Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 07:16

Mercredi 26 novembre 2008

Appel de la CGT Ford : mobilisation générale pour la défense des emplois


Nous avons reçu l'appel suivant de la CGT Ford Blanquefort (33), qui fait suite aux nombreuses mobilisations face aux menaces qui pèsent sur le site, encore renforcées par le développement de la crise capitaliste dans le secteur de l'automobile. On y retrouve les mêmes appels au "Tous ensemble" qui se généralisent en ce moment face aux attaques du capital...


Une réunion de mobilisation a lieu le jeudi 27 novembre à 20 heures à la salle Douat (parking du CE de Ford) qui se trouve sur la zone industrielle de Blanquefort, ainsi qu'un forum organisé par le CE samedi 29 novembre, de 10h à 12h, à Parempuyre (voir l'agenda, sur la page d'accueil du blog), comme nous l'indique un courrier du syndicat.



Mobilisation générale pour la défense de l'emploi !


Les salariés de Ford Blanquefort ont intensifié la lutte pour la défense des emplois depuis février 2007, date de la première manifestation en dehors de l’usine. Dès le début, nous avons insisté sur les menaces pour les 1700 emplois à Ford mais aussi pour les 10 000 emplois indirects dans la région, concernés par l’activité de Ford. De plus, le danger pèse lourdement sur le site voisin de GFT (Ford à 50 %, un millier de salariés. Enfin, toutes les communes de Gironde seront touchées par des pertes financières importantes du fait de la taxe professionnelle liée à Ford (péréquation, au total ce sont 35 millions d’euros).


La résistance des salariés de Ford a poussé la direction à chercher des repreneurs pour éviter une fermeture du site, elle a aussi poussé les pouvoirs publics et l’Etat à intervenir dans le processus.


Les échéances approchent car c’est à la fin du mois (réunions des 20 et 25 novembre) que les solutions « trouvées » devraient être annoncées. Mais qu’il y ait repreneur ou pas, l’avenir est très sombre car « au mieux » seule une partie des emplois seraient sauvée. Et les choses peuvent aller très vite car les intentions de la direction seraient de se débarrasser du site pour le 1er janvier.


Ford Blanquefort est une des plus grosses entreprises du privé. Nombreux, les salariés mobilisés ont eu les moyens de se faire entendre (voir la médiatisation de notre lutte). Nous avons mis en place des comités de soutien grâce à des élus locaux, des militants associatifs ou politiques, des salariés d’autres entreprises, des habitants conscients que l’enjeu était régional.


Mais cela ne suffit pas car le problème n’est pas uniquement d’apporter un soutien ou une solidarité aux salariés « Ford ». Il s’agit tout simplement de l’emploi de tous. Il est donc nécessaire d’impulser une lutte d’ensemble contre les licenciements, contre les fermetures d’usines. Cela fait des années que nous assistons à une catastrophe sociale. Ces derniers mois, Arena, First Metal, Soferti ont fermé, Solectron est en cours de liquidation. Des centaines, voire des milliers, d’emplois ont disparu et vont disparaître en conséquence dans les années qui viennent. A chaque fois, les salariés se sont battus pour empêcher l’issue fatale. Mais à chaque fois, ces luttes sont restées isolées et n’ont pu créer un rapport de force favorable.


Aujourd’hui, Ford est menacé à court terme. Mais nous ne sommes malheureusement pas les seuls à plus ou moins long terme. Dans l’automobile, les salariés des Fonderies du Bélier sont en danger. Dans l’aéronautique (Dassault, Sogerma …) dans les poudreries (SME/SMPE …), dans les services publics (poste, hôpitaux, éducation …), partout il y a des restructurations et des risques de suppressions d’emplois. Cette situation est alarmante et nous impose de réagir.


Oui il y a urgence. Une initiative doit être prise pour organiser un mouvement d’ensemble de tous les salariés de la région pour la défense des emplois.


Nous nous adressons aux organisations syndicales, aux collectifs, aux partis politiques de gauche, aux associations, à la population pour que soit préparé dès maintenant le « tous ensemble ». Nous proposons une rencontre de tous pour débattre des perspectives immédiates. Il nous apparaît nécessaire d’organiser une manifestation à Bordeaux avant la fin de l’année, à l’image de ce qui s’est passé au Havre le samedi 8 novembre : manifestation unitaire à l’appel des organisations syndicales, politiques, associatives.


Il y a urgence pour toute la population. Nous espérons que la lutte des « ford » puisse servir de point d’ancrage pour un élargissement de la mobilisation. Nous espérons aussi que la journée de mobilisation pour la défense de l’emploi du 26 novembre (dont la CGT nationale et locale sont parties prenantes) puisse être une étape vers la construction d’un mouvement unitaire.


C’est tout le sens de l’appel que nous faisons aujourd’hui.


La CGT Ford, le 18 novembre 2008

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

Vlad 27/11/2008 08:08

Solidarité avec les travailleurs de Ford, bien entendu!comme avec tous ceux qui quelque part se battent.
pour l'emploi, oui évidement !!!
mais encore une fois, comme vous le dites bien "tous ensembles" oui mais avec qui ? pourquoi ? contre qui ? et contre quoi surtout.
encore une fois, je ne vois aucune remise en cause du système, dans cet appel, cela résone juste, comme une évidence, une fatalité.
comme si sous la dictature du capital et de la bourgeoisie, il semblait évident ( y compris et surtout pour les syndicats) que les fermetures d'usines, soient des situations fortuites....
au travers les médiats régionaux bourgeois, pas plus tard qu'hier, les "élus" socialistes mais pas qu'eux, trouvaient des motifs de satisfaction de leur entrevue avec la ministre lagarde....
Ford s'est engagé à trouver des repreneurs......
ouf on est sauvé, et cela semble satisfaire tout le monde( les élus locaux et syndicaux), enfin tout le monde sauf les travailleurs et leurs familles.
en ce qui concerne l'appel du syndicat CGT de Ford, j'ai cru lire que la CONF et la CGT locale sont partie prenante....
oui mais de quoi de la manif du 26 ???
car je ne crois pas avoir vu une seule expression de la part ni de la CONF ni de l'UD CGT 33, ( allez donc faire un tour sur les sites internet) ..
et dans tous les cas, si c'est pour publier ce qui suit ci dessous* tiré du site confédéral, alors il vaut mieux que la CGT Nationale (comme le dit le communiqué)ne soit pas partie prenante de rien du tout....

* extrait du site internet CGT national
" Automobile

Les suppressions d’emplois sont injustifiées
mardi 25 novembre 2008
La direction de l’usine PSA Peugeot Citroën (PSA) de Poissy (Yvelines) a annoncé lundi lors d’un comité d’entreprise la mise en place de 37 jours chômés, soit une interruption d’activité de quatre semaines en décembre, durant les fêtes. D’autres périodes d’inactivité devraient être appliquée début 2009 et l’équipe de nuit pourrait aussi être supprimée à partir du mois d’avril.
"Les constructeurs réduisent la voilure alors qu’ils ne sont pas impactés par la crise et qu’ils ont une trésorerie positive", a déclaré Bernard Thibault lors d’un déplacement, dans le cadre de la campagne pour les élections prud’homales, devant l’usine PSA de Rennes. "Le sort des salariés n’est pas prioritaire. Renault verse 1 milliard d’euros aux actionnaires alors que dans le même temps il met en chômage technique ses ouvriers. Il faut inverser l’ordre des priorités", a poursuivi le secrétaire général de la CGT. "La crise entraîne une marginalisation plus importante de la population française. Si cette spirale des suppressions d’emplois s’installe, le système d’indemnisation du chômage explosera et ne pourra même plus servir les prestations réservées aujourd’hui à un chômeur sur deux", a-t-il conclu.

Des arrêts temporaires de production ont été décidés pour une grande partie des usines françaises des constructeurs Renault et PSA Peugeot Citroën, qui souhaitent faire baisser leurs stocks d’ici la fin de l’année. Les dates et le nombre de jours d’arrêts varient d’un site à un autre."

alors les copains on fait quoi ???
des petites "manifètes du samedi aprés midi" ou on fout thibault et sa clique de renégats dehors, et on s'engage dans le combat, le vrai, celui de la lutte de classe et pas de la justification indolore et innodore du vilain capitalisme...???
vlad