Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 16:15

Dimanche 25 mars 2012

Enfin une bonne nouvelle : Pierre Cassen quitte la CGT !

 

Nous apprenons par hasard ce jour sur le site d'un militant de droite de Puteaux (!) que Pierre Cassen, animateur de Riposte Laïque, le site torchon qui fricote avec les fascistes identitaires, ne reprendra pas sa carte à la CGT.

Nous avons déjà parlé de ce triste personnage ("FN : la vase commence à être remuée dans la CGT") lors de l'affaire Engelman et de la présence du FN dans la CGT. Et nous nous étonnions alors qu'il soit possible qu'un tel militant soit encore à la CGT. Cela nous étonne toujours...

Aucune mesure d'exclusion (qui n'a pourtant pas traîné avec Engelman), rien, le silence peut-être gêné... (voir ci-dessous).

 

Quoiqu'il en soit, c'est une bonne nouvelle.

Ce qui la relativise, c'est que ce départ soit de son fait, et non celui de la Confédération. Cela montre que le combat contre le FN et les positions nationalistes dans la Confédération n'est pas fini !

 

Tous les articles de ce blog sur la CGT et le FN, ICI

 

[Mise à jour importante lundi 26 mars]

Suite à la publication de cette brève, nous avons reçu sur cet article un long commentaire du secrétaire de Info'Com CGT, qui nous informe que contrairement à ce que nous disions plus haut, Pierre Cassen a bien été exclu de la CGT le 9 juin dernier. Nous reprenons ci-dessous les termes du commentaire pour mieux les mettre en valeur.

Nous nous félicitons de la démarche des camarades, que nous ignorions, dénonçons la nouvelle magouille de Pierre Cassen qui tente une nouvelle fois de se faire mousser alors qu'il est déjà exclu...

Cela dit, compte tenu du personnage et de sa notoriété sordide, cette exclusion aurait valu une large publicité ! Cela ne lui aurait pas permis cette ultime manoeuvre.

Bravo aux camarades, merci pour l'information, et voici les divers éléments du message de Olivier Blandin, secrétaire d'Info'Com CGT. On notera que le texte d'exclusion est particulièrement clair quant au contenu, sans aucune ambiguité. D'autres pourraient en prendre de la graine...

 

2012 03 27 cassen[Nouvelle mise à jour mercredi 28 mars] Le syndicat Info'Com CGT vient de publier sur son site une mise au point claire et nette concernant Pierre Cassen, accompagné des divers documents accompagnant son exclusion (déjà reproduits ci-dessous). On les trouvera ci-joint, repris du site syndical.

 


 

 

Cher camarade,

Je me permets de répondre à l'article de ton blog qui comporte une erreur d'importance. En effet, tu précises qu'aucune mesure d'exclusion n'a été prise à l'encontre de ce "triste personnage" qu'est Pierre Cassen, animateur du site nauséabond Riposte Laïque.
Je t'informe donc qu'un courrier engageant une procédure d'exclusion à son encontre a été envoyé par le syndicat Info'Com-CGT à Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, ainsi qu'à Marc Peyrade, secrétaire général de la FILPAC-CGT en date du 2 mai 2011.
Conformément aux statuts de notre syndicat, nous avons convoqué Pierre Cassen afin qu'il puisse répondre de ses prises de position en totale opposition avec les valeurs que défend la CGT. Celui-ci n'a pas daigné répondre à notre convocation.
La décision du CCM du 9 juin 2011 (jointe ci-dessous) ne permet donc aucune approximation quant à l'interprétation du statut de M. Cassen au sein de notre syndicat. Depuis cette date, il est exclu du syndicat Info'Com-CGT et ne peut donc affirmer "qu'il quitte la CGT".
J'espère que le courrier qui suit te permettra de faire toute la lumière sur cette nouvelle manipulation de cet individu proche des thèses fascistes.
Toute publicité contraire à ce fait servirait ce triste énergumène. N'hésites donc pas à diffuser cette lettre auprès de nos camarades de la CGT afin que tout le monde sache la vérité en procédant à un rectificatif suite à cette information.
Merci d'avance.
Fraternellement et amicalement.

Olivier Blandin
Secrétaire général d'Info'Com-CGT

 


 

 

Courrier adressé à M. Pierre Cassen
Envoi en recommandé, avec AR : 1A06143646075


Ce jeudi 9 juin 2011, le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) s’est réuni. Suite à l’envoi de ton courrier daté du 26 mai 2011, il prend acte de ta décision de ne pas répondre favorablement à la convocation souhaitée par le Comité directeur du syndicat Info’Com-CGT.


Avant toute décision hâtive et conformément à nos statuts (1), cette convocation avait pour but d’entendre tes explications sur les orientations, les prises de position et les manifestations prônées par Riposte Laïque. Ton courrier rappelle, à juste titre, que tu en es le membre fondateur, ainsi que le rédacteur en chef, donc en parfaite harmonie avec le contenu de l’ensemble des articles publiés sur le journal en ligne Riposte Laïque.


En effet, contrairement à tes dires, il ne s’agissait nullement d’une « invitation inquisitrice » ou à la tenue « d’un procès de Moscou » auquel tu étais convié.
Il s’agissait simplement que les membres du Collectif de coordination multisecteurs (CCM) comprennent ce qui pousse un adhérent de notre syndicat à mener une croisade islamophobe en parfaite osmose avec tout ce que l’Europe compte d’organisations d’extrême-droite.


Effectivement, tout syndiqué d’Info’Com-CGT est libre d’avoir les activités associatives, religieuses, politiques ou autres de son choix. C’est une ligne de conduite que les différents dirigeants de notre syndicat ont appliquée à la lettre depuis la constitution de la Chambre syndicale typographique parisienne.
Cependant, aucun syndiqué confédéré à la CGT n’est en droit d’user de son appartenance syndicale pour appuyer ses thèses politiques, philosophiques, religieuses – d’autant plus contraires aux valeurs de la CGT - lorsqu’il est invité à participer à un débat public ou à un rendez-vous médiatique extérieur à l’organisation (2).
De nombreux exemples de cette transgression (écrits, interviews, débats télévisés…) sont à la disposition de nos instances et de nos adhérents pour démontrer nos affirmations qui conduise le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) à envisager ton exclusion.


La décision d’exclure un adhérent est une décision grave qui s’est rarement produite au cours de la grande et belle histoire de notre syndicat. Mais tes peurs et ton combat ne sont pas ceux de la CGT. En parfaite adéquation avec nos illustres aïeux de la Chambre syndicale typographique parisienne, devenue depuis Info’Com-CGT – martyrs de régimes totalitaires qui pourfendaient tantôt les Communards, les juifs ou les esprits progressistes suivant l’époque – la laïcité est pour nous une valeur fondamentale que nous défendons sans préjugé, sans arbitraire et sans la moindre stigmatisation, contrairement aux thèses et aux propos xénophobes qui irriguent les meetings communs auxquels Riposte Laïque et le Bloc identitaire – pour ne citer qu’un seul groupuscule d’extrême-droite sulfureux – se plaisent à développer.


Le danger n’est pas la religion musulmane ou une autre religion, dont l’immense majorité des croyants se plaît à vivre sa foi sans prosélytisme et dans le respect des valeurs de la République. Le plus grand danger vient de l’infime minorité d’extrémistes de tout bord, religieux ou politiques, qui recherchent le chaos en pointant à travers des faits divers ou des épiphénomènes des boucs émissaires qui serviront à démontrer la dangerosité d’un ensemble. Au cœur d’une crise sociale et économique dans laquelle l’extrême-droite tire à chaque fois avantage, l’histoire contemporaine nous démontre où ce populisme nauséabond peut conduire.


Tu comprendras certainement l’étonnement – le mot est faible – des membres du Collectif de coordination multisecteurs (CCM) et du bureau de la Section des préretraités et retraités d’Info’Com-CGT qui découvrent avec stupeur dans les médias, semaine après semaine, les thèses qui sont dorénavant les tiennes, et ce, en parfaite adéquation avec des groupuscules – même le Front national en quête de « légitimité Républicaine » garde ses distances avec le Bloc identitaire – que tu pourfendais jadis. Chacun d’entre nous se souvient de la véhémence qui était alors la tienne en décembre 1980 lorsque, avec raison, tu fustigeais le maire communiste de Vitry-sur-Seine qui avait pris la décision de démolir un foyer de travailleurs immigrés à grands coups de bulldozer.


L’argumentaire ambivalent et ambigu dont tu uses sur tes relents d’homme de gauche ne convainc personne au sein de notre syndicat. Ton virage d’un extrême à l’autre laisse plus que perplexes tes anciens camarades. Mais ce choix t’appartient. Désormais, tu es le seul en capacité d’en assumer sa portée.
Cette liberté de pensée à laquelle tu aspires n’est pas unilatérale. La liberté de décision de notre syndicat s’exerce dès lors qu’un adhérent porte préjudice aux valeurs fondamentales de la CGT. Du fait que ton expression est publique et fait l’objet d’une certaine couverture médiatique, tu dois alors en accepter les conséquences, sans te réfugier derrière une dialectique qui renverrait les décisions que pourrait prendre notre syndicat à l’ère des « purges staliniennes ».
En aucun cas, le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) ne peut admettre la plus infime association ou assimilation de pensées entre les thèses que tu défends et ton appartenance à notre organisation syndicale.
Les valeurs fondamentales de la CGT, de la FILPAC et d’Info’Com-CGT sont en opposition avec la rhétorique qui est désormais la tienne.


Pour l’ensemble de ces raisons, il a été décidé, à l’unanimité des membres du Collectif de coordination multisecteurs (CCM), de ton exclusion définitive de notre syndicat.

Paris, le 9 juin 2011

Pour Info’Com-CGT et le CCM, le secrétaire général,
Olivier Blandin


 

 

Extraits des statuts d’Info’Com-CGT et de la CGT visant à ton exclusion.

Statuts d’Info’Com-CGT (1)
But d’Info’Com-CGT/CSTP
Article 1er, 2°
« De développer l’esprit de solidarité nationale et internationale qui doit unir tous les salariés pour agir contre toutes les formes d’exploitation, de racisme et de xénophobie, pour promouvoir la paix et faire respecter la dignité des femmes et des hommes qui vivent et aspirent à vivre de leur travail ; »

Radiations, démissions, exclusions
Article 19
« L’exclusion temporaire ou définitive sera prononcée par le Collectif de coordination multi-secteurs (CCM) à la majorité des suffrages :
• Pour avoir cherché à obtenir frauduleusement des secours à Info’Com-CGT/CSTP ;
• Pour avoir porté volontairement préjudice à Info’Com-CGT/CSTP ;
• Pour refus de se conformer aux présents statuts.
Le syndiqué passible d’exclusion pour tout autre motif que le défaut de paiement devra être convoqué devant le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) qui entendra ses explications et prendra toutes décisions à la majorité de ses membres.

Statuts de la CGT (2)
Article 6
« La CGT se fonde sur l’indépendance de l’organisation à l’égard du patronat, des pouvoirs publics, des gouvernements, organisations politiques, philosophiques, religieuses et autres. Nul ne peut se servir de son titre de confédéré ou d’une fonction confédérale dans un acte politique ou électoral extérieur à l’organisation. »

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les sujets qui fâchent
commenter cet article

commentaires

Blandin Olivier 26/03/2012 13:48

Cher camarade,

Je me permets de répondre à l'article de ton blog qui comporte une erreur d'importance. En effet, tu précises qu'aucune mesure d'exclusion n'a été prise à l'encontre de ce "triste personnage"
qu'est Pierre Cassen, animateur du site nauséabond Riposte Laïque.
Je t'informe donc qu'un courrier engageant une procédure d'exclusion à son encontre a été envoyé par le syndicat Info'Com-CGT à Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, ainsi qu'à Marc
Peyrade, secrétaire général de la FILPAC-CGT en date du 2 mai 2011.
Conformément aux statuts de notre syndicat, nous avons convoqué Pierre Cassen afin qu'il puisse répondre de ses prises de position en totale opposition avec les valeurs que défend la CGT. Celui-ci
n'a pas daigné répondre à notre convocation.
La décision du CCM du 9 juin 2011 (jointe ci-dessous) ne permet donc aucune approximation quant à l'interprétation du statut de M. Cassen au sein de notre syndicat. Depuis cette date, il est exclu
du syndicat Info'Com-CGT et ne peut donc affirmer "qu'il quitte la CGT".
J'espère que le courrier qui suit te permettra de faire toute la lumière sur cette nouvelle manipulation de cet individu proche des thèses fascistes.
Toute publicité contraire à ce fait servirait ce triste énergumène. N'hésites donc pas à diffuser cette lettre auprès de nos camarades de la CGT afin que tout le monde sache la vérité en procédant
à un rectificatif suite à cette information.
Merci d'avance.
Fraternellement et amicalement.
Olivier Blandin
Secrétaire général d'Info'Com-CGT





Courrier adressé à M. Pierre Cassen


Envoi en recommandé, avec AR : 1A06143646075


Ce jeudi 9 juin 2011, le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) s’est réuni. Suite à l’envoi de ton courrier daté du 26 mai 2011, il prend acte de ta décision de ne pas répondre
favorablement à la convocation souhaitée par le Comité directeur du syndicat Info’Com-CGT.
Avant toute décision hâtive et conformément à nos statuts (1), cette convocation avait pour but d’entendre tes explications sur les orientations, les prises de position et les manifestations
prônées par Riposte Laïque. Ton courrier rappelle, à juste titre, que tu en es le membre fondateur, ainsi que le rédacteur en chef, donc en parfaite harmonie avec le contenu de l’ensemble des
articles publiés sur le journal en ligne Riposte Laïque.
En effet, contrairement à tes dires, il ne s’agissait nullement d’une « invitation inquisitrice » ou à la tenue « d’un procès de Moscou » auquel tu étais convié.
Il s’agissait simplement que les membres du Collectif de coordination multisecteurs (CCM) comprennent ce qui pousse un adhérent de notre syndicat à mener une croisade islamophobe en parfaite osmose
avec tout ce que l’Europe compte d’organisations d’extrême-droite.
Effectivement, tout syndiqué d’Info’Com-CGT est libre d’avoir les activités associatives, religieuses, politiques ou autres de son choix. C’est une ligne de conduite que les différents dirigeants
de notre syndicat ont appliquée à la lettre depuis la constitution de la Chambre syndicale typographique parisienne.
Cependant, aucun syndiqué confédéré à la CGT n’est en droit d’user de son appartenance syndicale pour appuyer ses thèses politiques, philosophiques, religieuses – d’autant plus contraires aux
valeurs de la CGT - lorsqu’il est invité à participer à un débat public ou à un rendez-vous médiatique extérieur à l’organisation (2).
De nombreux exemples de cette transgression (écrits, interviews, débats télévisés…) sont à la disposition de nos instances et de nos adhérents pour démontrer nos affirmations qui conduise le
Collectif de coordination multisecteurs (CCM) à envisager ton exclusion.
La décision d’exclure un adhérent est une décision grave qui s’est rarement produite au cours de la grande et belle histoire de notre syndicat. Mais tes peurs et ton combat ne sont pas ceux de la
CGT. En parfaite adéquation avec nos illustres aïeux de la Chambre syndicale typographique parisienne, devenue depuis Info’Com-CGT – martyrs de régimes totalitaires qui pourfendaient tantôt les
Communards, les juifs ou les esprits progressistes suivant l’époque – la laïcité est pour nous une valeur fondamentale que nous défendons sans préjugé, sans arbitraire et sans la moindre
stigmatisation, contrairement aux thèses et aux propos xénophobes qui irriguent les meetings communs auxquels Riposte Laïque et le Bloc identitaire – pour ne citer qu’un seul groupuscule
d’extrême-droite sulfureux – se plaisent à développer.
Le danger n’est pas la religion musulmane ou une autre religion, dont l’immense majorité des croyants se plaît à vivre sa foi sans prosélytisme et dans le respect des valeurs de la République. Le
plus grand danger vient de l’infime minorité d’extrémistes de tout bord, religieux ou politiques, qui recherchent le chaos en pointant à travers des faits divers ou des épiphénomènes des boucs
émissaires qui serviront à démontrer la dangerosité d’un ensemble. Au cœur d’une crise sociale et économique dans laquelle l’extrême-droite tire à chaque fois avantage, l’histoire contemporaine
nous démontre où ce populisme nauséabond peut conduire.
Tu comprendras certainement l’étonnement – le mot est faible – des membres du Collectif de coordination multisecteurs (CCM) et du bureau de la Section des préretraités et retraités d’Info’Com-CGT
qui découvrent avec stupeur dans les médias, semaine après semaine, les thèses qui sont dorénavant les tiennes, et ce, en parfaite adéquation avec des groupuscules – même le Front national en quête
de « légitimité Républicaine » garde ses distances avec le Bloc identitaire – que tu pourfendais jadis. Chacun d’entre nous se souvient de la véhémence qui était alors la tienne en décembre 1980
lorsque, avec raison, tu fustigeais le maire communiste de Vitry-sur-Seine qui avait pris la décision de démolir un foyer de travailleurs immigrés à grands coups de bulldozer.
L’argumentaire ambivalent et ambigu dont tu uses sur tes relents d’homme de gauche ne convainc personne au sein de notre syndicat. Ton virage d’un extrême à l’autre laisse plus que perplexes tes
anciens camarades. Mais ce choix t’appartient. Désormais, tu es le seul en capacité d’en assumer sa portée.
Cette liberté de pensée à laquelle tu aspires n’est pas unilatérale. La liberté de décision de notre syndicat s’exerce dès lors qu’un adhérent porte préjudice aux valeurs fondamentales de la CGT.
Du fait que ton expression est publique et fait l’objet d’une certaine couverture médiatique, tu dois alors en accepter les conséquences, sans te réfugier derrière une dialectique qui renverrait
les décisions que pourrait prendre notre syndicat à l’ère des « purges staliniennes ».
En aucun cas, le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) ne peut admettre la plus infime association ou assimilation de pensées entre les thèses que tu défends et ton appartenance à notre
organisation syndicale.
Les valeurs fondamentales de la CGT, de la FILPAC et d’Info’Com-CGT sont en opposition avec la rhétorique qui est désormais la tienne.
Pour l’ensemble de ces raisons, il a été décidé, à l’unanimité des membres du Collectif de coordination multisecteurs (CCM), de ton exclusion définitive de notre syndicat.

Paris, le 9 juin 2011


Pour Info’Com-CGT et le CCM, le secrétaire général,
Olivier Blandin












Extraits des statuts d’Info’Com-CGT et de la CGT visant à ton exclusion.

Statuts d’Info’Com-CGT (1)
But d’Info’Com-CGT/CSTP
Article 1er, 2°
« De développer l’esprit de solidarité nationale et internationale qui doit unir tous les salariés pour agir contre toutes les formes d’exploitation, de racisme et de xénophobie, pour promouvoir la
paix et faire respecter la dignité des femmes et des hommes qui vivent et aspirent à vivre de leur travail ; »

Radiations, démissions, exclusions
Article 19
« L’exclusion temporaire ou définitive sera prononcée par le Collectif de coordination multi-secteurs (CCM) à la majorité des suffrages :
• Pour avoir cherché à obtenir frauduleusement des secours à Info’Com-CGT/CSTP ;
• Pour avoir porté volontairement préjudice à Info’Com-CGT/CSTP ;
• Pour refus de se conformer aux présents statuts.
Le syndiqué passible d’exclusion pour tout autre motif que le défaut de paiement devra être convoqué devant le Collectif de coordination multisecteurs (CCM) qui entendra ses explications et prendra
toutes décisions à la majorité de ses membres.

Statuts de la CGT (2)
Article 6
« La CGT se fonde sur l’indépendance de l’organisation à l’égard du patronat, des pouvoirs publics, des gouvernements, organisations politiques, philosophiques, religieuses et autres. Nul ne peut
se servir de son titre de confédéré ou d’une fonction confédérale dans un acte politique ou électoral extérieur à l’organisation. »

Eugène 26/03/2012 17:11



Une précision d'importance, qui sera très vite intégré à l'article ci-dessus.


Merci !