Le fil de Voie Prolétarienne

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 08:50

Dimanche 27 mai 2012

Enorme rafle de sans-papiers sur un chantier parisien - réaction de la CGT

 

La chasse aux sans-papiers ne faiblit pas. Le 22 mai, sur un chantier d'Issy les Moulineaux, intervention massive de l'Inspection du Travail et des services associés pour vérification de la régularité des travailleurs présents. Des dizaines sont interpellés, licenciés, beaucoup envoyés en centres de rétention.

Est-ce la tournure que va prendre la chasse aux sans-papiers avec le nouveau gouvernement, non plus la traque individuelle, mais le contrôle sur les chantiers et les lieux de travail ? Si l'on fait le parallèle avec ce qui vient de se passer à PSA Aulnay ("PSA Aulnay : chasse aux militants, chasse aux sans-papiers"), on peut se poser la question.

L'ampleur des arrestations, au lendemain des élections, met (à juste titre) en émoi le petit milieu des soutiens actifs aux travailleurs sans-papiers, mais il faudra attendre cinq jours pour avoir la diffusion de la réaction confédérale (ci-dessous), bien que datée du 24.

 

Nous nous réjouissons bien entendu que la confédération suive toujours le dossier, après l'échec calamiteux du mouvement gréviste qu'elle avait piloté entre 2008 et 2011. Maintenant, la lutte se poursuit, non pas pour changer le champ d'action d'un ministère (Mnistère de l'Intérieur, du Travail ou des Affaires étrangères...) comme indiqué en gras dans la déclaration, mais pour la régularisation sans condition de tous les sans-papiers ! Le cas par cas, on n'en veut pas !

 

Lire tous les articles à propos de ce mouvement gréviste sur ce blog, ICI

 

 

CGTChantierIssy240512.jpg

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers
commenter cet article

commentaires

zeghoudi 28/05/2012

Sarkozy a commis que des violations des droits de Hommes !!lui et son équipe de UMP les riches plus riches et les pauvres plus pauvres une honte

Christian 30/05/2012

Une opération d'une telle ampleur demande des mois de préparation. C'est donc sous Sarkozy qu'elle a été mise au point. Comme un cadeau plus ou moins empoisonné à son successeur. Le nouveau
gouvernement pouvait choisir de l'annuler. Il a décidé d'appliquer, envoyant ainsi un signe à tous les Sans-Papiers : désormais, ce sera comme avant.

Le gouvernement de Sarko aurait fait ça, on aurait eu une levée de boucliers, des appels à manifester. Là, le communiqué confédéral ne montre que de la gêne. Il aurait bien aimé que le gouvernement
se comporte différemment. Et il explique même au gouvernement comment il aurait du faire.

La conf se prend à rêver d’un Etat qui utiliserait la force policière pour contrôler les patrons, régulariser à chaque contrôle les Sans-Papiers
« l’objectif d’un tel contrôle devait être de favoriser la régularisation administrative de leur situation, plutôt que d’en faire des victimes, voire de les traiter en délinquants.
Régulariser, au sens plein du terme, la situation de travail de salariés, qui ne prennent le travail de personne mais font le travail que personne ne veut et ne peut faire dans les conditions qui
leur sont imposées, c’est le contraire du laxisme. »
La droite accusait Hollande de laxisme. Le communiqué qui rêve d’un Etat qui contrôle les patrons et régularise les travailleurs illégaux, souffle les arguments de réponse à un ministre (Valls) qui
n’a nullement envie de les utiliser. Le nouveau gouvernement préfère répondre en montrant de la fermeté vis-à-vis des Sans-Papiers.

Et le communiqué imagine le nouveau gouvernement soucieux de lutter contre le dumping social.
« C’est le seul moyen efficace pour lutter contre le dumping social et la concurrence de tous contre tous. »
Le problème, c’est que les nouveaux DRH de l’entreprise France sont d’accord pour lutter contre le dumping social. Mais celui des pays dits émergents. Et ils luttent en faisant baisser le coût du
travail en France. Et pas simplement pour les entreprises ouvertes à la concurrence mondiale. Mais pour toutes les boîtes.
Alors ils ne vont sûrement pas reprocher aux patrons sous-traitants du chantier d’Issy de donner des salaires de misère. D'ailleurs, il n'y en a aucun qui a fini en garde à vue pour non respect du
code du travail et des conventions collectives.

Enfin, après la revendication, juste, de libération et de régularisation, la direction de la CGT propose une autre répartition des tâches au sommet de l’Etat.
« C’est au Ministère du Travail que doit revenir le contrôle de la situation des travailleurs migrants et non plus au Ministère de l’Intérieur ! »
Puis veut s’inviter à une table où on discute. Malheureusement, il n’y a pas de rendez-vous.

Un tel communiqué, au lieu de renforcer les travailleurs, n’affiche que de l’impuissance. A aucun moment il n'appelle les Sans-Papiers à s'organiser et l'es autres travailleurs à la solidarité. Il
ne présente comme perspective que l’espoir que le gouvernement change d’attitude et agisse conformément aux indications de la CGT.

loic 01/06/2012

Sujet : [Plateforme 93 Rrom] Matinée "ordinaire" à la préfecture ce mardi matin 29 mai
>
>
> Bonjour à tous
>
> Matinée "ordinaire" à la préfecture ce mardi matin 29 mai : nous sommes trois "observateurs" militants (LDH - RESF Bondy et UL CGT Bobigny).
> Nous estimons à près d'un millier de personnes le nombre des étrangers dans les trois queues (les trois jours consécutifs de fermeture l'expliquent très partiellement). Les premiers sont
arrivés à 22 h, parfois à 21 h 30.
> Avec une nouveauté (pour moi) : une queue aussi très importante en file 3 pour les demandeurs d'asile (parce que, nous ont dit les intéressés, il n'y a qu'une centaine de personnes accueillies
chaque matin).
> L'affluence a fait visiblement l'affaire des revendeurs de tickets (16 ou 17 personnes, selon les flics appelés vers 6 h 30 du matin et toujours présents à 7 h et jusqu'à 9 h 30). Il faut dire
que les conflits dans la queue semblent avoir été nombreux : le système et le numerus clausus en génèrent inévitablement...
> En file 2, beaucoup d'étrangers se plaignent du retard pour le renouvellement des titres (toujours pas de nouvelle carte 5 à 6 mois après la demande et un récépissé expiré aussi : pb pour
l'anpe ou les employeurs).
> Le personnel a toujours autant de mal à gérer l'entrée et à contenir son humeur ("revenez quand vous parlerez français" répond une agent à un chinois, qui heureusement garde son calme et se
met en retrait qques instants pour reformuler sa demande !) ("Y en a marre de ces médecins qui font des certificats de complaisance" s'exclame la m^me...)
> Mme Magne est à l'entrée de la file 2, pour pallier l'insuffisance du personnel (?), plus sûrement parce qu'elle sait qu'une caméra est dans les parages. Elle fait face comme elle peut et sans
répondre sur le fond aux récriminations diverses...
> A l'intérieur, c'est comme d'habitude : il y a de l'ambiance dans la file intérieure. Les toilettes des femmes sont sans lumière.
> Nous n'avons pas pu rester après 10 h pour surveiller l'évolution des guichets ouverts ou fermés...
>
> Les journalistes de BFM ont fait des images et une interview. Mais le sujet ne durera qu'une ou deux minutes et passera demain matin. Dans les premières éditions, donc assez tôt.
> Il faut que nous fixions rapidement une réunion interassociative 93. Quelqu'un propose une date ? Mardi 12 juin ?
>
> Amitiés à tous
>
> Jean Michel