Le fil de Voie Prolétarienne

22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 17:02
Lundi 23 mars 2009
Automobile : coordonner les luttes à l'échelle internationale

Une version tract de cet article pour diffusion dans toutes les luttes, tous les rassemblements de l'automobile, comme par exemple le 4 avril à Lorient.
Fichier hébergé par Archive-Host.com La crise du capitalisme s'étend, jour après jour. Ce sont des dizaines de milliers d'emplois qui sont aujourd'hui dans la ligne de mire, pour la France seulement. Et des centaines de milliers sur toute la planète.

Depuis l'automne dernier, les manifestations se succèdent dans ce secteur industriel traditionnel, ce secteur ouvrier, où sont concentrés jusqu'à la caricature les horreurs de l'exploitation capitaliste :
  • - horaires déments, fatigue permanente
  • - salaires de misère
  • - précarité, sous-traitance, intérim
  • - chômage partiel, flexibilité
  • - pénibilité, charge de travail, destruction physique
avec leur cortège de conséquences sur la vie de famille et la vie sociale, les enfants, le couple, le simple fait de pouvoir "exister" un tout petit peu hors de la chaîne et de la machine.
Luttes dans les grands groupes de l'automobile, PSA Aulnay, Rennes ou Sochaux, Renault Cléon, Sandouville, Douai, Maubeuge ou Le Mans, GM Strasbourg, Ford Bordeaux
et ailleurs...
Luttes chez les équipementiers et les sous-traitants, Goodyear Amiens au permier chef, symbole de la résistance aux restructurations où la CGT vient d'être largement confortée par le résultat massif des élections (85% au permier collège !!!), SBFM à Hennebont (56), Molex dans le Tarn, Valeo à Issoire ou ailleurs, Sevelnord ou Wagon Automotive, Plastic Omnium, Faurecia, Magnetto, Lear, SONAS, aujourd'hui Continental et on en passe...
Luttes avec de nombreuses manifestations régionales, à Strasbourg, Le Havre, Douai, Bordeaux... et bien sur la manifestation historique, énorme, au Mondial de l'Automobile en octobre dernier...

Pourtant, les luttes restent parcellisées, locales, au mieux régionales.
La crise est mondiale, la discussion porte sur les délocalisations, au premier chef dans les pays de l'Est. On ne parle que politique mondiale, fermeture d'usines, concurrence entre sites, entre travailleurs.
Et la risposte resterait locale, voire nationale, au gré d'un "plan de relance", d'un rapport de force temporaire ?
Ce n'est tout simplement plus crédible, nous le savons tous, et le silence des directions syndicales est un aveu : elles n'ont rien à proposer.


Or, depuis des années, des contacts existent, locaux déjà. Les camarades de Sandouville ont soutenu la grève de Dacia en Roumanie. La grève de Ford en Russie a été largement popularisée, comme récemment l'assassinat de deux camarades au Venezuela.
Il est temps de changer de braquet.
Depuis plusieurs années se déroule un Conseil International des Travailleurs de l'Automobile. Tous les deux ans, ce sont  plusieurs centaines d'ouvriers venus de tous les continents, des russes, des brésiliens, philippins ou coréens, allemands, français ou espagnols, de toutes les entreprises, qui se retrouvent pour échanger, pour construire l'unité internationale des prolétaires, la coordination des luttes face à la mondialisation. La dernière rencontre a eu lieu en mai 2007, et avait en particulier donné lieu à la réalisation d'une Charte internationale de solidarité des travailleurs de General Motors.

Le blog "Où va la CGT ?" va cette fois s'investir largement dans la rencontre du 15 au 18 octobre 2009, qui, précisons-le pour les inquiets, n'a aucune obédience particulière et revendique son autonomie. Dès à présent, nous invitons tous les camarades intéressés à prendre contact avec nous, déjà pour avoir plus d'information, ensuite pour envisager une  présence à cette conférence ou au moins une participation à distance.
Camarades, il n'y a pas tant d'occasions que cela de retrouver des militants ouvriers de l'automobile de tous les pays du monde. L'internationalisme n'est pas qu'une formule, cela doit être du concret, du réel. Du lourd.


Une réunion de préparation aura lieu

Dimanche 29 mars - de 15h à 18h
à la Bourse du Travail de Saint-Ouen (93) voir le plan ICI

Nous en reparlerons !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Syndicalisme de classe
commenter cet article

commentaires

comte andré 23/03/2009

1 er avril 2009, Journee internationale de la lutte pour les droits des travailleurs et contre l’exploitation
18 February 2009
Le 1er avril, mobilisation internationale des travailleurs et des forces progressistes du monde, exigeant le paiement de la crise par ceux qui l’ont généré et non pas par les travailleurs et les peuples qui sont victimes du néolibéralisme. La Fédération Syndicale Mondiale -FSM- lance un appel auprès du mouvement syndical et des organisations progressistes du monde de réaffirmer les résolutions de la conférence syndicale qui s’est tenue à Lisbonne les 15 et 16 Décembre 2008. Une de ces résolutions a été la mobilisation et la lutte au niveau international pendant la Journée d’Action le 1er avril.
- La classe ouvrière et les peuples du monde, victimes des politiques anti-travaux, exigent de profonds changements, de construire, de consolider et de défendre les intérêts politiques, économiques et sociales alternatives au capitalisme et au modèle néolibéral de la mondialisation.- Seule l’action unit des travailleurs et des forces progressistes dans le cadre des principes de la classe orientée peuvent prévenir l’exploitation et le travail précaire.
- Pour la répartition de la richesse, pour de meilleurs salaires.
- Contre le travail des enfants.
- Plus de mises à pied des travailleurs, la défense des droits sociaux et du travail.
- Réduction des heures de travail sans réduire les salaires, le renforcement des syndicats.
- Nous luttons contre toutes les formes de discrimination contre les femmes, les jeunes, les immigrants, etc; pour l’égalité des chances
- La nationalisation des banques et d’autres secteurs stratégiques comme l’énergie, la souveraineté alimentaire sous contrôle social.
- L’arrêter immédiat des guerres, plus de fonds à l’OTAN et les armes militaires. L’argent doit être investi dans le secteur de la production pour la création d’emplois et le développement des peuples.
- Plus de répression et d’assassinats de dirigeants syndicaux et de militants sociaux.
- Pour l’arrêt immédiat de l’occupation militaire et le retrait inconditionnel des troupes étrangères de l’Iraq, la Palestine et autres territoires arabes occupés et l’Afghanistan.
- Pour le plein respect de la souveraineté et l’autodétermination des peuples.Unissons des forces et des voix pour la mobilisation de la lutte pendant la journée d’action, le 1er avril;
les syndicats et les organisations sociales dans leurs pays respectifs, les régions et les lieux de travail d’ajouter leurs demandes à l’appel de la FSM.
Pour organiser des activités dans les lieux de travail et dans les branches professionnelles.
Le 1er avril, chaque syndicat peut choisir son mode d’action.
Unissons tous pour l’action de lutte le 1er avril

comte andré 24/03/2009

Le texte publié sur le commentaire n°1 a été copié sur le site de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM) le 20 mars 2009. Voir:
http://www.wftucentral.org/?language=fr