Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 06:57
Mardi 16 février 2010
Philips Dreux : coup de force de la direction

LogoPhilipsDreux.gifHier matin, les ouvrières et ouvriers ont trouvé porte close en arrivant à l'usine. "C'est fini", a dit le patron...
Juste une proposition de reclassement en Hongrie, 450 euros par mois, et "à condition de pratiquer la langue hongroise"... Le mépris du capital pour la classe ouvrière est sans limite !
Nous publions ci-dessous le communiqué diffusé hier soir lundi 15 février par la CGT de Philips, qui fait l'état de la lutte et de la mobilisation.
Par ailleurs, on trouvera sur le site des camarades de très nombreux articles, documents, vidéos faisant le point d'un combat qui commence à être très médiatisé.



Philips EGP DREUX : Les salariés ne se laisseront pas jeter dehors par des méthodes de patron voyou

Alors que pratiquement tous les salariés de Philips Dreux se sont présentés ce matin à leur travail, ils ont trouvé porte close. La direction avait mobilisé des vigiles et des maitres chiens supplémentaires pour empêcher salariés et élus du personnel de pénétrer sur le site.

L’Assemblée Générale s’est donc tenue devant le site, en présence d’environ la totalité des salariés de Philips et de nombreux journalistes.

Ce qui dominait était un sentiment de colère et de révolte, suite aux lettres reçues ce week-end nous demandant de ne plus revenir sur le site à partir d’aujourd’hui et proposant à certains un reclassement en Hongrie à 450€ par mois et pour obtenir ce poste il faut parler le Hongrois couramment, alors que vendredi dernier la direction avait laissé les salariés renter chez eux sans rien leur dire.

Les organisations syndicales du site ont décidé d’assigner Philips en référé sur le lock-out. L’audience de celle-ci se tiendra mercredi 17 février 2010 au TGI de Chartres

La direction de Philips comptait faire ses sales coups en douce. C’est raté !

L’assemblée générale a décidé d’assigner Philips en référé afin de faire ré-ouvrir le site.

Les salariés ont également décidé de se retrouver tous les jours à l’usine où une Assemblée Générale aura lieu tous les matins à 8h.

Face à l’indignation soulevée dans le pays par les méthodes de patrons voyous de la direction de Philips, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a annoncé qu'il recevrait dans la semaine les syndicats puis la direction de Philips. Nous lui disons encore une fois qu’il n’est pas question de sacrifier nos emplois pour d’hypothétiques reclassements, notamment dans des centres d’appel de la région qui existent déjà et qui ne créent pas d’emplois.

Ce qu’il se passe à Philips n’est hélas pas un cas isolé. La vague de licenciements et de suppressions d’emplois continue partout en France : Total, Freescale, Goodyear, Sanofi-Aventis, Saupiquet, Teleperformance, Majorette, PTPM, Gima/Agco (ex-Massey Ferguson), TDF, Pier Import, Altis, M-Real... Elle touche aussi le secteur public : la Poste, les hôpitaux, la SNCF, l’éducation nationale... Et cette liste n’est pas exhaustive.

Nous appelons tous les salariés victimes eux aussi de licenciements ou de suppressions d’emplois à nous soutenir, à nous rejoindre afin que nous luttions tous ensemble.

Ne restons pas chacun dans notre entreprise. En faisant converger nos luttes, nous pouvons interdire les licenciements et arrêter les suppressions d'emplois !

La lutte ayant aussi un coup financier  (frais de justice, logistique…), nous faisons appel à la solidarité.

Les soutiens financiers aux salariés de Philips, comme les communiqués de soutien tout court, sont à envoyer
Syndicat CGT PHILIPS EGP Dreux - 1, rue de Réveillon - 28100 Dreux - Tel : 02 37 65 63 71
cgt.pegp@aliceadsl.fr

Pour la CGT Manu 06 07 23 42 30

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

CGT Philips Dreux 19/02/2010 07:08


Réouverture du site de Philips Dreux : Une première victoire due à la mobilisation des salariés.

La direction de Philips doit maintenant s’engager à maintenir nos emplois.


Ce matin, pendant qu’une partie des salariés de Philips Dreux restaient devant le site, toujours fermé et gardé par des vigiles, une autre partie s’est rendue en car au ministère de l’Industrie à
Paris-Bercy.

Nous étions environ 150 devant le ministère ce matin à 8h. Des délégations de cheminots, de Renault, de l’éducation nationale et des étudiants, ainsi que Xavier Mathieu de Continental, avaient
répondu présents à notre appel. Nous les en remercions chaleureusement.

Une délégation syndicale de Philips (CGT, FO et CFE-CGC) a été reçue par Christian Estrosi à 8h30.

Le ministre s’est dit choqué par les méthodes de la direction de Philips, comme l’avait dénoncé les salariés et la CGT Philips Dreux : la lettre recommandée envoyée par la direction de Philips aux
salariés le week-end dernier pour leur demander de ne plus revenir sur le site à partir de lundi et pour leur proposer un reclassement en Hongrie à 450 €/mois, a été une véritable provocation.

Sur le reste, les propositions du ministre ont été plus floues. Il a demandé que le dialogue soit renoué entre les syndicats et la direction de Philips. M. Estrosi a ensuite reçu la direction de
Philips cet après midi.

En fin d’après-midi, le cabinet du ministre nous a prévenus que Joël Karecki, le président de Philips France à l'issue de sa rencontre avec M. Estrosi, annonçait que désormais « chaque salarié peut
accéder à l'établissement pendant la journée ».

La réouverture du site, si elle est confirmée dans les faits et par le TGI de Chartres, est une première victoire pour les salariés de Philips Dreux.

La direction de Philips a en plus « appelé les partenaires sociaux à une nouvelle réunion de négociation".

Pour la CGT de Philips EGP Dreux, les conditions préalables à une nouvelle rencontre avec la direction de Philips sont :

* La levée du lockout, la réouverture totale du site de Dreux et le départ des vigiles
* L’annulation du PSE
* La prise en compte pour juger de la situation économique du site de Dreux de l’ensemble de l’activité Customer Lifestyle
* Le redémarrage d’une activité industrielle sur le site de Philips Dreux dans les jours qui viennent



Nous rappelons que Philips a dégagé 424 millions d’euros de bénéfices en 20009.

Nous appelons donc les salariés à rester mobiliser et à se présenter à l’usine demain comme nous le faisons depuis lundi 15 février.

Une assemblée générale aura lieu vendredi matin à 8h pour faire le point sur la rencontre avec le ministre.
Le Tribunal de Grande Instance de Chartres doit communiquer aux avocats sa décision sur le lockout vendredi 19 février à 15h.

Une autre assemblée générale aura donc lieu à 15h pour en informer les salariés et pour décider ensemble de nos prochaines actions.

La CGT Philips EGP Dreux - Jeudi 18 février 2010


CGT Philips Dreux 18/02/2010 07:02


Référé contre le lock-out de l’usine Philips de DREUX : La direction ne convainc pas

Ce matin, nous étions aussi nombreux que les jours précédents à nous présenter devant le site, toujours fermé et gardé par des vigiles. La mobilisation ne faiblit pas, au contraire. Les salariés
prennent même davantage d’initiatives, sentant bien la légitimité de leur combat. L’assemblée générale s’est tenue à 10h à la cantine.

150 salariés de Philips Dreux se sont ensuite rendus en car et en voiture à Chartres pour assister à l’audience en référé contre le lock-out. Tout le monde n’a pas pu entrer dans la salle du TGI.,
d’autant plus qu’une cinquantaine de personnes - salariés, lycéens ou représentants d’organisation politique ou d’associations (NPA, Verts, PG, Energie Citoyenne…) - les attendaient sur place. Le
CGT Philips remercie notamment les étudiants de Paris III, IV et VIII qui sont présents tous les jours aux côtés des salariés.

Lors de leurs plaidoiries, les avocats de l’Union Départementale FO (Sandra Renda) et du syndicat CGT Philips EGP Dreux (Bruno Stachetti) ont relevé les nombreuses illégalités commises par la
direction de Philips : fermeture du site sans information du CE et du CCE, lock-out, exécution du PSE sans consultation du CCE et du CE…

Les CCE de Philips, du CE de Dreux et les élus du CHS-CT qui se sont portés partie civile étaient représentés par le cabinet Grumbach.

L’avocat de la direction a dénié la légitimité des syndicats à assigner Philips en référé, s’emmêlant les pinceaux dans son argumentation sur le respect des procédures. Le comble a été lorsque que
l’avocat a cité le leitmotiv de la communication interne de Philips « responsabilité, transparence, confiance » !

Le Tribunal de Grande Instance de Chartres rendra son jugement vendredi 19 février à 15h.


Entre-temps le ministre de l’industrie, M. Estrosi, recevra une délégation syndicale de Philips jeudi 18 février à 8h30 au ministère de Paris-Bercy. Au moins un car de salariés de Philips Dreux se
rendra au ministère demain jeudi. Rendez-vous jeudi 18 février à 5h30 devant l’usine.

Notre Camarade Xavier Mathieu sera présent en solidarité avec les travailleurs de PHILIPS Dreux devant le ministère.

Nous appelons aussi tous les salariés menacés de licenciements ou de suppressions d’emplois à se rassembler :

Jeudi 18 février à 8h, devant le ministère de l’industrie, à Paris Bercy


La CGT Philips Dreux a aussi envoyé un communiqué de soutien aux salariés de Total en lutte pour leur emploi.