Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 11:34

Dimanche 23 octobre 2011

Mais qu'arrive-t-il à Bernard Thibault ?

 

Bernard Thibault à AZF le 21 septembre

Bernard Thibault à Veninov le 7 octobre

Bernard Thibault à Fralib les 10 et 11 octobre

Bernard Thibault aux Fonderies du Poitou le 20 octobre

Bernard Thibault à Chateaubriand le 23 octobre

Il ne manque plus que Goodyear et le compte est bon !

 

Enfin pas tout à fait... Le silence assourdissant du 17 octobre reste quand même une véritable honte pour nous autres militants de la CGT. "Et maintenant, vas-tu parler ? Et maintenant, vas-tu te taire ?" comme l'écrivait le grand poète algérien Kateb Yacine...

 

Cela dit, à cette lourde exception révélatrice près, pour une fois on voit notre secrétaire général là où il faut, quand il faut. Comme quoi, quand il veut...

Car ça n'a pas toujours été le cas !!!

On se rappelle le flirt avec Sarkozy en 2009, véritable pacte de reconnaissance tacite que nous avions dénoncé à l'époque, alors même que les conflits explosaient un peu partout, sans qu'il éprouve le besoin de se déplacer d'un millimètre pour aller à la rencontre des salariés en lutte. On se rappelle à ce propos Continental et les réactions tout à fait légitimes de Xavier Mathieu...

De même, on n'a pas bien vu Bernard Thibault sur les piquets lors du mouvement sur les retraites l'an dernier, cela aurait pourtant certainement contribué à donner du peps et renforcer le moral des grévistes !

 

Alors, que se passe-t-il aujourd'hui ?

Il ne s'agit bien sur pas d'une question de personne. Simplement il représente la confédération et sa présence est un signe.

Mais quel signe ?

La première chose, c'est que la Confédération navigue à vue, n'a aucune stratégie globale, malgré tous ses discours ronflants. Après avoir tenté les liens étroits avec Sarkozy sous couvert de représentativité, la confédération s'est finalement rendue compte qu'elle s'est juste fait manipuler... Tu parles d'une affaire, il n'y avait pas besoin à l'époque d'avoir fait Sciences Po pour le comprendre !

Aujourd'hui, et manifestement en prévision de 2012, la confédération se met dans une posture plus combative, probablement pour préparer le terrain et tenter la même manoeuvre avec le futur gouvernement, en espérant u meilleur accueil.

 

Car le fond de l'orientation de la CGT, celui voté congrès après congrès, c'est qu'il n'y a pas d'issue hors du capitalisme et de sa réforme, que la seule voie à suivre est celle de la coopération, même conflictuelle avec le patronat et le gouvernement. Avec un bel enrobage de "développement humain durable", fadaise moderne du capitalisme à visage humain.

 

Aujourd'hui, le secrétaire général se déplace sur le front des luttes.

Il n'y a en ce moment aucun risque d'explosion sociale et d'élargissement des conflits, alors, on peut se permettre de baliser le terrain pour l'avenir et pour se présenter au futur gouvernement comme seul interlocuteur syndical incontournable, mais sérieux et responsable...

 

Alors Bernard Thibault dans les luttes importantes, ça change et c'est très bien, mais ne rêvons pas trop.

Dès qu'il y aura un véritable enjeu, social ou politique, on retrouvera nos pompiers de service...

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les sujets qui fâchent
commenter cet article

commentaires

TOURS 23/10/2011 22:21


Je pense tout simplement que notre camarade Bernard commence à prendre la mesure de la poussée de la base à radicaliser les discours et les mouvements.
J'étais à Chateaubriant aujourd'hui, parmi 6000 personnes et attendait avec impatience l'allocution de notre secrétaire, et j'ai senti un timide durcissement, certes, mais le ton n'est plus à la
coopération ni la compromission.

Nous devons donc, nous, la base, continuer de pousser et encourager à la radicalisation des luttes pour redonner ses vraies valeurs à la CGT.