Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 16:39
Dimanche 28 décembre 2008
Dalkia : une grande victoire pour les camarades du CGT-E

Nous l'avons aussitôt annoncé dans un commentaire rapide, les camarades du CGT(E) viennent de remporter une victoire éclatante dans leur combat de classe acharné contre l'alliance d'une direction de guerriers et de syndicalistes corrompus : le tribunal des prud'hommes vient d'ordonner la réintégration de Evelyne Gaillet, licenciée abusivement de Dalkia Nord.
Les attendus du jugement sont sans bavures, et sans ambiguités (tirés d'un tract de nos camarades en intégral ICI) :

« Constate l'existence d'une discrimination syndicale et d'un harcèlement à l'encontre de Evelyne Gaillet au sein de Dalkia »

« EN CONSEQUENCE :
  1. Annule le licenciement de E. Gaillet par Dalkia dès lors que celui-ci ne repose pas sur une cause réelle et sérieuse.
  2. Ordonne la réintégration de E. Gaillet au sein de Dalkia sous astreinte de 100 € à compter de la notification du présent jugement.
  3. Ordonne l'exécution provisoire de la présente décision de ce chef
  4. Rappelle que sont de droits exécutoires à titre provisoire les jugements qui ordonnent le paiement des sommes au titre des salaires - Art R 1454-14 CT (9 mois de salaires)
  5. Condamne Dalkia à verser la somme de 43304,40 € en rappel de salaires + 4330,44 € de congés payés
  6. Ordonne la remise des bulletins de salaire de la présente décision sous astreinte journalière de 30 €/jour
  7. Condamne Dalkia à verser 950 € au titre de l'article 700
  8. Déboute Dalkia de l'ensemble de ses demandes
  9. Condamne Dalkia aux dépens et frais d'exécution du présent jugement »
On le voit, la sainte alliance cogestionnaire vient d'essuyer une défaite cinglante, dont nous ne pouvons que nous réjouir.
Cela dit, ce n'est qu'une petite victoire et le combat continue.
Dans un autre tract, ICI, nos camarades du CGT-E expliquent  les enjeux présents et à venir de cet acharnement à leur encontre. Veolia, comme tous les monopoles capitalistes, subit les attaques de la crise et va chercher à restructurer, encore et encore.
  • augmentation de la durée du temps de travail
  • allongement de la durée de carrière pour les "seniors"
  • transfert des responsabilités de sécurité sur les travailleurs
  • multiplication des licenciements pour faute, départs "négociés"...
  • blocage des salaires
etc.
Et pour ce faire, il faut, comme partout, faire taire les empêcheurs d'exploiter en rond. Caresser dans les sens du poil tous les collabos, tous les cogestionnaires réformistes, les réalistes et raisonnables, ceux qui ne font pas de vagues et sont assez "compréhensifs" avec les "difficultés" de leurs pauvres patrons en cette période de crise.

Il faut faire taire le CGT-E (aujourd'hui à Sud-Energie), comme il faut faire taire les camarades de Forclum, de l'UL de Douai, de EGP Philips, tous les syndicalistes de classe éparpillés mais qui se battent pour l'intérêt des travailleurs contre le talon de fer du capital.
Mais ils n'y arriveront pas ! Soyons nombreux à soutenir nos camarades, resserrons les rangs !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Syndicalisme de classe
commenter cet article

commentaires

pj49 11/01/2009 11:29

RE- au camarade(?) Niala;
C'est quoi et c'est qui ta CGT?
C'est des salariéEs qui s'organisent pour se battre sur des objectifs communs à touTEs contre des ennemis communs le Patronat et son Etat en constatant que ce conflit ne pourra que s'amplifier tant que perdurera le Salariat et l'économie marchande; en clair on appelle çè la lutte de classe?

OU

Est-ce une institution hiérarchisée qui défend a place et ses statuts au sein même de cette "société marchande"; une institution qui ne défend que ses propres intérêts malgré et contre ses adhérentEs et militantEs en violant ses propres règles et mandats pour avoir les strapontins au "festin capitaliste"?
Une institution qui n'hésite pas à renier ses propres Statuts comme la confé. en jetant par dessus bord les résolutions du 48ème Congrès pour lesquelles elle avait pourtant été mandatée; ou qui exclue le syndicat Forclum comme l'a fait la CGT construction (la même en passant qui a exclu le CGT-E Dalkia)?
On pourrait multiplier les exemples...
Alors qui est anti-cégétiste; quant aux incantations mystiques; je laisse les chapelles aux curés de tous bords!!! -pj49-

bruno 09/01/2009 21:26

au Camarade Niala.
il faudrait que tu explique un peu plus Camarade,qu'est ce qui porte préjudice à la CGT ????
serait ce le CGT-E syndicat de lutte de classe et de masse ???
si c'est cela merci de le dire, que nous apportions réponse adaptée, car ton message est pour le moins ambigu...Camarade.
nous pourrons t'expliquer à moins que tu ne saches lire que dans un sens, qui sert l'interet du patronnat....Camarade.
Bruno
militant du CGT-E

niala 06/01/2009 17:52

pour moi c'est clair l'objectif est de porter préjudice à la cgt et cela sert les intérets des patrons mais le 29 janvier permettra de rassembler ceux qui luttent pour l'émancipation à l'appel de 8 syndicats âvec la CGt en tête

diablo 04/01/2009 11:18

Je lis bien la précision d'Eugène. Il reste qu'il est choquant de voir des syndicalistes prétendument "révolutionnaires" adhérer à "Sud" qui n'est, que ça plaise ou non, qu'une variante gauchisante de la CFDT, fondamentalement anti-communiste et anti-CGT (de lutte de classe).Suis-je clair? Certes, c'est peut-être une démarche tactique mais n'y avait-il pas une autre alternative?

Eugène 05/01/2009 07:02


Et bien justement, non, les camarades ont essayé toutes les tactiques... (voir les articles).
Quant à l'appréciation des SUD aujourd'hui (je ne parle pas de hier), compte tenu de l'évolution de notre direction confédérale et du ravage
que cela fait dans nos rangs parmi les plus combatifs de nos camarades, il me semble qu'il faut être un peu plus prudent et moins sectaire... Par exemple, lors du conflit des cheminots, quoique pas
à l'abri des critiques, Sud-Rail a eu une attitude quand même moins pourrie que celle de la CGT-Cheminots, hélas pour nous... Voir également les articles de ce blog.
Cela dit, c'est à la CGT que nous sommes et que nous nous battons !


diablo 30/12/2008 12:21

Donc, camarade Jacques, on est bien d'accord!

Eugène 30/12/2008 19:52


A tous nos lecteurs qui ne sont pas forcément au courant.
Les camarades du CGT-E n'ont pas "choisi" de rejoindre SUD. Ils y ont été "contraints". D'abord menacés de perdre tous leurs mandats par la Fédé de la Construction, ils ont tenté de faire vivre une structure de classe, le CGT-E
pendant plusieurs années.
Mais la CGT de collaboration de classe alliée à la direction a multiplié les procès
contre nos camarades, mois après mois, années après années. Ils n'ont rejoint SUD que pour ne pas rester isolés et face à la difficulté de faire vivre une opposition de classe structurée dans la
CGT.
Voir d'autres articles sur ce blog :  le premier ICI, et un autre LA.
Après ces lectures, les camarades comprendront  mieux que les débats sur "SUD ou pas SUD" sont quelque peu "décalés"...


Tourtaux Jacques 30/12/2008 12:15

Rebonjour,camarade Diablo,

Je pense moi aussi qu'il s'agit d'une question de représentativité syndicale dans l'entreprise. Je l'avais dit dans mon commentaire mais n'étant pas certain, je l'ai retiré.
Comme je l'ai dit, j'étais au fond de la salle et j'ai des problèmes d'audition. La vieillesse... c'est impossible, les militants ne vieillissent jamais !

Pour ce que tu dis concernant les orientations de Sud, je partage entièrement ton avis et comme tu as pu le lire, je ne suis pas près d'y adhérer mais, imagine un camarade que l'on rejette ou à qui on ferme la porte pour s'en débarrasser et qui de ce fait, ne peut plus être syndiqué !
Cela m'est arrivé.Un cheffaillon du syndicat régional a ordonné aux camarades de ne pas me remettre ma carte et de me faire retirer des listes aux élections professionnelles alors que les syndiqués l'avaient décidé démocratiquement. Je n'étais pas convoqué à cette réunion. Je suis resté au moins deux ans sans carte, à ronger mon frein.

J'explique tout cela en détails dans mon troisième ouvrage : " Les Apparatchiks ".

Ces dirigeants de salons qui collaborrent avec leur ennemi de classe, le MEDEF, se sont eux qu'il faut exclure de la CGT.

Internet nous permet de les démonter, de les dénoncer. Ne laissons pas passer cette chance. Pour mon compte personnel et ayant beaucoup donné, je suis quelquefois fatigué, ce que guettent ces enfoirés. Dans le département où je réside, ils sont encore beaucoup trop nombreux. A nous d'agir et de les confondre publiquement lors des manifs, pour ma part,quand je peux y aller et quand je le sais.

Le syndicat CGT-E et non la CGT-E, n'est, me semble-t-il, pas le nom du syndicat CGT Dalkia. Ce sigle a été créé après le départ des camarades du syndicat CGT Dalkia. J'ignore s'il existe encore une structure syndicale CGT dans l'entreprise. Pour la bonne compréhension de chacun, il serait bien que l'on éclaire notre lanterne sur ce point.

Fraternellement.

Jacques Tourtaux

diablo 30/12/2008 11:25

Bonjour Jacques,
Je partage pour l'essentiel ton point de vue et je respecte la camarade de Dalkia qui s'est battue avec son syndicat jusqu'à sa victoire aux prud'hommes : chapeau! Maintenant, je t'avoue que je suis surpris pour ne pas dire déçu que les camarades de Dalkia se soient affiliés à "Sud". En effet, ce syndicat, issu de la CFDT, ne me semble pas défendre une position de "lutte de classe" en toutes circonstances. Il a, en effet,des "restes" du syndicat jaune de Notat et Chérèque et je dirais que c'est le syndicat de la phraséologie révolutionnaire, un peu comme la CFDT des années 70. C'est surtout, soit-en convaincu le syndicat de l'anticommunisme et de l'anti-cégétisme! Alors s'affilier à ce machin là excuse-moi mais çà me fait rire quand on se réclame de la lutte des classes. Maintenant, il y a peut-être d'autres motifs que j'ignore (représentativité dans la boîte?) Bon voilà ce que je voulais dire. Salut et fraternité.

Tourtaux Jacques 30/12/2008 10:56

Camarade Diablo,

Le 12 janvier dernier, j'ai été invité par un camarade du CURSF (pour présenter mes livres sur le mouvement ouvrier), à une importante réunion initiée notamment par des camarades de la CGT et de la FSU.
Tous deux, nous militons comme des milliers d'autres syndicalistes pour un tous ensemble et en même temps.
Des militants contestataires de toutes les organisations syndicales venues de la France entière représentaient les travailleurs. J'ignore si tu y a participé, mais je me souviens de m'être entretenu avec Eugène, l'une des chevilles ouvrières de ce blog, d'y avoir rencontré le retraité CGT Jean Levy, des étudiants de la FSE, d'avoir entendu un représentant des sans-papiers pour lesquels une collecte a eu lieu, d'avoir écouté attentivement Evelyne Gaillet.
Cette militante ouvrière racontait presque timidement le calvaire que lui faisait subir Dalkia et pas seulement, puisque la CGT de l'entreprise mais aussi, la peu scrupuleuse direction fédérale CGT de la Construction, celle-là même qui vient de décider sans même les avoir entendus et au mépris des statuts de la CGT, que les 110 camarades syndiqués et à jour de leurs cotisations, ne faisaient plus partie de la CGT. L'avoir appris par l'employeur qui a informé(il devait bien se marrer) nos élus CGT de l'entreprise qu'ils n'étaient plus des élus de la CGT.

J'étais au fond de la salle et, bien qu'étant dur d'oreille, j'ai cru comprendre que la CGT Dalkia ne leur avait guère laissé le choix. Ces camarades qui sont à mes yeux toujours des camarades, ont accepté l'aide de Sud-Energie, on ne peut leur jeter la pierre parce qu'ils veulent demeurer syndiqués.
Il suffit de voir ce qui s'est passé avec les sans-papiers où, des camarades de la CGT ou qui souhaitaient s'y syndiquer ont été rejetés et ce, peut-être parce qu'ils étaient trop combatifs, faisant ainsi de l'ombre aux planqués confédéraux.
Si tu avais vu et écouté cette militante admirable de courage et de dignité parler du calvaire que lui faisaient subir direction et syndicat CGT Dalkia marchant la main dans la main.
Cette camarade vivant avec peu de ressources, quel cran, elle et ses camarades ont eu pour redesser la tête et conduire leur chemin le plus droitement possible : celui de l'honneur, de la dignité.

Comme toi, je suis un militant de la CGT et je sais que je ne suis pas en odeur de sainteté auprès des directions syndicales. Il m'a par exemple fallu batailler dur pour recevoir ma " Tribune des Cheminots " et plus tard encore pour " Vie Nouvelle ", notre magazine des retraités CGT. L'année se termine et je n'ai pas reçu une seule fois le journal " Ensemble " que, m'a-t-on dit, chaque syndiqué reçoit. Et pourtant, j'ai réglé la totalité de mes cotisations courant janvier pour la somme de 99,60 €, ce qui veut dire que lorsque l'on a une modeste retraite, cela fait tout de même une sacrée ponction sur le budget.
Alors, si ces camarades sont partis ailleurs, la CGT en est entièrement responsable. Regardons du côté des 110 camarades du syndicat CGT Forclum qui se retrouvent non syndiqués parce que le secrétaire fédéral CGT de la Construction en a décidé, tout comme il a également prêté son fourbe et hypocrite concours au patron et au syndicat Dalkia pour traîner notre camarade Evelyne Gaillet devant la Justice qui a condamnée et déboutée Dalkia.

Les militants de coeur et de combat de classe ne peuvent que porter un JUGEMENT très sévère à l'égard de cette haute trahison dont ont été victimes nos camarades de la CGT Dalkia, en particulier Evelyne Gaillet.

Ce n'est pas à un vieux militant CGT comme toi que je vais apprendre les méthodes de voyous qu'utilisent certains de nos dirigeants, notamment lorsqu'ils veulent pousser un ou des camarades vers la sortie.
J'attend de connaître la date prévue sur une journée pour la remise des timbres 2009 pour aller chercher les miens car même si j'ai de profonds désaccords avec le réformisme de la CGT, depuis que la confédération s'est affiliée à la collaboratrice CES où elle retrouve les coquins de la traîtresse CFDT, de FO et maintenant de la FSU, implantée chez les enseignants.

Non, je ne me marre pas de voir que nos camarades de la CGT Dalkia l'aient quittée pour rejoindre Sud.

J'aspire à une autre CGT, celle de nos aînés, celle que j'ai connue et où j'ai milité lorsque quelle était affiliée à la FSM dont je salue la vitalité et la renaissance, pour le plus grand bien de l'ensemble de la classe ouvrière mondiale. Nos amis grecs ne s'en plaignent pas, je crois.

Un militant cheminot retraité CGT.
Jacques Tourtaux

les amis de karl marx 30/12/2008 10:46

Les militants CGT demeurés fidèles à la lutte de classe (et il y en a encore beaucoup !) ne peuvent que se réjouir de la réintégration d'une élue du personnel. Nous avouons ne pas trop comprendre la nécessité pour la CGT-E de rejoindre Sud...Fraternellement.

diablo 29/12/2008 18:30

si je comprends bien le CGT-E Dalkia n'est plus affilié à la CGT mais à rejoint "Sud" les révolutionnaires bien connus: je me marre !
Salut et fraternité.