Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 18:47
Mardi 2 février 2010
Proglio, EdF, Veolia jusqu'où les syndicats iront-ils dans la compromission ?

INTERSYNDICALEVeoliaDans l'imbroglio du renouvellement des dirigeants des grands monopoles, on connaissait les bonus, les parachutes dorés, les retraites chapeau, voici maintenant les cumuls de direction après les cumuls dans les Conseils d'Administration.
La bourgeoisie se restructure, y compris à sa tête. Et à l'heure des regroupements public/privé (après GdF-Suez) il y a contradictions et enjeux sur la stratégie à suivre, pas tellement sur les personnes.
Proglio prend en main EdF tout en restant à la tête de Veolia, c'est le signe de ce rapprochement, que les monopoles capitalistes d'Etat se distinguent finalement fort peu des monopoles capitalistes privés... Et EdF a une longue histoire à ce propos !

Quoiqu'il en soit, l'affaire Proglio ne nous intéresse pas plus que cela, sinon par la réaction des syndicats.
L'intersyndicale de Veolia s'est fendue d'un communiqué (voir ci-contre) signé y compris par la CGT, "dénonçant avec vigueur la campagne de dénigrement du groupe, orchestrée au travers des attaques menées contre son ancien PDG". Et on a beau tenter des opérations de diversion pour ménager la CGT, la signature est bel et bien là (c'est quand même le DSC Veolia-Eau !) et on n'a toujours pas connaissance d'un démenti éventuel. Finalement, il n'y a qu'à téléphoner au signataire, il y a son téléphone...

LogoSUDDalkiaLes camarades du CGT-E Dalkia (groupe Veolia), dont nous avons souvent parlé sur ce blog on a cette occasion publié un communiqué mettant les pendules à l'heure :


Décidément, chaque jour qui passe rajoute à la misère de la veille. Ainsi donc, les syndicats CFDT, FO, CFTC, CGC, UNSA et CGT* du groupe VEOLIA Environnement se sont fardés d’un communiqué laconique, partisan [ci-dessus], dénonçant « le lynchage médiatique » dont serait victime leur pauvre Président, Monsieur Henri PROGLIO.

Le salmigondis syndical ayant pignon sur rue du côté de l’avenue Kléber n’a pas manqué l’occasion de se taire en s’invitant dans un débat dont la cause révulse non seulement les millions d’êtres humains de ce pays et d’ailleurs, assaillis par la précarité, le chômage, la pauvreté, les calamités naturelles, la faim, la soif… et la guerre, mais également tous les syndicalistes honnêtes, sincères et dévoués à la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs par opposition à ceux de leurs exploiteurs.

Ainsi donc, les affidés de la rue Kléber, n’ont pas hésité à présenter leurs poitrines face aux « baïonnettes médiatiques » pointés sur l’amoralité de M. Henri Proglio, hier PDG du groupe monopoliste privé,  Veolia Environnement, aujourd’hui PDG du groupe monopoliste publique EDF. Mieux encore ils avouent leur « neutralité » sur son double salaire dépassant les 2 millions d’euros par an, soit 1655 fois le SMIC que perçoit en moyenne l’écrasante majorité des salariés de Veolia Environnement.

Ce communiqué soulève des hauts le cœur dans un contexte de crise aiguë et de paupérisation extrême de millions de travailleurs.

Dans une de ses livraisons de novembre 2009, le quotidien Libération dépeint ainsi l’ex PDG de Veolia: « Homme de réseaux économiques et politiques, Henri Proglio sait également s’appuyer sur les représentants des salariés. Et au premier rang la CGT »… qui déclarait par la voix de son administrateur au conseil d’administration (CA) à propos de la double casquette EDF-VEOLIA de M. Proglio : « dans l’absolu ce n’est pas choquant, d’autant qu’il était déjà au CA d’EDF. »

Tout est dit ! Les érudits de la courbette et de la réunionite préfèrent verser des larmes de crocodiles sur leur façonneur que de se révolter contre le licenciement d’Evelyne Gaillet, déléguée syndicale du CGT-E Dalkia, harcelée, discriminée puis licenciée pour activité syndicale. Ils choisissent la chaleur de leurs bureaux feutrés de la rue d’Anjou dans le 8e arrondissement de Paris au soutien des deux dirigeants de SUD Energie qui ont fait 18 jours de grève de la faim, du 14 au 31 décembre 2009, pour la réintégration de deux syndicalistes licenciés pour faits de grève et dénoncer les atteintes aux libertés syndicales et la répression dont sont victimes de nombreux militants à EDF et GDF après le mouvement social du printemps dernier.

Ils ont tourné la tête devant le comportement abject de la direction de GrDF (GDF) qui les a isolés dans un local par une milice dédiée à cette mission. Ils ont fermé les yeux quand cette même direction a poussé l’infamie en leur interdisant pendant plusieurs jours l’accès aux toilettes et aux douches. Ils ont gardé le silence contre ces indignités qui ont contraint un gréviste à poursuivre son action sous une tente malgré le grand froid.

Mais jusqu’où iront-ils dans la compromission ? Ont-ils le droit d’agir de la sorte alors qu’ils disposent de la faculté de parler au nom de leurs mandants et des salariés qu’ils sont censés représenter sans avoir pris la précaution de les consulter préalablement ? Il appartient à ces derniers d’apprécier la portée du communiqué de la coalition syndicale de VEOLIA et les dividendes personnels qu’elle espère en tirer de son fourvoiement médiatisé.

Paris, le 29 janvier 2010

*  La CGT Veolia n’est pas à son premier essai. En 2007, ses dirigeants ont protesté vigoureusement contre le limogeage du DRH du groupe par M. Henri Proglio.

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les sujets qui fâchent
commenter cet article

commentaires

Le Monde 08/02/2010 13:17


Extrait d'un article du Monde :
(autrement dit, le suppléant d'un DSC est un Mickey trouvé au détour d'un couloir ???)

Les représentants syndicaux présents signent le texte, mais il est aujourd'hui reproché à plusieurs d'entre eux de ne pas avoir été mandatés pour le faire. Pire, Franck Le Roux, de la CGT, dont la
signature figure au bas du tract, a publié un démenti le lendemain : "Je n'étais pas présent à cette réunion et c'est mon suppléant qui a donné son accord, alors qu'il n'est pas habilité pour cela.
La double casquette de M. Proglio n'est pas une question syndicale, mais politique. Quant à son niveau de salaire, nous avons toujours dénoncé les hauts revenus", explique M. Le Roux.


bruno 06/02/2010 13:16


Camarades,
fin 2007, nous manifestions contre le licenciement d'Evelyne GAILLET militante du CGT -E
( qui a obtenu depuis la réintégration par le TPH de Caen - affaire en appel évidement) devant le siège de Véolia avenue KLEBERT à Paris. Plusieurs articles sont sur ce blog.
ce jour là coïncidence fortuite les membres et représentants syndicaux y compris la CGT du comité de groupe, étaient réunis par le patron pour une formation économique et sociale organisée par
véolia sic..
Tous sont passés devant notre regroupement (ils ne pouvaient pas faire autrement nous bloquions l'entrée) snobant littéralement et notre action et surtout Evelyne victime d'un licenciement pour
fait syndical et harcelée depuis de nombreuses années, y compris par la CGT Dalkia d'ou nous venions tous (son seul tort était justement d'avoir dénoncé les magouilles et la compromission d'élus
CGT de Dalkia) .

Mr F. LEROUX le fameux DSC comme les autres a été interpellé à son arrivée, afin qu'il se joigne à nous. peine perdu ce monsieur comme Mr BIMBOIRE membre CGT du bureau du comité de groupe européen
de véolia sans même un mot de soutien, sont rentré se faire " former" par le patron..
ceci en dit long sur la compromission des soit disant syndicalistes CGT du groupe véolia, n'est pas ?
une preuve de plus (elles sont légions et nous pourrons les afficher au fil de ce débat) lisez donc copie du communiqué des comités de groupe véolia suite au limogeage du DRH ...re sic

Bruno
militant du CGT-E Dalkia

ci dessous le fameux communiqué
ah j'oubliais : Mr RISTORI était secrétaire CGT du commité de groupe, Mr BIMBOIRE a deja son pédigré syndical CGT plus haut.
alors vos avis Camarades ???
"
VEOLIA ENVIRONNEMENT
Comités de Groupe Français et Européen

Monsieur Le Président des Comités
VEOLIA ENVIRONNEMENT
38, avenue Kléber
75116 PARIS

A l’attention de Mr Henri PROGLIO

Nos réf. : 2006.12.32 dr-yl

Paris, le 22 décembre 2006



Monsieur le Président,

Si votre décision de mettre fin aux fonctions de Monsieur Eric Marie de Ficquelmont ne nous a pas franchement surpris, ses modalités nous ont profondément choqués.

Bien que Président de droit des Comités de Groupe en France et Europe, vous n’avez pas jugé bon de nous contacter directement afin que nous puissions examiner ensemble les nouvelles modalités de
fonctionnement de nos institutions.

A l’évidence, ce fonctionnement était profondément marqué par la personnalité de votre délégué. Ses engagements valaient pour le groupe sans qu’il soit besoin d’un grand formalisme.

Nous avions déjà eu l’occasion de vous signaler que, bien que regrettant votre absence à toutes les réunions des Comités, la qualité de votre délégué faisait que cela n’entravait pas leur
fonctionnement.

Vous nous devez des explications sur les raisons du départ de Monsieur Marie de Ficquelmont. Nous considérons qu’il y a, de votre part, un manquement grave à vos obligations.

Vous devez convoquer les bureaux tant Français qu’Européen, dans les plus brefs délais, afin de nous exposer votre position sur la stratégie du groupe, particulièrement le devenir du dialogue
social. Ce dernier risque d’être malmené par une stratégie plus axée sur le développement du périmètre que sur la reconnaissance des compétences et du savoir des salariés du Groupe.

Nous avons un doute sur la continuité de nos accords et de l’état d’esprit qui prévalait à leur application.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, notre attachement au Groupe, à la qualité du dialogue social pour le Bureau du Comité de Groupe Français et Européen et à l’expression de nos meilleures
salutations.

Pour le Bureau France : Didier Ristori



Pour le Bureau Europe : David Bimboire


ETELLIN 05/02/2010 11:08


Je prends connaissance du tract commun des 6 organisations syndicales de VEOLIA. Quelle HONTE !
Le soutien à PROGLIO et au Gouvernement est sans équivoque !
C'est oublier qu'à EDF il ya 6 licenciements de militants (1 de SUD Energie et 5 de la CGT et les 240 "procédures disciplinaires" engagées par la Direction suite aux grèves du printemps 2009 !
Les grèves de la faim de plus de 15 jours de 2 militants de SUD Enegie pour la réintégration de leur collègue licencié sont aussi oubliées
Pour ma part, je n'ai jamais vu chose pareilleen 35 ans de syndicalisme : le soutien de tous les syndicats au PDG PROGLIO et tout ce qui a suivi sur le double salaire pharamineux! Les syndicats de
veolia ont - ils perdu la tête ? C' est ça LA LUTTE DE CLASSES ?
Je vais diffuser cette inrormation à l'intérieur de mon syndicat SUD RAIL et à SOLIDAIRES.
Gérard ETELLIN,SUD RAIL et SOLIDAIRES Savoie,
adhérent au FSC en mai 2009


Eugène 03/02/2010 07:40


Le problème n'est pas qu'il y ait eu "instrumentalisation" d'un responsable CGT, le problème c'est qu'il a bel et bien signé...
Point barre.
Un syndicaliste un minimum droit dans ses bottes n'aurait même pas pu imaginer signer ce torchon. Il l'a fait. Et c'est quand même un des principaux responsables de la CGT à Veolia, pas un Mickey
trouvé au détour d'un couloir.

Quant à la CGT Veolia dans son ensemble, les commentateurs oublient un peu vite la lourde histoire dans l'entreprise, vécue au premier chef par les camarades du CGT-E Dalkia...


Philippe Soulié 03/02/2010 02:54


Le problème avec l'empilement des structures, c'est qu'on en viens toujours à se demander qui à le mandat pour décider, alors que la vrai et seul question qu'il faut se poser en l'occurrence est
"avait-il le mandat des syndiqués de base et plus généralement qu'en pensent les salariés directement concernés ? Le problème restera toujours le problème des électrons libres qui une fois affublés
d'un mandat n'ont plus de compte à rendre à la base. C'est pourquoi, il faut dissocier les DS des RS et que chaque accord et prise de position soit validé en conseil syndical ou commission
exécutive (selon le type d'organisation).
Philippe


jérôme Douai 02/02/2010 21:31


De mieux en mieux,à quand l'appel au soutient à Sarkozy?


Patrice Bardet 02/02/2010 19:11


Le communiqué de la CGT-Eaux Banlieue de Paris tente un contre-feu maladroit sur ce qui est un scandale intolérable : l’instrumentalisation de syndicalistes par le Patronat, et le gouvernement à
son « service »


non, les camarades, il n'y a pas eu diffamation ni extorsion de signature, ni confection et usage de faux, ce que laisse entendre le tract des camarades de la section CGT de Véolia-eau Banlieue de
Paris


- "nous vous informons du démenti officiel du signataire cité (M. Franck L…, délégué syndical central et membre du comité de groupe Veolia Environnement)."

- "Nous nous réservons le droit d'engager une plainte en diffamation."



1) ce n'est pas le démenti de Franck L. , DSC CGT, mais un tract de la section syndicale

2) il n'y a pas de plainte en diffamation, ni de possibilité de le faire, puisque Maurice Marion (FD-énergie CGT) reconnait aussi que Franck L. a signé ce communiqué de l'intersyndicale

c'est dans l'émission "Arrêt sur images"

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7003


Oui, par contre, il y a bien eu « manipulation » du DSC CGT, du délégué FO, par la CGC : dans cette émission, Jean-Luc Davoisne, délégué CFE-CGC de Veolia, explique que le projet de communiqué, « à
discuter>, a été apporté lundi matin par un délégué CGC-véolia lors de la réunion du Comité de groupe.


A la CGT, les mandats confiés, en l’occurrence celui de DSC, ne donne pas au mandaté le chèque en blanc pour signer n’importe quoi suivant son bon vouloir .

Le mandaté soumet un projet au syndicat (ensemble des syndiqués, quand les règles de vie syndicale sont respectées à la lettre), dans le cas d’un DSC à l’ensemble des syndicats qu’il représente.
Après discutions, mandat lui est donné de signer ou non un projet.

Ce minimum de règle de vie syndicale est connu de tous les militants CGT : aucun ne peut y déroger, si ce n’est commettre une faute grave, pouvant valoir exclusion ou même parfois dissolution du
syndicat ( voir le « syndicat Dunlop à Amiens » qui a été dissous par la FD Chimie et l’UD, parce que le délégué syndical avait signé un accord pourri pour les ouvriers, dérogeant gravement à la
convention collective)


Les signataires n’ignoraient pas la polémique autour de Proglio, sa nomination à la tête d’EDF. Le signataire CGT n’ignorait les prises de position très négatives de la Fédération CGT-énergie

Comme par miracle, ce communiqué de soutien à Proglio (en couleur, s'il vous plait !) a été donné à Sarkozy à point pour l'émission du soir.

C'est beaucoup mieux que le service public de la Poste....
C'est ce qu'on appelle faire diligence....


DIABLO 02/02/2010 18:12


Un lien en complément d'info:
http://www.combourse.com/News/Les_syndicats_CGT_CFDT_et_FO_ne_soutiennent_pas_Henri_Proglio___612546.html


DIABLO 02/02/2010 15:28


Ce texte ne dit pas autre chose que ce qu'il dit réellement et ce n'est, à proprement parlé, pas un démenti du texte de "l'intersyndicale", nous sommes bien d'accord. Il ne vaut que pour le
syndicat CGT Véolia-eau de la banlieue de Paris. Il reste que l'on attend le démenti de l'union nationale CGT de l'UES Véolia-eau (il n'y a pas d'union nationale Véolia environnement).Maintenant,
concernant la CGT Véolia-eau je vous invite à vous renseigner aux bonnes sources sur les circonstances exactes de la "signature" CGT avant de tirer des conclusions hâtives quant à une éventuelle
compromission avec la direction de l'entreprise...


DIABLO 02/02/2010 08:39


Communiqué de La CGT Véolia eau banlieue de Paris
NON, LA CGT NE PLAINT PAS PROGLIO!
Suite à la diffusion massive en Banlieue de Paris d'un tract intersyndical par la CFDT, nous vous informons du démenti officiel du signataire cité (M. Franck L…, délégué syndical central et membre
du comité de groupe Veolia Environnement). Nous comdamnons ces basses manoeuvres qui laissent penser qu'à Veolia il n'exiterait que des « syndicats Maison ».
Nous nous réservons le droit d'engager une plainte en diffamation.
Personne n'en doute, la CGT n'aurait jamais écrit de tels inepties.
En effet, et pour dissiper tout doute, la CGT ne plaint pas Henri Proglio et a toujours dénoncé et combattu ses rémunérations et divers avantages... Ainsi que le fossé entre ses rémunérations et
celles des salariés du groupe.
Nous nous sommes toujours insurgés contre les rémunérations exorbitantes des patrons du CAC 40... y compris celles de l'ancien dirigeant du groupe.
MAIS PLUS QUE L'HOMME, C'EST LE SYTÈME CAPITALISTE
QU'IL FAUDRAIT REMETTRE EN CAUSE !
QUI PEUT TOLÉRER AUJOURD'HUI QUE DES SALARIÉS D'ENTREPRISES,
FUSSENT ILS GRANDS PATRONS,
GAGNENT DES CENTAINES DE SMIC PAR MOIS ?
Pour la CGT, ce n'est pas le patron seul qui fait l'entreprise, c'est l'ensemble des salariés qui créent les richesses de l'entreprise et nous en revendiquons depuis toujours un meilleur
partage.
Oui, le groupe emploie plus de 100 000 salariés en France, 15000 dans la division eau.
Pour autant, l'entreprise, sous la pression des actionnaires, veut conserver ses marges et demande de plus en plus d'efforts à ses salariés au détriment de leurs conditions de travail, développe
les emplois précaires et instaure la mobilité comme mode de fonctionnement.
nous vivons cela tous les jours!
De plus, cette polémique détériore encore une fois l'image de l'entreprise et ce sont les salariés qui en font les frais lors des contacts avec les usagers, dans le cadre de la mise en concurrence
du contrat... Nous aurions pu espérer meilleur publicité!
NOUS NOUS DÉSOLIDARISONS COMPLETEMENT
DE CE COMMUNIQUÉ FALSIFIÉ ET DE L'USAGE QUI EN A ÉTÉ FAIT.
Le 27 janvier 2010


Eugène 02/02/2010 14:28


Ta ta ta ta... CGT Veolia "eau banlieue de Paris" ne veut pas dire CGT Veolia...
On attend toujours le démenti de la CGT Veolia. Sinon, cela voudrait dire que ce document est un FAUX ? Il ne s'agit alors plus de "se réserver le droit d'engager une plainte en diffamation", mais d'attaquer les autres signataires pour "faux
et usage de faux"...
Est-ce le cas ?