Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 18:16
Lundi 7 décembre 2009
Le Congrès 2009 au jour le jour

Comme en 2006, nous allons tenter de rapporter le déroulement du Congrès, mais vu d'un point de vue "non officiel" (et donc non conformiste, non objectif et parfaitement orienté, mais... honnête). A la fois en retraçant le déroulement des travaux, et en fournissant toutes les informations, tous les détails, tous les points de friction occultés par les compte rendus officiels... [Mise à jour : n'oubliez pas de lire les commentaires, vous avez été nombreux à réagir au fil du Congrès !]
On notera sur le site du Congrès que le déroulement officiel du Congrès est parfaitement calibré et minuté (voir ICI). Le signe évident de la volonté de garder sous contrôle le déroulement des scéances...
Nous rajoutons au fur et à mesure les numéros officiels du "Peuple" du Congrès, au fur et à mesure de leur mise en ligne sur le site officiel du Congrès...
Enfin, n'oubliez pas que tous les articles de ce blog autour du 49ème congrès sont regroupés dans une section à part, ICI.

Le Lundi, c'est l'ouverture
Peuple1Peuple2Accueil des délégués ce matin. L'occasion de constater que parmi les 982 délégués représentants 520 221 mandats, il n'y a que 347 femmes (35%)... Du chemin à faire, on l'a déjà constaté !!! Moitié privé, moitié public, 30% d'ouvriers, 50% d'employés et 20% de cadres, à 85% en CDI. Si on compte les retraités, ça ne doit pas faire beaucoup de chômeurs, sans-papiers et précaires !!! Il n'y a que 70 jeunes (moins de 30 ans), mais pour 75% des délégués c'est le premier congrès. Alors là le signe évident de la tentative de contrôler le congrès par des délégués peu formés et donc supposés facilement influençables. On verra, on n'est pas forcément jeune et con à la fois !
Et puis, il y a le patio, vous savez, ce lieu de passage au coeur du congrès dans le parc des expositions ? Comme d'hab', les stands des sponsors, ceux qui financent le Congrès... Alors, on a là le stand de France Telecom (bien connu pour sa politique sociale), celui de Veolia apprécié par nos camarades du CGT-E Dalkia, celui de Saint-Gobain, de la RATP, de Géodis... et de bien d'autres... Il ne manque que Total (AZF, Erika...). Quand la bourgeoisie finance un congrès syndical, c'est qu'il y a un cheveu dans le potage...

Que penser du discours fleuve de Thibault ? C'était long, ça ne marchait pas trop, un peu chiant pour dire. Les feuillets lus les uns derrière les autres, les blagues à deux balles dont il est un habitué, pas vraiment d'ambiance. Détendu le Thibault, c'est sur, mais quand même, à bien écouter, tout son discours était sur la défensive, pour répondre quelque part aux opposants. Pas du tout le discours prétendument "offensif" dont on parle dans les journaux et les radios.
Bien sûr,
il a quand même cherché à se justifier de toutes ces méchantes accusations de complicité tacite avec Sarkozy... Tous les médias l'ont souligné.Mais on ne prête qu'aux riches, n'est-ce pas ?
La CFDTisation ? On n'en parle pas, mais on prend le temps de se justifier d'être allé à l'université d'été de la CFDT, en affirmant que la CGT reste fidèle à son histoire, et que de toutes les façons, c'est elle qui a gagné les prud'hommes, non ?
CongresOn va poursuivre le "syndicalisme rassemblé", et d'abord avec la FSU [On en reparlera sur ce blog], même si on prétend qu'il n'y a pas (encore) de cadre précis... On va poursuivre à fond la CES et la CSI (le "développement humain durable", le "travail décent", c'est de là que ça vient...) et on vous promet une super journée européenne le 24 mars 2010. Sur quoi ? Ah, ben... bon, plus tard, plus tard...
On va se mobiliser dur de chez dur, avec début 2010 une grosse campagne nationale sur les "revendications",  emploi, salaire, vous allez voir ce que vous allez voir. Sur quelles revendications ? Ah, ben... bon, le droit suspensif sur les licenciements, peut-être, ou le Nouveau Statut du Travail Salarié, la reconversion ou la mort ? Les salaires ? Rien de très précis... Evidemment, tout cela est lié à la défense de l'emploi industriel, d'ailleurs "l'importante" mobilisation du 22 octobre (où Thibault a été copieusement sifflé... tiens, il n'en a pas parlé ???) a permis de réouvrir les négociations sur l'avenir industriel, les Etats Généraux de l'Industrie, même si ce n'est pas encore exactement ce qu'on voulait. Dommage que la Fédé de la Chimie (FNIC) revendique maintenant le retrait de la Conf' de ces Etats Generaux bidons... Mais on vous promet, là ce ne sera pas pareil, plutôt comme le Grenelle de l'environnement qui a permis des avancées importantes ??? [Nota : le congressiste interloqué...]
L'enjeu de 2010, ça va être les retraites, le marqueur de l'affrontement. Si c'est joué comme en 2003 ou 2007, on a du souci à se faire. La revendication, c'est le départ à 60 ans, avec 75% du salaire de référence, et au minimum le SMIC. Disparition du nombre d'années de cotisations ??? Alors, là, ce serait une nouveautée !
Enfin, le couplet traditionnel sur la défense du service public, citation de Maurice Thorez à l'appui, s'il vous plaît. Un évident appel du pied aux traditionnalistes du PCF, parce que Thorez, ça fait une paye qu'il a pas été cité dans la CGT !
Enfin, au final, tout va bien, les structures tout va bien, le Cogetise tout va bien, Bref, tout va bien.
Applaudissements de la salle. Rideau.

Après, on a eu le droit à la présentation des invités.
Sans surprise, la CFDT et l'UNSA huées copieusement. Normal. Le PCF et le Parti de Gauche chaudement applaudis, le PS et le NPA plus mitigés, mélange d'applaudissement et de huées.

Mais c'est demain que les vraies affaires commencent avec la discussion et le vote du rapport d'activité.
3 heures de débat pour un premier vote en fin de matinée, ça va être chaud.


Le Mardi, c'est le vote du rapport d'activité
Peuple3Au départ, la question était de savoir si Jean-Pierre Delannoy allait pouvoir avoir la parole, comme il l'avait annoncé largement dans la presse. On se rappelle qu'en 2006, toutes les interventions avaient été censurées...
L'intervention de JP DelannoyBonne surprise, on lui passe le micro. Sifflé au début, Delannoy ne se laisse pas démonter et développe son intervention. Une intervention de lutte de classe et pas une intervention magouille d'une organisation politique, une bonne intervention rappelant le contenu de sa candidature. Et pour finir, les applaudissements de l'assemblée, preuve que l'argumentaire avait porté.
L'affaire semblait bien entamée, et le débat se poursuivait. Bien sur, pas mal de piques sur "ceux qui font la promotion de la division", mais aussi une autre intervention remarquée d'un jeune des dockers du Havre, très lutte des classes, carrément rentre dedans et ne se reconnaissant pas dans l'orientation confédérale.

C'était un peu nouveau et surprenant et on se demandait si la direction confédérale avait renoncé au contrôle du débat. Rassurez-vous, elle n'a rien perdu de son imagination et de sa verdeur ! Faute de pouvoir interdire la parole à Jean-Pierre, ce qui aurait fait carrément désordre vue la publicité autour de sa candidature, il fallait la saboter.
Et quand on a des sales besognes à faire, on fait appel aux hommes (et femmes) des basses oeuvres.
Et c'est à ce moment qu'on a vu arriver sur scène une forte délégation de sans-papiers de l'UL de Massy (les drapeaux en faisaient foi), Raymond Chauveau et Francine Blanche en arrière plan. Standing ovation de la salle. Et c'était parti sur la grande lutte de la CGT, la seule chose que la confédération essaye de se mettre sous la dent comme "victoire" depuis le dernier congrès.
Intervention d'un sans-papiers de l'Isère qui explique comment il a été régularisé grace à la CGT, intervention du porte parole des sans-papiers de Massy appelant à étendre la grève, quasiment à la grève générale des sans-papiers.

Quand on connaît la réalité de la pratique de la confédération à ce propos, quand on voit les mensonges éhontés qu'elle répand à ce propos, quand on voit les scissions que cela commence à provoquer dans le mouvement, on est proprement halluciné par le discours.
Entendons-nous : il est évidemment essentiel de développer la lutte des sans-papiers, et on ne saurait reprocher leur présence à ce congrès, comme d'ailleurs au meeting de rentrée. Mais la mise en scène au congrès confédéral a été une manipulation, et il faut le dire !

Les dirigeants confédéraux se moquent de la réalité et ne sont pas à un mensonge près. Leur objectif était clair : en plein débat difficile sur le rapport d'activité, prétendre apporter un résultat, et escamoter l'intervention critique de Delannoy. Et il faut le reconnaître, la plupart des congressistes n'ont vu que du feu à cette mise en scène réglée au millimètre.
Et pour conclure, Daniel Prada au nom de la direction confédérale pouvait même se permettre d'en rajouter une louche en affirmant que la meilleure réponse aux détracteurs avait été donnée par les sans-papiers eux-mêmes au cours du débat !!!
Cela dit, partout dans les couloirs, ce qui s'entend très fort, c'est le ras le bol des journées bidon et de la mobilisation sabotée du printemps 2009. Même quand on se résigne à voter pour la direction confédérale, on n'est pas dupe !

Une manoeuvre de magouille à grande échelle, appuyée sur un mensonge honteux, extrêmement choquante, mais pas vue comme telle par le congrès. Elle est belle l'orientation confédérale et la pratique qui va avec !!!
Le vote sur le rapport d'activité avait lieu en fin de matinée. Avec bien entendu une fois de plus le débat sur les abstentions. Car on le sait, depuis toujours, la Conf' refuse de prendre en compte les abstentions !
Elle annonce donc 77,3% de pour, 22,7% de contre et 7,7% d'abstentions. C'est déjà une nette diminution par rapport à 2006 (5% de pour en moins, et 1,5% d'abstentions en plus).
Uniformisés sur les votants, cela donne : 71,3% de pour, 21% de contre, et 7,7% d'abstentions, voilà qui reflète mieux la tonalité du congrès.

L'après midi avait lieu une conférence de presse de JP Delannoy à 15h, pour l'anecdote, l'accès à la salle de presse a été refusé par la sécurité, ce qui traduisait, au minimum une certaine fébrilité. Elle a finalement eu lieu au bar. A lire l'interview dans le Point à l'issue de ce débat sur le rapport d'activité.
Sinon, c'était le début du débat sur le document d'orientation, on en reparlera... Mais l'après midi était également marquée par l'intervention émouvante d'un camarade de Molex rapportant le difficile combat pour l'emploi, la lutte à Molex, la solidarité avec les Contis que Maryse Dumas a tenté d'interrompre et que la salle a permis de finir normalement contre l'avis de la table... Ci-dessous la vidéo de l'intervention d'Alexis.


Le Mercredi, c'est la poursuite du débat sur le document d'orientation
Peuple4Jamais un congrès n'a été aussi suivi et médiatisé, jamais depuis l'origine de la CGT il n'y avait eu de candidature d'opposition face au candidat officiel, et les délégués ne sont pas insensibles à ce qui se passe, à l'écho dans les médias... Jusqu'à la BBC et la RAI qui demandent des interviews, tous les journaux nationaux et régionaux tournent en boucle sur cette candidature et les contradictions qu'elle manifeste. Cela dit, dans les interventions du congrès, la candidature de Jean-Pierre Delannoy elle même n'apparaît pas vraiment, il faut que cela se débloque d'ici la fin de la semaine !

Journée tendue dans les débats. On sent que quelque part la tension monte, et les interventions critiques sont finalement assez nombreuses, ce qui est assez étonnant vue le nombre des nouveaux délégués. C'est à la fois le reflet de la crise et de ses conséquences, du réformisme aigu de la confédération qui va vraiment loin dans la collaboration de classe, et aussi l'impact de la candidature Delannoy qui quelque part a libéré la parole, a mis au grand jour le malaise général et permis d'en parler ouvertement, avec soulagement quelque part. Une ambiance de lutte, pas si mauvaise que cela dans ce congrès, mais encore le manque d'une véritable alternative en dehors du vote "pour" les textes de la direction confédérale. En tout les cas, un peu une surprise pour un congrès initialement totalement formaté et boulonné comme jamais...
A tel point que la tribune a commencé à être agressive, et qu'il a fallu une intervention d'une camarade sortante de la CE pour appeler la tribune à être plus correcte et à respecter les délégués. C'est pour dire là où on est arrivé !!

Beaucoup d'interventions sur le fait qu'il n'y a "rien dans le document" (ce qui n'est d'ailleurs pas exact - il y a une orientation), qu'il fallait mettre des axes revendicatifs, avoir des revendications claires, ne pas noyer le poisson... Des interventions offensives, mais trop peu sur le fond de l'orientation proposée. Quand des délégués affirment que le "développement humain durable" ça ne veut rien dire, à la fois on peut les comprendre (c'est vrai que le texte est particulièrement imbuvable), mais ça veut dire quelque chose de tout à fait précis, un capitalisme fraternel et à visage humain, dans un monde apaisé et d'intérêt général où les contradictions de classe ont disparu...
Alors, faute de critique sur le fond, la réponse est facile : "on vous a compris, on a intégré plein d'amendements" - on connaît la manoeuvre, on l'a déjà vécu dix mille fois, on va changer deux virgules et puis basta !!!

Au congrès, au moins quelque chose à se mettre sous la dent !
Comme à chaque congrès, c'est pas vraiment cantine pour le repas, 25 € (oui, pas d'erreur, vingt-cinq euros) le ticket. Il y en a qui en croquent !!!
MenuCongres
Le vote de la résolution 1 du document d'orientation (sur la crise économique et les solutions à y apporter) sera finalement votée avec 76,4% de pour, 23,6% de contres et 6,5% d'abstentions, ce qui en vote uniformisé mène à 71,4% pour, 22,1% contre et 6,5% d'abstentions. Un résultat similaire au vote de la veille.

Suit une table ronde sur les jeunes avec l'UNEF et l'UNL complètement bidon, suivi d'un débat lénifiant sur la question, ou évidemment tout le monde est d'accord. Mais le temps passe, quatre heures sur la question et on n'a pas du tout parlé des licenciements et de la crise !!!
La résolution 2 sur les jeunes est finalement adoptée par 86,7% des votants. Manifestement il faut gagner du temps...
Du coup, le congrès va prendre beaucoup de retard, et ce n'est que vers 19h45 qu'a lieu le dernier vote sur la résolution 3, qui rappelons-le porte sur le "syndicalisme rassemblé", la "représentativité" et les journées d'action bidon, sujet brûlant s'il en est. A l'heure où nous écrivons, les résultats ne sont pas encore connus.

Le soir, réunion publique de soutien à la candidature de JP Delannoy, qui va regrouper plusieurs dizaines de personnes (dont beaucoup de camarades venus avec le blog "Où va la CGT ?") dans une salle du centre ville, alors d'ailleurs qu'une autre réunion animée par les militants du POI a lieu en même temps dans un autre lieu...
Beaucoup a été dit dans cette réunion sur l'ambiance du congrès, la nécessité d'aller jusqu'au bout en convaincant les délégués hésitants, le fait de ne pas apparaître diviseurs.
Une forte intervention d'un camarade de Vitry sur la lutte des sans-papiers et la double face de la Confédération à ce propos. Et puis bien sur la nécessité de remettre sur le tapis la candidature de JP Delannoy, pour aller jusqu'au bout de la démarche et montrer son sérieux pour l'avenir.
Des points de vue contradictoires sur l'appréciation que l'on porte sur la direction confédérale (des amis qui se trompent ? ou des ennemis qui se cachent ?) mais la volonté d'avancer ensemble pour proposer une alternative. D'ailleurs, un document de 4 pages était proposé par le collectif national de lutte de classe pour organiser la suite, on en reparlera. Des perspectives en vue de réunions publiques dans diverses régions, à l'occasion des congrès locaux ou départementaux, et à nouveau la nécessité de renforcer le collectif national CGT de lutte de classe.
Du pain sur la planche, mais la volonté d'avancer quand on s'est séparé assez fatigués vers 22h30...

Le Jeudi, c'est la fin du débat sur le document d'orientation
Jeudi, c'est fin de la récré. Manifestement, la tournure que prennent les débats ne passe pas là haut. Donc on verrouille, on formate, on normalise.
La pause est supprimée le matin, empêchant le point presse prévu par JP Delannoy accompagné d'un appel à la coordination des luttes, mais en même temps Bernard Thibault fait sa propre conférence de presse, pour s'excuser d'avoir renoncé finalement à faire venir François Chérèque, pour cause de trublions dans la salle qui auraient risqué de radicaliser les positions. Dommage... ils sont malins à la direction confédérale !!!
Les interventions deviennent formatées et sans intérêt, manifestement on sélectionne à la loupe les intervenants.
Les débats se succèdent sans véritable intérêt, parsemés de votes tous plus ou moins identiques, à l'image des premiers votes.

En milieu d'après-midi et sans nouveau débat général, le document d'orientation est mis au vote dans sa globalité. ResultatOrientationCe résultat était attendu pour mesurer l'évolution des positions, à la fois en général et depuis le début du Congrès.
Mais finalement, pas de vraie surprise : le document d'orientation est adopté par 78,5% des exprimés, 21,% contre avec 6,7% d'abstentions, ce qui en vote normalisé conduit à 73,2% pour, 20,1% contre et 6,7% d'abstentions. Un peu moins bien que le bilan d'activité, mais toujours un petit décalage par rapport à 2006 : 1,5% de votes contre en plus, 2% d'abstentions en plus, et donc 3,% de votes pour en moins. Une avancée, mais pas une vraie victoire, plutôt un grignotage.

A partir de 18h, la discussion s'anime avec le vote sur les candidatures. Rapport de Grazziela Lovera, en quoi le CCN avait validé les candidatures en août, que le congrès n'était souverain que "dans le cadre des règles statutaires" et que les syndicats devaient connaître à l'avance les candidats et les orientations qu'ils défendaient. Pas faux en soi, mais depuis l'annonce fin octobre de la candidature Delannoy, largement connue, les syndicats avaient quand même eu le temps d'y réfléchir, surtout quand on sait que les débats ne se sont vraiment menés partout qu'à la dernière minute.
Et donc Grazziela Lovera nous annonce que le CCN a mûrement et longuement réfléchi la veille au soir, pour présenter une liste au vote, selon des critères qui vont vraiment bien dans le cadre des décisions du congrès, et elle nous présente pile poil une liste tout à fait conforme à l'annonce faite par "Le Monde" le 1er décembre dernier (avant même le début du congrès).
Donc une liste de 54 noms (inchangé), en parité hommes/femmes, et renouvelée exactement à 50%. Si la démocratie dans la CGT est telle qu'on nous l'annonce, le journaliste du Monde a évidemment des dons de voyance à exploiter au plus vite !
NouvelleCEC26 du public, 28 du privé, 18 employés, 12 cadres, 10 ouvriers, 8 techniciens, 3 agents de maîtrise, 2 ingénieurs et 1 enseignante. Comme le fera remarquer une ouvrière de Air France, ça ne fait pas beaucoup d'ouvriers dans le tas, même s'il y en a deux de plus qu'en 2006 !!!
Voici donc la liste proposée par le CCN "à une large majorité", on n'en saura pas plus. Comme d'hab, les votes du CCN sont secrets, alors que le B.A. BA de la démocratie serait que les votes soient publics pour que chaque syndiqué puisse savoir ce que défend ses représentants. Mais on n'en est pas là... loin de là, même ! Pour le gag, Mohamed Oussedik se propose d'organiser le vote avant même que la liste soit connue !!! Mortel, la démocratie sauce CGT... Bon ça ne durera pas, la liste va être affichée et distribuée - c'est bien le moins.

PascaleOn voit alors la camarade Pascale Montel (Métallurgie du Nord Pas de Calais) prendre la parole avec calme et détermination pour défendre la candidature de JP Delannoy. Climat tendu, un peu hostile, limite provocation. Mais sans se laisser démonter elle demandera aux congressistes de rajouter le nom de notre candidat sur les listes proposées. Provoquant évidemment la réponse "statutaire" de la table (Grazziela Lovera et Mohamed Oussedik) pour rappeler que ce n'était pas statutaire...
Elle sera soutenue par les camarades de la CGT Educ'Action du Nord, mais malheureusement cela s'arrêtera là. Il y aura même des interventions carrément glauques, dont celle d'un hurluberlu actuellement encore non identifié (un délégué de Angers, apparement) qui jugera utile de prendre la parole pour dire que quoiqu'opposant (???) il ne voulait pas être mélangé et "instrumentalisé" par JP Delannoy. Et que donc il tenait absolument à s'en démarquer. Bien applaudi par la salle, on s'en doutait, la bassesse n'a pas de fond !
Un peu plus tard, Maïté Lassalle annonçait que les résultats n'étaient pas encore complètement dépouillés, mais que tous les candidats avaient plus de 70% des votes et qu'ils étaient assurés d'être élus. Un vrai scoop, quoi !
Le détail demain matin pour voir les rayures... mais il y a une place à prendre en queue de liste, Le Duigou n'est plus là !

Le Vendredi, c'est la fin...
Peuple5[Le numéro du Peuple aujourd'hui est pourri, mais c'est pas de notre faute, c'est de la faute de la Conf' !!!]
Quoi dire aujourd'hui ? La messe est dite. On prendra le temps un peu plus tard de revenir sur le bilan général de ce congrès... D'ailleurs, si vous avez un avis, n'hésitez pas !
Ah, oui. L'élection du Bureau Confédéral ce matin. Pas de surprise, c'est personne pour personne la liste annoncée par Le Monde le 1er décembre. Il se confirme que Monsieur Rémy Barroux, journaliste spécialisé, a des dons de voyance particulièrement affutés.
Car voyez-vous, le résultat gêne certains, bon, c'est vrai, la démocratie là dedans, c'est pas top. Mais nos contradicteurs justifient : "Quoi donc, pourquoi vous étonnez-vous ? C'est le rôle de la CE sortante de préparer la nouvelle direction". Bien, bien, bien... Il y a un problème, preuve à l'appui. C'est que la CE sortante, n'a pas été consultée, non vraiment pas. Et si nous le disons, c'est que nous avons des preuves. Et ces preuves on les a.
En l'occurence un courrier d'un membre de la CE sortante, par ailleurs secrétaire de l'UD93, qui s'étonne des fuites dans la presse alors qu'il n'est informé de rien...
Alors, on arrête les conneries, OK ? La prétendue "démocratie" à la CGT, c'est réservé quand il faut faire taire les opposants...
Sinon, on ne va pas vous parler du discours de clôture de Thibault, aucun intérêt. Même les menaces voilées à notre égard, nous les syndicalistes de classe, ne nous impressionnent pas. Les choses sont claires, il y a deux camps. Et nous ne sommes pas du même côté de la barricade !
Nous arrêtons là cet article, mais il va s'enrichir progressivement dans les jours qui viennent, avec des compléments, des liens vers des documents officiels, la liste des élus de la nouvelle CE avec les votes individuels etc. Donc n'hésitez pas à y revenir, il y  aura des compléments !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans 49ème Congrès
commenter cet article

commentaires

Maya 27/01/2010 15:25


Je fais partie des militants qui, en découvrant le blog ouvalacgt? il y a quelques mois, trouvent enfin une explication claire au malaise et à l'incompréhension ressentis devant les positions de la
confédération et de ceux qui la relie sur les régions, les départements, les villes. Comment continuer à justifier, vis à vis des syndiqué(e)s CGT, les appels à la mobilisation et à la grève en
sachant par avance que rien ne sera réellement entrepris pour sauver les droits du travail, les statuts, les emplois, améliorer les conditions de travail qui se dégradent de jour en jour, lutter
pour l'augmentation des salaires...Ce sont ceux qui ont les plus bas revenus qui souffrent le plus des euros dont ils se privent lorsqu'ils font grève, ce qui a des répercutions sur le budget
familial, notamment dans les familles mono-parentales. Déléguée au 48ème, j'ai été choquée par son faste, la présence des salauds qui nous exploitent dans les stands et surtout le manque de
démocratie par le tri des intervenants. Ils ne prennent pas de risque. Au 49ème, le problème ne s'est plus posé car notre syndicat étant considéré trop revendicatif, il y a eu empressement a
désigner des délégués plus conformes aux votes attendus. Parlons-en de la démocratie syndicale CGT! Il est heureux que ce blog nous permette d'exprimer ce que "la cgt" nous interdit de dire.
Vivement que les jeunes comprennent où ils ont mis les pieds et que les moins jeunes se lèvent la merde qu'ils ont aux yeux. Nous devons reprendre l'outil de défense des travailleurs en main.


Jef 19/01/2010 19:21


Bonsoir,

Sur votre blog, je lis : "Que penser du discours fleuve de Thibault ? C'était long, ça ne marchait pas trop, un peu chiant pour dire. Les feuillets lus les uns derrière les autres, les blagues à
deux balles dont il est un habitué, pas vraiment d'ambiance. Détendu le Thibault, c'est sur, mais quand même, à bien écouter, tout son discours était sur la défensive, pour répondre quelque part
aux opposants. Pas du tout le discours prétendument "offensif" dont on parle dans les journaux et les radios."

Même si vous n'aviez rien dire de concret sur le champ concernant le contenu de son discours car je n'étais pas à votre place, je suis sidéré de la légèreté de vos propos. Alors que le document
d'orientation est un appel au sabordage de la confédération pour passer à un syndicat, comme il le dit dans son discours d'ouverture, "pour accroitre l'efficacité" afin "de sortir les syndicats de
l'entreprise" pour les réunir "sur un même champ d'activité professionnelle." Le "champ d'activité professionnelle" c'est une autre façon de dire le corporatisme. Pour ce qui concerne les mensonges
éhontés, pour avoir subit les foudres du stalinisme et de leurs sbires dans la CGT, ils ne sont pas nouveaux mais juste un peu plus fortement infléchis vers la droite.

Son projet n'a d'autre but que de chercher à enrégimenter le prolétariat et la classe ouvrière pour "se défaire de ces réflexes patrimoniaux" avec des comités de quartier (ou autre nom) pour
renforcer la police politique existante.
Il y a dans la CEC et même au bureau confédéral des têtes qui ne laisse aucun doute. De retrouver Le Duigou comme "émminence grise" de BT comme le rapporte les Echos, alors que ce sal... prend ses
ordres auprès de Dassault. S'il y avait besoin d'une "intelligence" du gouvernement pour "driver" BT il n'était pas possible de mieux choisir.

J'espère pouvoir lire prochainement des analyses plus completes de ce congrès qui, depuis le 44ème ne fait qu'accroitre la soumission au patronat, au MEDEF, au fumeux dialogue social et autres
"mensonges éhontés" qui détruisent systématiquement plus 150 ans de conquêtes sociales, permettront pour ceux qui vous lisent d'avancer dans la démarche pour écarter, à terme, ces ennemis de
classe.

Continuer n'est pas facile, certes, et les tâches s'accumulent, ce n'est pas une raison pour céder.

Meilleures salutations


Tophe 28/12/2009 20:48


Déclaration d'Alain Minc, un des porte-flingues du Sarkozisme: « Je constate qu'au printemps, leur sens (Celui des syndicats, NDLR) de l'intérêt général a été impressionnant pour canaliser le
mécontentement. L'automne a été d'un calme absolu. Je dis chapeau bas aux syndicats! (…) ils ont cogéré cette crise avec l'Etat. Le patronat, en tant qu'acteur social, a été aux abonnés absents.
(…) S'il y avait un dixième du talent de l'Etat-major de la CGT au Medef, les choses iraient mieux ».


Eugène 29/12/2009 06:57


Oui, on avait vu cela passer...
Les choses sont claires !


Serge ROLLAND 26/12/2009 16:09


Décidément, même si je connais bien les pratiques déplorables des opposants à la CGT, je suis toujours surpris de la haine, de la bêtise et de cette suffisance qui caractérise surtout ceux qui ne
font jamais rien avancer. Les votes au congrès de la CGT remettent chacun à sa place. Heureusement d'ailleurs ! La classe ouvrière ne serait pas fauchée avec des camarades qui s'excitent sans
réfléchir ni convaincre. Créer le rapport de force indispensable pour imposer des solutions efficaces, lorsque le système lui même appelle son remplacement, demande une capacité de rassemblement
extraordinaire. Sans la démarche unitaire portée par la CGT nous ne serions capable de rassembler que quelques convaincus qui pèseraient bien peu face à la puissances des tenants du capital.
Grace à la persévérance de la confédération nous disposons d'une résolution commune à l’ensemble des organisations syndicales point d'appuis pour décupler les luttes sur le terrain, encore
faudrait-il s'en emparer.
C'est l'absence de cette démarche unitaire partout qui a fait défaut début 2009 pour démultiplier les luttes.
Mais c'est vrai qu'il est plus facile de critiquer la confédération que de convaincre pour rassembler.
2010 doit être l'engagement de la syndicalisation de masse pour construire le rapport de force indispensable.
Croyez-vous que ce soit en crachant sur la CGT qu'on fera des syndiqués et qu'on construira des luttes unitaires et efficaces pour gagner les changements pourtant indispensables. Ne pas être
d'accord sur la stratégie ne devrait pas conduire à utiliser l'invéctive entre camarades, à moins qu'on cherche surtout à apparaitre sans se préoccuper de l'intérêt de la classe ouvrière.
Le nombrilisme ne fera pas illusion longtemps !


claire 13/12/2009 10:31


bonjour, j'ai decouvert lors du congres qu'il existait des camarades qui pensait la meme chose que moi,grace d'ailleur a un copain du sud qui etait assis a mes cotes. mon intervention concernant le
congres, et simple, nous nous sommes fait incendier par des VIP derriere nous, mais aussi de la fede de la chimie, pour ne pas voter POUR toute les decisions de la confédé. cela ma donner un enorme
malaise, celui que l'on cherchais un "bon vote"; mais comme je l'ai dit a d'autre, si la confe voulais des votes POUR sur tout, pourquoi avoir fait un congres il aurait dut eviter de depenser le
fric des syndiqués pour nous envoyer les votes par correspondance,deja cochez biensur. je fais partie de ces 75% de nouveau congresiste, et j'avoue qu'il ma decue a un point tel que je me pose meme
des questions sur la legitimitee de la confe.


Eugène 13/12/2009 11:15


Si je comprends bien ce que tu dis, dans la fédé de la chimie, la consigne était de voter POUR ?
L'opposition de sa majesté ?


olivier 12/12/2009 17:50


Juste une question, y-avait-il un stand de La Poste (ou toute sorte de pub postale) sur le patio du congrès ? Et dans ce cas, quelqu'un en aurait-il des photos ?...

olivier


Eugène 12/12/2009 19:11


Oui, un stand de la Banque Postale, mais pas de photos chez nous...


ROUSSEAU 12/12/2009 16:02


j'ai revisualiser dans le détail les video du congrès , c vrai sans être parano , le verrouillage du congrès à bien eu lieu par touches subtiles , exemple regardez bien le mardi matin le choix des
2 interventions qui encadre celle de Jean-Pierre Delannoy, la première la copine qui prévient carrément que l'intervention qui va suivre ( celle donc de Jean-Pierre) est dangereuse pour l'unité de
la cgt , idem pour celui qui intervient après Jean-Pierre qui est très critique vis à vis du syndicalisme de classe et de masse. bref de la part de la confédération il fallait dans le choix des
interventions bien encadrer celle de Jean-Pierre, ce genre d'astuce saute au yeux quand on fait un travaille sur le décryptage d'un congrès. après je vous passe la grosse manip de l'arrivée d'une
délégation des sans papiers , les congressistes ont rien vue , beau travail de manipulation de la confédération , je vous invite tant que les vidéos sont sur le site de regarder l'ensemble du
congrès avec une certaine distanciation , on voit mieux les magouilles . Malgré tout à travers le verrouillage on voit bien que des interventions en nombre ont pu passer et qui remettaient bien en
cause la ligne réformiste de a conf ,dans ce sens je pense que ce congrès à travers les votes ( avatar de pseudo démocratie) ne reflète pas du tout ce qui s'est passé , c'est là que pour la suite
il est peut être historique , Didier militant Sud-RAIL ( ex militant cgt cheminot)

PS : globalement les interventions des délégués cheminots , quelle bande de faux cul vis à vis du secrétaire général ancien cheminot et notamment celui qui est intervenu sur les régimes spéciaux
comme quoi pratiquement ces régimes seraient sauvés et mieux qu'avant , celui là je l'ai trouvé particulièrement gratiner


marti michel 12/12/2009 11:16


Je suis retraité cheminot et ma première carte CGT remonte à l'âge de vingt ans. Je suis par ailleurs abonné à Informations Ouvrières et je suis abasourdi par ce que vous dites de la position du
POI: apparemment, les motions présentées par le POI étaient justes et vous les avez, d'après la réponse d'Eugène, soutenue. Mais comment les syndiqués peuvent comprendre l'impossibilité d'action
unitaire? C'est pourtant la seule voie face à l'appareil de la conf. Je veux bien qu'il y ait des divergences politiques, mais rien ne peut justifier une telle division catastrophique. J'espère de
tout coeur que vous ne vous contenterez pas d'un simple "Ce n'est pas de notre faute". Definissez des prespectives claires et harcelez tous les "opposants" pour batir tous ensemble un front commun.


ETELLIN 12/12/2009 09:10


J'ai suivi le Congrès Confédéral de la CGT par la Presse,
Libé en a peu parlé et par "ou va la cgt" et "front
syndical de classe".
Il y avait aussi une présentation dans Politis la semaine dernière.
B. THIBAULT "a réussi son pari" d'un 4ème mandat, issu de
la Fédération des cheminots CGT, donc permanent depuis des décennies. On ne peut pas dire que cette fédé, que j'ai côtoyée en tant que cheminot CFDT depuis 1971 et Sud Rail depuis début 1996 soit
une fédé "révolutionnaire" et "unitaire". Didier le RESTE qui lui a succédé est aussi sur une ligne réformiste "composant" souvent avec la Direction SNCF à travers le CCE et la Fédé.:refus de la
grève unitaire reconductible (voir le dernier préavis à partir du 12/12 annulé avec UNSA et CFDTFGAAC fusionnés), licenciements de délégués Sud Rail et CGT au CCE non obtenus après passage aux
Prud'hommes, mais néanmoins des actions reconductibles unitaires dans crtaines régions (contrôleurs, agents de Conduite, Matériel, Equipement, Gares .....)
L'Unité au niveau national très souvent remise en cause par la Fédé CGT des cheminots, refus ou rejet d'intersyndicales ....sont le lot courant.
De nombreux collègues de la CFDT, de la CGT nous ont rejoint depuis 1996.
La SNCF, profitant d'une Fédération "alliée" (comme l'UNSA et la cfdtfgaac)poursuit aisément les restructurations : Privatisation du FRET,transfert des wagons isolés sur la Route (+ 700 000
camions)projet de privatisation des TER, filialisation du Matériel, de l'entretien de l'EQUIPEMENT (voies, service électrique, télécommande ...), externalisation de la Caisse de Prévoyance SNCF
avec l'aval de la CGT, voilà quelques exemples !
J'ai de très bons collègues à la CGT qui sont désabusés par rapport aux actions de 2009 baptisés vulgairement "temps forts" qui ont fini en désuétude en mai en juin, aucune action dans la durée à
l'automne. Ils se posent réellement des questions sur la lutte de classe
et la stratégie de la CGT
Voilà quelques réflexions que je voulais vous soumettre.

Gérard ETELLIN, miltant SUD Rail et Solidaires de la Savoie, adhérent au FSC depuis mai 2009


jp17 11/12/2009 23:35


Message à TARTEMPION, dit tartuf,

Tu veux parlé des VRAIS valeurs de la CGT de classe? Mais vu ton analyse démocratique d' une certaine CGT refoulée par sa divergence, si tu n' as pas encore vomi, fait le vite, mais va donc adhérer
à la CFDT!!!
Par contre tu me fais un peu rire quand tu parle pour l'intérêt des salariés, mais tu ne dois pas connaître les bases!

Frater...., excuse salutation syndicale!


galliano eve 11/12/2009 22:28


Thibault réélu , on s'en doutait mais pourquoi a-t-il cherché à se justifier : " je ne suis pas avec Sarko " . Mais j'interdis à la cgt de se rendre à l'université d'été du NPA tout en ne me
privant pas d'aller chez Sarko chaque fois qu'il me le demande . Militante à la Cgt et au NPA , nous avons eu droit aux sifflets à Nantes c'est lamentable


p.laurent 11/12/2009 21:49


Bien sûr, même si la Conf a réussi en partie à sauver la face et a organiser une séance de congratulation à Thibault, il s'est passé vraiment quelque chose autour et pendant ce congrès. Et ce
malgrès un verrouillage du congrès comme jamais : du choix des délégués triés sur le volet jusqu'au scandale du détournement des mandats (les chiffres des votes POUR incluent les syndicats n'ayant
pas fait remonter de mandats... ça relativise quand-même les scores, non ?), en passant par les manœuvres dégueulasses d'instrumentalisation de la lutte des sans-papiers avec la complicité du
collabo Chauveau.
On verra si c'est vraiment historique comme le dit Poursa, mais il a raison dans le sens que si nous avons vraiment marqué des points, c'est bien à la campagne autour de la candidature de
Jean-Pierre Delannoy que nous le devons. Et bien sûr à tous les combattants de classe qui se sont engagés et mènent le combat avec courage, lucidité et détermination comme Pascale Montel du Nord,
comme Alexis de Molex, comme ceux de ce blog, et comme les dizaines de camarades et de syndicats qui se sont engagés. Comme le disait JP Delannoy Mercredi soir à Nantes, ces militants, c'est notre
bien le plus précieux.
Maintenant, une étape a été franchie, mais ce n'est qu'une toute petite étape. On ne peut plus faire machine arrière, serrer les dents et attendre le 50ème Congrès en gueulant chacun dans nos
syndicats ou nos UL. Il faut nous retrousser les manches et aller plus loin. En regardant la réalité en face et en débattant du syndicalisme de classe que nous voulons, de son contenu et de nos
revendications. Nous avons construit les bases de l'unité contre la ligne de collaboration de la Confédée ; il nous faut maintenant construire les bases de l'unité pour le syndicalisme de classe
dont les prolétaires ont besoin pour se battre et gagner.
C'est nécessaire pour nous mettre en ordre de bataille. Et c'est maintenant possible !


phil 11/12/2009 21:14


il faut organiser un LKP métropolitain et peut etre une conféderation CGT bis s'il n'est plus possible pour la base d'etre entendue car la direction CGT actuelle est noyautée.


poursa 11/12/2009 21:11


Une petite suggestion bien modeste ;
vous pourriez mettre la photo de Pierre Overney ,ouvrier révolutionnaire mort pour la cause du peuple ,de chaque côté du titre du blog "où va la cgt" ,je crois que ce serait bien dans l'esprit du
site ,non ?

Aucun élu de gauche n'a jamais honoré sa mémoire pour lui décerner un monument public ,une rue ,une place ,peut être aussi dans l'entourage de Delannoy pourriez-vous promouvoir cette idée ?


Eugène 12/12/2009 07:36


Oui, c'est une idée, on a tous les documents sur Overney et "l'idée" d'un article sur lui dans les cartons... Encore une chose de plus à faire !!!


Tophe 11/12/2009 20:54


Camarades du blog, je voudrais savoir votre sentiment sur l'attitude des militants du Parti Ouvrier Indépendant pendant ce congrès. Avaient-ils intérêt de voir la camarade Delannoy intégrer la CE
confédérale? Pour les connaître et notamment leur chef de file, Jean-Charles Marquiset, je sais comment ils vous dénigrent. En vous traitant de maoistes, de structure décomposée ou voir même de
pabliste, comment vous réagissez à cette posture sectaire?


Eugène 12/12/2009 07:35


Sans intérêt et symptomatique de l'état de l'opposition dans la CGT.
Il faut savoir ce que l'on veut. Si l'on mène une bataille dans le syndicat sur des positions justes, on fait des alliances.
Par exemple, les militants du POI avaient envisagé dans le congrès une motion demandant le retrait de la CGT des états-généraux de l'industrie. C'était juste, et il fallait les soutenir. Aucun souci. De même, leurs militants ont produit pour le congrès quelques bonnes contributions qu'il fallait faire
connaître, ce que nous avons fait. Toujours aucun souci.
Le sectarisme est de leur côté, c'est donc à eux de répondre. Ils savaient que la réunion publique à Nantes avec Delannoy avait lieu le mercredi, ils ont choisi d'en faire une autre en 
parallèle en même temps.
Voilà, c'est l'état de l'opposition dans la CGT, et on pourrait aussi parler des militants de Lutte Ouvrière... Mais un article est en préparation sur ce sujet prochainement.

Après sur les conceptions politiques des uns et des autres, c'est une autre affaire. Nous n'avons rien à voir avec le POI, ses conceptions de la lutte des classes, du réformisme et de la libération
des travailleurs... Mais c'est un autre débat.


poursa 11/12/2009 20:32


heureusement que ce blog existe ,je le soutiens ,il permet de mieux comprendre comment les réformistes dupent ,trahissent les travailleurs ,il dévoile la mise en scène de l'appareil .
Car pourquoi n'y a t il pas eu de suite aux journées d'action ?
Pourquoi les réformistes nous font-ils perdre entreprise par entreprise ,statut par statut ,emploi supprimé par emploi supprimé ?En isolant les luttes chacun dans son coin ;eh bien c'est parce que
les réformistes ont fabriqué une machine à perdre .
Ils ont abandonné la lutte des classes sur le terrain des exploités pour le situer sur le terrain des exploiteurs .
Ils veulent nous désespérer de renverser le capitalisme .
Pourquoi ?
Parce que ce sont les représentants de la bourgeoisie dans le mouvement social .
Je pense que si il n'y avait pas le blog ,Thibaut n'aurait pas ne serait-ce que parler des retraites ?
Il y a là certainement quelque chose d'historique de toute façon qui s'est passé .
Et c'est grâce à la candidature Delannoy ,c'est un phénomène ojectif ,une réalité incontournable .


Anthony Pechereau 11/12/2009 18:57


Oh là là Camarade Christian Forgeot , je trouve que tu vas bien vite en besogne ...
Je ne sais pas d'ou tu sort ni d'ou tu viens , mais ce blog comme tu dis , reflète le sentiment d'un grand nombre de militants de base et c'est moi qui t'le dis , ce nombre ne cesse d'augmenter de
jours en jours !
Qui a intéret à casser NOTRE CGT ?
Certainement pas nos cammarades qui chaque jours se battent pour la "lutte de classe et de masse " , par contre ceux qui nous on fait rentrer dans la CES et qui nous emmènent dans la voie du
réformisme à la mode CFDT ont EUX une grande part de résponsabilité !
Mais dite moi , ça me rappel un peu l'histoire du PC tout ça ... Quand ceux ci ont commencé à lécher le cul à la sociale-démocratie , on voit ce qu'il en est aujourd'hui !
A oui c'est vrai excusez moi , c'est vrai que les socialos ont réussis à poluer nos rangs ... suis-je bète ...
Partout , dans nos usines , dans nos collectivités , les camarades s'insurgent et ils nous disent : " mais elle fait quoi la CGT " et moi pauvre élu de base je répond ... ben euuh , elle négocie ,
euuh c'est devenu un partenaire social ,euuh c'est ça la démocratie et hop un coup d'baguette magique et les classes ont disparu !!!
Plus de vingt ans qu'on négocie et pas une avancée sociale , voilà la vérité !
Il est grand temps que NOTRE CGT retrouve la voie d'un Syndicalisme de LUTTE DE CLASSE REVOLUTIONNAIRE !
Et c'est la base qui la poussera !!!
ps: Congrés Ficelé ... voilà pourquoi des gens comme moi n'ont pas été désignés par nos grands décideurs qui avaient pour objectif de faire passer encore une fois le réformisme coute que coute !


armenak 11/12/2009 18:21


tiens c'est marrant, le blog est cité par la presse et tout à coup on assiste à des interventions réformistes haineuses, eh les "copains" de la cgt, vous avez eu des directives sur comment polluer
les blogs de discussion ou quoi?
en tout cas c'est surement plus facile que d'expliquer la levée des préavis nationaux à la sncf ce week-end, Thibault réélu, on lâche à nouveau les travailleurs du rail!!!


ROUSSEAU 11/12/2009 17:31


la messe est dite , la confédération assume et accentue à travers le document d'orientation son virage vers le réformisme , je suis cependant étonné de l'écart entre la tenue des interventions et
le résultat des votes , les manipulations de la Conf et la jeunesse politique relative des nouveaux délégués n'explique pas tout , je pense que certains délégués n'ont pas voulu se mouiller et tout
en étant critiques ont préféré voter pour dans un réflexe de discipline et de légitimité .
donc ils ne restent aux opposants à la ligne confedérale qu'à rentrer dans le rang ou se barrer
PS: j'ai trouvé pour ma part que la meilleur intervention à ce congrès fut celle d'Alexi Antoine ( ex Mollex)

bon courage à ceux qui vont continuer la cgt de lutte et de classes

Didier ex militant cgt cheminot


Christian Forgeot 11/12/2009 13:48


Affligeant ce blog réunion des aigris de ts poils ...Et de ceux que l'absence de perspectives politique voudraient faire jouer a la CGT un role qui 'est pas le sien .

Et de plus on n'a pas du suivre le meme congrés.....
L'ensemble des résolutions proposées modifiés de plus d'un tiers suite au débat du congrés

Quelle orga est capable de cela ds notre pays ...
Ce congrés est une leçon de démocratie administrée par la CGT ses syndicats et ces militants.....


Qd aux informations du monde il faut singuliérement etre ignare sur le fonctonnement de la CGT et ses statuts pour afirmer péremptoirement que l'élection du BC est antidémocratique ...
Je rappelle que le CCN de Novembre à avancé le chiffres de 8 que la CE sortante a elle travaillé aux propositions et c'est STATUTAIREMENT son role .
La question est qui a fait fuiter ces informations et pas autre chose .
Le congrés est terminé des décisions sont prisent elles sont celle de TOUTE la CGT maintenant on retrousse ses manches et au boulot pour développer le processus de lutte qui permettra de gagner
comme ns y engage la derniere résolution du congrés et partout proposer la syndicalisation en grand ...
Le reste n'est que littérature ou mauvaise fois et volonté de nuire sciement à LA CGT et aux salariés