Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 06:12

Jeudi 5 Avril 2012 

La CGT avec Mélenchon  ?

 

C'est ce qu'avance sans subtilité la mère Parisot à qui veut bien l'entendre : Bernard Thibault s'engagerait "clairement" aux côtés de Jean-Luc Mélenchon. C'est bien entendu parfaitement faux, et la position confédérale est pour le coup absolument limpide en appelant à ne pas voter Sarkozy sur la base du bilan du quinquennat, nous y reviendrons ultérieurement.

 

Cela dit, la question mérite d'être discutée, parce que dans notre syndicat on sent un certain engouement pour cette candidature. Mais qu'en est-il réellement ?

Le Front de Gauche a lancé un "Appel de syndicalistes pour le Front de Gauche" (ci-dessous) repris dans l'Humanité le 3 avril avec une sélection d'une soixantaire de signataires (sur 1100 publiées au total). Appel assez médiocre, avec juste un "cahier de revendications" ultra-basiques, très proches de celles de la CGT, mais sans plus. Des revendications "raisonnables", qui ne font pas rêver, quelque part juste éviter de reculer un peu plus. On est bien loin, très loin des discours flamboyants à la Bastille, très très loin d'une autre vie dans une autre société, des véritables aspirations des travailleurs et prolétaires.

D'ailleurs, si on fait le point, cet appel  ne fait pas vraiment recette dans la CGT. Sauf erreur de notre part, sur toutes les structures de la CGT, on ne retrouve parmi les signataires au 31 mars que deux secrétaires départementaux (92 et 93), trois secrétaires fédéraux ou assimilés (banque, cheminots, intérim) et deux autres responsables de la CEC. Autrement dit, sur presque 200 responsables nationaux de la CGT même pas dix signataires ! On peut rajouter une poignée d'autres signatures connues, comme le responsable de l'URIF, des responsables d'UL, Raymond Chauveau, mais le compte n'y est manifestement pas.

Deux hypothèses : il y a eu des consignes internes à la CGT pour interdire aux responsables de prendre position, et on comprend mal celles et ceux qui se sont malgré tout mouillés et la publication dans l'Huma, ou ce n'est tout simplement plus à l'ordre du jour. L'appel ne fait pas rêver, les militants se sont complètement repliés sur l'ordinaire syndical, quelque part la marque d'une dépolitisation, quoiqu'on pense du contenu assez faible de l'appel. On est bien loin des prises de position musclées d'il y a quelques années...

 

« DES LUTTES SOCIALES AUX URNES »

 

Salariés, militant(e)s syndicaux ou non, nous sommes confrontés quotidiennement aux dégâts que produit la soumission des politiques à la loi du capitalisme: Fermetures d'entreprises, précarité et chômage massifs des jeunes, temps partiel imposé à une majorité de femmes, retraites amputées, fin de mois difficiles,  services publics dégradés...
En 2005, à la lecture de nos mandats respectifs et de nos revendications pour plus de justice sociale, nous nous étions prononcés contre le projet de traité constitutionnel européen. C’est la même démarche qui nous conduit à ne pas rester silencieux aujourd’hui.

Les luttes sociales ont été un élément déterminant dans le rejet actuel de Sarkozy. Plus que jamais les luttes dans l'entreprise comme les luttes interprofessionnelles sont une nécessité, mais elles doivent aussi trouver une traduction politique.

Pour en finir avec Sarkozy et sa politique, Il faut une vraie politique de gauche, pas dans les discours,  mais  dans les actes :

  • Pour une Europe sociale et démocratique qui implique de faire sauter les carcans libéraux européens : traité constitutionnel, MES, traité instaurant la règle d'or.
  • Pour un partage des richesses: revalorisation des salaires avec le SMIC à 1700 euros brut, assurer le départ en retraite à 60 ans à taux plein !
  • Pour le développement de tous les services publics, en particulier de Santé, d’Éducation et  de Logement.
  • Pour des lois qui s'opposent aux licenciements boursiers et aux délocalisations, pour un pôle bancaire public.
  • Pour la régularisation des travailleurs sans papiers afin de mettre fin à la surexploitation et à la « délocalisation sur place » Pour une réforme démocratique des institutions et le passage à la VIème république et le  respect des libertés syndicales, en particulier du droit de grève
  • Pour des droits nouveaux, décisionnels, dans les entreprises pour les salariés et leurs institutions représentatives.

La période va être marquée par des affrontements extrêmement durs contre les forces libérales et leurs supplétifs d'extrême-droite. La réalité que subissent les peuples grecs, portugais, espagnols en est la première illustration et elle se propage sur tout le continent européen.

Dans la campagne présidentielle, Madame  Le Pen, fille de l’héritier des ciments Lambert, et Sarkozy, ami des patrons, ont beau dire qu’ils sont les candidats du peuple, cela ne trompe personne, ce sont les candidats du patronat. Quant à  la position du candidat socialiste, il faut qu’il fasse un choix clair : soit rassurer la finance, soit s’engager dans une politique de gauche.

Le Front de Gauche prône une autre répartition des richesses, explique clairement que les intérêts du monde du travail et ceux des grands actionnaires sont diamétralement opposés, s’engage pour le retour à une retraite à taux plein à 60 ans, fait de la hausse des salaires une priorité, il a le courage de refuser l’austérité et de proposer une autre politique… C’est bien ce dont nous avons besoin pour œuvrer au rassemblement politique pour toutes celles et tous ceux qui résistent et qui souhaitent la rupture avec les politiques actuelles.

Signataires, nous appelons les salariés à s'investir dans cette campagne politique pour faire gagner le programme du Front de Gauche.

Nous appelons à voter et faire voter pour le candidat du Front de Gauche aux Présidentielles: Jean Luc MELENCHON ainsi que  pour les candidats Front de gauche aux législatives."

LesEchosMelenchon.jpgQui a vraiment envie de se mobiliser avec enthousiasme sur cette base, où l'on sent bien qu'il s'agit d'aménager  les choses, de limiter les dégâts surtout sans bouleverser l'ordre existant ?

C'est surtout cela qui est frappant. La réalité de la guerre économique, de la concurrence mondialisée sont totalement absents. L'alternative est réduite à une caricature : soit rassurer la finance, soit faire une politique de gauche !!! Le capitalisme n'est compris que comme une accumulation d'attaques, comme la manière de gérer la société et pas comme un système, et jamais ses règles fondamentales que sont le marché, le taux de profit, la concurrence, la compétitivité, l'exploitation ne sont abordées. La porte est ouverte au rêve illusoire d'un capitalisme gentil, à visage humain, raisonnable et responsable. Là pour le coup, on retombe pile poil dans les positions confédérales de la CGT !


Il faut dire que quand on a lu  l'interview de Jean-Luc Mélenchon aux Echos (voir ci-contre), les éventuels enthousiastes vont devoir raser les murs. Il faut lire cet interview à la presse économique libérale, pour voir comment Mélenchon donne des gages, se montre raisonnable et compréhensif...

Le point levé, le drapeau rouge, Louise Michel et la Commune sont bien loins...

 

Et certains s'en rendent bien compte.

Ainsi, dans le Pas de Calais, un militant sollicité pour signer l'appel répond sous le titre "La question est faut-il voter ?" en soulignant le caractère très institutionnel de la campagne de Mélenchon et son absence de mobilisation à la base. Il a parfaitement raison et nous invitons nos lecteurs à aller lire son argumentaire.

Outre le contenu du programme de Mélenchon, résumé dans les Echos, ou un ensemble de revendications immédiates dont certaines peuvent être tout à fait justes (sur les sans-papiers par exemple), c'est une candidature réformiste, dont les promesses (comme disait Pasqua) n'engagent que ceux qui y croient.

Dans l'hypothèse  même où Mélenchon serait élu, il aura vite fait de s'aligner sur les règles du jeu du capitalisme mondialisé, à l'image de Mitterrand en mars1983, avec l'arivée de "la rigueur" sous l'égide de Mauroy...


Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Syndicalisme et gouvernement
commenter cet article

commentaires

oppong 02/05/2012 19:24

@ lesver

J'en ai suffisament entendu et lu de la part de Melenchon (au passage si Staline a combattu le culte de la personnalité, on n'en dira pas autant de vous) pour savoir que je suis radicalement opposé
à ses idées (j'ai d'ailleurs cité une de ses phrases qui me paraît pourtant édifiante, mais visiblement tu n'as pas la même lecture que moi.)

En ce qui concerne la Grèce, je sais que le PCF en a déjà parlé, mais sans évoquer l'un des principaux oppresseurs des Grecs, si ce n'est le principal (l'impérialisme français), sans évoquer la
braderie des services publics (au profit de qui), et sans évoquer le rôle de collabo joué par les partis d'extrême gauche, et les syndicats. Bref pour en dire quoi? Ah oui toujours le même discours
anti-Bruxelles, anti-finance, à l'identique du FN...

Un autre humain est possible? Oui sans aucun doute, une fois qu'on se sera débarrassé de tous les vendeurs d'illusions tels que Melenchon ou Hollande, et certainement pas dans le cadre du système
capitaliste, que vous continuez pourtant à plébisciter.

Où as-tu lu que j'étais pour le Grand Soir??? Tu m'as pris pour un trotskiste? La révolution prolétarienne (désolé si le mot te choque) est un long processus qui se déroule sur plusieurs dizaines
d'années. Et bien évidemment que je suis pour la dictature du prolétariat, sinon je ne me prétendrais pas abusivement marxiste comme certains...

L'essentiel de ton discours n'est pas politique, mais religieux, à l'image des prêches d'un Melenchon. Bien sûr qu'on est tous pour la paix sur terre, un monde débarrassé de violence... le problème
c'est que vous condamnez la violence révolutionnaire quand elle vient de la classe ouvrière, en revanche vous passez totalement sous silence la violence de la bourgeoisie française, et notamment de
l'impérialisme français en dehors de nos frontières, directement responsable de millions de morts (guerres, famines, épidémies) dans le monde entier, sans que ça vous choque + que ça.

Bien sûr qu'à la lecture de tes propos tu vaux bien mieux que Madeleine ou que Melenchon, seulement ma grille de lecture est restée un peu basique, 2 côtés de la barricade, les capitalistes d'un
côté, les communistes de l'autre; et même si tu nies appartenir à un camp, tu resteras pas éternellement en équilibre sur la dite-barricade. En 39-45 il y avait ceux qui résistaient (en combattant,
en planquant des Juifs etc...)... et les autres. Ajd ceux qui sont au PCF, qui font campagne pour Melenchon (la "lutte des places") sont du même côté de la barricade que la bourgeoisie française
OBJECTIVEMENT. Et je suis de l'autre côté. A toi de choisir le tien...

Et accessoirement plutôt que de lire des conneries, je te remets le lien, clique sur oppong et fais un effort pour lire des textes marxistes, t'as que l'embarras du choix, et au moins tu seras
fixé, plutôt que de parler de ce que tu ne connais pas.

PS: je suis écolo, anti-nucléaire et je ne suis pas productiviste. En revanche le PCF est anti-écolo, pro-nucléaire et productiviste, de même que la CGT.

lesver 01/05/2012 18:34

Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre...
On voit que tu n'as rien suivi des dires ou écrits de Mélenchon étant donné que son axe de campagne a toujours été et est resté la Grèce et ce que les grecs subissent, illustration de sa critique
acerbe du système actuel.
Même sans ça, tu mets tous ceux qui ne sont pas "toi" dans le même panier (partis, représentants politiques, électeurs, citoyens) et nie leur diversité d'opinions et de réflexions. Plus sectaire
comme attitude, je ne vois pas. En tout cas j'y vois beaucoup de haine de l'autre, et cela ne représente en rien l'image de "l'autre humanité possible" que j'ai, désolé.
Ne prônes-tu pas par hasard la dictature du prolétariat, ou dictature tout court qui profite à une petite clique au final, ce que laisse entendre ta dernière phrase ?
Je prône l'éducation des consciences, tu sembles prôner l'embrigadement, voire la mort de ces consciences. Je crois en l'humain auquel tu ne sembles plus te fier. La détestation de l'Autre, ce
n'est pas ma tasse de thé et j'ai bien compris qu'on ne risque pas de se retrouver à cause de ça.
Sinon, tu fais quoi contre ce capitalisme agressif qui avance ? Mis à part dire que tu es le seul à pouvoir te prononcer sur tel ou tel sujet. Que nous, simples citoyens et prolétaires (comme toi ?
ou es-tu un dirigeant de quoi que ce soit ?), sommes des traîtres. Tu prépares tes armes contre les frères à portée de main (tes ennemis, eux, sont bien planqués, à moins que nous en soyons aussi
vu ton raisonnement) ? Bon courage pour la révolution à une poignée de puristes : seul contre tous, "moi je suis parfait", l'humanité a déjà donné.
La base d'une autre société, c'est déjà le respect de l'autre, je vois que ce n'est pas le cas ici, même pour les gens les plus proches de tes idées, donc j'abandonne ce lieu pour mieux me
concentrer à faire évoluer les mentalités et tenter de rallier un maximum de gens à l'idée qu'une autre société est possible. C'est bien plus difficile et long que de se contenter de dire que tous
les autres sont de la m**, mais on essaye. Qui est le plus idéaliste de nous 2 ?
Pour te rassurer, oui, il est certain que nous serons tous morts avant de voir ce Grand Soir de quelques uns contre la majorité.

NB : perso, je crois que voir l'avenir de la société selon le seul prisme du prolétariat et du travail est complètement dépassé. Rien que les problèmes écologiques advenus et à venir semblent
montrer que l'avenir de l'humanité ne doit pas reposer uniquement sur le travail et donc le productivisme. Les notions de travail et d'intérêt général sont à revoir de fond en comble. Ouvrons nos
chakras.

oppong 01/05/2012 13:09

Sarkozy qui supprime les syndicats... Qu'est-ce qu'il faut pas lire comme conneries! Si la bourgeoisie n'avait plus la CGT et les autres à sa disposition, comment ferait-elle pour canaliser les
luttes? Néanmoins il y a plusieurs points avec lesquels je suis en accord par rapport à la plaidoirie de Madeleine.

Sur le fait que le PCF est patriote depuis bien longtemps; effectivement j'ai toujours connu un PCF fier d'arborer le drapeau BBR, et social-chauvin; ce n'est que récemment que ce parti a adopté
une ligne qu'on pourrait plutôt qualifier de social-fasciste. En ce qui concerne l'idéal colonialiste du PCF (très pragmatique en la matière), il faut rappeler que le PCF était contre
l'indépendance de l'Algérie, il était pour le bombardement de l'Afghanistan (quand il était au pouvoir en 2001/02), et plus récemment encore pour le bombardement de la Libye (indépendamment de ce
qu'on pouvait penser de la dictature en place dans ce pays). Il est trop tôt pour évaluer la situation libyenne, en revanche on peut affirmer que le bombardement de civils afghans et le soutien aux
islamistes de Karzai n'a pas amélioré la situation dans ce pays... Mais il est clair que ça a bien amélioré la situation de la famille Dassault, ami de longue date aussi bien du PCF que de
Melenchon. Et cet idéal colonialiste, impérialiste du PCF est laregement partagé par Mélenchon, pour qui "[la France] rayonne à proximité des cinq continents, de la Nouvelle Calédonie, la
Polynésie, la Réunion, Mayotte, les Caraïbes, la Guyane..." (NDA: bref ce qu'il reste de notre empire colonial...

Je suis d'accord aussi que parler de capitalisme à visage humain en ce qui concerne Melenchon est une insulte!!! Une insulte pour tout un tas de gens que je connais, qui sont effectivement
capitalistes, qui ne veulent pas de révolution et encore moins de la classe ouvrière au pouvoir, mais qui sont quand même animés par des valeurs chrétiennes de charité et n'ont jamais contribué
activement à l'exploitation de leurs semblables. Tout le contraire de Melenchon (pour le visage humain, on repassera, même Marine Le Pen paraît plus sympathique) qui a toujours été un membre actif
de la bourgeoisie, et qui même dans son rôle de candidat anti-finance n'a pas considéré utile de rompre ses liens avec ses nombreux amis de la bourgeoisie industrielle.

Plus sérieusement et là je m'adresse à Madeleine, c'est vous qui insultez Marx et Lenine en les mêlant à votre discours et à celui de cette ordure de Melenchon. Vous osez nous conseiller de lire un
torchon alors que vous-mêmes n'avez visiblement jamais ouvert un bouquin d'un leader marxiste. Je vous renvoie donc aux ouvrages les + connus de Marx et de Lenine, où vous en apprendrez plus sur la
façon dont les marxistes (les vrais, pas les trotsk du NPA ou de LO) envisagent cette fameuse phase de transition avant le communisme que nous nommons tout simplement socialisme; et surtout de la
façon dont le socialisme a été brillamment mis en oeuvre dans de nombreux pays: URSS, Chine, Albanie... avant que l'impérialisme capitaliste de Melenchon et les autres ne finisse par remporter la
bataille, et vienne "rayonner" aux 4 coins de la planète. Et je vous renverrai aussi à plusieurs discours de Staline, pré WWII, condamnant ouvertement le réformisme du PCF... il y a déjà plus de 70
ans!!! Inutile de dire que ça ne s'est pas arrangé depuis, et vous en êtes malheureusement la preuve vivante.

J'en place une pour lesver églement qui ose parler de la Grèce, pays que je connais particulièrement bien. Suffisamment pour évoquer le silence du PCF et de Melenchon sur ce qui se passe réellement
en Grèce (où la France est encore une fois en train de "rayonner", notamment en rachetant les services publics bradés). Et pour rappeler aussi le rôle joué par le PC local (KKE) et des syndicats
(notamment PAME) sur la même ligne que le PCF de 1968, à savoir collabo avec le pouvoir en place, allant jusqu'à servir de boucliers humains aux forces de police lors des manifestations les plus
violentes.

Je terminerai en vous souhaitant que le capitalisme continue à avancer, toujours plus agressif, et que vous ne soyiez plus de ce monde si un jour la France devait connaître une révolution
prolétarienne (quoique vous pourriez toujours demander l'asile politique à une dictature social-fasciste d'Am Sud, comme d'autres l'ont fait avant vous); et si l'envie vous prenait de retourner
votre veste pour rester et tenter de profiter (à nouveau) du système en place, je peux vous garantir qu'on ne refera pas les mêmes erreurs que dans le passé. Préparez-vous à aller passer quelques
années dans un camp de rééducation par le travail; vous aurez tout le temps d'y découvrir les oeuvres marxistes.

oppong

Madeleine 30/04/2012 23:01

C'est moi qui ai donné la "consigne". Mon mari est CGT et mélenchonniste (tout comme moi) dans une grosse boîte bourrée d'abrutis qui votent Sarkozy. Il doit y aller par doses homéopathiques dans
ses tracts pour faire passer des idées progressistes. Il est en minorité face à une direction toute-puissante relayée par d'autres syndicats majoritaires et complices. Ca m'a foutue en rogne que tu
sapes son boulot.

Je vais répondre à tes questions :

"Que veut dire une 6ème république ?"

Ca veut dire en finir avec la monarchie présidentielle et le culte de la personnalité hérités de De Gaulle. Après, ça veut dire une Assemblée Constituante populaire qui décidera de ce que peut être
la 6ème république. Il y a des exemples, cf l'Equateur et l'Islande. Soit dit en passant, ta question implique que Mélenchon ou le Front de Gauche sauraient d'avance ce qu'elle va contenir. C'est
très 5ème république !

"Peut-on se revendiquer de la révolution et chanter encore la Marseillaise ?"

Tout le monde n'est pas d'accord là-dessus au Front de Gauche. Ainsi, Clémentine Autain ne la chante pas. Mais le PCF, composante essentielle du FdG, a toujours été très patriote. Et pour
Mélenchon, ça symbolise le rôle phare que peut jouer une France universaliste pour entraîner des partis frères en Europe. Moi je suis pas contre, après tout ça passe après l'Internationale et ça
fait relever la tête à une France humiliée et défigurée par le FN.

"Comment justifier le contenu de l'interview aux Echos (tiens, par exemple, le prétendu "domaine maritime de la France" qui n'est que celui des colonies) ?"

Je ne sais pas, demande-lui. Et c'est une partie minuscule de son discours. Va-t-on s'arrêter à ça comme les média qui l'ont tant emmerdé avec Cuba et Robespierre ? Tu crois que ça fait de lui un
colonialiste ? Il a aussi donné une interview à Gala, ça fait de lui le Prince de Galles ? Quant à ne pas faire peur aux investisseurs, c'est du bon sens. On ne va pas passer du jour au lendemain
de l'ultralibéralisme au Grand Soir. En attendant, les investisseurs ne sont pas des parasites par définition, à l'inverse des spéculateurs.

"Peut-on imaginer en finir avec le capitalisme par les élections ?"

Sans violence, oui. Avec des gens que NOUS avons la responsabilité de désaliéner et d'éduquer, oui. C'est pas Lénine qui avait dit : "Faire de chaque femme de chambre un chef d'Etat" ?


"Et ainsi de suite."

C'est-à-dire le programme "L'humain d'abord" que tu n'as pas lu ?

"Il est certain que la candidature de JLM a soulevé des espoirs, il est tout aussi certains qu'ils seront déçus, car un capitalisme à visage humain est tout simplement une illusion."

Parler de capitalisme à visage humain à propos de Mélenchon est une insulte. Mélenchon est anti-capitaliste, il a dit que le terme figurait dans le texte qu'il a signé lors de son adhésion au PS.
Le comparer à Mitterrand 1983 est un procès d'intention et du défaitisme qui ne mène à rien.

Le partage des richesses, c'est du capitalisme à visage humain ? L'échelle de 1 à 20, c'est du capitalisme à visage humain ? Le capitalisme est inhumain par essence, mais il est là. Le concept de
transition semble t'être étranger. Pourtant Marx a bien dit qu'avant que le communisme soit possible, il faudrait la démocratie. Où tu la vois la démocratie ? Et tu ne parais pas avoir idée de ce
que Mélenchon s'est pris dans la gueule pour avoir énoncé ces idées-là.

lesver 27/04/2012 16:54

Au contraire, je supporte très bien la critique (je critique moi-même plusieurs points du prgm), et vous sur vos propres convictions ?
Merci de reconnaître que la candidature Mélenchon, et surtout l'union que représente le FdG soulèvent les espoirs, car il s'agit bien de ça au fond, de permettre aux gens d'espérer de nouveau (de
pouvoir être majoritaires pour le changement entre autres), parce que nous sommes dans un sacré marasme...
Qui "espère" encore, déjà 11.1% + 2% (pas les planqués utiles et les jusqu'au-boutistes renfermés sur eux-mêmes, je parle bien d'espoir). Et faire dévier nos voisins de la pensée unique est une
sacrée lutte qui demande de gros efforts et de la finesse, la campagne FdG et des copains d'extr-gauche en a posé quelques pierres de plus. Avant de changer "tout" il faut déjà convaincre une
majorité de changer tout court, un minimum, puis de changer de + en + de choses.
Et désolé, pour convaincre en masse, il n'y a plus que le militantisme de terrain lors des élections. Perso, je n'imposerai jamais mon point de vue (on en a vu les résultats par le passé : l'homme
seul est pourri, la conscience humaine l'est moins), car ce sont les armes de nos ennemis et je ne suis pas comme eux, je débats et convaincs pour une conscience partagée.
Pour les adeptes du Grand Soir, libre à vous d'y croire, mais vous avez regardé la Grèce dernièrement ?
A vouloir être trop purs on va vers le pire.
Je reconnais que vous menez des luttes contre la pensée unique, moi aussi avec une autre réflexion, d'une autre manière, mais je déplore que vous la niez ou la moquiez, car ce n'est pas comme ça
qu'on avancera : "diviser pour mieux régner".
Quand on ne pourra plus manifester, tracter, s'exprimer librement sur le Net, c'est ce qui est dans les cartons, on en reparlera (quoiqu'on ne le pourra peut-être plus).

Eugène 27/04/2012 07:12

Manifestement, certains électeurs de JL Mélenchon ont du mal à supporter la critique (voir les trois ou quatre commentaires précédents). La consigne de "river le clou" à notre blog (origine des
commentaires, trouvée sur un commentaire du blog de JLM) ayant eu donc le succès qu'on voit, il importe de soulever à nouveau les questions.

Que veut dire une 6ème république ? Peut-on se revendiquer de la révolution et chanter encore la Marseillaise ? Comment justifier le contenu de l'interview aux Echos (tiens, par exemple, le
prétendu "domaine maritime de la France" qui n'est que celui des colonies) ? Peut-on imaginer en finir avec le capitalisme par les élections ? Et ainsi de suite.
Il est certain que la candidature de JLM a soulevé des espoirs, il est tout aussi certains qu'ils seront déçus, car un capitalisme à visage humain est tout simplement une illusion.


Au final, pour renvoyer à un autre commentaire et à un débat récurrent sur ce blog (et ailleurs), c'est quoi la "gauche" ?

Rachel 26/04/2012 18:57

N'est-ce pas un peu facile de jeter le bébé avec l'eau du bain ? Pour commencer il faudrait lire le programme, et faire l'effort ensuite du rassemblement. Mais il est vrai qu'il est moins facile de
bâtir une force populaire massive que de tout critiquer en bloc. Continuez comme ça, et la droite dure européenne nous fera boire le bouillon à tous. La maison brûle, et vous tentez d'éteindre
l'incendie à coups de crachats. Pitoyable.

lesver 26/04/2012 16:16

Et bien bravo !... Vous avez réussi à me faire regretter en tant que sympathisant FdG d'avoir milité auprès de mes amis pour Mélenchon MAIS AUSSI pour qu'ils se syndiquent à la CGT (2 l'ont fait).
Dorénavant, j'éviterai soigneusement de leur glisser le nom de votre syndicat, car je constate que nous ne sommes finalement pas tous sur le même bateau bien que nous ayons repris vos propres
revendications.
Je comprends pourquoi la France n'est pas près de changer en mieux et la Finance de se calmer vu certaines attitudes contre un candidat qui se voulait rassembleur sur ce thème. Pour info, il
n'existe pas de candidat parfait mais si peu qui peuvent faire avancer les choses.
Aux sectaires et butés, bon courage dans cet avenir sombre dû aux divisions de chapelles.

Mélopée 26/04/2012 13:30

"Il faut lire cet interview à la presse économique libérale, pour voir comment Mélenchon donne des gages, se montre raisonnable et compréhensif..."
Chacun voit midi à sa porte... Mme Parizot elle parle de Terreur en évoquant JLM.
Sinon, comme je ne comprend rien aux bases qui amènent ce dénigrement du programme du FDG, que devrait-il proposer pour que vous y adhériez ?
Le débat est-il biaisé dans la mesure où de toutes façons, vous ne vous reconnaîtrez jamais dans aucun parti politique, aussi à gauche qu'il puisse être ?
Et n'est ce pas une responsabilité de favoriser en fin de compte quelqu'un comme NS qui a affirmé clairement sa volonté de détruire les corps intermédiaires plutôt qu'un parti qui dit : ce sont les
syndicats qui déterminent les actions dans le monde du travail ?

Madeleine 24/04/2012 21:37

Camarade, tu planes à 15 000. Qu'est-ce que tu veux au juste, un Sarkozy qui supprime les syndicats ? Ca en prend le chemin.

Pour te faire atterrir regarde un peu cette étude qui montre que les sympathisants de la CGT sont PLUS PROCHES DE HOLLANDE QUE DE MELENCHON :

http://www.wolterskluwerfrance.fr/2012/04/23/2991/

Plus inquiétant, il y en a qui votent Le Pen !

Et tu fais la fine bouche avec Mélenchon ? Tu as dû voter Poutou ou Arthaud, des révolutionnaires purs et efficaces qui ne font pas 2 % à eux deux, ne veulent pas être élus et avec lesquels le CAC
40 peut dormir sur ses deux oreilles !

Eugène 25/04/2012 06:55



Nous reviendrons très vite sur le sondage sortie des urnes des sympathies politiques en fonction du syndicat, nous avons le document original de Liaisons Sociales que nous publierons.


Et justement, il montre que les sympathisants CGT ne sont proches de Mélenchon qu'à 39%, ce qui est plutôt moins que ce qu'on pouvait attendre. Mais on y reviendra.


Pour le reste des commentaires, nous les laissons à son auteur, c'est le degré zéro de la critique.



PSL 24/04/2012 05:32

Faudrait-il, camarades, définir qu'est-ce être de "GAUCHE" ...

Philippe 17/04/2012 14:12

Bonjour, je trouve cet article sur la petition du Front de Gauche mensonger et pas objectif du tout !. Le programme de Melenchon est le seul qui soit à Gauche vraiment et qui apporte des
propositions concretes et des financements à ces propositions-là qui sont clairement expliqué dans le programme du "Front de Gauche" et il n'y à qu'à se donner la peine de le lire au lieu de le
vilipender !. Ce n'est pas avec Hollandreou qu'il y aura des avancées sociales dans notre pays car son programme c'est la rigueur et l'Austerité, la souffrance et la chienlit pour le Peuple
Français !. Je trouve les deux commentaires ci-dessous l'article trés méprisant et calomnieux et vous avancez des choses sans en apporter la preuve et c'est punissable par la loi !. LE SEUL VOTE
UTILE C'EST LE VOTE MELENCHON !. Le lien pour le programme du FdG ici : http://app.frontdegauche.fr/index.html pour ceux qui ne se laisserons pas arrêter par cet article et voudrons juger par
eux-mêmes en toute objectivité !. Sinon Notre Site web : http://npatroyesaube.canalblog.com/

Didier 06/04/2012 09:35

Je regrette très fortement que Où va la CGT mette un lien vers un blog qui renvoie vers des sites comme le « Réseau voltaire » (site conspirationniste dont les liens avec l’extrême droite sont
désormais connus et dont les animateurs s’affichent avec Alain Soral membre, un temps, du FN…) ou encore « Investigation » de Michel Collon qui s’est vu interdire il y a peu la Bourse du travail de
Paris grâce à la vigilance d’un collectif syndical antifasciste : http://missaketmelinee.wordpress.com/2012/02/19/michel-collon-chasse-de-la-bourse-du-travail-ce-nest-quun-debut/

Eugène 06/04/2012 11:11



Effectivement, nous n'avions pas examiné l'ensemble des liens du site en question (et par ailleurs nous avions auparavant reçu l'article en mail).


Nous partageons les positions de Dider concernant le Réseau Voltaire, désormais lié à une extrême-droite sournoise, nous partageons son rejet de cette prétendue gauche qui abandonne toute
référence de classe et en arrive à soutenir les régimes les plus féroces, au nom d'une supposée alliance "anti-impérialiste" (en l'occurence le régime syrien - il faut souligner en passant que la
FSM est actuellement présidée par le dirigeant syndical syrien...). Dans un registre similaire, voir les articles de notre blog sur le FN et le dernier en date à propos de Riposte Laïque. Nous
pensons que notre blog est sans ambiguité et a fait ses preuves dans ce domaine.


 


Cela dit, nous ne sommes pas maîtres de la totalité des sites que nous mettons en lien. Par exemple, citer "Les Echos", journal libéral quand même proche du MEDEF ? Pour ce qui est de la
contribution de Jacques Lacaze, militant connu du Nord Pas de Calais, elle nous a semblé intéressante dans le cadre de la discussion autour de la candidature Mélenchon. Nous aurions pu nous
contenter de citer l'article sans mettre le lien, mais notre pratique est de toujours citer nos sources.


Pour conclure, nous approuvons tout à fait les réserves de Didier, et nous serons plus attentifs à l'avenir.



oppong 05/04/2012 19:56

Qui a vraiment envie de se mobiliser avec enthousiasme sur cette base, où l'on sent bien qu'il s'agit d'aménager les choses, de limiter les dégâts surtout sans bouleverser l'ordre existant ?

Réponse: la petite-bourgeoisie, et notamment nombre d'employés du public, surtout ceux syndiqués sud ou cgt; sachant qu'il ne s'agit aucunement de "mobiliser avec enthousiasme", mais juste de faire
croire qu'un bon score de Melenchon au 1er tour (voire du FDG aux législatives) permettra d'influer sur la politique du PS pendant 5 ans. J'en connais un paquet qui y croient dur comme fer et qui
sont par ailleurs pleinement satisfaits du programme du fdg, qui entretient l'illusion d'un possible retour 30 ans en arrière du capitalisme.

Melenchon fait recette car c'est un excellent prêcheur, mais aussi parce que le curseur du programme du fdg est idéalement placé sur l'échelle du réformisme, revendicatif juste ce qu'il faut, et
aussi parce que ses électeurs potentiels persistent, consciemment ou non, à ne pas le voir comme un professionnel de la politique, compte tenu de son absence dans les medias lors de sa carrière,
contrairement aux autres candidats.