Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 08:22
Samedi 12 décembre 2009
La CGT doit quitter les Etats Généraux de l'Industrie

logoEGIRappelons que les Etats Généraux de l'Industrie sont en cours depuis le mois de novembre (ils doivent se conclure en février 2010) par une succession de tables rondes réunissant comme d'habitude patrons, experts et partenaires sociaux...
Ces états généraux ont été lancés par Sarkozy en s'appuyant explicitement sur les propositions de la CGT pour la défense de l'emploi industriel, laquelle a tout aussi explicitement organisé la manifestation du 22 octobre en ce sens...


Cette participation, à la suite de tous les Grenelle bidon, fait tousser dans la Conf'. On peut comprendre. Tous les camarades embarqués depuis des mois dans les galères des plans de restructuration successifs, la lutte pour l'emploi, abandonnnés par la direction confédérale incapable d'organiser une riposte d'ensemble et qui constatent aujourd'hui que les experts confédéraux passent leur temps à manger la soupe à la table des patrons, il y a de quoi.

A tel point que la Fédération de la Chimie, la FNIC, vient d'envoyer un courrier à la confédération (daté du 1er décembre) demandant à la Confédération doit "quitter ces Etats Généraux", en informant publiquement par une conférence de presse et en organisant une initiative d'action "le jour du "show mediatique" de Sarkozy".
Même si nous ne partageons pas toutes les conceptions de la FNIC sur l'emploi industriel (quand même très dans la discussion sur la réforme du capitalisme industriel), cela a au moins le mérite d'être clair, net et précis. Et nous soutenons.

FNICEGI
Tract Confédéral sur les Etats Généraux de l'IndustrieEt comme par hasard, quelques jours après et surtout juste avant le congrès, tombe un tract de la Conf appelant à la "mobilisation" et à donner des suites au 22 octobre (voir ci-contre). C'est à pleurer, c'est désolant.
Lors du Congrès Confédéral, les camarades du POI avaient suggéré de faire voter une résolution d'actualité demandant à la Confédération de se retirer de ces Etats Généraux. C'était une bonne initiative, évidemment balayée par la direction confédérale, mais il fallait la soutenir.
Aujourd'hui, il faut reprendre le débat, et aller à l'offensive contre toutes les positions d'aménagement du capitalisme et de trouver une solution négociée aux difficultés du capitalisme en crise.

Oui, nous défendons l'emploi ouvrier. Oui, il faut se battre pieds à pieds, comme des chiffonniers, pour exiger le maintien de l'emploi, en mouillant les directions locales, les directions de groupes, les politiques locaux, les ministères, exiger le développement de nouvelles activités pour maintenir cet emploi, mais toujours du point de vue ouvrier, du point de vue du travailleur, sans jamais se laisser embarquer dans la cogestion du capital.

Non aux Etats Généraux de l'Industrie, Oui à la défense de l'emploi ouvrier !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

dédé 12/12/2009 16:25


il me semble que la direction de la CGT a bien appris à débattre... ....par contre pour ce qu'il en est de construire le rapport de force, elle a oublié, à moins qu'elle est renoncé!!!

je penche maintenant pour le renoncement.

La direction de la CGT peut désormais fusionner avec la CFDT, c'est une évidence.


Greg 12/12/2009 14:17


Cher Camarade Roger, tu ne va pas en réunion avec ta direction au sucreries de Lillers ??

Si l’on peu imaginer pouvoir gagner des avancées sans discuter avec l‘adversaire c’est une erreur à mon sens, pour preuve les camarades du transport.

Discuter avec nos directions, ce n’est pas vendre notre âme au diable, mais c’est porter les revendications des travailleurs, bien sur, il faut le rapport de force derrière, la mobilisation des
travailleurs.

Il me semble Roger, qu’il n’y a pas très longtemps tu m’a donné un exemple de négociation qui a payée…………


veste roger 12/12/2009 13:29


tu as raison camarade, les problèmes publics-privés doivent se régler dans la rue, les réunions de salon n'ont toujours amenés que compromissions, nous devons frapper avec la cadence connue lors du
combat anti-CPE, à savoir toutes les semaines, des rendez vous sympha tous les trimestres ne servent à rien,la CGT doit passer à l'agression, la base attend n'en déplaise à la conf