste avancée par la Confédération et enfourchée par tous les autres (dont SUD/Solidaires et bien d'autres...). Nos camarades sans-papiers ont par contre été admirables de détermination et de volonté, contre vents et marée, et aujourd'hui encore ils continuent le combat (voir plus loin).

Nous avons consacré de très nombreux articlesà cette lutte et à la critique de cette impasse réformiste sur ce blog, depuis le début, et nous invitons nos nouveaux lecteurs à s'y reporter (voir la section consacrée au sujet, ICI).

 

Disons que cette stratégie imaginait créer un rapport de force symbolique et limité pour pousser le gouvernement à négocier, dans une logique responsable et raisonnable d'intégration de la force de travail immigrée au marché du travail capitaliste.

  • D'où le refus absolu d'élargir le mouvement au delà de la région parisienne et de quelques conflits symboliques.
  • D'où l'acceptation de l'abandon des bastions occupés lorsque la pression policière est devenue trop forte, le départ des marches de l'Opéra Bastille, l'arrêt de l'occupation de la CNIH Porte dorée etc.
  • D'où l'acceptation des critères économiques, région par région, métier par métier, pays d'origine par pays d'origine... (voir ICI l'arrêté du 18 janvier 2008 base de ces critères) et on peut être sur que demain, ils accepteront la restriction de cette liste que Guéant annonce déjà.
  • D'où pendant un moment la collusion sans honte avec une partie du patronat (PME, Veolia...) pour tenter d'arriver à leurs fins, et la chasse aux CERFAs mise en priorité qui suppose la bonne volonté de l'employeur.
  • D'où l'acceptation du réglement des dossiers au cas par cas.
  • D'où l'abandon complet du mot d'ordre de régularisation de tous les sans-papiers pour, au mieux, revendiquer celle des "travailleurs" sans-papiers, et le plus souvent uniquement celle des grévistes qui répondent aux critères de Sarkozy/Fillon/Hortefeux/Besson/Guéant...
  • D'où les pleurnicheries permanentes sur les préfectures qui "ne jouent pas le jeu", qui "n'appliquent pas les critères".
  • D'où les mensonges honteux et répétés pour tenter de masquer la faillite de leur orientation qui a mené le mouvement à l'échec, champion du monde Raymond Chauveau, principal dirigeant CGT du mouvement.
  • D'où toutes les manoeuvres pour empêcher les camarades sans-papiers de s'organiser par eux-mêmes.
  • D'où la manipulation de certains de ces camarades dans les structures de la CGT (congrès confédéral, par exemple) pour escamoter le débat de fond et contradictoire sur la stratégie et la tactique de la lutte pour la régularisation de nos camarades sans-papiers.

Cette stratégie a échoué, car le gouvernement comme les préfectures "n'ont pas joué le jeu" (sic !). Depuis la circulaire Besson de novembre 2009, son addendum et son guide des bonnes pratiques, rien n'a bougé, sur l'essentiel, et la crise économique a renvoyé les réformistes à la réalité de leur politique : des adjoints recruteurs des capitalistes français. Au lieu de mobiliser pour l'unité, pour l'égalité des droits, pour la régularisation sans condition de tous les sans-papiers et construire l'unité de la classe ouvrière internationale et multinationale, on est rentré sur le terrain du capitalisme, du marché, de la concurrence...


Dans un article que vient de publier le 27 mai l'Humanité et sauvegardé ICI, une représentante de RESF, par ailleurs à SUD, admet qu'il n'y a eu que 13% de régularisations, et autant d'OQTF. Nous l'avions déjà dit dans de précédents articles : on est même loin des annonces de Besson lors de la publication de sa circulaire (un millier de régularisations annonçait-il alors à France-Inter, on peut revoir la vidéo ICI). Une réunion vient de se tenir Jeudi dernier 26 mai, dont un compte rendu minimal est lapidaire : "Constat : Démobilisation du mouvement. Le mouvement n’est plus dans un rapport de force face aux ministères. L’addendum n’est pas réellement respecté. La “ population intérimaire “ est particulièrement touchée / situation boquée" et un peu plus loin : "Un rappel a été fait : le mouvement est unitaire, qu’il ne s’agit pas de positionner d’un côté la cgt et de l’autre les grévistes – il est essentiel de rester uni et solidaire". Et oui, de plus en plus de camarades sans-papiers ouvrent les yeux et voient l'impasse où les a menée l'orientation réformiste de la CGT.

 

Cela dit, si les réformistes ont fait faillite, il reste à les démasquer, car très rares sont les camarades à afficher la réalité ouvertement comme nous le faisons, et si la lutte est un échec fracassant, le combat de nos camarades sans-papiers continue. Car ce n'est pas affaire de dignité, comme l'affirment les réformistes, mais d'urgence et de nécessité.

A Cannes, les employés d'une résidence de luxe se mettent en grève pendant le festival (voir le tract de l'UD ICI et la vidéo ci-dessous). On remarquera à la fois le courage des grévistes, et la persistance du discours des responsables CGT pour imaginer obtenir la régularisation par le rôle économique des camarades... Et on dit quoi aux chômeurs ??? Et on répond quoi à Guéant qui veut réserver les emplois du bâtiment aux "français de souche" ?

 

 

De même aux salons Hoche à Paris 17ème.

Et encore, samedi dernier, des camarades occupent à nouveau la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration (CNHI) avant une nouvelle fois de l'évacuer (contre promesses - qui n'engagent que celles et ceux qui les croient !) et de rejoindre la manifestation parisienne "D'ailleurs, nous sommes d'ici".

C'est la preuve que le combat continue et continuera. On peut imaginer sans mal les réformistes de la CGT et de RESF tenter de jouer la carte 2012 en espérant une régularisation par le PS, mais une nouvelle fois, ils nous mènent à l'impasse. Les dirigeants du PS sont aux abonnés absents depuis le début de ce mouvement, et ils ne remettront pas en cause la régularisation sur critères et selon la bonne marche de l'économie capitaliste. Car ils sont encore plus "raisonnables", encore plus englués dans la gestion capitaliste que tous les autres réformistes de la lutte.

 

Non, la seule issue, même si pour l'instant elle est un peu lointaine (digestion de l'échec oblige), réside dans l'organisation indépendante des sans-papiers, dans le combat de classe sans concession, et dans la participation active des syndicalistes de classe à ce combat, sur une base internationaliste, c'est à dire contre toutes les orientations réformistes.

 

La classe ouvrière est internationale, la classe ouvrière est multinationale !

Le cas par cas, on n'en veut pas ! Les critères, on n'en veut pas !

Régularisation sans conditions de tous les sans-papiers !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers
commenter cet article

commentaires

pj49 31/05/2011


« Non, la seule issue, même si pour l'instant elle est un peu lointaine (digestion de l'échec oblige), réside dans l'organisation indépendante des sans-papiers, dans le combat de classe sans
concession, et dans la participation active des syndicalistes de classe à ce combat, sur une base internationaliste, c'est à dire contre toutes les orientations réformistes. »
J'avoue ne pas comprendre les camarades du blog car elle existe cette organisation indépendante des sans papiers! Elle existe formellement dans le Ministère de la Régularisation de Tous les Sans
Papiers issu de la rue Baudelique. Ce MRTSP qui regroupe des collectifs de la région parisienne essaie de survivre à la sortie, en apparence en fanfare, mais catastrophique dans les faits, du lieu.
Un recul aussi bien matériel que politique; un remake du départ de la BdT; comme au départ de la BdT, les collectifs se sont soumis sans combattre au diktat de la préfecture de Paris et, comme à la
BdT, une nouvelle scission à la clé. Mais de la faute à qui? Les syndicalistes d'opposition, à ce que je sache, ne se sont jamais vraiment investis, à part dans le campement de la BdT et sur une
courte période, et ont laissé le champ libre aux opportunistes pas seulement français mais aussi délégués sans jamais proposer d'alternative réelle à l'abandon du lieu et au cas par cas...
Ce départ était négocié entre le MRTSP et la préfecture et, comme devant la BdT, il s'agissait de l'examen sur les critères de la préfecture des dossiers au cas par cas; au final, ils ont fait dans
l'occupation de Baudelique comme la CGT dans les grèves; mais encore une fois, de la faute à qui? Qui a combattu le réformisme dans les rangs sans papiers, qui a clarifié les enjeux et qui était
porteur d'une orientation politique pour proposer des mesures concrètes; sur quoi et sur qui les prolétaires qui voulaient organiser la résistance ont-ils pu compter? Avec quelle perspective claire
pour porter et élargir cette résistance?
Il est certain que les délégués des collectifs portent une lourde responsabilité mais des tentatives intéressantes ont été faites pour élargir leur champ d'intervention notamment la « marche
Paris-Nice » et plus récemment la présence d'une délégation au Forum Social Mondial; même si des raisons internes présidaient à ces actions, elles ont eu des retombées qui les inscrivent dans
l'avenir.
Les sans papiers organisés indépendants ont été laissés à eux-mêmes, de fait, à la satisfaction de délégués corrompus qui ont eu les mains libres et en ont rajouté. Les délégués sincères et les
sans papiers en paient le prix et sont à la ramasse; ils essaient de reconstruire le mouvement mais sans réel bilan cela relève de la mission impossible...
Je dois y aller et je reprendrai dès que possible mais il y a déjà matière à réflexion;
PS/ Étant de province et bien évidemment pas mal pris à Angers, je ne suis pas investi comme il serait nécessaire dans le mouvement parisien et j'ai peut-être raté des épisodes qui explique (?)
cette absence des oppositions qui se revendiquent "de classe". À l'occasion de la « charte » que les collectifs ont voulu écrire, j'ai produit un texte distribué aux réunions des
collectifs du vendredi; je l'ai envoyé au blog et je n'en ai aucun retour critique; est-il si insignifiant ou à côté de la plaque que je n'en ai eu aucun retour critique? -pj49-