Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 05:43

Jeudi 12 Août 2010

Réponse à la CGT sur le boycott d'israël

 

logo-UJFP.gifUn article trouvé sur le site de l'UJFP en réponse à la résolution de la Commission Exécutive de la CGT refusant de s'associer au boycott d'Israël, refus que nous avons déjà condamné sur ce blog.

Une réponse en plusieurs temps, qui va dans le même sens des éléments que nous avions alors donnés...

Les phrases soulignées le sont par nous.

 

  Analyses : Réponse de Michel Warchawsky à la CGT

 

Approfondissons le débat, maintenons l'unité - (Réponse à une réponse sur la campagne BDS)

Cher camarade Jean François,

Militant, en Israël, dans le cadre de Boycott from Within (Boycott de l'intérieur), ta prise de position, au nom de la CGT, sur cette campagne m'interpelle et me fais rebondir sur certaines de tes affirmations. On aura certainement l'occasion d'en discuter plus a fond a la Fête de l'Humanité, et en particulier a la table ronde sur le BDS (boycott, désinvestissement, sanctions).

ManifAgrexcoSur un point, au moins, nous sommes tout a fait d'accord, et il est, à mes yeux, le plus important : la nécessité de créer un mouvement et une mobilisation les plus larges possibles contre l'occupation/colonisation israélienne, en Europe comme en Israël. Ce qui implique, bien évidement, une politique souple, capable de mettre en motion des gens et des organisations défendant des analyses et des positions variées. Je rejette catégoriquement une approche "centraliste" de la campagne, qui déciderait pour tous et toutes ce qu'il faut faire : les niveaux de conscience sont différents, les réalités locales le sont aussi, et à chacun et à chaque collectif de prendre ses responsabilités en fonction de ces réalités multiples. La campagne menée à Montpellier sur Agrexco est en ce sens exemplaire, car elle est en phase avec les spécificités locales liées au port de Sète et à Georges Frèche.
En ce sens, la campagne de boycott des produits des colonies n'est pas "alternative" au BDS, mais une de ses variantes, de même que, autre exemple, la campagne belge contre Dexia. Il en est de même en Israël : Boycott de l'Intérieur n'organise pas un boycott des produits israéliens – on serait depuis longtemps morts de faim – mais donne sa caution, en tant qu'israéliens à la campagne BDS internationale. Comme tu le fais remarquer, le mouvement anti-colonialiste israélien n'a pas une position unanime sur cette question et j'ajouterai qu'au sein même des organisations qui le composent, s'expriment parfois des divergences, comme pour le Parti Communiste Israélien qui ne défend pas le BDS mais dont certaines dirigeantes sont très actives dans la coalition des femmes pour la paix qui est au cœur de la mobilisation en faveur du BDS en Israël.
Que la CGT ait fait le choix de boycotter les produits des colonies est une bonne chose, dans la mesure où ses centaines de milliers d'adhérents non seulement cessent d'acheter ces produits mais aussi sensibilisent autour d'eux sur la réalité de l'occupation et les méfaits de la colonisation, du moins nous l'espérons.

BDSLogo.jpgCeci dit, la campagne BDS est une réponse à un appel palestinien, unissant toutes les composantes de la société palestinienne – y compris tous les partis et les confédérations syndicales – et en tant que tel c'est cet appel qui en fixe le cadre, même si, évidement, chacun reste libre de l'appliquer (ou non) tel qu'il/elle l'entend. Le mouvement national palestinien après avoir renoncé à la lutte armée, a fait le choix d'une solution politique négociée par la diplomatie. Nous, mouvement de solidarité international et israélien, n'avons pas réussi à imposer à nos gouvernements de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour que celles-ci soient conduites de bonne foi et sur la base du Droit international, permettant ainsi au gouvernement israélien de faire trainer les choses pour continuer de plus belle sa stratégie de colonisation.
L'échec de la lutte armée (souhaité, il faut le reconnaitre, par certaines composantes du mouvement de solidarité en entretenant l’amalgame entre lutte armée et terrorisme) et l'impasse du processus négocié ont poussé les palestiniens à adopter la stratégie offensive du BDS : il serait, à mes yeux, de très mauvais goût qu'on essaie, nous, de lui dicter là aussi des limites et des réserves.
Cette campagne internationale (et palestinienne) de BDS concerne l'Etat israélien et ses institutions, pas seulement ses colonies. Elle dit, pour faire court : tant qu'Israël ne respecte pas le Droit international et les résolutions de l'ONU, tant qu'Israël est un Etat hors-la-loi, il doit être sanctionné, y compris par des procès contre d'éventuels crimes de guerre, le rappel d'ambassadeurs (comme l'a fait le Venezuela) et/ou par le désinvestissement et le boycott.
La CGT peut être en désaccord avec certaines de ces mesures, les trouver exagérées voire extrémistes, mais elle ne peut pas dénaturer le contenu de l'appel, unanime, de la société civile palestinienne qui est le cadre de la campagne internationale.

Ta "Réponse ouverte" ouvre en outre une série de questions politiques qui, pour le moins, posent problème :
a) "La référence récurrente avec l'Afrique du Sud": toute comparaison a évidement ses limites et chaque régime colonial ses spécificités, personne ne peut le nier. La référence s'applique néanmoins a minima dans la pratique d'un Etat qui opprime une communauté sur une base ethnique ou nationale, fait de la séparation (apartheid en Afrikaans) et de la ségrégation des valeurs essentielles du régime et de son idéologie, viole à la chaine les résolutions de l'ONU et les clauses de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme;


b) "L'utilisation généralisée du qualitatif d'apartheid": là aussi, s'il est important de montrer les différences avec l'apartheid sud-africain, l'existence de "réserves" (ce que Sharon appelait les "cantons") palestiniennes, la discrimination des droits sur une base ethnique ou nationale, et la centralité de la philosophie de séparation ont des résonnances réelles avec l'apartheid;


c) "la centralité politique et le caractère non négociable du droit (…) de tous les réfugiés de retourner dans leurs maisons (…)" Là, excuse moi, mais tu vas très loin dans la légèreté avec laquelle tu traite le Droit et les droits : il s'agit non seulement d'un droit humain de base mais d'une résolution de l'ONU votée, en 1948, y compris, on l'oublie, par Israël, régulièrement réitérée par l'immense majorité des Etats membres de l'Assemblée Générale des Nations Unies. D'ailleurs, dans les accords d'Oslo, Israël s'engageait à mettre ce thème au cœur des négociations sur le statut final. Certains – dont je ne suis pas – suggèrent de négocier la mise en œuvre de ce droit, toi tu va jusqu'à remettre en question le droit lui-même…


d) Ta conclusion – et là tu brandis le drapeau noir du danger absolu, voire de l'hérésie totale : "l'ensemble de ces éléments présente à l'évidence (…) une certaine cohérence: la solution politique d'un seul Etat (en gras dans l'original, pour faire encore plus peur)." Tu le sais sans doute, l'idée d'"un seul Etat" ne me fait pas peur; comme pour la majorité des Palestiniens, elle me fait même rêver. Mais ici, dans ce débat sur sanctions et apartheid, ce n'est pas du tout la question, et tu t'en sers en fait uniquement pour délégitimer la campagne BDS. Les Palestiniens, et quasiment tous ceux qui les soutiennent, combattent pour un Etat Palestinien indépendant en Cisjordanie et à Gaza. Tant que ce compromis semblera encore réalisable dans le temps court les Palestiniens se battront pour, et à nous de les soutenir pour l’obtenir. Ceci dit, de plus en plus de leaders Palestiniens – comme Nabil Shaath qui même à tes yeux n’est pas un rêveur gauchiste – commencent à affirmer haut et fort que la « porte d’opportunité » pour le compromis historique proposé par Yasser Arafat en 1988 (« deux Etats ») risque bientôt de se refermer. Appeler à des sanctions contre Israël, y compris son boycott, n’est pas antithétique avec la revendication pour un Etat palestinien indépendant en Cisjordanie et à Gaza, mais, au contraire, un moyen pour la conquérir, en forçant l’Etat d’Israël à se retirer des territoires qu’il occupe.


boycotte) Si on te lit en détails, tu voudrais en fait aller plus loin, et te servir du soutien au BDS pour casser l’unité, chèrement acquise, du mouvement de solidarité. Loin de te contenter d’écrire « BDS, non merci, la CGT est contre » tu écris : « Cette demande de ralliement (à la campagne BDS, MW) pose la question de savoir si nos objectifs, bien que différents, n’en sont pas moins compatibles, c'est-à-dire si la cohabitation- dans des plates-formes, des collectifs nationaux ou locaux, dans des actions et des déclarations communes – est un facteur d’efficacité ou au contraire un élément de brouillage du message ne favorisant pas les mobilisations et donc ne participe pas au renforcement du mouvement de solidarité pour une paix durable. » On ne saurait être plus clair, même si c’est un langage caduc et un positionnement plutôt déconnecté des rapports de forces réels dans le mouvement de solidarité. Ceci dit, c’est grave.


f) La dernière de tes justification me concerne encore plus directement, en tant qu’acteur dans le « mouvement de la paix israélien » : « Les campagnes BDS puniraient le mouvement de la paix israélien (…) l’élément essentiel est de savoir ce que ces organisations (celles qui, en Israël, soutiennent le BDS) représentent par rapport au camp de la paix et par rapport a la population israélienne. » Concernant cette dernière interpellation ma réponse sera : par rapport à la population de mon pays, malheureusement très peu ; par rapport au « mouvement de la paix », malheureusement aussi, l’écrasante majorité, parce que le « camp de la paix » large, celui dont les militants se seraient certainement opposés au BDS, a littéralement cessé d’exister depuis une dizaine d’année. Je l’écris avec tristesse et un grand souci : les défenseurs du BDS sont, sans doute, majoritaires dans le mouvement de la paix, parce que tous les autres ont implosé, disparu, à la veille de la Seconde Intifada. Bref, le mouvement de masse qui avait eu ses heures de gloire pendant la guerre du Liban (1982-1985) et l’Intifada (1988-1990) est, pour reprendre le constat du chroniqueur du Haaretz Gideon Levy, « mort et enterré ». Nous en sommes, plus ou moins, réduits à ceux pour qui l’acronyme BDS ne fait pas peur. Le « mouvement de la paix israélien » ne serait pas puni par une campagne BDS, il l’a déjà été pour son soutien à Ehoud Barak au début de ce millénaire.


g) Mais au delà de ce constat politique se pose une question de principe qui avait déjà fait l’objet de clarifications importantes de la part de mouvements de libération tel que le FLN algérien ou l’ANC sud-africaine : ce n’est pas le bien-être des mouvements de solidarité et leurs difficultés à convaincre la population de l’Etat oppresseur qui doit dicter la ligne des mouvements de libération, mais c’est plutôt à ces mouvements de solidarité d’ « être solidaires » des choix de ceux qu’ils prétendent soutenir. C’est la un débat récurent et qui, semble-t-il, nous sépare sur le fond. Ce qui n’exclue pas, bien entendu, et quelle que soit ta volonté de remettre en question « la cohabitation, les plateformes, les collectifs nationaux ou locaux, des actions et des déclarations communes », l’impérieuse nécessité de combattre ensemble.

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans International
commenter cet article

commentaires

gérome 09/03/2011 11:41


Grand meeting-concert ce Jeudi soir 10 Mars, en soutien aux 4 inculpés BDS !
 
Ce jeudi soir 10 mars à partir de 19 H 30, se tiendra dans la Salle Pablo Neruda de Bobigny, un grand meeting, ainsi qu'un concert de soutien aux 4 militants qui comparaîtront devant le Tribunal de
Bobigny la semaine prochaine. A l'affiche de nombreuses personnalités, ainsi que le groupe ZEP (Zone d'Expression Populaire).
 
L'accueil (chaleureux !) se fera dès 19 H dans cette grande salle où nous aurons le plaisir et l'honneur d'accueillir les intervenants suivants :
 
 Alima BOUMEDIENE, Sénatrice 
 Jacques-Marie BOURGET, Journaliste 
 Houria BOUTELDJA (Parti des Indigènes de la République) 
 Benjamin DUMAS (PCF Bobigny) 
 Olivier LE COUR GRANDMAISON, Universitaire, 
 Mick NAPIER (Campagne BDS Grande-Bretagne) 
 Fernand TUIL, AFJP (Association des villes françaises jumelées avec les camps de réfugiés palestiniens) 
 Olivia ZÉMOR, Présidente d'EuroPalestine
 
 AINSI QUE LE GROUPE ZEP
 
Merci à Saïd, Younes, Kamel, Salim et Alexis qui viendront de Lille pour apporter un soutien musical aux inculpés BDS.
 
Zone d'Expression Populaire : un nom sur mesure pour les militants de la campagne BDS, dont Olivia, Maha, Mohamed et Ulrich, qui passent en procès à Bobigny le jeudi suivant 17 mars, à la demande
des officines sionistes et de MAM, pour leurs actions de boycott des produits israéliens.
 
Rappelons que les responsables du Syndicat de la Magistrature ont qualifié d'"attentat judiciaire" la circulaire envoyée à tous les parquets par l'ex-ministre de la justice, pour leur ordonner de
condamner les femmes et les hommes qui appellent au boycott d'Israël (et rien qu'Israël ! Michèle Alliot-Marie n'a mentionné aucune autre pays, pas même le Mexique !!)
 
TOUS SALLE PABLO NERUDA
 
JEUDI 10 MARS A 19 H 30
 
31 Avenue du Président Salvador Allende. 93000 BOBIGNY
 
(Transports : station de M° Bobigny – Pablo Picasso. Ligne 5 ; tramway)
 
http://maps.google.fr/maps/place?hl=fr&ie=UTF8&q=salle+pablo+neruda+bobigny&fb=1&gl=fr&hq=salle+pablo+neruda&hnear=Bobigny&cid=843740070065791475&z=14
 
Projection de vidéos, stands d'animations, Sandwiches et boissons sur place.
 
Entrée Libre !


oppong 20/08/2010 20:08


C'est une évidence pour tout militant communiste que la CGT est un syndicat sioniste, de même que les autres syndicats français, ainsi que les partis politiques de "gauche" ou d'"extrême gauche" et
nombre d'orgas qui se prétendent honteusement pro-palestiniennes.

Quant à Shalom Arshav, ils ont au moins l'honnêteté de se dire sionistes, contrairement aux autres (bon, "sionistes de gauche", en revanche, c'est une sacrée aberration); ils veulent bien prendre
la défense des Palestiniens, mais pas au détriment de la sécurité des Israeliens. A l'époque ça m'avait d'ailleurs bien fait marrer quand le "va-t-en guerre humaniste" David Grossman avait perdu
son fils au combat au Liban (comme quoi des fois il y a aussi une justice pour ces ordures).

La campagne BDS est une belle fumisterie, nombre d'activistes étant eux-même sionistes (faisant une distinction qui n'a pas lieu d'être entre territoire israelien et territoire palestinien, et
n'ayant rien à foutre des réfugiés palestiniens). D'ailleurs en ce qui concerne ces mêmes réfugiés, et malgré le respect qu'on doit au combattant, ton avis sur Arafat est loin d'être partagé au
sein de cette communauté. En dehors des partisans du Fatah, nombre de réfugiés palestiniens le considèrent à juste titre comme un traître.

Par ailleurs assimiler les Israeliens aux nazis n'est certainement pas la meilleure façon de défendre la cause palestinienne. Et on peut toujours s'étonner de la virulence de certains quand on
aborde la question palestinienne, alors que dans le même temps ils sont bien souvent des sympathisants des fascistes turcs...


patrice bardet 19/08/2010 22:32


la direction de la confédération CGT n'a JAMAIS fait partie du mouvement BDS. Non seulement, elle ne le soutient pas, mais elle le condamne ( C.EX. de mai 2010, lettre de Jean François COURBE
http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=789)

bon nombre de militants CGT participent sans réserve aux actions BDS.

Certaines organisations de base de la CGT ( UD, UL, syndicats) soutiennent et participent à la campagne BDS, EXPLICITEMENT

Cela montre l ’éloignement des positions confédérales, scandaleuses, sur le sujet

http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=789

Il est inadmissible que la direction de la CGT s’aligne sur les positions des sionistes qui exigent que les réfugiés palestiniens renoncent à leur droit au retour inaliénable. Que des collabos
(grands) bourgeois palestiniens aient participé à la mascarade des prétendus "accords de genève" ne leur a pas donné le droit de trahir la cause des réfugiés ( ce que n'a jamais fait Arafat)

------------------

http://www.lapaixmaintenant.org/article708

l'article 7 (notamment) est une véritable TRAHISON : les réfugiés n'ont pas eu leur mot à dire, il n'appartient pas aux grands bourgeois de les priver de leurs droits fondamentaux.

------------------

Pour revenir à la GT, dans cette déclaration scandaleuse de négation des droits inaliénables des réfugiés palestiniens, piétinant même les résolutions de l'ONU, la direction de la CGT ne dénonce
même pas la loi israélienne qui permet à tout Juif de bénéficier du "retour" en Israël, et d’occuper des terres ou maison des "absents"

On ne fera pas l'injure à la direction de la CGT de penser qu'ils ne savent pas
- que les Juifs n'ont JAMAIS été chassés d'Israël ( lire Shlomo Sand et d'autres historiens Juifs)
http://vieuxsinge.blog.lemonde.fr/2009/04/28/shlomo-sand-comment-le-peuple-juif-fut-invente-2/#comment-831

- que ce prétendu "droit au retour" (en Israël) n'est qu'un droit octroyé de colonisation pour prendre la place de l'autre (pas seulement pour l'exploiter comme l'ont fait les autres mouvements
coloniaux des 19° ou 20° siècle)
- que l'ethnocide du peuple palestinien, sa spoliation sont en cours et se poursuiveent depuis l'implantation sioniste en Palestine

La direction de la CGT s’est alignée sur les prétendus accords de genève (2004) , poudre aux yeux, mystification coloniale comme l’on été les "accords d’Oslo" , entreprise de propagande coloniale :
les Israéliens qui y ont participé n'avaient d'ailleurs AUCUN pouvoir, ni implicite, ni explicite

---------------

A propos du prétendu "mouvement de la paix" que met en avant Jean François COURBE

La direction de la CGT ignore superbement que le prétendu "mouvement de la paix" ( Shalom Arshav) a soutenu activement depuis ces "accords" les guerres du Liban ( au point d’y participer
activement), les guerres de Gaza ( la dernière de décembre 2009, prévue plus de 6 mois auparavant, où tous les partis sionistes "de la paix" ont été consultés : voir le Haaretz et le Jérusalem
Post).

Que ce soit disant "mouvement de la paix" ait réagi tardivement ne change rien à l'affaire. La guerre de Gaza était prévue et préparée depuis de long mois, TOUS les dirigeants sionistes étaient
prévenus et ont été CONSULTES. Sauf les partis arabes et/ou communistes
--------------
Non, non et non! Pas en leur nom, pas en nôtre nom

Michel Warschawski

Alternative Information Centre

Non, non et non! Pas en leur nom, pas en nôtre nom

Ehud Barak, Tzipi Livni, Gabi Ashkenazi et Ehud Olmert—n’ayez pas l’impudence de montrer vos têtes à aucune cérémonie commémorative des héros des ghettos, de Lublin, de Vilna, de Kishinev ou de
Varsovie. Et vous aussi, dirigeants de « La Paix Maintenant », pour qui la paix signifie une pacification de la résistance palestinienne par tous les moyens, y compris la destruction d’un peuple. A
chaque fois que je serais présent, je ferai personnellement tout pour virer chacun d’entre vous de ces commémorations, parce que votre présence même serait un immense sacrilège.

Pas en leurs noms

Vous n’avez aucun droit de parler au nom de nos martyrs. Vous n’êtes pas Anne Frank du camp de concentration de Bergen-Belsen mais Hans Frank, général allemand responsable de l’anéantissement des
juifs de Pologne.

Vous n’êtes pas les héritiers du ghetto de Varsovie, parce qu’aujourd’hui le ghetto de Varsovie est exactement devant vous, visé par vos tanks et votre artillerie, et son nom est Gaza. Gaza que
vous avez décidé d’éliminer de la carte, comme le Général Frank a eu l’intention d’éliminer le ghetto. Mais, à la différence des ghettos de la Pologne et de la Biélorussie, dans lesquels les Juifs
ont été laissés presque seuls, on n’éliminera pas Gaza parce que les millions des hommes et de femmes des quatre coins de notre monde construisent un bouclier humain puissant portant ces mots :
plus jamais cela

Pas en nôtre nom !

Ensemble , avec des dizaines de milliers d’autres Juifs, du Canada à la Grande-Bretagne, d’Australie à l’Allemagne, nous vous avertissons : n’ayez pas le culot de parler en nos noms, parce que nous
allons vous pourchasser, si nécessaire jusqu’en enfer, l’enfer des criminels de guerre, et enfoncer vos mots jusqu’au fond de votre gorge jusqu’à ce que vous demandiez pardon pour nous avoir mêlés
à vos crimes. Nous, et pas vous, sommes les enfants de Mala Zimetbaum et de Marek Edelman, de Mordechai Anilevicz et de Stephane Hessel, et nous remettons leur message à l’Humanité dans les mains
des Résistants de Gaza pour qu’ils le gardent: « Nous luttons pour notre liberté et la vôtre, pour notre honneur et le vôtre, pour notre dignité humaine, sociale et nationale et pour la vôtre. »
(Appel du ghetto au monde, Pessa’h 1943)
Mais pour vous, les dirigeants d’Israël, « liberté » est un mot sale. Vous n’avez aucun « honneur » et vous ne comprenez pas le sens des mots « dignité humaine ».

Nous ne sommes pas une « autre voix juive, » mais la seule voix juive unique capable parler au nom des saints martyrisés du peuple juif. Votre voix n’est rien d’autre que les vieilles vociférations
bestiales des tueurs de nos ancêtres.

Traduction DL

http://www.alternativenews.org/content/view/1545/389/

______________

Au contraire, des militants CGT, des organisations font la distinction de base de tout anticolonialiste et antiraciste : il y a un oppresseur Occupant ( y compris contre une partie de sa
population) , et des occupés et réfugiés palestiniens

Les militants CGT entendent contribuer à faire pression pour les droits inaliénables des Palestiniens ( Cisjordanie, Gaza, réfugiés, réfugiés de l’intérieur d’Israël ) soient respectés

C’est le sens de la participation des militants CGT à la campagne BDS

Ils n’ont pas à se préoccuper si la conséquence doit être un ou deux états transitoires, même si d’aucun (comme moi) pensent que la solution à moyen terme sera un Etat Binational (inéluctable) ou
fédération binationale

-------------

remarque : je ne mets pas en cause les individus, certains Israéliens font des actions admirables contre la colonisation

----------------

pour résumer, voici la carté d'israël du ministère du tourisme : elle en dit plus long que des mots

rions un peu néanmoins du cynisme...



The Israel Ministry of Tourism is not responsible for information appearing at this site, provided by third parties



http://www.goisrael.com/NR/rdonlyres/1EB6BDEA-AEB9-428D-AE39-2561A8D7FFA2/21522/MapOfIsrael1.pdf