Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 10:43

Dimanche 29 août 2010

Retraites : les quatre enjeux de la rentrée

 

Tous les articles de ce blog sur la défense des retraites,  ICI

 

logo pdflogo pdfLe tract diffusé pour le 7 septembre par les militants qui animent le blog. En deux versions, recto simple (plus serré), ou recto verso !

Nous arrivons à l'échéance, et ça brasse. Malgré tous les dérivatifs sécuritaires, malgré l'affaire Woerth-Bettencourt, la défense des retraites va revenir au premier plan, et durablement. L'inquiétude est forte, partout on en a discuté, même pendant les vacances.

Mardi prochain, nous serons dans la rue, et avant de nous lancer dans l'action, prenons le temps de faire le point.

 

1.jpg Le premier enjeu est de réussir la mobilisation du 7 septembre, parce qu'il est sur que si c'est médiocre, et même seulement mal réussi, il n'y aura pas de suite. Mardi 7, il faut organiser partout des participations massives, il faut une mobilisation exceptionnelle, à la hauteur de l'attaque. Durant l'été, de nombreuses structures (UL, syndicats), ont continué le travail d'explications, il faut maintenant que cela se concrétise sur le terrain.

Alors partout, nous devons mobiliser, assurer le succès des manifestations et des grèves.L'objectif n'est pas seulement de se montrer face aux médias et à l'opinion, de faire le "chiffre" le plus important possible, comme le propose maintenant la Confédération, l'enjeu est de développer le mouvement gréviste : pas de RTT, des débrayages, des grèves, des blocages, pour affirmer le rapport de forces face au patronat et au gouvernement ! Pour exprimer un rejet, bien sur, mais en positif, une détermination et la volonté d'aboutir.

Dossier_7_sept_Ensemble-fa2a0.jpgMardi 7, il faut que nous soyons des millions dans la rue, des millions en grève pour défendre nos intérêts d'ouvriers, de prolétaires exploités et usés par l'exploitation qu'on nous impose.

 

2.jpgLe deuxième enjeu qui se discute en ce moment, c'est le retrait pur et simple du projet, ou la discussion d'une réforme. On sait que la direction confédérale s'oppose ouvertement à la revendication du retrait pur et simple du projet gouvernemental : "Nous avons toujours dit qu’une réforme était nécessaire pour assurer la pérennité de nos régimes de retraite" explique encore une fois Eric Aubin dans le mensuel de rentrée (voir ci-contre), et on a entendu plusieurs fois cet été Bernard Thibault s'opposer ouvertement à FO qui revendique le retrait du projet.

Notre direction confédérale se situe complètement dans le cadre d'une discussion (certes conflictuelle) avec le gouvernement, qui pourrait déboucher sur un "bon" projet si on s'en donnait les moyens. Nous militants syndicaux de classe considérons qu'il s'agit d'une attaque centrale qui s'inscrit dans la guerre économique mondiale et l'amélioration de la compétitivité de l'impérialisme français : ce n'est bien sur pas dans un tel cadre qu'on va pouvoir sortir des améliorations au sort des travailleurs !!!

 

Aujourd'hui, de nombreux syndicats et structures s'expriment ouvertement (comme  l'exemple des cheminots Paris Saint-Lazare et beaucoup d'autres)  pour le retrait du projet - contre l'avis de la direction confédérale, donc - ou de manière plus indirecte comme l'Union Régionale Ile de France qui titre en gros "Le projet Woerth - Sarkozy - Parisot doit être abandonné !"

Les syndicalistes de classe se battent bien sur pour le retrait pur et simple du projet - rien à garder, tout à jeter ! Cela dit, c'est un enjeu réel, mais limité, car cela ne répond pas à la question centrale : "Sur quoi se bat-on ? Pour quelles revendications pour le camp des travailleurs ? Seulement pour le statu quo ?". Certainement pas, de notre point de vue, et il faut en parallèle avancer des revendications simple et mobilisatrices, c'est ce qui nous manque cruellement.

 

banderoleRetraites.jpg3.jpgLe troisième enjeu de cette rentrée, ce sont les revendications avancées. Le communiqué commun appelant au 7, comme les positions confédérales n'avancent comme revendication précise (donc mobilisatrice), que la défense de la retraite à 60 ans. Bernard Thibault, dans son passage sur RTL le 27 (voir la vidéo ci-dessous) n'avance aucun autre objectif précis. Pour la direction confédérale et les autres syndicats, il s'agit de se mobiliser le plus possible le 7, en restant le plus flou possible pour les revendications, ce qui permet (on est habitués... hélas) de présenter toute virgule modifiée comme une grande victoire.

[Mise à jour 30 août] Dans "Le Parisien" de ce jour, Thibault ressert exactement le même discours, avec exactement les mêmes limites... alors, dire qu'il hausse le ton !

La CGT a des propositions, ne cesse de répéter la Confédération, par exemple dans le mensuel Ensemble (voir ci-dessus). On aimerait des revendications précises sur la pénibilité, la durée de cotisations, le niveau des pensions (le "taux plein", c'est quoi ??? - NdlR : on n'est pas des crétins, on sait bien ce que ça veut dire, non, ça veut dire quelles pensions, quel mini, quel maxi etc.)

 

 

4.jpgEnfin, le quatrième enjeu de cette rentrée, c'est d'avancer sur la pénibilité. Sarkozy comme la direction confédérale en restent à de vagues formules sans aucun contenu, et qui se valent bien !

- Sarkozy (sur le site de l'Elysée) : "Comme le Président de la République le lui avait demandé, M. Eric WOERTH lui a fait part de ses échanges avec les partenaires sociaux et a présenté l'état d'avancement de ses travaux pour notamment une meilleure prise en compte de la pénibilité."

- La direction de la CGT (cf mensuel ensemble) : "en permettant aux salariés ayant exercé des travaux pénibles de partir plus tôt"

Plus flou, plus vague, tu meurs, dans un cas comme dans l'autre !

 

La pénibilité, c'est le coeur de notre vie d'ouvrier. C'est la fatigue quotidienne sur la machine, ou dans les services. C'est l'usure et la mort prématurée. C'est la conséquence directe de l'exploitation et de la course effrenée à la productivité. Et là, il ne s'agit pas seulement de grapiller quelques trimestres, quelques années, alors que de toutes les façons on va mourir plus jeunes. Il s'agit de mener le combat à la racine du mal, pour supprimer la notion même de pénibilité, en attendant de construire une société où nous pourrons imaginer un travail véritablement libérateur, et non pas destructeur.

La pénibilité, elle est citée à toutes les occasions, mais sans aucun contenu, même pas le rappel des négociations passées avec le MEDEF. Thibault ne fait qu'une vague allusion aux  propos de Sarkozy sur RTL... même pas le souci de préciser un peu, c'est dire !

 

 

Nous avons maintenant une semaine pour réussir une mobilisation exceptionnelle.

Une semaine pour organiser nos cortèges, nos banderoles, nos panneaux, entraîner nos collègues.

Quant à nos revendications, elles sont claires et nettes et peuvent bien sûr être développées et précisées :

 

On ne veut pas mourir au travail ! Retraite à 55 ans, sans aucune condition de trimestre ! 50 ans pour les travaux pénibles !

Retraite mini à 1600 €, retraite maxi à 3500 € !

Interdiction du travail de nuit (sauf bien sûr quelques exceptions comme la santé...), du travail posté, du travail à la chaîne !

Baisse des cadences, 30 heures par semaine, sans baisse des salaires !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Retraites
commenter cet article

commentaires

LKJ 18/09/2010 17:30


Voici les paroles du dub poet marxiste anglo-caribéen LKJ à propos du temps que le capitaliste nous vole. Un Chant de lutte à adapter dans nos manifs:

http://www.youtube.com/watch?v=ozL1rmcI-eY

we marching out the old towards the new century
armed with the new technology
we getting more and more productivity
some say things looking-up for prosperity
but if everyone going get a share this time
old mentality must get left behind

we want the shorter working day
with the shorter working week
longer holiday
we need decent pay

more time for leisure
more time for pleisure
more time for edification
more time for recreation
more time for contemplate
more time for ruminate
more time
we need more time
with more time

a full time they abolish unemployment
and revolutionize labour deployment
a full time they banish overtime
make everybody get a work this time
we need a higher quality a livity
we need it now and for everybody

we need the shorter working year
with the shorter working life
more time for the husband
more time for the wife
more time for the children
more time for the friends them
more time for meditate
more time for create
more time for living
more time for life
more time
we need more time
with more time


Eugène 18/09/2010 18:29



ICI, en lien direct.


Si un lecteur veut se lancer dans la traduction, ce serait cool... A lire vite fait, et sans tout bien comprendre, ça a l'air plutôt pas mal !



Marie 08/09/2010 19:28


Vous venez d'annoncer par l'intersyndicale que le prochain mouvement de grève était le 23.09, bravo de réagir aussi mollement, Sarko va pouvoir dormir tranquille car il fallait continuer
immédiatement.

Je suis syndiquée, je manifeste depuis des plombes et vous réagissez dans 15 jours? Les gens dans la rue sont prêts à des sacrifices de salaire, alors, réagissez et ne donnez pas une conférence
telle que je viens de la voir, elle est irrespectueuse des gens qui font la grève.

J'ai eu le sentiment que la CGT et autres (sauf FO qui veut durcir) assuraient le "minimum syndical".
Prochaine manif du 23: sans moi car j'ai bien compris votre message : c'est cuit et je crois bien que vous le saviez déjà.


Eugène 08/09/2010 19:31



On aura compris que la critique s'adresse à la Confédération et pas à ce blog.


Nous y reviendrons très vite, mais dès à présent, nous partageons complètement le sentiment de notre lectrice : oui, la situation est mûre, beaucoup d'hésitants sont prêts à passer le cap, encore
faut-il proposer un mouvement offensif !


Mais est-ce bien l'objectif de l'Intersyndicale ???


Quant à la consultation interne de la CGT, on se demande bien à quoi elle sert, puisque tout est plié avant que les résultats soient remontés...



Tof 08/09/2010 00:46


Et encore:

"Le numéro 2 de la CFDT, Marcel Grignard, a annoncé, avant le départ du cortège parisien, une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites pour le "18 ou 19 septembre, ou début
octobre."


Tof 08/09/2010 00:12


Je sais que les auteurs du blog attendent la réunion de ce mercredi entre les organisations syndicales pour donner un avis sur le contenu de la journée du 7 septembre, mais il ne faut s'appeler
Iznogoud pour comprendre que ce qui concerne notre Confédération CGT, on est en train de démobiliser en ne donnant aucune orientation claire sur les suites à ce mouvement.

Voici le communiqué de la Confédération qui sonne le glas pour les travailleurs:

Journée d’action 7 septembre
Une énorme mobilisation qui va compter
mardi 7 septembre 2010, par MLF

La mobilisation interprofessionnelle des salariés du 7 septembre 2010 à l’appel de l’ensemble des syndicats est d’une ampleur inégalée depuis de nombreuses années.

A 17h30, la CGT a recensé 2 735 000 manifestants dans 213 manifestations. A Paris et à Marseille, l’affluence dans les cortèges a nécessité d’ouvrir deux itinéraires de manifestations. Dans
plusieurs départements, les manifestations ont dû être annulées ou écourtées du fait des intempéries.

La puissance de cette journée revendicative s’illustre aussi par un plus grand nombre d’entreprises où les salariés ont décidé de faire grève en tout ou partie de la journée.

Ce sont plusieurs millions de salariés du privé et du public, de toutes générations, qui se sont mobilisés pour défendre leur retraite solidaire avec le maintien du droit au départ à 60 ans.

Le défi lancé par le calendrier imposé par le gouvernement a été spectaculairement relevé par cette action unitaire : le rapport de force aujourd’hui est plus important qu’il n’était le 24 juin
dernier. Une majorité de français soutient largement le mouvement.

La CGT considère que le Chef de l’Etat, le gouvernement et les élus du Parlement sont directement interpellés par l’événement que représente cette colère exprimée à des millions de voix.

La CGT exige du gouvernement qu’il ouvre rapidement de réelles négociations sur l’avenir des retraites des salariés. Elle met en garde contre toute attitude visant à minorer la détermination des
salariés ou à sous-estimer le message qui lui est adressé.

Forte du succès de la mobilisation interprofessionnelle de ce jour, la CGT proposera demain à l’intersyndicale un programme d’initiatives pour les prochaines semaines contribuant à ancrer et à
élargir la mobilisation dès les prochains jours.

La CGT appelle les salariés de l’ensemble des professions à rester mobilisés et unis, à prendre des initiatives dans leurs entreprises, services et administrations et à renforcer le syndicat
CGT.

Aujourd’hui ce sont bien les revendications qui ont marqué des points. Plus qu’hier, rien n’est écrit d’avance.

Montreuil, le 7 septembre 2010


oppong 04/09/2010 04:14


J'approuve la décision courageuse de la CGT Goodyear, et j'espère qu'elle contribuera à la prise de conscience. Continuer à participer à ces marches c'est cautionner les syndicats et la
collaboration de classe.


CGT Goodyear 02/09/2010 13:27


La CGT Goodyear n'appelle pas à la grève pour la journée du 7 septembre sur les retraites.
A lire sa position complète :
http://www.cgt-goodyear-nord.fr/index.php?news/2010/09/02/655-position-cgt-goodyear-pour-la-journee-du-07-09-2010

deux extraits de la déclaration :
"Depuis des mois nous ne cessons d’appeler à une lutte plus dure et concrète et non des rassemblements avec promenade de santé, nous sommes persuadés que la seule façon de faire réellement reculer
le gouvernement c’est de durcir le ton, faire comme nous l’avons fait pour le CPE avec des blocages de zones industrielles et des poumons financiers du pays."

"Le 07 septembre 2010 la CGT Goodyear n’appellera pas à la grève et nous le regrettons, mais c’est le seul moyen de nous démarquer d’une ligne qui devient de plus en plus complaisante, la base doit
être écoutée nous réclamons le retrait du projet de gouvernement et un mouvement illimité avec blocage des poumons économiques de notre pays !!!!!"


patrice bardet 31/08/2010 22:31


Allons, Greg n'est pas un "petit bureaucrate". Peut-être est-il aux abois par rapport à la poussée des bases syndicales ?

La violence de son propos est assez dérisoire : il se garde d'argumenter contre de justes revendications

Nous ne sommes pas encore (?) à la CFDT, où les "militants" sont à la botte des "dirigeants", mais des syndicats confédérés.

Les revendications ouvrières s'y discutent encore un peu, se construisent encore en commun, avec des hauts et des bas, n'en déplaise.

C'est peut-être moins simple pour certains, mais la lutte de classe à la CGT a non seulement de beaux restes, mais de l'avenir qui promet ( aussi grâce à ce blog)


andré martin 30/08/2010 18:12


Nous venons de publier sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article322 une Lettre ouverte aux jeunes : « Dénoncez ces réformes qui vous ferment les portes de l’emploi et des
entreprises ! » … et sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article316" une Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : "Les Français n’ont pas besoin de travailler plus longtemps, mais de
travailler tous !"

Si vous pensez que l’une ou l’autre de ces lettres ouvertes peut être utile aux débats et aux mobilisations à venir, vous pouvez la publier sur votre site ou mettre un lien sur vos blogs ou comptes
Facebook … ou la diffuser sous forme de tract pour inviter les jeunes à participer aux manifestations du 7 septembre


Tourtaux 30/08/2010 09:54


Et bien moi, j'approuve cet excellent article et je vais le mettre sur mon blog.
Contrairement au fameux greg,et comme pour des millions de travailleurs, les conditions de pénibilités furent le lot de toute ma vie professionnelle et j'en paie désormais le prix fort.
Récemment, suite aux conseils d'un camarade militant associatif antiamiante, j'ai demandé à faire le dépistage antiamiante.
Une dame m'a appelée au téléphone. C'était le médecin chef de la région SNCF de Reims. Elle m'a dit que les manoeuvres où j'ai travaillé durant 30 ans ne sont pas répertoriées.
Ainsi, pour la SNCF, nous sommes des marchandises, des choses, nous ne sommes rien...
Ayant du prendre une retraite prématurée à 52 ans, plusieurs accidents de travail les deux dernières années, je lui ai demandé ce que contenait mon dossier médical. Elle m'a répondu :
"vous êtes un homme usé par le travail"


greg 29/08/2010 19:40


de pire en pire, franchement critiques pour critiquer, chercher la petite bete etc... déplorable !!

c'est bas, mais alors très bas !!!

si la CGT ne répond pas à vos aspîrations, bonne route ;)


Eugène 29/08/2010 19:47



Ah, enfin le retour de notre bureaucrate nordiste...


Toujours aucune réponse sur le contenu, il n'a même pas pris le temps de lire l'article !!!