Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 08:31

Vendredi 2 septembre 2011

La CGT dénonce la sordide évacuation des Roms à Saint-Denis

 

RATPRomsLMAvant-hier, la préfecture a fait évacuer un campement de Roms à Saint-Denis, dans des conditions assez abjectes (mais y a-t-il des conditions qui ne le soient pas ???). Les Roms, embarqués de force dans une rame de tramway réquisitionnée, puis en RER, ont été débarqués par petits paquets, au hasard en lointaine banlieue...

On trouvera dans l'article du Monde (sauvegardé ci-contre) le récit détaillé de l'opération gouvernementale.

 

Les syndicats SUD et CGT ont dénoncé l'opération, et on trouvera ci-dessous le communiqué conjoint de la CGT RATP et de l'UD 93.

Les syndicats rappellent à juste titre les "heures sombres de l'histoire", sans vraiment rentrer dans les détails. Il y a bien sur, l'utilisation des transports pour la déportation des juifs lors de la seconde guerre mondiale, comme le rappelle le dirigeant de SUD.

Mais, beaucoup moins connu, et souvent occulté, il y a eu le massacre du 17 octobre 1961 dont nous allons bientôt commémorer le cinquantenaire, où plusieurs centaines de manifestants algériens (325 selon des estimations un peu sérieuses) ont été massacrés dans les centres de rétention, jetés directement à la Seine lors des arrestations, parqués, lors d'une manifestation contre l'instauration du couvre-feu à leur encontre.

Répression sanglante sous l'autorité de Maurice Pappon, alors Préfet de Police de Paris, et avec la complicité de la RATP. Complicité pour le transport des manifestants arrêtés (11 000) vers les commissariats, Coubertin, le Palais des Sports ou Vincennes et aussi, il faut le dire, complicité de nombre d'agents de la RATP qui faciliteront les arrestations, sans états d'âme.

Ces faits sont établis, ont été rappelés pour les livres de Didier Daeninckx ("Meurtres pour mémoire") ou de Jean-Luc Einaudi ("La bataille de Paris : 17 octobre 1961") et ne sont  pas à la gloire du mouvement ouvrier français, c'est le moins que l'on puisse dire. Et le silence persistant de ce même mouvement ouvrier autour de cet événement renforce la gêne, alors que le massacre de Charonne (8 février 1962) est universellement connu (8 manifestants, français ceux-là, tués lors d'une manifestation pour la paix en Algérie).

 

Aussi, il est important de faire connaître les positions syndicales, même si elles ne vont pas très loin.

Nous aurons l'occasion de revenir sur le 17 octobre, espérons que la CGT ne ratera pas l'occasion...

 

CGTRATP 93

Partager cet article

commentaires

oppong 03/09/2011 01:51


Je rejoins pj, ce communiqué est de la merde ni plus ni moins. Si la CGT luttait pour les droits des Roms (entre autres) depuis le temps ça se saurait...
D'un côté il est question de moments sombres de notre histoire, et forcément tout le monde va penser à la WWII (et certainement pas au 17 octobre 1961), d'autant plus que les tziganes étaient
directement concernés à cette époque déjà. Sauf que la comparaison n'a AUJOURD'HUI pas lieu d'être, puisqu'il ne s'agit QUE d'une expulsion du territoire français. Certes ça ne veut pas dire que
l'histoire ne se répétera pas dans un avenir proche, mais on n'en est pas là et c'est certainement pas la CGT qui défendra les Roms le moment venu!
Cet amalgame plus que douteux ayant un double objectif, assimiler l'UMP aux nazis dans l'optique de rouler pour le PS pour 2012, mais aussi minimiser ce qui s'est passé justement il y a 70 ans.
Donc d'un côté cet excès, cet amalgame, et de l'autre il est évident à l'analyse du texte que la CGT ne remet pas en cause la politique du gouvernement à l'égard des Roms, et notamment leur
expulsion du territoire. Fort logiquement d'ailleurs puisque le PS et l'UMP marchent main dans la main sur ce dossier, les maires et CG PS collaborant avec les préfets UMP pour "nettoyer" le
territoire de cette ethnie.
Ainsi plutôt que d'expulsion du territoire on préfère parler de "déplacement" des populations, la CGT dénonce "la méthode" employée et aussi la réquisition d'agents de la RATP (que ça doit
vachement déranger pour la plupart), ainsi que la "prise en otage" (no comment) du service public et des usagers.
En d'autres termes messieurs de l'UMP et du PS, vous êtes invités à poursuivre l'expulsion des Roms, mais faites-le discrètement, en faisant appel aux forces de l'ordre et non à des employés
collabos de la RATP (qu'ils soient sud ou cgt), et en évitant si possible de séparer femmes et enfants. Des expulsions oui (ces populations étant quand même nuisibles pour les bons français qui se
lèvent tôt pour aller travailler, même si on ne nous a jamais expliqué en quoi ils étaient nuisibles...) mais des expulsions décentes et non médiatisées, voilà ce que réclame la CGT. A gerber mais
rien que de très classique...


pj49 02/09/2011 11:02


Vous avez raison; ça ne pisse pas loin!
Rien de la nécessaire solidarité entre opprimés; aucun appel à la résistance effective et à l'union réelle des prolétaires.
Juste demander au pouvoir de cesser d'en abuser ou d'être plus discret... Des fois que ça réveillerait la conscience de classe, sait-on jamais?
Rien, à plus forte raison sur la politique du discours de Grenoble qui continue à empoisonner les consciences et les attitudes...
"C'est la lutte finale..!" Oui, mais laquelle?
Celle des Doriot, nationaux-communistes ou celle des communards?
La clarté théorique et politique n'a jamais été aussi indispensable;