Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 05:57

Jeudi 29 juillet 2010

Large soutien aux GM un peu partout

 

BanderoleCGTGMLes mésaventures de nos camarades de la General Motors ont été largement connues. Dernière en date, la signature hier par la CGT d'un "accord" avec la direction de l'entreprise. Accord qui fait jaser, mais qui en fait ne mange pas de pain : la CGT ne contestera pas l'accord du 23 juillet (ce qu'elle ne pouvait de toutes les façons pas faire, étant minoritaire), moyennant quoi la direction n'exige plus la signature de tous les syndicats (CGT comprise). Et il est confirmé et reconnu que la CGT ne signe pas l'accord chantage de réduction des salaires.

Quoiqu'en disent les "journalistes policiers, marchands de calomnies" (texte d'une chanson de la Commune, déjà...) qui se sont empressés de mettre à la une la prétendue signature de l'accord par la CGT (voir ci-contre).LMmagouille GM

Par contre les militants CGT ont porté plainte, pour séquestration et menace de morts, retour aux bonnes vieilles méthodes de la CFT, comme le fait remarquer un lecteur.

 

Le référendum a beaucoup fait causer, et la ferme position de nos camarades de la General Motors a provoqué une vague de soutien.

Nous citerons en premier lieu la position des camarades de Goodyear, bien sûr, qui reviennent sur les abandons que l'on demande aux ouvriers aujourd'hui, premiers engrenages des abandons de demain, soumission au diktat capitaliste sans aucune garantie réelle. Ce qu'avait d'ailleurs expliqué la CGT de GM, exemple de l'usine Opel d'Anvers à la clé.

En commentaire à l'article précédent sur ce blog, nous avions déjà vu le soutien de la CGT Ford Blanquefort (les camarades ont des liens historiques), et celui du CGT-E Dalkia (SUD-Energie).

 

CegelecSoutienGM.jpgNous rajoutons le soutien des camarades de Cegelec (voir ci-contre), manifestement particulièrement énervés (à juste titre !) par l'empilage successifs des provocations patronales.

 

Enfin, il faut conclure par la position confédérale.

La Confédération vient de publier un communiqué, déjà curieusement intitulé "le dénouement" (dénouement de quoi ???) et donc le contenu est encore plus suspect. Communiqué également signé par la Fédération qui a soutenu clairement le syndicat, et l'UD 67.

Alors qu'elle avaient été silencieuse sur le référendum pourtant à la Une de l'actualité, le vote proposé, la régression sociale, la tentative d'imposer la signature à nos camarades, voilà la Confédération qui se gargarise d'un prétendu "accord" signé par la CGT avec la direction de la GM. Ne regrette-elle pas au fond d'elle-même que nos camarades n'aient pas signé l'accord chantage du 23 juillet ???

 

Au risque de nous répéter, nous avons besoin de positions franches et claires, compréhensibles pour les travailleurs, telles celles des camarades de Goodyear, Ford, Cegelec et autres Dalkia, pas de circonvolutions où on ne sait plus ce qu'il faut penser !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

FSE 10/08/2010 11:38


General Motors (GM), une nouvelle attaque contre ceux/celles qui refuse la logique du capital

le 02 août 2010

La direction de GM propose une reprise de l'entreprise de Strasbourg par la maison mère américaine sous condition d'une baisse de 10% des coûts salariaux. 70% des salarié-e-s présent-e-s sur le
site lors du référendum ont approuvé-e-s cette proposition. La FSE comprend la complexité, pour les travailleurs/euses, de faire un choix imposé par ce référendum, entre leur emploi et leur
salaire. Qui plus est, les cadres ont participé-e-s alors que l'essentiel des propositions portent sur la production.

La FSE tient à affirmer son soutien aux 30% des salarié-e-s qui ont refusé cet accord et à la CGT qui refuse de le signer. La FSE dénonce les coups de pression dont sont victimes la CGT et ses
délégué-e-s syndicaux. En effet, le 22 juillet, une trentaine de salarié-e-s, essentiellement des cadres envoyés par la direction, ont séquestré 8 délégué-e-s syndicaux de la CGT pour les obliger à
signer l'accord, ce qu'ils/elles ont refusé de faire. De plus, l'IUMM, patronat de la métallurgie et le ministère du travail ont essayé de faire pression sur le secrétaire général de la métallurgie
de la fédération de la CGT pour pousser les délégué-e-s syndicaux de la CGT à signer, ce qu'il a refusé.

Ces attaques sont à replacer dans le contexte national. Que se soit les Contis, Goodyear, E-dalkia, Ford, Molex... le patronat à l'aide des sbires à sa solde (gouvernement, syndicats
d'accompagnement, milices privées...) utilisent toutes les méthodes à sa disposition, légales ou pas, pour accroître ses profits. La dernière: le chantage à la délocalisation , comme le rappelle le
délégué syndical de la CGT Roland Robert: « le chantage de la direction. Malgré les accords et les sacrifices consentis par les salarié-e-s d'Opel à Anvers, la direction de GM a fait passer ce site
belge de 5 000 salarié-e-s en 2007 à 2 300 aujourd'hui et l'usine va fermer ses portes à la fin de l'année. Les engagements n'ont pas été respectés à Anvers, ils ne le seront pas à Strasbourg.
».

La FSE dénonce toutes les attaques de la bourgeoisie envers l'ensemble des travailleurs/euses et soutient les salarié-e-s et les syndicats qui refusent de se soumettre à la logique du capital.

Étudiant-e-s, travailleurs/euses , un seul ennemi un seul combat!

La solidarité est notre arme !

Seule la lutte paie!


CITA 03/08/2010 06:55


Conseil International des travailleurs de l’Automobile (CITA)
Aux travailleurs et à la CGT de la GM

Camarades,

Nous, membres du CITA de France, soutenons vos positions car nous les trouvons justes . Nous vous soutenons dans votre opposition de principe à toute dégradation des conditions de salaires ou de
travail ; nous vous soutenons dans votre résistance face aux « jaunes » et aux cadres qui veulent vous forcer à accepter cet accord honteux.

Nous savons par expérience que les travailleurs qui ont accepté ce genre d’accord ont bien souvent été bernés : les patrons leur en ont encore plus demandés et les suppression d’emplois, voir les
fermetures d’entreprises, n’ont pas été évité.

Lors de la dernière rencontre internationale du CITA, à Hanovre en octobre 2009, les 450 participants venus de 16 pays et représentant 70 sites industriels ont adopté un « Programme de lutte
international », nous vous en transmettons un exemplaire.

Nous avons lors de cette rencontre mise à jour la politique patronale d’opposition entre site de production ; les diverses manœuvres de division des travailleurs ; les discours chauvins ; etc. Leur
seul but c’est d’affaiblir notre résistance collective, mais pas de satisfaire nos intérêts de travailleurs.

Derrière des discours soi-disant « réaliste d’entente » entre les classes, il ne s’agit pour les patrons de l’automobile que de satisfaire les profits capitalistes.

La seule riposte réaliste c’est la lutte collective tant au niveau national qu’international. Lors des rencontres internationales du CITA, des chartes d’entraide et de solidarité entre travailleurs
de groupe internationaux (VW, GM) ont déjà été mises en place.
Nous vous transmettons celle de la GM.

Pour l’unité ouvrière internationale !
Ouvriers du monde, prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

Le 30 juillet 2010


Eugène 03/08/2010 07:00



La charte de solidarité des travailleurs de General Motors (qui date du 5ème CITA, en 2007) se trouve ICI, sur ce blog.


Pour tous les comptes rendus liés au dernier Conseil International qui s'est tenu l'an dernier, on trouvera tous les articles ICI