Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 09:46

Mardi 12 octobre 2010

Adresse à tous les travailleurs

 

Enfin quelque chose qui sort d'un appel incantatoire à la grève générale et à l'unité...

Enfin un appel qui s'adresse aux travailleurs eux-mêmes et pas à des dirigeants syndicaux réformistes...

Enfin un appel qui ne prépare pas sournoisement les élections de 2012...

 

Un objectif limité, avec des choses discutables certes, mais au moins une perspective différente.

Nous reproduisons cet appel qui vient de nous parvenir, et nous rendrons compte des suites de ces assemblées.


"ADRESSE A TOUS LES TRAVAILLEURS"


A l’initiative de cheminots de la Gare de l’Est et d’enseignants du 18ème, nous avons été une centaine de salariés (du rail, de l’éducation, de la poste, de pme de l’agro-alimentaire, de l’informatique…), de retraités, chômeurs, étudiants, travailleurs avec ou sans papiers, syndiqués ou non, à nous réunir le 28 septembre et le 05 octobre pour discuter des retraites et plus largement des attaques que nous subissons et des perspectives pour faire reculer ce gouvernement.

Nous avons été des millions à manifester et faire grève lors des dernières journées d’action. Le gouvernement ne recule toujours pas. Seul un mouvement de masse sera en mesure de le faire. Cette idée fait son chemin au travers des discussions autour de la grève illimitée, générale, reconductible et du blocage de l’économie…

 

La forme que le mouvement prendra est notre affaire. C’est à nous tous de le construire sur nos lieux de travail avec des comités de grève, dans nos quartiers au travers d’Assemblées Générales souveraines. Ils doivent réunir le plus largement possible la population travailleuse, coordonnés à l’échelon nationale avec des délégués élus et révocable. C’est à nous de décider des moyens d’actions, des revendications… Et à personne d’autre.

Laisser les Chérèque (CFDT), Thibault (CGT) et Cie décider à notre place, c’est se préparer à de nouvelles défaites. Chérèque est pour les 42 annuités. On ne peut pas non plus avoir confiance en Thibault qui ne revendique pas le retrait de la loi, comme nous n’oublions pas qu’en 2009 il buvait le Champagne avec Sarkozy alors que des milliers d’entre nous étaient licenciés, nous laissant nous faire battre séparément. Nous n’avons pas plus confiance dans les prétendus «  radicaux ». La radicalité de Mailly (FO) c’est de serrer la main d’Aubry en manif alors que le PS vote les 42 annuités. Quant à Sud-Solidaires, à la CNT ou l’extrême gauche (LO, NPA), ils ne nous offrent d’autres perspectives que l’unité syndicale. C’est à dire l’unité derrière ceux qui veulent négocier des reculs.

 

Si aujourd’hui, ils enfourchent le cheval de la grève reconductible, c’est surtout pour éviter de se faire déborder. Le contrôle de nos luttes sert de monnaie d’échange pour être admis à la table des négociations… pourquoi ? Pour, comme il est écrit dans la lettre signée par sept organisations syndicales de la CFTC à Solidaire, « faire entendre le point de vue des organisations syndicales dans la perspective de définir un ensemble de mesures justes et efficaces pour assurer la pérennité du système de retraites par répartition. » Peux-t-on croire un instant qu’il peut y avoir une entente possible avec les casseurs de nos retraites depuis 1993, avec ceux qui ont entrepris la démolition méthodique de nos conditions de vie et de travail ?

 

La seule unité capable de faire reculer ce gouvernement et les classes dirigeantes, c’est de s’unir public et privé, salariés et chômeurs, retraités et jeunes, travailleurs avec ou sans papiers, syndiqués ou non, à la base dans des AG communes et en contrôlant nous même nos luttes.

 

Nous pensons que le retrait de la loi sur les retraites est l’exigence minimale. Cela ne saurait suffire. Des centaines de milliers de vieux travailleurs survivent déjà avec moins de 700 euros par mois, pendant que des centaines de milliers de jeunes vivotent avec le RSA, quand ils l’ont, faute de travail. Pour des millions d’entre nous, le problème cruciale c’est déjà de pouvoir manger, se loger et se soigner. De cela nous ne voulons pas.

 

Oui, les attaques contre les retraites sont l’arbre qui cache la forêt. Depuis le début de la crise, les classes dirigeantes avec l’aide de l’Etat jettent à la rue des centaines de milliers de travailleurs, suppriment des milliers de postes dans les services publics. Et nous n’en sommes qu’au début. La crise continue et les attaques contre nous vont devenir de plus en plus violentes.

 

Pour faire face, nous ne devons surtout pas avoir confiance dans les partis de la gauche (PS, PCF, PG …). Ils ont toujours gérés loyalement les affaires de la bourgeoisie en ne remettant jamais en cause la propriété privée industrielle et financière ainsi que la grande propriété foncière. D’ailleurs en Espagne comme en Grèce, c’est la gauche au pouvoir qui organise l’offensive du capital contre les travailleurs. Pour nos retraites, la santé, l’éducation, les transports et pour ne pas crever de faim, les travailleurs devront accaparer les richesses produites pour subvenir à leur besoin.

 

Dans cette lutte, nous ne devons pas apparaître comme défendant des intérêts catégoriels mais ceux de toute la population travailleuse, y compris les petits paysans, marins-pêcheurs, petits artisans, petits boutiquiers, qui est jetée dans la misère avec la crise du capitalisme. Nous devons les entraîner et nous mettre à la tête de toutes les luttes pour mieux nous en prendre au Capital.

 

Que nous soyons salariés, chômeurs, précaires, travailleurs sans papiers, et cela quelque soit notre nationalité, c’est toute la population travailleuse qui est dans le même bateau.

 

Rendez-vous pour en discuter en AG interprofessionnelle
Mardi 12 octobre à 18h et le Mercredi 13 octobre à 17h
Bourse du travail, métro République

 

Des travailleurs et précaires de l’AG interpro de la Gare de l’Est

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Retraites
commenter cet article

commentaires

oppong 20/10/2010 10:18


Tu montres un bel exemple de ce que représente la lutte à la CNT, venir filer un coup de main aux actions décidées par les UD CGT (légalistes dans 95% des cas). Reconnais que ça tranche carrément
avec votre discours "radical". Le problème c'est qu'il y a un certain nombre de jeunes chez vous qui joignent le geste à la parole et partent dans des "actions-suicide" individuelles. Mais bon
c'est pas tellement de ça que je parlais, on sait que la majorité à la CNT sont profs, et je n'ai fait que constater que comme en 2006, ils sont absents des blocages de bahuts et laissent leurs
élèves se démerder seuls face aux menaces des proviseurs et des autres profs.

Et si vous avez rien d'autre à proposer que le CGT, autant y adhéré après avoir dissous votre syndicat.


Philippe 19/10/2010 19:20


Et ca c'est quoi oppong ???. C'est pas la cnt dans la lutte peut-être ???
Lelien ici : http://www.cnt-f.org/59-62/2010/10/video-manifestations-occupations-piquets-de-greve-la-cnt-dans-laction/


Montavon 19/10/2010 14:34


Allez y continuer ,nous allons droit à la faillite,MR Thibaud lui toucher son salaire en entier ,mais les ouvriers combien de jours en moins auront ils sur leur bulletin de salaire.Je ne sais pas
si toutes ces personnes sont descendues dans la rue en 1981 lorsque MR Mauroy premier ministre à geler les salaires.Attendons la suite .


Xuan 17/10/2010 11:10


Je relève cette très pertinente remarque dans l’adresse
.
« Pour faire face, nous ne devons surtout pas avoir confiance dans les partis de la gauche (PS, PCF, PG …). Ils ont toujours gérés loyalement les affaires de la bourgeoisie en ne remettant jamais
en cause la propriété privée industrielle et financière ainsi que la grande propriété foncière. »

Remarque illustrée ci-dessous dans cette « proposition » scandaleuse du P « C »F et commentée par mes soins :


Touchez pas au grisbi !

Les Allobroges du 7 octobre 2010 publie un article de l’économiste et Membre du Conseil National du PCF Jean Marc DURAND sous le titre

« RETRAITE : NOUS NE LÂCHERONS RIEN ! »

http://www.pcfdrome.fr/spip.php?article2023#forum566


On y lit :
« - Supprimer les exonérations de cotisations patronales (33 milliards d’Euros en 2009) ;
- Utiliser ces 33 milliards pour mobiliser le crédit bancaire en direction du développement de l’emploi, de la formation et des salaires ce qui, permettrait d’accroître la base de la
répartition.
De la sorte, seraient garantis un véritable droit à la retraite à 60 ans et à taux plein pour tous, l'égalité des femmes devant ce droit et pour les jeunes, un avenir autre que la précarité
aujourd’hui et la misère en fin de vie demain. »

Or ces prétendues cotisations "patronales" font partie intégrante de nos salaires. Les 33 milliards détournés par le patronat et l'Etat c’est nos salaires différés, c'est nos retraites précisément
!

Il s’agit ni plus ni moins que de les réinvestir dans les entreprises , au prétexte que cet argent échapperait ainsi à la « finance ».

Voilà une mesure aussi révolutionnaire que celle prise en 1948 en Allemagne de financer pour partie les entreprises par le réinvestissement interne des fonds de retraite de leurs salariés sous la
couverture d’un fonds d’assurance.

Evidemment cet argent n’échappera nullement à la finance. Le ferait-il qu’il ne servirait qu’à extorquer sur le dos de la classe ouvrière le profit capitaliste, qui est la base même du capitalisme
financier.

(les effets de levier, et autre martingales des traders ne font que déplacer les portefeuilles de gilet, et les bulles financières ne créent pas de valeur mais déprécient d’autant la valeur de la
monnaie par rapport à la valeur des marchandises créées.)

Les révisionnistes prétendent inventer un capitalisme autonome de la finance, à l'insu du plein gré des actionnaires.

Seul problème, la propriété des moyens de production est sacrée dans le système. Par conséquent pour le socialisme sans effort c'est cuit.

Touchez pas au grisbi les révisos, et qu’on rende aux salariés ce qui appartient aux salariés !

[article publié ici : http://humaniterouge.alloforum.com/touchez-grisbi-revisos-t3113-1.html]


jopaselu 14/10/2010 20:51


Clode,
Tu n'as rien compris et je m'aperçois malheureusement que nous n'avancerons jamais avec des gens comme qui toi qui ne rêve qu'au seul grand soir ! Désobéir collectivement est possible et
nécessaire, c'est le meilleur moyen de mettre à mal l'économie, de frapper au coeur le patronat. La grève générale, c'est un moyen d'action certes mais quand ? Personne n'en veut ! Cherchons autre
chose à la base, et nous n'avons pas besoin des leaders syndicaus, ni de certains de leur représentants pour agir . Ghandi a fait tomber l'empire britannique, martin Luther KIng a ébranlé les USA,
Mandela a battu en brêche l'apartheid des afrikaaners ! Et comment ? Par des grandes actions de désobéissance !!! Et oui ! Aujourd'hui nous sommes quelques individus à la pratiquer et ça fait mal
aux patrons déjà, alors si elle était lancé collectivement... Tu imagines ce que cela donnerait !


oppong 14/10/2010 18:38


@Philippe: je vais parler de ce que je connais

Déjà pour les caisses de grève online, il y en a déjà, par exemple: http://solidarites.soutiens.org/

En ce qui concerne le NPA, et là je parle pour Avignon (2 comités ennemis depuis l'affaire "Ilham"), les 2 tendances du NPA en tant que telles sont totalement absentes de la lutte, ils sont justes
visibles pendant les manifs. Personne chez les cheminots, personne pour soutenir les lycéens.

Quant aux profs SUD ou CNT, s'ils soutenaient les lycéens en grève depuis une semaine on s'en serait aperçus. Nulle part j'ai entendu dire que ces profs aidaient les lycéens à bloquer le bahut,
avec le soutien de leur syndicat...

Certes le discours de SUD et de la CNT est plus radical, mais dans les faits ils sont totalement absents de la lutte comme les autres...


Philippe 14/10/2010 14:49


rebonjour, je pense qu'il faudrait mettre des "caisse de grêve" en ligne par internet pour soutenir aussi les grevistes car s'il faut toucher les Capitalistes au porte-monnaie et c'est évident cela
, il faut aider nos grevistes qui se battent courageusement (malgré les turpitudes de Thibault et de Chèreque ou de Mailly) il faut les soutenirs financièrement en envoyant des petits ou gros
chèques aux Unions Locales ou bien mettre en place des "caisses de grêve en ligne" comme je le disais plus haut pour pouvoir payer par carte bleu et là cela serait aussi une trés grande aide aux
copains Cheminots ou des Raffineries et de la Chimie !.
Notre site web sans ostracisme : http://npatroyesaube.canalblog.com/


Metallo 13/10/2010 21:38


OK! commençons d'abord par désobéir aux initiatives des cadres des boites et des syndicats, Ouvriers prenons notre destin en main, la seule chose que craint véritablement la bourgeoisie c'est
l'arrêt de la production des richesses. Tout le reste n'est que fariboles pour amuser la galerie...


philippe 13/10/2010 21:27


Je ne suis pas d'accord avec ce texte car je pense que la CNT "anarchiste" ne veulent pas négocier alors que ce texte affirme le contraire et donc c'est faux et quands à SUD"solidaires"; il me
semble aussi qu'il rejette tout en bloc et là encore pourquoi mentir comme dans ce texte et mettre tout le monde dans le même sac ???.
Pour la CFDT,FSU, UNSA,la CGT,CFTC et même FO je suis d'accords sur l'analyse de fond mais de grace ne mettez pas SUD ni et encore moins la CNT car sur leur écrits ils le disent haut et fort "rien
à négocier" avec le Patronat et donc cette analyse mériterait une lecture plus juste et plus précise et pas être écrite à la va vite et à l'emporte-pièce et beaucoup trop rapidement à mon avis.
Notre site web sans ostracisme pour aucune organisation : http://npatroyesaube.canalblog.com/


Clode 13/10/2010 16:55


Dans ma boite nous sommes 160 syndiqués. 1/3 est venu aux manifs le reste à du faire le jardin ou les tapisseries. et c'est comme ça dans toutes les boites. Alors nous pouvons considérer le nombre
de grévistes bien plus haut.


Clode 13/10/2010 16:51


@jopaselu
Tu t'es avancé seul donc ton boss t'a bloqué. Ne pas confondre ton cas personnel avec un mouvement de grande ampleur. faire des actions chacun dans son coin n'a jamais rien donné d'efficace. Il
faut politiser ce mouvement. il y a longtemps que nous somme prêt à une grève générale. Je suis d'accord sur ce que dit FO (pour une fois!) même si nous savons tous que c'est des effets de manches,
comme à leur habitudes. La surenchère ils connaissent. Thibault" le "partenaire social" de ce GTV devrait rendre sa carte.


Clode 13/10/2010 16:41


Thibault
Il devrait prendre une carte à la CFDT. Pas un journaliste n'a réussi à lui faire dire Grève illimité ou grève Générale. Il va se faire déborder par sa base.


jopaselu 13/10/2010 08:35


Oui, mais c'est un peu court et trop faible pour déclencher un mouvement d'ampleur. Les quelques corporations en grève reconductible aujourd'hui sont pour la plupart des services publics (moi même
je suis à la SNCF). Nous ne pouvons pas faire la grève par procuration du privé. Avec un Thibault qui dit encore hier soir que la grève générale n'est pas une fin en soit !.... On va droit dans le
mur !
Pour ma part, je suis partisan d'un grand mouvement de désobéissance civique non violent, un grand mouvement de désorganisation totale de l'économie qui vise le patronat au coeur (l'argent !).
Partout, il faut s'organiser pour refuser, désorganiser, désobéir collectivement... Ca marche bien plus que la grève. Patronat et gouvernement n'acceptent pas cette forme d'action car ils savent
que c'est la forme d'action la plus difficile à maîtriser pour eux et que cette action les touche au plus profond. Je sais de quoi je parle, en tant que cadre j'ai désobéi plusieurs fois, cela m'a
valu un blocage dans mon déroulement de carrière depuis plus de 10 ans et des sanctions (la dernière 3 jours de mise à pied ferme). Pourquoi ? parce que cela désorganise le travail, leur fait
perdre de l'argent, en plus c'est très populaire !
Alors, entrons tous en désobéissance civique.