Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 20:25

Lundi 29 Mars 2010

Continental : des offres de reclassement en Tunisie !


Les camarades de Continental sont en pleine préparation de la mobiiisation pour le nouveau jugement qui  va avoir lieu le 7 avril à Amiens, cette fois pour le chiffrage des prétendus dommages et intérêts suite à l'investissement de la sous-préfecture de Compiègne. Déjà libérés en appel de toute menace de prison, les Contis subissent la hargne de l'Etat qui veut une vengeance exemplaire !
C'est donc par centaines que nous serons avec eux ce 7 avril à 12h30 devant la Gare de Compiègne !

Et en attendant, Continental propose des reclassements... Et oui...
Après les reclassements en Hongrie proposés par Philips aux camarades de Dreux, voici les reclassements en Tunisie, pour 260 dirhams (137 euros), proposés par la direction de Continental !!!
Elle voudrait mobiliser pour le 7 avril qu'elle ne s'y prendrait pas autrement !
A noter que le communiqué de la Confédération dénonçant la provocation réussit l'exploit de ne même pas souffler un mot de la  mobilisation de mercredi prochain...


Ce n'est pas vraiment comme cela qu'on la voyait, la solidarité internationale des prolétaires, le nivellement pas en bas proposé par le patronat mondial !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

Courrier Picard 7 avril 07/04/2010 16:29


Mercredi 07 Avril 2010, mis à jour à 15h30
COMPIEGNE l'Etat demande 12.000 € aux Conti

L'Etat réclame aux Conti le reliquat de 12000 € non remboursé par les assurances..

L'avocate de l'Etat a demandé mercredi près de 12 000 euros de dommages et intérêts à six ex-salariés de l'usine Continental de Clairoix condamnés au pénal à des amendes pour le saccage en avril
2009 de la sous-préfecture de Compiègne.

Dans sa plaidoirie devant le tribunal de grande instance de Compiègne, Me Julie Courtin a expliqué que si les dégâts étaient estimés au total à 52.662 euros, l'Etat a été indemnisé par son
assurance à hauteur de plus de 40.000 euros. «Aujourd'hui je ne vous demande que le montant résiduel», soit 11 957 euros, a déclaré l'avocate, qui a également demandé au tribunal de condamner les
salariés à verser 3.500 euros au titre des frais de justice.

La décision a été mise en délibéré au 2 juin
A la mi-journée, entre 400 (selon la police) et 1 000 personnes (selon la CGT) ont manifesté dans les rues de Compiègne depuis la gare pour rejoindre le tribunal.

Le 21 avril 2009, quelque 200 ouvriers de l'usine de Clairoix avaient laissé éclater leur colère dans les locaux de la sous-préfecture de Compiègne après avoir appris le rejet par la justice de
leur demande d'annulation du plan social.

Les six ouvriers avaient été condamnés au pénal en janvier à de simples amendes de 2 000 à 4 000 euros par la cour d'appel d'Amiens, échappant aux peines de prison avec sursis prononcées en
première instance.

L'usine de Clairoix, qui employait 1 120 salariés, a été fermée début 2010.
Après plusieurs mois de lutte, les ouvriers avaient décroché 50 000 euros d'indemnités extra-légales.

Une manifestation de soutien

Un millier de personnes selon les organisateurs, 400 selon la police, manifestaient à la mi-journée à Compiègne en soutien aux six ouvriers de Continental jugés au même moment.

Le cortège dans lequel on pouvait reconnaître Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anti-capitaliste (NPA), Nathalie Arthaud, porte-parole de LO, et plusieurs élus locaux de gauche,
défilait calmement dans le centre-ville avec pétards, sifflets et musique.

«On va voir si l'Etat a décidé de s'acharner contre nous ou s'ils nous foutent la paix», a déclaré dans le cortège Xavier Mathieu.