Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 05:35
Mercredi 27 mai 2009
Pour une manifestation nationale pour l'emploi !


Journée d'action nous ont-ils vendu pour ce 26 mai.
Nous n'allons pas avoir ici la cruauté de revenir sur
le débat sur les journées d'action bidon que nous avons eu à propos d'une précédente journée d'action de l'automobile : on ne tire pas sur une ambulance.
Nous avons tenté de
recenser ce qui s'est fait hier. Franchement, à part une légère grève à la SNCF qui rend les choses un peu visibles,  c'est moins que rien... "L'objectif n'est pas de donner à cette initiative un caractère visible, mais de rechercher l'enracinement et la territorialisation du mouvement", assure la dirigeante de la CGT Maryse Dumas. Ouf, si jamais la colère des travailleurs avait pu se voir !
Comme l'a dit un commentaire sur un autre site, "Les formidables mobilisations se transforment en appel discret à des actions symboliques sans efficacité réelle !". Fermez le ban. Jusqu'à quand les syndicalistes de classe vont-ils relayer ces comédies ?
Comme l'a dit hier matin Pierre Rosanvallon à la radio, spécialiste du syndicalisme recentré, "il est peut-être temps d'imaginer d'autres formes d'action que le rapport de forces". On y reviendra, mais la Confédération ne dit pas autre chose pour le Congrès !

Revenons à une autre actualité présente, celle qui avait été oubliée et
ressurgit brutalement sous les feux de la rampe, des milliers de licenciements supplémentaires à la clé.
Caterpillar :
600 licenciements validés, présentés comme une victoire, puisqu'inférieurs aux 733 initialement prévus, et en plus un accord sur l'aménagement du temps de travail !
Molex :
annulation du plan social pour défaut de consultation, redémarrage de la procédure.
Continental : négociations en Allemagne,
les salaires seraient maintenus jusqu'à fin 2011, mais l'usine bien fermée.
SONAS : Après le TGI à Guéret mercredi dernier, suspension de la grève à la Souterraine, poursuite à Beaucourt et Saint-Nicolas, c'est
la pression des repreneurs qui impose son rythme.
Goodyear : La direction
annonce hier 26 mai en CCE l'arrêt de la production de pneus tourisme sur le site Amiens Nord, avec le cortège de licenciements qu'on peut imaginer.
C'est à dire que les luttes pour l'emploi se poursuivent partout, éparpillées, chacun pour soi, en tentant d'arracher le maximum dans les conditions locales, c'est à dire difficiles. Et avec des résultats maigres... et des centaines, des milliers de chômeurs supplémentaires.
Quel rapport de forces quelques centaines d'ouvriers peuvent-ils construire ici ou là face aux lois du capital, au marché, à la guerre économique mondiale, à la concurrence, aux délocalisations ?

Nous  parlons journée d'action bidon.
Mais nous avons le souvenir de journées de lutte qui n'étaient pas du tout bidon ! Journées de "Tous ensemble" qui ont permis de renforcer la mobilisation de chacun, de construire le rapport de forces face au patronat et au gouvernement. Et donc de renforcer la lutte de chacun, en marchant vers une véritable offensive pour les faire plier.
Nous avons le souvenir de la journée au
Mondial de l'Automobile, le 8 octobre dernier.
Nous avons aussi le souvenir de la manifestation pour l'emploi du 9 juin 2001, appelée par les syndicats de Lu-Danone, de AOL et de Marks et Spencer. Manifestation qui a réunis 20 000 personnes en colère, et pourtant sans appui des confédérations...
Comment se fait-il qu'aujourd'hui chacun reste dans son coin ? Comment se fait-il que tous les partisans du "Tous ensemble" ne travaillent pas à une énorme MARCHE NATIONALE POUR L'EMPLOI sur Paris, vers le gouvernement et le Medef ?
Imagine-t-on l'impact de dizaines de milliers d'ouvriers dans la rue, banderoles en tête, de Caterpillar, Goodyear, Continental, Molex, SONAS, Plastic Omnium, Valeo, Wagon, Lear, Faurecia, SBFM, Renault, PSA, Ford et GM, Freescale, Altis, EDA et bien d'autres ? Voilà un sens véritable au "Tous ensemble", tous ensemble contre la loi du capital, tous ensemble pour l'intérêt ouvrier. Nous remettons ci-dessous la carte des licenciements de Mediapart, juste pour rafraîchir la mémoire des distraits.
Aujourd'hui, il nous faut tous populariser cette

Marche Nationale pour l'emploi

qui peut parfaitement se faire avant l'été, il n'est pas trop tard !
Nous n'allons pas éternellement pleurer sur les refus des confédérations d'organiser cette lutte commune. Il est temps pour nous tous de prendre nos affaires en main, sans attendre un quelconque "sauveur suprême". Alors partout dans les grèves, dans les entreprises, popularisons cette idée pour la faire prendre racine, pour qu'elle s'impose comme une nécessité, autrement plus riche, efficace et combattive que les prétendues journées bidon qu'on va nous resservir !

Tous ensemble on est plus forts !
Marchons sur le MEDEF et le Ministère de l'Economie !
Zéro licenciement !
Travailler tous, travailler moins, travailler autrement !
Cette crise n'est pas la nôtre, nous n'en serons pas la chair à canon !

Afficher Mediapart : la carte de la crise sociale! sur une carte plus grande

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

Thierry 03/06/2009 19:01

le Poi n'a pas le souci de l'unité ?? comment qualifier tous les courriers envoyés aux soi-disants(je vais encore me faire des amis !!) partis représentant la classe ouvrière leur demandant des rencontres pour ENFIN organiser cette fameuse marche unie pour interdire les licenciements , et qui pour certains sont restés sans réponse !! qui a le souci de l'unité et qui ne l'a pas ?!?
manque d'information? mais camarade, quand on veut se tenir au courant de ce qui se passe on s'en donne les moyens! nous ne sommes plus à l'age de pierre! il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...
pour finir, concernant thibault et sa clique et de la division effectivement ils s'en nourrissent mais recherchons les vrais responsables de cette division et ne caillassons pas les acteurs de l'unite.....

Tophe 31/05/2009 21:14

Eugène a dit "La fameuse manifestation pour l'interdiction des licenciements, c'est pas tout à fait la même chose. C'est un truc du POI, très marqué et pas du tout unitaire... Et en plus complètement mélangé avec l'Europe etc. J'ai regardé les vidéos sur Dailymotion, c'est assez clair !"

Justement, je trouve l'explication du camarade du blog pas tout à fait clair. Ca veut dire quoi ce n'est pas tout à fait la même chose? Ne serait-ce pas la concurrence entre les militants du blog et celle de la bande à Marquiset (du POI)?

Décidément, vous ne voulez pas l'unité des travailleurs dans les 2 camps. Vous êtes dans votre paroisse Maoiste ou Lambertiste et point barre.

Comme je l'ai déjà dit ici, Thibault et sa clique ont des beaux jours devant eux. Car pour ce qui est de l'opposition de classe, c'est la division.

Amicalement.

Eugène 01/06/2009 06:55


C'est la division, c'est tout à fait sûr. Et nous avons de notre côté tout fait pour tenter de regrouper les forces dispersées, y compris avec "La CGT n'est-elle pas en danger ?".
Ce qui est aussi tout à fait sûr, c'est que c'est la confusion. La notion "d'opposition de classe" elle-même mérite discussion... Car il ne s'agit pas de paroisse. Nous l'avons dit souvent :
il y a ceux qui pensent qu'en face ce sont "des amis qui se trompent", qu'on pourrait en quelque sorte les convaincre, ou les forcer, ou les deux, de revenir sur le droit chemin, et il y a ceux
(comme nous) qui pensent que ce sont des "ennemis qui se cachent", qu'il faut au contraire démasquer.

L'unité n'existe que sur un contenu. Il ne sert à rien de réclamer l'unité, si on ne précise pas sur quoi. C'est pareil d'ailleurs quand les travailleurs réclament l'unité avec les autres
syndicats... Nous disons depuis le début sur le blog que l'unité doit se construire par l'action commune et le débat en commun. Se mettre d'accord sur une démarche, sur quelques revendications
fondamentales de base, s'unifier quoi. Mais l'unité ne se construit pas tout seuls.
Concernant l'initiative du POI (sans même rentrer dans le contenu), encore eut-il fallu qu'ils aient le souci de l'unité, d'informer, d'associer. Et nous n'avons, de notre côté, découvert leur
initiative que récemment...

Pour finir, sur ta conclusion tu as parfaitement raison : "Thibault et sa clique ont des beaux jours devant eux. Car pour ce qui est de l'opposition de classe, c'est la division"


Thierry 30/05/2009 21:45

www.parti-ouvrier-independant.com, pour ceux qui seraient eventuellement interessés par l'expression "lutte de classe" ou qui auraient des doutes sur ce que peut organiser un parti tourné essentiellement vers les intérets des travailleurs....ça change des "politicards de gauche" !

Thierry 30/05/2009 21:29

Réponse à eugene

La marche unie sur paris pour interdire les licenciements est effectivement une initiative du POI ….mais où est le problème ?? Un parti de gauche qui à le mérite de tout faire pour unifier la lutte n’est pas critiquable car à part eux, qui agit dans ce sens ???
Tu écris « …et en plus complétement mélangé avec l’europe » là je ne comprends pas , ou alors nous n’avons pas vu la même vidéo du meeting de paris sur dailymotion !!! en effet étaient présents des représentants ouvriers allemands ,espagnols, roumains etc….mais qu’est-ce qui te gêne dans tout ça ?? de quelle europe parles tu, celle de maastricht ou celle de l’unité des peuples d’europe pour la defense commune de leurs droits et de leurs revendications contre l’union européenne ??? je crois que tu mélanges tout camarade !!
Je me dois de te rappeler la présence lors de ce meeting d’un syndicaliste de chez Caterpillar de grenoble ; réecoutes bien ses paroles , ça prend aux tripes et lui aussi sait de quoi il parle…

Quand à « l’illusion » de l’interdiction des licenciements tu as raison…..laissons faire le capital , laissons circuler les millions d’euros destinés à la spéculation qui serviront eux même à virer des centaines de milliers de travailleurs, vive la crise !
Je pense que le puissant moteur auquel tu te réfères existe déjà dans la démarche de tous les camarades associés à la marche unis sur paris, pour moi c’est ça une démarche de classe !

pj49 30/05/2009 10:26

A l'adresse de Thierry;
J'aimerais en savoir plus sur ces centaines de comités car, à Angers en tout cas, zéro patate; évidemment, si c'est encore une manoeuvre des politicards de gauche...
Sur le fond, déjà qu'une marche pour l'emploi me semble fort ambigüe, l'interdiction des licenciements me semble franchement de la tromperie démago. sans parler évidemment de cette "valeur travail" réac qui la sous tend... et ce, pour deux raisons:
- Faire croire que le capitalisme peut fonctionner sans licenciements relève du mensonge qui a alimenté le fonds de commerce qui a fait les beaux jours des idéalistes d'Attac.
- C'est renforcer l'illusion réformiste d'un Etat au dessus des classes qui serait capable de servir les intérêts prolétaires comme il a servi les intérêts capitalistes; décidèment si la CGT se CFDTise, l'ex-LCR continue sa social-démocratisation; encore un effort, camarades et vous l'aurez la place du PS! -pj49-

Eugène 30/05/2009 10:47


Je complète le point de vue de pj49
La fameuse manifestation pour l'interdiction des licenciements, c'est pas tout à fait la même chose. C'est un truc du POI, très marqué et pas du tout unitaire... Et en plus complètement mélangé
avec l'Europe etc. J'ai regardé les vidéos sur Dailymotion, c'est assez clair !

Alors que ce que propose l'article c'est pas ça. C'est une manifestation de lutte de classe, par les premiers concernés, les ouvriers et les syndicats des boîtes en lutte. Comme en 2001 avec les Lu
Danone, et les autres.
Manifestation impulsée par les syndicalistes de classe, les ouvriers en lutte. Après, à chacun d'y donner un contenu ! J'arrive même pas à comprendre pourquoi ça se fait pas. D'ailleurs, je crois
que Besancenot il l'avait proposé, il s'est fait rentrer dans le chou par les syndicats, depuis c'est oublié ? En tous les cas, la rencontre Goodyear/Continental à Amiens Mardi est un premier
pas.

Sinon, tout à fait d'accord sur l'illusion de "l'interdiction" des licenciements.
Mais je ne comprends pas pourquoi une marche pour l'emploi serait "ambigüe" si elle se mène sur une démarche de classe. Au contraire ! Ce serait un puissant moteur et encouragement pour tous les
camarades !
Sinon, à suivre le raisonnement, on risque fort de se paralyser totalement sur la lutte ouvrière, puisque, finalement, sur n'importe quelle question (péniblité, salaire, précarité, etc.) on se
heurte au capitalisme et à ses règles de fond. La question ce n'est pas de trouver la recette miracle, mais de créer les meilleures conditions pour construire l'unité de classe, non ?


Elodie 29/05/2009 11:43

Camarades,

On est nombreux je pense dans ce cas. On n'en peut plus d'attendre. On en crève. Donnez de plus amples nouvelles et détails si possible par régions, de ce que vous organisez-

Vous pouvez ajouter les 2500 salariés du notariat virés depuis novembre 2008 - personne n'en parle, on meurt lentement - on en prévoit carrément moins 10.000 postes d'ici mi - 2010... Sur une population salariale active de 48000 salariés c'est très très lourd.

Sans parler de l'attaque du patronat contre notre caisse de retraite (CRPCEN)- environ 50.000 retraités qui risquent purement et simplement de perdre ce à quoi ils ont droit de par leurs cotisations pendant 25 ou 30 ans parfois...

SOS.

Je suis déléguée syndicale CGT et c'est TRES TRES DUR.

Fraternellement

Ps: Comment expliquer quel es "Conti" sont venus manifester hier à Paris et que les syndiqués CGT de Paris n'en aient pas été avertis pour pouvoir leur apporter la solidarité active interpro qui est la base d'une lutte des classes efficaces? Qqu'un a des infos? Une idée?

Eugène 30/05/2009 10:16


Dans l'immédiat, c'est TOUS A AMIENS Mardi 2 Juin, avec les Goodyear et les Continental !


Thierry 27/05/2009 18:23

vous proposez une marche unie pour l'emploi alors que partout, au travers de centaines de comités en france, se prepare une marche unie sur paris pour interdire les licenciements.( comités comprenant entre autre
des militants de pratiquement toutes les forces de gauche du pays ) pourquoi ne pas unir tous les travailleurs sur cette initiative ? A l'image des greves à répétitions qui ne mènent à rien (si j'ai bien saisi vos differentes contributions ) ne croyez vous pas que votre souhait de manifester pour l'emploi est un élément de division et de dispersion de la lutte ?