Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 19:59
Mardi 8 septembre 2009
Appel du syndicat CGT Mac Cormick : "Il faut passer de colère de classe à la conscience politique de classe !"

Nous avons reçu cet appel, un de plus pourront penser certains. Mais une fois de plus la marque qu'il faut s'organiser de manière indépendante, que nous n'avons rien à attendre des experts réformistes négociateurs de tous poils. En ce moment, les initiatives fleurissent un peu partout.
Il est temps de nous retrouver. Il est temps de nous organiser. Marx disait en 1864 pour le congrès de l'Alliance Internationale du Travail : "Le nombre ne pèse dans la balance que s'il est uni par l'association et guidé par le savoir". A méditer !


Syndicat CGT McCormick Saint-Dizier
COLLECTIF DE RESISTANCE OUVRIERE


Camarades ouvriers de toute la France,

En six mois  plus de quatre cents milles travailleurs sont licenciés dans notre pays pour « cause économique », dont une grande partie dans l’industrie. La moissonneuse-batteuse du capitalisme en faillite nous fauche comme du blé : licenciements partiels ou fermetures totales, mis en chômage partiel, pressions pour accepter la baisse des salaires (chez McCormick pas d’augmentation de salaire depuis plusieurs années ainsi que la  diminution de la prime de vacances)…

Et ce n’est qu’un début ! La crevaison de la bulle financière spéculative mondiale a révélé la surproduction gigantesque dans l’automobile et ailleurs. Les patrons profitent de la crise pour licencier le maximum, par anticipation, afin de constituer des réserves, souvent pour délocaliser. « Privatisation des profits, socialisation des pertes ». C’est un véritable tsunami. Et ils veulent nous faire payer la panne de cette effroyable anarchie capitaliste mondiale pour nous enlever le seul droit digne de  ce nom que nous avons dans le capitalisme :
le droit au travail !

Beaucoup d’entre vous ont déjà fait entendre le cri de leur colère, mais la colère ne suffit pas. Le cynisme du capitalisme international et de leurs gouvernements est insensible à la détresse humaine,  ils ne connaissent que le langage du rapport de force. Nous avons déjà perdu des dizaines de luttes locales et il est grand temps de sortir des limites étriquées de l’entreprise.

Ce qu’ont fait les 1120 ouvriers de Continental ou Goodyear, ils n’ont pas pu empêcher la fermeture de l’usine, mais ils ont gagné en somme exceptionnelle (subsides). Leur détermination impose à tous : « il y a quatre mois on était des moutons, ils ont faits de nous des lions ». Ils sont la preuve vivante que seul le courage, l’unité dans le combat et l’hardiesse paient.

Il faut passer de colère de classe à la conscience politique de classe !

Face à la gravité de la situation sociale et aux licenciements, face au culot et au mépris du gouvernement et de la classe politique, il faut une réaction puissante et massive.
Ce n’est pas avec quelques manifestations  ponctuelles que nous aurons une chance de les faire fléchir, mais bien en recherchant le blocage général.

C’est pourquoi il faut nous unir et ne plus rester chacun dans son usine ou dans sa ville.
Ce n’est qu’en nous groupant et en organisant nous-même la riposte que nous pouvons espérer gagner !

Nous, salariés d’entreprises qui sont ou seront licenciés, chômeurs ou en passe de l’être, révoltés par l’injustice qui nous est faite et par l’absence de morale de nos patrons comme de nos dirigeants politique, nous devons  nous rassembler pour agir.

Nous lançons donc l’idée de créer un collectif de résistance, qui vise à rassembler tous ceux qui veulent  lutter.
Le syndicat CGT McCormick s’inscrit pleinement dans cette démarche.
Notre collectif, nous le voulons indépendant afin de décider nous mêmes de nos actions et de la façon de les mener.

Notre but : organiser des actions fortes et visibles qui redonnent confiance aux travailleurs de ce pays, et leur donnent envie de rejoindre le mouvement, de l’amplifier et de le généraliser.
Le pire serait de ne rien faire ! Le patronat et le gouvernement sont nos seuls adversaires et qu’ils ne comprennent qu’un seul langage : celui du rapport de force !

Une action est prévue jeudi 17 septembre 2009 à la Bourse de PARIS (lieu ou toutes les spéculations boursières décide le droit de vie ou de mort d’une entreprise). Continental, Goodyear, les fédérations CGT de la chimie et de la métallurgie, Sodetal Ellat Ebrex, Rocamat et bien d’autres usines de France seront présentes.
L’usine McCormick qui sera en chômage partiel doit y participer, il est donc nécessaire qu’un maximum de salariés viennent à cette manifestation.

Un bus est prévu au départ de Saint-Dizier, inscrivez-vous auprès de vos délégués CGT du secteur pour le mardi 15 septembre dernier délai. (Les modalités ainsi que l’heure de départ seront communiqués ultérieurement.)

Ne laissons pas cette initiative devenir  une énième date sans lendemain. Faisons en une véritable mobilisation combative, tremplin de la mobilisation générale.

Saint-Dizier le 9 septembre 2009

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Syndicalisme de classe
commenter cet article

commentaires