Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 07:03
Vendredi 8 janvier 2010
Mise sous tutelle du syndicat CGT de la mairie et du CCAS d'Avignon

Nous avons reçu le courrier suivant, que nous publions dans la foulée des autres informations du même genre, qui commencent quand même drôlement à s'accumuler... Affrontement entre un syndicat qui laboure le terrain, syndique, construit des bases tout en ne mâchant pas ses mots à l'égard des journées bidon de la confédération, un syndicat qui refuse de se soumettre aux dirigeants réformistes, et est pris en étau dans de sombres manoeuvres politiciennes locales (le trio infernal UMP/PS/PC) face auxquelles les territoriaux sont évidemment en première ligne.
La CGT n'a que le mot démocratie à la bouche. Comme le fait remarquer la camarade, nous n'avons manifestement pas la même conception du mot !
Les camarades d'Avignon ont bien entendu notre soutien, et nous reparlerons bien sûr des péripéties qui ne manqueront pas d'avoir lieu ! Quoiqu'il en soit, une première leçon : dès qu'un affrontement se dessine avec les dirigeants réformistes, il faut "blinder" les questions d'organisation : trésorerie, archives, locaux et ne pas se laisser surprendre par les coups de force qui ne manquent pas d'arriver !


Depuis le 21 décembre 2009, le syndicat CGT mairie d'Avignon et CCAS est mis sous tutelle par la fédération CGT des services publics, par courrier adressé en recommandé avec AR par Michèle Kauffer, secrétaire fédérale, à Marie-Josée Roig, député et maire UMP d'Avignon, Présidente de la Communauté d'Aglomération du Grand Avignon...

J'ai reçu exactement le même courrier. Vous pourrez y lire le motif de la mise sous tutelle, à savoir que notre direction syndicale ne s'est pas rendue à Montreuil le 8 décembre 2009 à 13h30 pour entendre les griefs qui lui étaient reprochés. Sauf que le courrier fédéral était daté du 3 décembre mais qu'il est arrivé au service du courrier en mairie d'Avignon le 7 décembre, l'accusé de réception en fait foi...

Mais tout cela avait pour seul but de nous empêcher de tenir notre congrès, car nous sommes dans le colimateur du secrétaire de l'UD du Vaucluse depuis qu'il a été élu et il ne veut absolument pas que nous soyons à nouveau reconduits.
Donc, le 11 décembre, date de le tenue de notre congrès, nous avons vu débarquer 4 représentants de notre fédé, 4 représentants de l'UD 84 et une ribambelle de militants de l'UL d'Avignon accompagnés d'un huissier de justice pour nous obliger à les laisser participer au congrès. Alors que rien n'en fait obligation dans nos statuts, nous avons accepté pour faire cesser toute poémique.
Grosse erreur, une fois dans la place, ils n'ont pas cessé de nous interrompre, à tel point qu'une heure après, le bureau du congrès n'était toujours pas élu ce qui nous a conduit à l'annulation du congrès. En sortant de la salle, la secrétaire fédérale furieuse nous a bien précisé que "nous ne faisions plus partie de la CGT".

Dès le lendemain, nous avons reconvoqué notre congrès pour le 28 janvier 2010.
Le 21 décembre 2009 la  tutelle tombait. Joyeux noël !
Nous venions de gagner par la lutte (98% de grévistes) et en intersyndicale une augmentation de l'Indemnité Admnistrative de Technicité des agents de la Police Municipale qui est passée du coef  0.39 à 4, soit en gros 100 euros d'augmentation mensuelle, pas rien quand même !
Le 24 décembre, Gilbert Colomb qui n'est plus syndiqué aux territoriaux d'Avignon depuis 7 ans, (ce qui n'a pas empêché la fédé de le désigner pour remplacer notre trésorière), récupérait  tous les courriers adressés au syndicat, avant même qu'une consigne soit donnée par l'administration. Le 24 décembre la fédé expédiait un courrier au Crédit Mutuel pour nous retirer les signatures bancaires sans même nous prévenir.
Le 6 janvier, l'administration faisait ouvrir le local syndical pour que G. Colomb en prenne possession. Son  premier travail a été de faire annuler le congrès du 28 janvier. Son deuxième, d'intervenir auprès des élus pour le retrait des heures syndicales dont je bénéficie en tant que permanente. Heureusement, je suis la seule dans cette situation.

Actuellement, dans la CGT, nous n'avons manifestement pas tous la même façon de concevoir la démocratie syndicale !
Notre Direction syndicale est composée de camarades militants depuis 10, 15,  voire pour un, 30 ans. Nous siégeons en  Commissions paritaires, en Commissions sociale, en Comité de suivi ARTT... Nous tenons nos permanences, nous accompagnons nos syndiqués (140), les agents qui nous interpellent... Pour ma part,  je suis mandatée par le syndicat pour coordonner la CSD 84 depuis 2 mandats...
Bref, tout cela pour expliquer que nous menons une activité syndicale assidue, sans compter nos heures...et pour des salaires de merde. Nous représentons le renouvelement, malgré nos cinquantaines et ce sont les militants qui nous ont précédé qui sont remis en place aujourd'hui en faisant l'économie de leur élection.
Evidemment, eux sont dans les bonnes grâces du Secrétaire Général de l'UD 84, qui lui est dans les bonnes grâces de la confédération. Il est aussi très lié avec le vice président PC du Conseil Général de Vaucluse,  André Castelli, qui est aussi élu d'opposition en mairie d'Avignon, ce qui lui a permis d'intervenir auprès du maire UMP Marie-Josée Roig, pour nous empêcher de récupérer un plein temps de mise à disposition d'un militant à l'UD 84, que le SG de l'UD a choisi sans même nous demander notre avis.
Nous avons mis 9 mois pour faire rectifier la situation, mais le secrétaire de l'UD n'a jamais voulu signer la convention de Mise à Disposition. De ce fait, nous perdions un 100%, voir l'article de presse "grande purge à la CGT d'Avignon" (tiré du journal "Le Ravi" de janvier)..

Pour conclure, notre direction syndicale a assigné la fédération CGT des services publics en référé. Nous serons fixés la semaine prochaine.

Salutations syndicalistes.
La secrétaire générale  "suspendue"
Martine Larrosa

Avignon

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les structures
commenter cet article

commentaires

bernard295 30/09/2016 10:39

bonjour martine
je suis ton parcours syndical et nous subissons moi et mes camarades CGT de basse des désaccords avec l'ufict et la fédé nous a mis sous tutelle
nous avons fait un référé la position que prend la fédé devient de la dictatures intellectuel propagé par des bureaucrates carriéristes
et si tu me permet j'oserai te demander les conclusions de ton affaire pour en faire part a mon secrétaire general et la CE
nous avons une grande gratitude pour toi et te comprenons car ce n'est pas simple il faut passer par la pour comprendre et généralement
le temps passe et on est très peut écouté
te souhaitons un bien fraternel et du courage
bernard295

Martine LARROSA 12/02/2010 04:10


Chères, Chers camarades,
Le Syndicat CGT de la mairie d'Avignon et du CCAS a gagné le référé engagé contre la Fédération CGT des Services Publics et l'Union Départementale CGT de Vaucluse.
Le tribunal ordonne:
-la suspension de la décision de mise sous tutelle en date du 18 décembre 2009 et dit que le syndicat retrouvera sa libre administration ainsi que la libre disposition de son compte bancaire
-la suspension de la mesure de suspension des fonctions du mandat de Mme Larrosa de membre de la CE de l'Union Départementale CGT de Vaucluse
Condamne la Fédération CGT des Services Publics et l'Union Départementale CGT des Syndicats CGT de Vaucluse à verser à Mme Martine Larrosa, agissant tant en son nom personnel qu'en sa qualité de
Secrétaire Générale du Syndicat CGT de la mairie d'Avignon et du CCAS une indemnité de mille euros au titre des dispositions de l'article 700 du code de procédure civile, et les condamne aux
dépens.

Notre Direction syndicale espère, par cette procédure dont nous nous serions bien passé, contribuer à ce qu'à l'avenir les militants CGT ne voient plus leurs droits bafoués par une organisation
syndicale sensée lutter pour le respect des droits de l'ensemble des salariés.
La Fédération CGT des Services Publics et l'Union Départementale CGT de Vaucluse auraient pu faire l'économie de cette procédure en laissant s'exercer la démocratie syndicale. Au lieu de cela,
elles ont choisi d'utiliser des militants CGT contre d'autres militants CGT, décidant que ceci sont de vrais cégétistes et ceux là des pourris à abattre, à l'aide d'une collusion PCF/UMP en mairie
d'Avignon. Comme à Sorgues d'ailleurs, faut-il le rappeler, ce qui a eu pour conséquence sa sortie du Centre de Gestion pour un retour à une gestion locale des carrières des plus clientèlistes. Et
là, silence radio de la Fédération.
Le jour de l'audience, elle était plus loquace pour dire dans la presse locale que "ma gestion" des finances était plus que douteuse. A chaque désaccord, je me retrouve personnellement accusée de
taper dans la caisse. Par contre, lorsque quelques uns partent avec le trésor de guerre,l'affaire est systématiquement étouffée. C'est que ça marquerait mal dans la CGT! Le Vaucluse n'échappe pas à
cette règle.
Concernant la façon dont la Fédération CGT des Services Publics gère ses finances, nous avons à notre tour des choses à dire. Pourquoi gaspiller les 63% que nous reversons en frais de procédures,
en frais de déplacements, rien que pour venir de Montreuil à 4 pour empêcher la tenue d'un congrès par exemple,...? Pourquoi ne pas plutôt utiliser les finances de la CGT pour soutenir les
travailleurs en lutte et permettre ainsi la construction du rapport de force auxquels nos dirigeants disent ne plus croire car nous serions trop individualistes pour y participer.
Pourquoi, pourquoi, pourquoi...? Tant de questionnements restent sans réponse dans la CGT actuellement!


LARROSA Martine 26/01/2010 13:03


Des syndiqués cgt de notre syndicat m'ont appelé ce matin pour m'informer du passage au sein des services de la mairie d'Avignon d'une personne qui représente la cgt actuelle, c'est à dire celle
désignée par la fédération cgt des services publics qui nous a mis sous tutelle. Cette personne colporte que j'ai détourné la trésorerie du syndicat et demande aux syndiqué(e)s de compléter une
attestation à produire en justice dans ce sens. J'ai également appris que cette accusation circule dans les instances de la cgt sur tout le département et au delà et aussi en dehors de la cgt.
A l'adresse des camarades cgt et de tous ceux qui se posent des questions à ce sujet, notre Direction syndicale est à même de prouver que ces accusations sont infondées. Décidément, rien n'arrêtera
les réformistes. S'ils ont besoin de trésorerie pour faire leurs magouilles, qu'ils ne nous fassent pas porter le chapeau.
A demain concernant la décision rendue en référé.
Martine LARROSA


sud cg 93 24/01/2010 19:20


A la lecture des aventures du syndicat CGT d'avignon, je retrouve exactement ce que notre syndicat a vécu au département de la Seine-Saint-Denis,notre syndicat s'appelait auparavant UFICT-CGT du cg
93 avait été stigmatisé par la direction fédérale de la FD et l'UFICT nat et notament Michéle Kauffer ( ancienne maire-adjoint PC de montreuil)parce que cette FD trouvait que nous étions trop
indépendant, et que nous prenions trop compte des adhérents et des agents mais surtout qu'il était trop revendicatif avec le pdt PC du CG. Cette FD des services publics , cette même direction
fédérale aidée par l'UD du 93 avait tenté d'organiser un putch. Comme a à avignon il ont vainement tenté de mettre le syndicat sous tutelle et de confisqué les fonds, comme à avignon ils ont écrit
à l'employeur pour désigner les bons interlocuteurs de la CGT. Nous sommes battus y compris au tribunal et avons faits perdre la FD qui a été condannée par le TGI de bobigny. Depuis le syndicat
UFICT-CGT s'est transformé en syndicat SUD il a plus que doublé ses effectifs et en déc 2008 aprés quelques mois d'éxitence a gagné 2 sièges en CTP avec 16% des voix sur 8500 agents.
Martine n'hésite pas a nous tel pour que l'on te donne des élements et des idées . SUD CG 93 tel 01 43 93 91 28


Martine LARROSA 15/01/2010 13:09


La fédération CGT des services publics ayant fait appel à un avocat, le référé initialement prévu le 13 janvier est reporté au 28.A suivre...
ML


Martine LARROSA 15/01/2010 13:05


Le recul des sièges en mairie d'Avignon n'a pas attendu notre arrivée à la direction syndicale.La joyeuse équipe aux "moeurs légères" qui nous a précédé s'en était déjà occupée. Il nous est
reproché aussi une diminution du nombre de nos syndiqués, mais que dire de ceux qui se sont fait courtiser par l'union locale d'Avignon pour, au final, en devenir adhérent alors que les
territoriaux ont une organisation syndicale locale et des représentants CGT dans les Commissions paritaires en mairie d'Avignon? Il faut se souvenir aussi que dans le cadre de l'application de la
loi de décentralisation, plusieurs gros services ont été transférés à la Communauté d'agglomération du grand Avignon et il était logique que nos syndiqués de l'époque se syndiquent au syndicat
COGA. Nous avons respecté le souhait des camarades d'adhérer à leur syndicat local plutôt que de nous accrocher à leurs cartes pour faire du chiffre. Et que dire encore de la campagne de discrédit
menée par l'UD de Vaucluse et l'UL d'Avignon en s'appuyant sur l'ex CGT Jean-Louis AGUILLERA qui a créé un syndicat SUD pour l'occasion, et appelé avec Christine MARIN nos syndiqués CGT et les
sympatisants à voter SUD plutôt que CGT. A force de subir ces saloperies, nous avons fini par constituer un bon dossier qui atteste de ce que nous affirmons. Et oui, je sais, à la CGT la coutume
veut que nous subissions en silence pour que les pratiques internes n'éclaboussent pas la grande CGT. Mais ce n'est pas ce que nous révélons aujourd'hui qui lui porte atteinte, mais les agissements
minables et bien réels que tu refuses de prendre en compte.Ils sont dignes des pratiques patronales les plus pourries. Puisque tu nous connais, au lieu d'avancer des accusations mensongères,
rapproches-toi de notre direction syndicale, nous avons encore beaucoup à dire si tu souhaites réellement être éclairé. Courage Arno, tu en ressortiras moins ignorant. De plus, cette rencontre me
permettrait de comparer mon bulletin avec le tien, ce qui serait sans doute fort intéressant. Preuve à l'appui, je gagne en net mensuel moins de 1200€ et plusieurs camarades de la direction
syndicale sont dans le même cas.Tu auras du mal à faire mieux. Tu reconnaitras que pour ce faire harceler par la CGT pendant des années et se faire jeter ensuite sur des motifs aussi vaseux que
ceux que tu évoques, ce n'est vraiment pas cher payer. Effectivement, si les choses continuent à ce train dans notre organisation syndicale, seuls les mafieux auront les moyens de si maintenir.Pour
l'heure, nous n'avons pas dit notre dernier mot. Quoi qu'il advienne, nous continuerons à informer sur ce qui se passe dans la CGT en Vaucluse.
Martine LARROSA


arno 14/01/2010 22:40


je connais particulièrement la situation de ce syndicat qui en 5 ans est passé de 2° organisation à la mairie d'avignon à la 5°DONC QUI A PERDU DE SON AUDIENCE, QUI PERD DES ADHÉRENTS CHAQUE année
depuis 5 ans. Martine tu devrais te remettre en question mais tu es tellement aveuglée par la haine ou mal conseillé que tu n'es plus objective tu fais du tort à l'organisation qui a des règles de
démocratie et un statut que tu bafoues . si tu t'accroche tant, et faire autant de mal à la CGT pourquoi et dans quel but? c'est peut être que tu as des intérêts personnel !!!!!! o


Tophe 10/01/2010 03:42


Pour battre cette caste parasitaire émanant de la Confédération, il faut instaurer la terreur ouvrière. Il n'y a pas d'autre alternative. La peur doit changer de camp. Vive la dictature du
prolétariat!


onstrik 09/01/2010 19:40


J'ai vécu à Solectron (boite en banlieu Bordelaise, rachetée par Flextronics et maintenant fermée ou presque). Durant 8 ans, nous avons subis une cascade de licenciements. L'ensemble des syndicats
(CFDT, FO, CFTC, SNA) passaient leur temps à discuter avec les patrons du nombre de salariés à lourder. Au sein de la CGT, je maintenais une ligne (minoritaire) qui refusait de rentrer dans ce jeu.
Et c'est là que les emmerdes ont commencé. L'USTM nous a envoyé son "gorille" pour me tenir à l'oeil.. j'en rigole maintenant, mais je m'aperçois que les vieux démons ont la peau dure !!
Adichats


oppong 09/01/2010 18:16


Salut Martine, effectivement je ne te connais pas personnellement et je reconnais avoir fait un raccourci dans mon post. Quand je parle d'"autres sujets à évoquer", c'est pas tellement pour
hiérarchiser les luttes (même si effectivement on a une lutte qui s'inscrit dans la durée, assez signifcative dans le Vaucluse, avec les papèteries), c'est plus, et tu l'évoques dans ton comm., des
considérations plus générales sur ce qu'on attend d'un syndicat. Et notamment la présence d'un syndicat dit ouvrier/prolétaire/de lutte de classe, dans un service de répression. On ne parle pas de
bavures ou d'excès, mais du rôle même joué par la police (nationale ou municipale même si les tâches régulières ne sont pas les mêmes). Maintenant je suis bien d'accord avec toi que d'autres
syndiqués et/ou délégués dans certains services, et surtout dans l'administration, n'ont "rien à envier" à des flics, notamment certains qui sont racistes dans leur boulot (et je ne parle pas de la
collaboration de classe de certains permanents payés plus de 2.000 €/mois à rien foutre).
Bref, pour préciser mes questions, un syndicat doit-il être présent partout (police, prisons...)? Doit-il accepter n'importe quel adhérent? La lutte contre des dérives droitières, voire fascistes
(d'une UD, d'une UL, voire de la conf'), ne doit-il pas être une priorité pour des syndicalistes de lutte?


Ravonne 09/01/2010 14:47


La chasse aux sorcières est ouverte une fois le Congrès fini ? Nous pourrions bien le penser . Cela va peut être accélérer la prise de conscience de ceux qui doutent encore ou qui sont frileux pour
avancer vraiment vers un syndicalisme de classe pour lequel Thibaud et consort ne seont plus qu'un mauvais souvenir.
Que la bourgepoisie, ses partis et partisans ne se fassent pas d'illusion, toute notre haine est pour eelle et le capitalisme, les problèmes internes au syndicalisme ne doivent pas leur faire
oublier.

Ravonne.


Martine LARROSA 09/01/2010 11:52


J'ai oublié d'ajouter que je suis assez d'accord avec toi quand tu dis qu'il y a plus important. La lutte des Contis..., en Vaucluse celle des papeteries de Malaucène et bien d'autres encore mérite
tout notre soutien. L'information sur la situation du syndicat CGT des territoriaux d'Avignon a pour seule prétention de rappeler qu'un homme averti en vaut deux...


Martine LARROSA 09/01/2010 11:40


Ne prends-tu pas quelques raccourcis dans ton commentaire? Je ne suis pas plus attachée que toi à la répression policière et à tous les excès et bavures qui peuvent être ou avoir été commis par la
police. C'est bien cela que tu sous-entends? Je déteste aussi le racket organisé que représente la distribution de PV sur les pare-brise.
Toutefois, dans la territoriale, la police municipale est un service parmi les autres et les policiers nos collègues. Lorsque nous siégeons dans les commissions paritaires, CAP, CTP, CHS-CT, nous
les représentons au même titre que l'ensemble des agents de la collectivité. La CGT est peu représentée dans ce service, en mairie d'Avignon. Pourtant, à l'occasion du mouvement de grève de
décembre 2009 et de notre participation en intersyndicale, j'ai rencontré des personnes qui n'ont pas à rougir de ce qu'ils sont et de ce qu'ils font. Certains "camarades" de la CGT pourraient en
prendre de la graine.
Bien fraternellement.
Martine LARROSA


oppong 09/01/2010 00:43


Ouais... en même temps, entre un syndicat de police municipale et une UD réputée pour être un repère de fachos, je pense qu'il y a d'autres sujets à évoquer avant de parler d'opposition entre
syndicat de lutte et réformistes. Je serais plutôt d'avis de laisser la situation s'envenimer pour qu'ils se butent entre eux...