Le fil de Voie Prolétarienne

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 13:57

Vendredi 25 mars 2011

CGT : le FN fait dans la provocation !

 

La présence de  militants et responsables du FN dans notre syndicat provoque de gros débats.

Au delà des éventuelles manoeuvres de la direction confédérale pour redorer son blason, il n'y a pas une assemblée, pas une réunion où cela ne fasse discussion, parfois vives, entre les militants et syndiqués.

Et ce qu'on constate, c'est que bon nombre de militants sont très soulagés, de pouvoir enfin discuter de ce qu'ils voyaient, de ce qu'ils ressentaient et qui était enfoui comme une honte. La présence du FN dans la CGT n'est pas une nouveauté, n'en déplaise aux belles âmes. Ce qui est nouveau, c'est qu'on en parle, que l'on combatte, enfin, ouvertement ce qui est un ennemi de classe.

D'ailleurs, la relative faible influence du FN parmi les syndicalistes aux élections cantonales a été immédiatement commentée et publiée (voir par exemple sur le site de la FILPAC).

 

Le débat ne fait que commencer, avec tous les enjeux autour de la préférence nationale, non seulement par rappport nos camarades immigrés et à l'unité de la classe ouvrière,  mais aussi par rapport au "Fabriquons Français" de sinistre mémoire et qui tend à parfois à réapparaître dans les luttes pour l'emploi.

Mais aujourd'hui, c'est le FN qui pousse ses pions, et nous ne devons pas le laisser passer.

 

Lundi 28, Fabien Engelman, ce représentant du FN en Moselle est convoqué à Montreuil, à la Fédération des Services Publics pour s'expliquer. Et à cette occasion, le FN prétend faire à sa sortie, devant le siège de la CGT, une conférence de presse !!!

Alors là, on croit rêver. Alors là, on ne va pas laisser faire. La Confédération appelle à mobiliser, et nous en serons.

Comme demandé, avec nos panneaux, nos banderoles, nos slogans, contre la préférence nationale, pour l'internationalisme, contre le Fabriquons Français !

Tout le monde à Montreuil, Lundi prochain, à 13 h !

 

Nous reprpoduisons ci-dessous un appel diffusé ce vendredi dans le 93 pour l'occasion.

 

Partager cet article

Publié par Eugène - dans Les structures
commenter cet article

commentaires

DIABLO 25/03/2011


Contre le "Fabriquons Français" ...Ah oui, c'est vrai le fabriquons chinois c'est beaucoup mieux ! Vos propos sont irresponsables et nourrissent le vote FN! C'est triste d'être à ce point intoxiqué
par la bien pensance petite bourgeoise.


DIABLO 25/03/2011


De la part des gauchistes, toujours la même chanson...Dans internationalisme il y a le mot nation n'est ce pas ? Oui la nation reste aujourd'hui l'espace le plus pertinent pour les luttes et les
conquêtes sociales c'est bien pour çà que le capital veut les détruire (cf. L'U.E.). Coopération, échanges mutuels et équilibrés oui, supranationalité non !


pj49 27/03/2011


En réponse à Diablo:
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde son doigt"
Confucius
Un chat est un chat; la concurrence entre ouvriers, qu'elle soit individuelle ou nationale, ne reste que... de la concurrence entre ouvriers.
Le chauvinisme, depuis un siècle, a toujours été un point de rupture dans le mouvement du prolétariat mondial et, particulièrement en France. Avec du "fabriquons français", la CGT a fabriqué du
Front national; quoi de plus logique? Le national-communisme n'est pas une nouveauté depuis Staline mais il n'y a qu'une frontière tricotée par l'histoire et elle n'est pas nationale mais de classe
et elle traverse tous les pays.
Alors doit-on défendre son capitalisme contre les autres?
Concurrence entre économies capitalistes!
Défendre son emploi contre les autres?
Concurrence entre ouvriers!
ou, au contraire, reprendre le seul cri de guerre qui mettra un terme à cette concurrence et à toute forme d'eploitation:
"Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!" -pj49-


Jean 28/03/2011


On était plusieurs centaines devant les grilles de la Confédération, plus que très motivés. "Le FN, hors de la CGT", "F Haine, dégage !", "Français Immigrés, même patron, même combat" et autres
mots d'ordres de combat.

Des camarades venus de toute l'Ile de France, de Corbeil à Roissy, en à peine 24h de mobilisation réelle ! Le signe que l'abcès est désormais crevé, que la lutte est frontale et ouverte contre la
préférence nationale, le chauvinisme et le nationalisme développés par ce parti.



Quand Engelmann est arrivé avec Me Collard, protégé (heureusement !) par le service d'ordre de la CGT, cela a été une bronca furieuse et violente, des minutes durant. Il était pas fier, il
tremblait de tous ses membres le frontiste !

Après un peu d'attente et le discours de circonstances de Francine Blanche, on apprenait, sans surprise, qu'il avait été exfiltré par les sous sols du parking et était parti. Sans conférence de
presse, évidemment et heureusement.



Maintenant, ça ne fait que commencer. Le cas "Engelmann" n'est pas spécialement intéressant en tant que tel, ce qui compte c'est l'influence de ces idées nationalistes et ultra-réactionnaires dans
notre confédération.

Et il va falloir les extirper jusqu'à la racine !


Sébastien 29/03/2011


Je suis d'accord avec Jean, il va falloir extirper les idées du "Front" de la confédération et, plus généralement, du mouvement syndical et de la tête des prolétaires. Pour cela, il faut défendre
les intérêts du prolétariat, tous les intérêts du prolétariat et seulement les intérêts du prolétariat. Ceci pour le discours, camarade. Mais cela ne doit pas nous empêcher d'être réalistes et
donc, se demander pourquoi ces idées ont progressées et sans doute progressent encore chez les prolétaires ? Parce qu'il y a des constats que les bourgeois de gauche et de droite et leurs
serviteurs ne veulent pas faire ou voir car ils en sont responsables et/ou ça leur profite. Pire, mettre le doigt dessus c'est courir le risque d'être stigmatisés par ces biens-pensants et même
traités de "frontiste". Seule la vérité est révolutionnaire dit-on. Alors disons là. Disons la misère de vie des prolétaires dans les quartiers, disons également le sort de nos soeurs ici et
ailleurs sous la coupe d'intégristes, disons la politisation et la manipulation du religieux, disons bien d'autres choses que le "FN" dit voir mais, disons aussi et surtout nos solutions qui sont à
l'opoosée car,dans le progrès contre le conservatisme, la laïcité contre le sectarisme moyen-âgeux des arachaïsmes religieux, du communisme contre le capitalisme. La droite extrême est forte de nos
silences et de notre bêtise à vouloir imiter les bobos car eux, ne craignent rien dans leurs ghettos dorés alors que les prolétaires et le peuple sont exposés.
Au fait, M Engelmann avant de virer FN, du temps où il était à LO puis au NPA, devait être un "bon militant", non ?


DIABLO 30/03/2011


à PJ49 notamment:
Je connais votre discours, c'est celui grosso modo du LO du NPA et même des mutants du PCF: Qu'on le veuille ou non les nations existent elles ont leur histoire y compris sociale. Dire que l'espace
national est le plus pertinent pour la lutte ce n'est pas être nationaliste c'est simplement s'appuyer sur l'expérience. La plupart de nos conquêtes sociales n'ont-elles comme racines le programmme
du Conseil NATIONAL de la Résistance? Il serait trop long ici de développer mais il est bien clair que le FN dont les dirigeants sont de fins idéologues ont bien perçu la capitulation des
progressistes sur la question de la défense de la Nation et tentent de récupérer ce combat pour le dévoyer au profit de leurs funestes objectifs.


pj49 31/03/2011


Enfin, une réponse qui a le mérite de la clarté:
la Nation avec un grand N et tout est dit. Les néo-jacobins et leur discours sur la « N »ation, nous renvoie à une révolution qui fut radicale... et bourgeoise il y a plus de deux
siècles. Cela illustre parfaitement ce que je disais précédemment sur le national-communisme; il n'y a aucune différence de nature entre ce discours nationaliste de la « gauche » extrême
et le discours nationaliste de la « droite » extrême (les termes gauche/droite sont d'ailleurs d'époque puisqu'ils se réfèrent à la Constitutuante de 92, pardon de préciser 1792) ; pour
une France vraiment propre débarrassée des bourgeois, au nom de la défense de la « N »ation. Et le « à chacun son Boche » revisité, c'est pour quand?
C'est ce genre de discours qui ont fait le lit du FN et dont le plus élaboré a été produit par le PCF mais on le retrouve chez les citoyennistes entre autres; dans les années 90, Mr Le Pen
prétendait que le FN était le premier Parti ouvrier de France et électoralement il avait raison, malheureusement,. Ce chauvinisme indécrottable des ouvriers français remonte loin historiquement et
n'a été rendu possible que par un PCF qui dès sa naissance en 1920 était français avant d'être communiste.La nation est une abstraction née, historiquement, dans les guerres de conquête, et
dépassée par le développement du capitalisme et concrétisait par l'État qui en assure la cohésion; avec de telles abstractions, c'est reparti comme en 14! car l'ennui camarade, c'est qu'il faut
être cohérent, cette « N »ation ne peut survivre que dans l'affrontement y compris armé, avec les autres « N »ations et ne peut être que capitaliste.
La société moderne a aboli économiquement les frontières pour le Capital
Il appartient au Prolétariat international de les abolir socialement pour les êtres humains en abolissant ce qui les mets en concurrence: le salariat

Tu soulèves deux points qui méritent une attention particulière:
1. « Dire que l'espace national est le plus pertinent pour la lutte, ce n'est pas être nationaliste » qui est un constat d'évidence. Je suis le premier à reprendre le mot d'ordre
« la lutte c'est ici et maintenant »; autre chose est de se battre sur un programme identitaire et nationaliste!
2 « La plupart de nos conquêtes sociales n'ont-elles comme racines le programmme du Conseil NATIONAL de la Résistance? ». Là encore tout est dit; ce programme « commun » était
le nouveau contrat social concédé, sous la menace, dans la continuation de l'alliance nationalistes bourgeois et PCF de la guerre pour la préservation de l'Empire colonial. « La grève est
l'arme des trusts » de Thorez est dans la continuité des massacres de Sétif: la paix sociale en métropole après la pacification par les armes dans les colonies. C'était tout simplement le prix
payé au PCF par la bourgeoisie pour préserver l'Empire colonial et acheter la participation du prolétariat à la guerre. Il est d'ailleurs symptomatique que le PCF a eu toutes les peines du monde a
désarmé ses propres militants après la défaite de l'Allemagne.

Cette référence au CNR nous renvoie au Front populaire de 36 qui aurait octroyé les 40 heures; dans un cas comme dans l'autre, ce ne sont que des concessions lâchées sous la vraie menace pour le
capital français: l'union des prolétaires qui ne pouvait réaliser que le dépassement du capitalisme en brisant son propre État.
Le seul programme qui vaille que le prolétariat se batte n'a rien de « national », c'est l'abolition du salariat, c'est à dire l'abolition de la concurrence entre ouvriers aussi bien dans
l'entreprise, que de la concurrence entre entreprises, que de la concurrence entre nations. Cela passe nécessairement par l'abolition des frontières et des états nationaux. Loin de tous les
folklores « boboïstes », les bretons ne danseront pas la bourrée, pas plus que les auvergnats ne danseront la gavotte!
Le plus inquiétant dans tout çà, c'est la dégénérescence complète de la conscience politique actuelle du prolétariat que ce type de propos indique. Le prolétariat mondial, en tant que classe "pour
soi" n'existe plus, submergé par cette « conscience citoyenne » d'un autre âge. Ce qui était une révolution bourgeoise en 1792 est devenu la pire des réactions en 2011. Pour les
prolétariats européens, l'immigration constitue la planche de salut pour retrouver le chemin de la lutte de classe. Les classes dominantes en ont peur et non sans raison car ils constituent le
cheval de Troie du prolétariat mondial dans les métropoles impérialistes et le lien, nécessaire et à développer, avec nos camarades d'outre-mer; ils nous rappellent que « les prolétaires n'ont
pas de patrie » et qu'un seul mot d'ordre reste valable et le restera tant qu'existera le capitalisme: « Prolétaires de tous le pays, unissez-vous !» -pj49-


DIABLO 05/04/2011


Vous avez la phobie de l'Etat-Nation alors qu'il est un obstacle majeur à la mondialisation c'est à dire à un marché sans autre loi que la liberté de faire de l’argent quel qu’en soit le moyen .
Rêvez-vous de remplacer les logiques nationales par une logique des communautés religieuses, ethniques, culturelles? On peut le penser.

Vous vous dites "internationalistes" et vous détester la "nation" ce qui est pour le moins contradictoire.

Votre jargon pseudo révolutionnaire masque en fait votre volonté de maintenir en place l'ordre capitaliste.

Vous débitez vos théories fumeuses et votre posture de donneurs de leçons "révolutionnaires" sont bien utiles au capital (on se souvient de votre abstention lors du référendum sur le traité de
Maastricht...)


Ce jargon et vos pratiques brouillent les cartes et les esprits, ils laissent la voie libre aux pires ennemis des travailleurs ,qui détruisent les nations au profit d'une Union Européenne nouvel
empire du Capital sans foi ni loi!
Il ne s'agit pas de se replier frileusement mais de construire des solidarités entre nations plutôt que détruire celles-ci jusqu'à faire renaître les nationalismes chauvins sur fond de crise
extrême telle qu'elle s'annonce sur notre continent.(est-ce un hasard si les partis d'extrême droite gagnent en influence en France, en Hongrie, aux Pays-Bas, en Italie, en Roumanie...et ailleurs).