Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 06:27

Mardi 15 juin 2010

Extension du boycott de l'état sioniste : Egis Rail à Lyon


EgisRail IsraelAvec le blocus de Gaza, le massacre de neuf militants humanitaires en pleine mer, la campagne pour le boycott de l'état sioniste se poursuit et prend une nouvelle ampleur. L'affaire du cinéma Utopia (qui s'est associé au boycott) fait scandale, et les manifestations se développent contre toutes les entreprises françaises qui collaborent avec Israël.

Rappelons, une nouvelle fois, que cet appel au boycott est à la demande des militants palestiniens et juifs anti-sionistes de tous les territoires de Palestine, pour contribuer à l'isolement et ainsi soutenir la lutte des peuples contre l'impérialisme, le sionisme et la réaction.

Une nouvelle fois, on ne peut que regretter la prise de position sans ambiguité de la Confédération contre ce boycott, sur des arguments plus que foireux et avec en fait en arrière plan la défense de l'économie nationale...


Demain, mercredi 16 juin, c'est à Lyon que les militants se mobiliseront cette fois contre la société Egis Rail, qui collabore avec Alstom et Veolia au tramway de Jérusalem, et par ailleurs filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations, c'est à dire directement de l'Etat français.

Nous publions ci-dessous un tract d'appel à ce rassemblement. Même si nous ne partageons pas le côté pacifiste et humanitaire de l'appel et de la campagne dite "BDS", il faut que tous les camarades de la CGT qui se réclament du syndicalisme de classe participent à ces rassemblements, avec leurs banderoles et mots d'ordre, en suivant l'exemple des camarades d'Alstom.


Levée immédiate du blocus de Gaza !

Boycott et rupture de tous les contrats économiques avec Israël !

 

TractEgisRail

Partager cet article

commentaires

D
<br /> Suède : les dockers bloquent toutes les marchandises israéliennes<br /> <br /> Des dizaines de containers en provenance d’Israël, ont été mis sous blocus la nuit dernière, par les dockers de tous les ports suédois, qui ont lancé un boycott d’une semaine, en réponse aux<br /> attaques de la flotille de la liberté dans les eaux internationales et pour exiger la levée du blocus de Gaza.<br /> <br /> Communiqué du syndicat des dockers suédois (section 4, Gothenburg). le 23 juin 2010<br /> <br /> "Vers minuit ce 23 juin, le syndicat des dockers suédois a lancé le blocus d’une semaine contre les marchandises en direction et en provenance d’Israël.<br /> <br /> Le blocus qui s’engage à l’échelle nationale dans les ports suédois, fondé sur la demande du mouvement syndical unitaire palestinien, est une tentative de la part du syndicat des dockers suédois de<br /> contribuer à faire pression sur Israël afin :<br /> <br /> 1- qu’il lève le blocus de Gaza ;<br /> <br /> 2- qu’il autorise une enquête internationale indépendante sur ce qui s’est produit lors de l’arraisonnement par Israël de la "Flotille pour la Paix", où neuf personnes ont été abattues.<br /> <br /> Dans le port de Gothenburg, le blocus a été instauré sans aucune complication. Une dizaine de containers d’importations et d’exportations israéliennes ont été immédiatement identifiés au centre de<br /> fret. Ils ont tous été mis de côté et resteront intacts dans le port de Gothenburg jusqu’au terme du blocus, le 29 juin à minuit.<br /> <br /> Tout s’est déroulé très calmement et je suppose qu’il en sera de même jusqu’à mercredi prochain, déclare dans un commentaire Peter Annerback, responsable de la section 4 (Hamn4an) du syndicat des<br /> dockers suédois et membre du comité exécutif du syndicat.<br /> <br /> Dès lors que nous ne sommes pas en conflit avec nos employeurs, une exemption serait accordée à un container qui transporterait du matériel médical, poursuit Annerback.<br /> <br /> Nous avons identifié davantage de marchandises à destination ou en provenance d’Israël que nous ne l’avions prévu. Nous pensions que le flux de marchandises serait notoirement plus restreint, étant<br /> donné que le blocus avait été annoncé depuis vingt jours, indique Erik Helgeson, membre de la section syndicale Hamn4ans.<br /> <br /> Notre ambition est, bien entendu, que notre action puisse être l’une des nombreuses initiatives de la base, qui garderont les yeux du monde fixés sur les 800.000 enfants qui vivent reclus dans<br /> Gaza. Il faut que la population civile palestinienne soit autorisée à reconstruire son économie, ses infrastructures et qu’elle puisse librement s’intégrer au reste du monde. La guerre contre Gaza<br /> et le brutal blocus israélien ont rendu tout cela impossible depuis maintenant plus de trois années, conclut Helgeson.<br /> <br /> Le syndicat des dockers suédois a expliqué dans deux articles les motifs qui sous-tendent son blocus des produits israéliens.<br /> <br /> <br />
Répondre