Le fil de Voie Prolétarienne

7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 08:08

Samedi 7 avril 2012

Réunification de la CGT à Renault Douai

 

LogoCGTRltDouai.jpgIl y a pratiquement deux ans, la Confédération présentait une liste "officielle" contre le syndicat CGT de Renautl Douai et aboutissait à l'élimination de la CGT de l'entreprise ("La Confédération fait éliminer la CGT à Renault Douai").

Un séisme, comme nous écrivions à l'époque, et malgré les procédures judiciaires, la Cour de Cassation confirmait en octobre dernier qu'aucune des deux CGT n'était désormais représentatives sur l'entreprise ("Le syndicat avant tout. Mais Renault Douai n'a plus de DS CGT").

 

La vie du syndicat CGT Renault Douai a toujours été cahotique, dirigée pendant plusieurs années par une équipe rigide, sans aucun souci démocratique et qui avait en particulier à son actif l'exclusion des militants de Lutte Ouvrière. Une équipe CGT proche des positions du Front Syndical de Classe (d'ailleurs le syndicat d'entreprise en était adhérent), et dont le principal dirigeant était en lui même un frein au développement de la CGT.

Ce militant est heureusement parti récemment à la retraite ("Pour pouvoir mettre en place cette réunification, certains anciens ont quitté le navire" nous dit pudiquement la Voix du Nord...).

Ce départ, le renouvellement des équipes syndicales et l'arrivée de jeunes, comme très probablement les concessions des deux parties ont permis la réunification du syndicat dans l'entreprise, et c'est une bonne nouvelle.

 

Restent maintenant les questions de fond : quelle orientation va suivre le syndicat unifié ? Va-t-il s'aligner sur les positions confédérales, d'un réformisme affiché et consensuel ? Va-t-il développer  une véritable orientation syndicale de classe sur l'entreprise, accepter de travailler avec SUD majoritaire sur l'usine, pour organiser les ouvriers et travailleurs dans cette nouvelle phase aigüe des restructurations automobiles mondiales ?

Plus largement, quel est l'avenir de la CGT sur Douai et les environs où il existe encore deux unions locales ?

 

Ces questions sont celles de la CGT à Renault Douai, mais au final, ce sont celles de tous les syndicats de la CGT, celles qui traversent nos organisations, à l'heure où la crise, la guerre économique mondialisée, les délocalisations et la concurrence féroce multiplient les nouvelles menaces contre nos emplois et conditions de vie.

La question de l'unité syndicale est évidemment une question clé. Les deux CGT se réunifient à Renault, tant mieux. Mais si c'est pour développer un syndicalisme d'accompagnement, ce ne sera qu'un coup dans l'eau...

 

Le site de la CGT Renault Douai : ICI

Le courrier aux syndiqués de janvier qui amorce la réunification ICI

 

Ci-dessous, l'article publié ce jour par La Voix du Nord

 

Renault Douai voit (enfin) une CGT unifiée

 

Plus forte, la CGT réunifiée chez Renault Douai va pouvoir porter au plus haut ses idées.

L'union syndicale fait la force. Surtout lorsqu'il s'agit d'associer deux fédérations identiques au sein d'une même entreprise. ...

C'est pourquoi, après deux ans de séparation, les deux CGT établies à Renault Douai sont désormais réunifiées. « L'annonce officielle se fera le 1 er juin », prévoit Jean-Pierre Delannoy, le responsable régional Nord - Pas-de-Calais du syndicat.
 
Ainsi, les syndicats CGT de Renault Douai, dits « confédéré » et « historique », voient leur pouvoir décisionnel passer de 8,5 % et 6,5 % à 14,3 %. « On manquait de représentativité, concède le responsable syndical. Mais on avait la volonté d'avancer et de repartir sur le terrain de la défense des travailleurs. » Pour pouvoir mettre en place cette réunification, certains anciens ont quitté le navire.


Du nouveau

Le résultat est pourtant positif. Selon le responsable de la communication de la CGT « confédérée », une vingtaine d'adhésions se sont fait sentir depuis l'annonce officieuse, en janvier. « On a vu des anciens revenir et de nouveaux salariés », assure-t-il.

Pour Jean-Pierre Delannoy, c'en est terminé des problèmes de compréhensions. « Quel était l'intérêt d'avoir une division telle que celle là dans le Douaisis ? », s'enthousiasme-t-il.

X. S.

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les structures
commenter cet article

commentaires

La Voix du Nord 26/05/2012

Les deux syndicats CGT Renault-Douai pourraient n'en faire plus qu'un le 1er juin

samedi 26.05.2012, 05:02 - La Voix du Nord
PAR BERTRAND BUSSIERE

Renvoyés dos à dos. En 2010, lors des élections professionnelles de l'établissement Renault-Douai, les dernières en date, la CGT avait bu le calice jusqu'à la lie. Faute d'avoir trouvé, mais
surtout cherché, un terrain d'entente, le syndicat CGT Renault-Douai et le syndicat CGT confédéré Renault-Douai avaient présenté chacun des listes. Résultat : 8,72 %, tous collèges confondus, pour
le syndicat CGT, les « historiques » de l'usine, et 5,69 % pour les confédérés. Une catastrophe. La CGT n'était plus représentative au terme de la loi sur la représentativité d'août 2008. Le
syndicat SUD, lui, avait compté les points, devenant la seconde organisation syndicale, derrière FO.

Le temps est passé. Les rancœurs se sont doucement éteintes. « La seule qui a pu se réjouir d'un affaiblissement de la CGT, c'est la direction qui a pu mettre en oeuvre beaucoup plus facilement ses
projets. » Fabien Gâche prône l'apaisement. Ce n'est pas la première fois que le délégué syndical central CGT Renault, membre de la direction fédérale CGT métallurgie, joue les pompiers à
Renault-Douai. En 2009 déjà, aux côtés de Jean-François Caré, un ancien syndicaliste de l'usine, il avait tenté de recoller les morceaux. En pure perte. « Le problème posé à Renault-Douai est un
problème de fonctionnement et de personnes. Il n'y a plus de travail de fait depuis 2 ans. » Jean-Pierre Delannoy est responsable nordiste de l'union des syndicats des travailleurs de la
métallurgie CGT. Bien que n'étant pas toujours dans la ligne de la confédération - l'homme s'est opposé à Bernard Thibault, le secrétaire général, au 49e congrès -, Jean-Pierre Delannoy fait
aujourd'hui front commun pour « reconstruire à la base les fondations du syndicat CGT Renault-Douai ». Un collectif oeuvre à la constitution de ce seul et unique syndicat. L'acte de naissance
devrait être signé par les deux parties le 1er juin, au congrès du syndicat CGT Renault-Douai. « Tous les syndiqués CGT sans exclusive de Renault-Douai seront invités, promet Fabien Gâche. Ils
décideront des modifications de leurs statuts, d'un mode de fonctionnement démocratique de leur organisation syndicale, et éliront une nouvelle équipe d'animation du syndicat. »