Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 11:26
Mardi 10 février 2009
29 janvier    > 19 mars... (no comment !)

Nouvelle échéance, nouvelle journée d'action intersyndicale, dont les modalités ne sont pas encore connues (et elles ne seront connues qu'après la rencontre du 18). Un nouvel appel, sur une base encore plus étriquée que la précédente... Et près de 7 semaines après la journée du 29  janvier. 7 semaines, il n'y a pas le feu au lac... On attend les vacances,  peut-être ?

Enfin, si on regarde le calendrier, on comprend mieux le petit jeu entre Sarkozy et les syndicats :
29 janvier, journée de grève générale, quasi politique, une mobilisation énorme. Une attente, mais pas de perspectives de suite.
Dans le week-end qui suit, Sarkozy annonce une intervention télévisée pour le jeudi 5 février. Le "syndicalisme rassemblé" se précipite pour attendre de voir ce qu'il va dire... Comme s'il pouvait y avoir des surprises.
5 février, intervention télévisée sans nouveautés de Sarkozy, qui annonce... une rencontre avec les syndicats le 18 février. Le "syndicalisme rassemblé" se précipite pour juger que cette réunion "des partenaires sociaux le 18 février avec la formulation d’un certain nombre de pistes constitue un élément important". Ah, bon ? Donc on attend le 18 février.
18 février, ah, zut, c'est dans les vacances scolaires, il fautdra attendre la fin, d'ailleurs ça bouge dans l'Education Nationale ? Donc on attend la fin, et on arrive au 19 mars.
Si on voulait enterrer une mobilisation naissante on en ferait pas autrement. Si on voulait laisser les ouvriers de l'automobile, les enseignants et étudiants de l'université, tous seuls dans leur coin, on ne ferait pas autrement.

Si en Guadeloupe ils étaient partis sur cette base là, ils n'auraient rien fait, et la lutte ne se serait pas étendue à la Martinique, à la Réunion et à la Guyane maintenant. D'ailleurs si ce n'est pas étonnant que Sarkozy n'en ait pas parlé, on ne peut que relever (comme un lecteur) le silence de nos dirigeants à ce propos. Mauvais exemple sans doute...
On craint l'explosion, l'accumulation de la colère, de l'exaspération, de la jonction des mécontentements.

Cela dit, les dirigeants réformistes ont aussi une grande capacité à juger des dangers. Ils savent que la marmite bout, mais n'est pas encore au bord de l'explosion [sauf si nous nous trompons à 100%]. Après le 29, nous avons tous vu qu'il n'y a pas eu véritablement de velléité de continuer, pas de secteur pour partir en tête. Pas vraiment de rencontres, d'AG, d'ambiance de mobilisation, au delà des discours guerriers de certains cortèges.
Rien que sur ce blog, à notre toute petite échelle, pas d'intervention, aucun commentaire sur les articles à l'issue de la manif. Un signe. Le signe que les secteurs combatifs sont encore en attente des directions réformistes. Ils n'ont pas pris leurs affaires en main, leur autonomie, pour défendre leurs intérêts de classe.
Il reste encore du chemin à faire pour arriver à une situation à la guadeloupéenne ! Et sur ce chemin, il manque des organisations solides (comme l'UGTG en Guadeloupe), un quartier général de classe.

Alors participons massivement à ces mobilisations, mais pas seulement pour alimenter le mouvement, pour une "grève générale mythique" dans le mouvement ouvrier et syndical français, pour établir des liens, renforcer des coordinations, construire les embryons de ce quartier général qui nous manque !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Syndicalisme de classe
commenter cet article

commentaires

Jeremy 18/02/2009 15:35

Vous prétendez être de la CGT???
Personnellement je ne comprends pas que vous y soyez encore puisqu'a lire certains commentaires ce sont des traitres. Vous salissez le travaille des militants de terrains et les dégouter.. Je pense que les gens qui anime ce blog doivent travailler pour le MEDEF!!! c'est pas possible autrement.
A bon entendeur

Eugène 18/02/2009 16:15



Oui, c'est clair et net, certains syndicalistes, dirigeants plus ou moins importants, sont des traîtres - et nous les combattons.
Mais il y a aussi la masse des militants honnêtes et combatifs, que nous soutenons. Quelque part, c'est la lutte des classes à l'intérieur même
du syndicat !



dédé 12/02/2009 19:09

Sans vouloir être lourd, il me semble que ce blog est avant tout syndical. C'est ce qu'en fait sa spécificité et son intérêt.

il me semble aussi que les commentaires sont fait pour répondre à des questions d'ordre syndical et non pour être une caisse de résonance de je ne sais quelles groupes politiques.

metallo 12/02/2009 12:16

En cette période où la classe ouvrière subie les attaques les plus dures du capital, devant de surcroit déjouer toutes les manœuvres agissant sa soumission idéologique et organistionelle visant à la détourner de ses véritables préocupations.
A l’heure où les aspirations des éléments authentiquement ouvriers se reclamant des idéaux communs du communisme cherche vainement en se dispersant à réaliser leur unité de vue et d’organisation... le groupe des ouvriers comuniste marxiste-léniniste lance cette appel.

Plaise à ceux qui aspirent, dans la sincérité de leur attachement à la cause du communisme, à voir la classe ouvrière passer à l’offensive sur la base de ses propres revendications de le relayer

EN AVANT VERS LA CONSTRUCTION D’UNE RIPOSTE GENERALISEE

Lire le texte sur le site

http://ouvrier.communiste.free.fr/spip.php?article36

oppong 11/02/2009 19:19

Salut Metallo!

Tu me connais j'ai un peu l'habitude de partir dans des délires perso. En ce qui concerne ma réponse à "moi", je jouais le rôle de l'internaute qui lit un commentaire en vitesse et fait un contre sens; et finalement j'approuve "moi" en reprenant uniquement sa dernière phrase qui peut être interprétée différemment sortie du contexte...! ;-)

Sinon c'est vrai que je me suis fait plus rare sur le net depuis mon départ du fml, je poste surtout des commentaires sur des blogs, ou sur bellaciao (entre 2 périodes de bannissements, qui sont de + en + rapprochées!). Mais je continue à vous suivre que ce soit les communiqués d'AG sur votre site, ou vos passes d'armes avec les irréductibles des EP.

On partage la même opinion sur les syndicats ou sur la démarche de VP vis-à-vis de la CGT, peut-être moins sur l'anarcho-syndicalisme, mais je suis loin d'avoir la même expérience que toi pour pouvoir juger. Quand j'évoquais le communiqué commun, je pensais à des positions sur la journée du 29 qui étaient assez proches, AG, PCMLM, CNT-AIT, JCML... Et comme je le disais on a l'avantage pour une fois d'avoir du temps devant nous pour adopter un texte commun (je rappelle que je n'appartiens à aucune orga)

Par rapport à la Guadeloupe, l'absence de soutien est classique pour un mouvement qui part de la base. Certes le contexte est différent s'agissant d'une lutte hors-métropole et donc anti-impérialiste, mais combien en France considèrent ajd la Guadeloupe comme une colonie et non pas comme un département?

Eugène 11/02/2009 19:26


Chers camarades,
Sans vouloir faire le "triste" de service, je rappelle qu'il s'agit ici d'un blog à caractère avant tout syndical (même si bien sur l'arrière plan politique est proche) et pas d'un forum. Si donc,
vous souhaitez poursuivre une conversation privée, plus ouvertement et explicitement politique, merci de le faire ailleurs.



métallo 11/02/2009 11:32

Bonjour Oppong content de te relire... ;-)

Je t’avouerai que je n’ai pas bien compris que tu te sois hissé en soutenant le propos de monsieur « moi » pour venir poser ton point de vue. ? Il était pourtant clair ce propos et à ce qu’il ma semblé il prenait quant même bien le parti des directions syndicales !

Personnellement je ne partage pas la stratégie général des camarades de ce blog, en ce qui concerne la tactique emprunté de pénétration des orgas syndicales principalement la CGT ce qui les amène, de mon point de vues vers des déviances de type anarcho-syndicaliste qui seraient trop longues à évoquer ici. De même je ne suis pas sur non plus qu’ils aient bien saisis la nature profondément réformiste de cette centrale faite pour accueillir les troupes de l’aristocratie ouvrière, et pas compris non plus qu’à l’intérieur de ces troupes la « laine qu’ils cherchent à tondre » repose sur une lecture faussée de quelques sursauts volatiles de combativité d’une fraction de « moutons » qui pâturent eux aussi, la main posée sur la bible d’Amiens, sur herbes grasses de la compromission. Il y a belles lurette que les éléments les plus politiquement avancés, ou simplement les plus combatifs de la classes ouvrière authentique (à quelques exception prés) ont déserté ces rangs là, malheureusement, il est vrai pour s’installer dans des ressentis d’impuissance, et cela n’est pas le fruit de mon imagination mais de l’examen de décennies militantes au sein de ma classe...

Aujourd’hui la classe ouvrières, les couches du salariat les plus pauvres, restent démunis de leur organisation politique et de défenses de leurs intérêts immédiats.

Pour faire court, croire que l’on va les reconstruire sans eux à partir d’un recrutement au sien de l’aristocratie ouvrière des éléments simplement les moins réformistes c’est soit de l’aveuglement, soit que l’on appartient soi-même a cette catégorie et que l’on pense qu’agir sur la base du « clonages » suffit bien à la peine...

Pour conclure en revenant à mon propos, quoi qu’il en soit et bien que je l’accorde je fasse jamais dans la dentelle (la vie de prolo, et qui plus est de chômeur n’est jamais broder de fines perles) je ne vois pas l’intérêt que nous fendions d’un quelconque communiqué commun qui ne serait que l’émanation d’individus qui échange sur un blog, et cela quant bien même un consensus semblerait se dégager entre eux.

J’ai une toute autre opinion de la méthode, je ne milite pas pour le construction d’un énième organisation syndicale le temps viendra à point ou la classes ouvrière s’emparera à son tour du dossier sans quelle se sente orpheline des leçons de conduite de ses affaires que les uns et les autres, la plupart du temps à l’extérieur, prétendent lui donner. Pour moi la reconstruction d’un véritable parti politique de classe, est un long travail faite de patience méthodique, ou la simple petite erreur de nuance sur la ligne à suivre peut entraîner les plus terrible des conséquences, la moindre concession fait aux opportunismes pouvant totalement faire dévier de la mission. (Je m’autorise ce propos bien que conscient d’être sur un blog syndical, mais quant même placé sous les bons auspices d’une organisation politique)


Maintenant, personnellement je suis d’avis que la vraie « désespérance », par rapport aux mouvements sociaux de moment, ce n’est pas trop l’attitude des confédérations syndicales concernant la riposte à apporter à la volonté du pouvoir d’imposer de nouveaux sacrifices aux travailleurs qui est préoccupant : (parce que quant même ! qui pourrait croire que les directions réformistes sur la simple pression d’une opposition quelconque allaient, comme cela, se ressaisir et remettre totalement en cause leur orientation capitularde ...) mais le manque total de mobilisation de soutien apporter aux travailleurs de Guadeloupe et de Martinique, pour le coup, eux, installés dans une véritable riposte. Et si il y avait débat d’urgence à avoir sur un sujet c’est bien de celui-la que nous devrions faire notre principale préoccupation ; question d’exprimer nos sentiments d’internationalisme prolétarien authentique, et de lutte contre le social-chauvinisme....

Metallo

oppong 10/02/2009 22:46

Je crois reconnaître la prose du dénommé "metallo"... ;-) Puisque les collabos ont la gentillesse de nous laisser jusqu'au 19 mars et qu'on est assez nombreux à avoir une position très proche, ça vous dit pas un communiqué commun? Cette proposition certes utopique et difficilement réalisable matériellement n'engageant pour l'instant que moi, ça me vient tout juste à l'idée.

métallo 10/02/2009 22:27

Monsieur moi... a écrit

Critiquer....et toujours critiquer !!

C’est trop tot, c'est trop tard, c'est pas l'endroit, c'est pa ci, c'est pas là, franchement, on peu s'amuser c'est vrai à venir lire les conneries mise sur ce blog, mais à un moment, ca tourne au ridicule. entre nous, si la CGT ne vous conviens pas....quittez là ;-)


Cher monsieur, permettez moi quelques très petites observations... tout d’abord le propos n’est pas tant l’intérêt de critiquer que passez à l’examen des faits des attitudes de la direction confédérale, et ce blog, ma foi, à au moins le mérite de s’y essayer.

Personnellement, je ne vois pas trop ce qui peux déclancher chez vous tant d’hilarité à la lecture de témoignage qui font la démonstration de la compromission de classe de la direction confédérale à laquelle apparemment vous apportez toute votre solidarité.

Que se soit trop tôt ou trop tard, franchement tout cela relève du domaine de l’approximation subjective ; par contre que les directions confédérales successives de collaboration de classes aient depuis des décennies construis patiemment les défaites qui s’annoncent cela ne fait aucun doute. Et effectivement apparemment solidaire de la forfaiture vous êtes en droit, je dirais même en devoir de vous en réjouir en ce quelle marque, dans le provisoire, un succès du camp auquel vous appartenez.

Maintenant pour ce qui est du ridicule, votre propos me pousse à pensez, que le vrai celui qui fait bien mal aux militants honnêtes qui agissent pour que la riposte à construire ne soit pas une énième journée soupape de sécurité ; et qui n’aura pas pour but la création d’un véritable rapport de force, mais une opération de démonstration de la capacité des orgas syndicales a l’encadrement du mécontentement « populaire » sera celui de croire que vous et vos pareil aurez réussi à rassurer le bourgeois. Bourgeois qui sait bien lui, que malgré toute l’importance des derniers défilés, ce n’était les forces profondes de la colère qui s’y exprimaient, celles des ouvriers et des laissés pour compte dont à tout les niveaux des appareils syndicaux on redoute les débordements, qui les pousseraient à se découvrir larbins du capital qu’ils sont.

Quant au conseil de sortir de la CGT il y a belle lurette que toutes ses vraies forces n’ont pas attendues que l’on les y invitent pour faire ce pas salutaire peut-être un tout petit peu en partie en raison justement de l’arrivée des hilares, et des débonnaires qui sereins confiants en l’avenir ne supportent pas les sirènes d’urgences qui les bousculent pendant les siestes paritaires.

oppong 10/02/2009 22:12

Personnellement je suis du même avis que "moi". Je pense comme lui que tous les syndicalistes de classe doivent arrêter de se faire des illusions sur les résultats à attendre d'une lutte contre la bureaucratie de l'intérieur et quitter définitivement tous ces syndicats collabos! La confrontation avec toute cette armée de buros doit se faire sur internet, dans les AG, dans les manifs etc... mais sur des bases politiques, et non pas en faisant croire aux travailleurs qu'on peut encore sauver les syndicats réformistes en les transformant de l'intérieur. La CGT trahissait déjà en 1968, ça fait plus de 40 ans...!

eve 10/02/2009 21:51

Je suis tombée par hasard sur votre site.Quel est l'objet d'un site comme le votre?Etes vous un militant de la CGT?Je suis adherente à la CGT et je suis tres étonnée du ton de vos propos.

dédé 10/02/2009 20:35

Parce que tu trouves que de relancer la mobilisation dans 7 semaines, c'est bien.

Parce que tu trouves qu'on s'en prend pas suffisamment plein la gueule...

Parce que tu pense que de relancer la machine deux semaines avant les vacances de printemps c'est une vraie réponse à notre situation de merde.

Tu crois quoi ? que ceux qui viennent sur ce forum sont des gauchistes? Et bien non, mais ça tu peux pas comprendre!

moi 10/02/2009 19:46

Critiquer....et toujours critiquer !!

c'est trop tot, c'est trop tard, c'est pas l'endroit, c'est pa ci, c'est pas là, franchement, on peu s'amuser c'est vrai à venir lire les conneries mise sur ce blog, mais à un moment, ca tourne au ridicule.

entre nous, si la CGT ne vous conviens pas....quittez là ;-)