Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 18:34

Dimanche 20 juin 2010

On n'achète pas un syndicaliste de classe !

 

Un camarade délégué de la STEF-TFE à Chaulnes dans la Somme (80) est victime d'une étrange aventure...

Pour voir refusé d'être acheté, (oui, vous avez bien lu...) et avoir révélé la tentative de corruption, il est poursuivi par son patron pour "dénonciation calomnieuse" !!! Il comparaît le 22 Juin, à 14h00 devant le tribunal correctionnel d'Amiens, et à cette occasion, un appel à rassemblement le plus large possible a lieu pour contrer l'offensive patronale contre un délégué qui gêne ouvertement.

Nous reproduisons ci-dessous l'appel au rassemblement qui résume les faits.


RepressionSTEF

 

Nous devons évidemment tous être aux côtés du camarade, mais nous ne devons pas oublier que c'est une démarcation fondamentale. Car la tentative du patron de STEF-TFE n'est pas si étonnante et elle est en fait assez répandue. Et si on n'achète pas un syndicaliste de classe, on achète de multiples manières des syndicalistes conciliants...


ArgentNoirSyndicatsIl y a deux ans, un livre faisait scandale en révélant publiquement les sombres pratiques occultes dans les arrières couloirs des entreprises. Et malheureusement, contrairement à ce qu'on nous chante, la CGT n'est pas épargnée, nous l'avons déjà dénoncé sans pitié sur ce blog.

A lire un article du Nouvel Observateur, "Comment acheter un syndicaliste"... qui publie plusieurs extraits du livre.


Et à voir une interview d'un des auteurs sur FR3 Bretagne. Beaucoup d'illusion sur l'indépendance syndicale qui pourrait se résumer à une indépendance financière, alors que nous savons bien que c'est avant tout une question d'orientation, de  position de classe comme le camarade de la STEF-TFE. Mais c'est une interview intéressante, et complémentaire des extraits publiés par le Nouvel Obs. A noter que les auteurs ont étroitement travaillé avec les camarades du CGT-E Dalkia (groupe Veolia, justement...) qui ont vécu en direct toutes ces tentatives de corruption et la répression qui a suivi quand ils ont refusé.

 


Une raison de plus de soutenir notre camarade de la STEF, pour avoir refusé de rentrer dans le jeu de la corruption !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Répression
commenter cet article

commentaires

UD CGT Somme 21/06/2010 16:50


Communiqué de l'Union Départementale CGT de la Somme

Un acharnement antisyndical chez TFE à Chaulnes

Dans un contexte marqué par le développement des luttes, le patronat utilise les plus basses manoeuvres pour tenter d'amadouer les responsables syndicaux.

Ainsi à l'entreprise de transport TFE située à Chaulnes, la direction a voulu acheter l'inertie revendicative du délégué syndical CGT, Mickaël Prince, en échange d'une promotion ou d'une prime
assortie d'une démission. Précisons que "l'offre" était accompagnée d'une menace de licenciement en cas de refus.

Pour Mickaël, l'intégrité, la défense des intérêts des salariés et la reconnaissance des qualifications priment avant toute considération individualiste.

Le refus du chantage, la dénonciation de ces pratiques et la fidélité à des valeurs nobles valent en retour, à notre camarade, les foudres d'une direction.

En effet Mickaël est cité à comparaître devant le tribunal correctionnel d'Amiens pour dénonciation calomnieuse.

L'Union Départementale CGT de la Somme appelle les syndicats et les salariés à participer au rassemblement ce mardi 22 juin 2010 à 13 H 30 devant le Palais de Justice d'Amiens pour soutenir Mickaël
et exiger la relaxe, le respect des droits syndicaux et de nouveaux droits afin de développer la démocratie sociale.

Amiens, le 21 Juin 2010


ulcgtlillers 20/06/2010 12:53


je suis nullement étonné des pratiques de cette tribu de voyous, en effet, je défends devant le conseil des prud'hommes de lens le 8 juillet prochain une salariée qui s'était vue refuser
l'assistance d'un délégué cgt, argumentant les entitées.

ces voyous, afin d'éviter notre syndicat à l'entretien préalable au licenciement, se sont payés le luxe de faire venir un élu cftc de bordeau, à leurs frais!!! ces vampires ont misés sur l'usure
dans l'espoir d'échapper le jugement du conseil, cette affaire date de 2007