Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 14:42

Jeudi 24 février 2011

CGT et Front National : une mauvaise et une bonne nouvelle

 

La présence d’électeurs du FN dans la CGT n’est pas une nouveauté. La présence de militants du FN était un secret de polichinelle, depuis des années, et source de nombreuses polémiques dans nos rangs, entre ceux qui faisaient l’autruche et ne voulaient rien savoir, ceux qui niaient farouchement la réalité en certains endroits, et ceux déterminés à combattre l’extrême-droite dans nos rangs, tout simplement parce qu’ils la côtoyaient au quotidien. Un sondage réalisé il y a quelques années avait ainsi fait couler beaucoup d’encre…

 

Mais au final, quoi d’étonnant à cette présence ? Si l’on associe la collaboration de classe, le développement de la misère avec la crise et les délocalisations, les contradictions de la classe ouvrière dont le racisme, les effets dévastateurs du « Fabriquons Français », et une Confédération largement dépolitisée, on a la soupe nauséabonde où peut s’incruster les thèses du Front National. Et encore plus à l’heure de la « marinisation » de celui-ci, c'est-à-dire l’heure d’une droite extrême décomplexée, anti-libérale, nationaliste et protectionniste, prétendument aux côtés des pauvres et des prolétaires.

 

Il y a quinze ou vingt ans, ces militants existaient déjà. Nous ne parlons pas des quelques cinglés des groupuscules fachos, non, des militants FN connus, des colleurs d’affiches. Il y a eu des heurts, des tensions. On a le souvenir de réunions de syndicats sous haute tension, en présence de secrétaires fédéraux isolés dans une assemblée hostile, à quelques exceptions près…

A l’époque, on se taisait, on cachait cette maladie honteuse, on évitait à tout prix de rendre public une situation intenable. C’était ambigü : c’était à la fois une honte qui devait être cachée, et à la fois un manque de fermeté face à une vraie influence du FN dans certains secteurs de la CGT. Fallait-il les exclure ? Les accepter au nom de la démocratie et de la séparation avec la politique ? Rien n’était clair.

 

Avec la nouvelle vague de la crise, des restructurations et de l’impasse totale des réformistes impuissants face aux délocalisations dans la guerre économique mondiale, le « Fabriquons Français » reprend un peu du poil de la bête dans les secteurs les plus arriérés de la CGT, attisé par les résidus nationalistes de déçus du PC à l’ancienne, par exemple actifs dans le Nord Pas de Calais.

Sous un autre plan, la campagne Sarkozy/Hortefeux/Besson contre les sans-papiers a provoqué une polarisation dans notre syndicat. Une large majorité à soutenu la campagne de régularisation, comme on a pu le voir au 49ème Congrès, même si seule une petite minorité de militants clairvoyants s’engageait dans la bataille. Mais une polarisation, c'est toujours des deux côtés… De l’autre côté, une minorité écoute aussi les sirènes du racisme et du nationalisme propagé par le gouvernement sur le fumier de la crise, et devient à nouveau sensible aux sirènes du FN marinisé…

 

Nous publions ci-dessous une déclaration conjointe de la Fédé des Services Publics et de l’UD de la Moselle. [Mise à jour 27 février : Un article qui complète les infos ci-dessous, ICI]. 

Une mauvaise nouvelle : le renouveau de l’influence frontiste dans la CGT.

Une bonne nouvelle : cette fois, c’est public, ouvert et des sanctions sont prises. Ce n’est plus une maladie honteuse, mais un cancer à combattre à la racine, publiquement, ouvertement. Ces militants, ces adhérents n’ont rien à faire dans la CGT, c’est une évidence, et (une fois n’est pas coutume), nous nous félicitons de l’attitude des structures responsables.

 

Après, on pourrait continuer à s’interroger. La remise en cause des thèses frontistes ? Très bien. Et celles de collaboration ouverte avec le patronat, comme à Dalkia ? Et celles de corruption comme à Eurodisney, au CCAS de EdF ou dans les CE SNCF ?

C'est-à-dire, pour poser la question plus crûment. Où est la démarcation fondamentale ? Entre une CGT « démocratique » (sic !) et l’influence des thèses du FN ? Ou entre une CGT en voie de CFDTisation et une CGT de lutte de classe ?

Et encore plus fondamentalement : n’y aurait-il pas quelque part des relations entre ces deux dérives ???

 

CGT FN

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les structures
commenter cet article

commentaires

Eugène 09/03/2011 19:04


Thibault vient d'envoyer une adresse aux secrétaires généraux des structures à propos de cette affaire du FN. Ce qui montre, au moins, l'importance que la Confédération lui donne.

On la publiera très rapidement, accompagnée de quelques commentaires. Un peu de patience !


gérome 09/03/2011 17:15


Patrice, tu confonds l'appel à la manif "signé par la CGT 37" avec le "Communiqué suite à la manifestation anti-FN de Tours, le 15 janvier 2011." non signé par la CGT. On trouve le communiqué sur
différents sites dont celui de "Solidaires 37". Rien sur le site de la CGT 37 (à moins que depuis il ait été signé. Nous relayons l'étonnement de nombreux militants de la CGT. Que d'autres
organisations ne l'ai pas signé, il me semble que ce n'est pas le but du blog, même si ta question est judicieuse. salut


patrice bardet 09/03/2011 09:21


@gérome

Cela me semble un mauvais procès

La CGT37 était bien signataire de l'appel initial

http://ldh.tours.free.fr/spip.php?rubrique57


Maintenant, je connais bien des procédés soit pour ignorer la CGT quand on n'en veut plus, ou pour faire quelques chicanes et procès d'intention faisant en sorte que certains prennent leurs
distances


Je remarque que d'autres que la CGT37 n'ont pas non plus signé ce communiqué


Pourquoi ?

_________________

A propos de "sondages" forts opportuns, j'ai déjà écrit ce que j'en pensais

je remets l'extrait

"Ce « sondage » est à prendre avec les plus extrêmes précautions. - Ce "sondage" ( CSA - CISCO pour LIAISONS SOCIALES) a été réalisé auprès de 5 009 personnes. - le taux de syndicalisation des
salariés est de 8,2% (source DARES) - le nombre de syndiqués interrogés est donc 410 personnes environ - le nombre de syndiqués CGT est au mieux de 3% (chiffre optimiste) - 150 syndiqués CGT
auraient donc été "interrogés" et on en tire un "échantillon" représentatif du vote des syndiqués ? De qui se moque-t-on ? La manipulation est plus qu'évidente !!!"

_____________________


Ceci dit, il faut combattre les idées d'extrême droite dans nos syndicats, leurs propagandistes


Il est évident que l'un de nos syndiqués (dans le syndicat que j'anime) qui aurait cette attitude serait exclu, sans autre forme de procès


gérome 08/03/2011 21:52


Pourquoi la CGT n'a pas signé ce communiqué?
"Les organisations à l'initiative du contre-congrès du FN remercient les très nombreuses personnes qui ont participé pacifiquement aux différents débats sur le danger de la montée de l'extrême
droite en Europe et à la manifestation contre ses idées et ses méthodes racistes.

Elle dénoncent le déploiement disproportionné de forces de police et de gendarmerie qui ont interdit l'accès à une grande partie du centre ville à la population tourangelle.

L'utilisation de véhicules blindés légers, d'hélicoptères et le déploiement de plus de 600 hommes aura coûté à la collectivité plus de 100 000 euros... La rigueur budgétaire est visiblement
inconnue des forces répressives de l'État. L'utilisation de ces équipements et de ce déploiement a choqué les tourangelles et les tourangeaux, autant les participants que les spectateurs ou les
simples passants qui ont subi les charges...

Preuve s'il en est que le congrès du FN n'avait rien à faire à Tours, qui plus est en plein centre de notre ville, en plus de la nuisance des idées nauséabondes d'extrême droite à Tours, les
tourangeaux ont eu à subir les nuisances des gaz lacrymogènes et canons à eau utilisés par la police pour protéger le congrès du FN.

Les organisations condamnent les arrestations arbitraires et violentes (8 jours d'ITT, trauma crânien pour un gardé à vue) qui ont eu lieu à l'issue du rassemblement et des conditions dans
lesquelles elles ont été effectuées. En effet, des éléments de la BAC se sont badgés avec des autocollants SUD-PTT et SOLIDAIRES pour effectuer leurs basses besognes. Ce type de procédé, utilisé
déjà dans d'autres villes lors du mouvement contre la réforme des retraites, est
inacceptable car il porte gravement atteinte à la liberté d'opinion et de manifestation.

Nous serons particulièrement vigilants quant au respect des droits des interpelés dans la suite de la procédure.

Signataires : ATTAC 37, Alternative Libertaire 37, les Alternatifs 37, Les Amis de Demain Le Grand Soir, Comité de soutien aux 4 de Tours, Europe Ecologie-Les Verts 37, Fac Verte 37, FASE 37, FSU
37, Ligue des droits de l'Homme 37, Mouvement Français du Planning Familial 37, Nouveau Parti Anticapitaliste 37, Parti de Gauche 37, Parti Socialiste 37, RESF 37, Solidaires 37 et SUD Etudiants
37."


Bébert 25/02/2011 17:07


Si les structures syndicales mettaient leur pognon dans la solidarités avec les ouvriers tchèque ou turcs, comme l'on fait les potes de Renault au moment de la lutte de Dacia, si elles organisaient
des tournées de ces syndicalistes. Si on insistait sur le fait que les bagnoles françaises ça n'existe pas parce que les capitalistes n'ont pas de patrie. Et que pour "vivre et travailler au pays"
il faut s'unir et lutter contre sa patron et pas lui faire des courbettes sous prétexte de "concurrence internationale." Ca irait certainement mieux.
Viens dans nos quartiers de merde avec ton drapeau bleu-blanc-rouge, expliquer aux gens qu'il faut produire français, au moins ça nous fera de la distraction.
Que le racisme s'exprime à la CGT ce n'est pas une nouveauté, on y est confronté dans les tôles ou même en interpro et il faut le combattre pas faire la sourde oreille.
Mis le gars de Moselle qui vient de l'extrême-gauche soit-disant, qu'est ce qu'il y a appris mis à part qu'il faut toujours pleurer pour réclamer le renforcement de l'Etat par des nationalisation
et virer la toute petite poignée de financiers pourris qui s'en met plein les poches? Le problème il est là : personne ne comprend que le capitalisme c'est tout un système à abattre et pas une
petite clique qui s'engraisse, que l'Etat est à son service et qu'il fait donc partie du problème et pas de la solution. Que ce qu'il faut, c'est de s'unir à la base, travailleurs et chômeurs, avec
ou sans-papiers sans se cacher les problèmes qu'on vit à cause de la misère et de la destruction sociale qu'elle engendre.
On ne veut pas produire français : on ne veut plus crever au boulot ou au chômage. On veut vivre correctement dans des conditions humaines. On veut le respect et le respect ça s'impose comme le
prouvent nos camarades de Tunisie, du Maroc, d'Egypte, d'Algérie, de Lybie... On n'a pas besoin qu'une fille à papa plutôt bien vue par le patronat vienne nous "défendre", C'est ça les
fondamentaux, ils datent de Karl Marx et pas de Georges Marchais!


Pierre 24/02/2011 19:14


Précisions : le responsable en question est un ancien récent de LO qui a rejoint le FN lors de son dernier congrès et les militants de sa structure lui ont renouvelé leur confiance ... paraït-il.
Allez voir de temps en temps les sites de la droite extrême, vous avez des informations aussi.


Nicolas 24/02/2011 17:47


Article aussi lamentable que les idées du F Haine Parce que tu trouves normal d'aller fabriquer les bagnoles françaises en Tchéquie ou en Turquie. Tu ne serais pas un peu patron ou actionnaire toi
? Et s'il y a encore de vrais communistes pour s'opposer à cela comme ceux du PRCF du 62 et du 59 que tu n'ose pas nommer il faut les féliciter. La mutation a fait assez de mal à la classe ouvrière
il faut revenir aux fondamentaux