Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 10:43
Dimanche 24 Août 2008
Sans-papiers : la Confédération CGT officialise sa défense du capitalisme

Sous la pression des grévistes sans-papiers dans les divers conflits, sous la pression des occupants de la Bourse du Travail de Paris, sous la pression des militants syndicalistes de classe partout où ils sont actifs, la CGT n'a pu jusqu'à présent trahir ouvertement le mouvement lancé le 15 avril dernier et qui dure toujours.
Mais elle cherche tous les moyens pour en finir, trouver une sortie "honorable" dans la négociation qu'elle recherche à tout prix avec le gouvernement.
Après l'abandon de la "régularisation de tous les sans-papiers", résolution du 48ème Congrès, pour la seule "régularisation des travailleurs sans-papiers", voilà maintenant "la régularisation des salariés ayant une promesse d'embauche et quand le métier exercé est en déficit de main d'oeuvre". A chaque étape un recul, à chaque étape un alignement sur les positions du gouvernement et de la circulaire Sarkozy/Hortefeux, à chaque étape un alignement sur les nécessités du capitalisme,  l'acceptation de ses règles et de son fonctionnement. Depuis le début du conflit (et on nous l'avait alors reproché), nous avions souligné la manière dont la Confédération engageait le conflit, sur la base des nécessités de l'économie nationale... Encore récemment, nous avions souligné les dangers d'une telle position.

C'est dans le tract diffusé hier lors de la manifestation anniversaire de Saint-Bernard que la Confédération crache le morceau (voir l'intégralité du tract à la fin) :

C'est, ni plus, ni moins la position de Hortefeux et de l'impérialisme français !
Que dire aux travailleurs sans-papiers dont l'employeur refuse la promesse d'embauche, comme Griallet à Montreuil, pétition de soutien à signer en ligne (une affiche également disponible ICI) ? Que dire aux travailleurs sans-papiers isolés ? Comment définir, sur quels "critères", un métier en déficit de main d'oeuvre ? On ne saurait être plus raisonnables, respectueux de la bonne marche de l'économie, des règles fixées par le capital, que ce soit au Medef ou au gouvernement ! Et si on continue à lire le texte, c'est de la même eau : "une démarche qui risque de déstabiliser des entreprises et des branches entières" !!! On croirait entendre Parisot !

Décidemment l'alignement de la direction confédérale sur les positions du capital est chaque fois plus nette, quelle que soit son discours et ses grands discours de lutte ! Aux syndicalistes de classe, partout, sur le terrain, de lever de drapeau de la lutte des classes !

080823CGTRecto.jpg
080823CGTverso.jpg

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers
commenter cet article

commentaires

Patrice Bardet 20/09/2008 12:37

la bureaucratie de la CGT considère-t-elle les Sans Pap' comme des Tirailleurs ?

il y a pour le moins de quoi se poser la question : Sans Pap' en grève, soutiens de la CGT sont admirables de détermination. Mais.... 900 régularisations sur 1700 "dossiers" déposés. Et les autres, on fait quoi ? on attend leur expulsion ? Mieux que "l'objectif" d'Hortefeux !! !

Les paroles au plus haut niveau de la confédération sont lourdes de sens

Rien dans les autres régions avec l'appui de l'appareil CGT ? Pourquoi ? Rien sur la métropole Lilloise ! bizarre, non ? Alors que les Sans Pap' y sont prêts à tout ? qu'ils ont fait une grève de la faim pour avoir le droit de vivre dignement ?

Il faut rappeler que les bureaucrates de la CGT avaient osé faire une banderolle "Non aux occupations", quand les sans pap' s'étaient réfugiés (lors d'une grève de la faim) à la Bourse du Travail de Lille ( qui appartient aux travailleurs, sauf erreur), alors que la police (les CRS) avaient envahi depuis la première fois une Bourse.... depuis Clémenceau

Extrait de l'article du Point paru le 17 septembre 2008, à propos de la lutte des Sans Pap' de la Tour d'Argent

________________

Avec cette nouvelle opération dans un lieu réputé, la CGT entend lancer un avertissement contre les "tergiversations du gouvernement et du patronat" alors que "des branches entières sont assises sur le travail de sans-papiers", explique Francine Blanche, secrétaire confédérale CGT.

Et de poursuivre : "On pourrait faire plus fort, bloquer des dizaines d'entreprises. On veut arriver à une application apaisée et harmonisée de la circulaire du 7 janvier" qui permet à des employeurs de faire régulariser leurs salariés sans papiers, notamment dans les secteurs manquant de main-d'oeuvre.

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/le-restaurant-la-tour-d-argent-occupe-par-des-sans-papiers/920/0/274740

________________

on ne peut mieux exprimer que la confédération CGT freine à tout prix les conflits, se sert des sans papiers comme de petits soldats, voire des Tirailleurs, valide l'immigration choisie chère au couple Sarkozy/hortefeux, piétinant de fait la résolution du 48° congrès

Quel est le deal passé par la Conf' avec hortefeux ?

j 13/09/2008 13:15

La CSP 75 agressée par la CGT à la fête de l’Huma !

Les sans-papiers de la Coordination 75 qui tiennent un point d’information sur le stand de la Bolivie à la fête de l’Humanité ont été agressés par des représentants de la CGT – qui leur reprochent l’occupation de la Bourse du travail. Les cégétistes ont menacé de déranger pendant les trois jours de la fête le stand de la Bolivie où la CSP75 est accueillie en vertu de l’appel d’Evo Morales en solidarité avec tous les sans-papiers du monde. Si le problème n’est pas rapidement résolu, la CSP75 annonce qu’elle pourrait, au besoin, diriger sur la fête de l’Huma sa manifestation prévue demain samedi vers la Préfecture. La CSP75 appelle tous les sympathisants, les soutiens, et tous les sans-papiers à se rassembler à la Bourse du travail, rue Charlot, samedi à midi (12h), pour se rendre ensemble à la fête de l’Humanité, si nécessaire.

daniel 06/09/2008 07:59

Salut,

On se serait connu "y'a dix ans" comme dirait Bruel, on aurait pu faire un bout de chemin ensemble. Depuis, j'ai été viré de la CGT (2001) et la CGT en collaboration avec ma boîte a mis fin à mes activités professionnelles (trop long à raconter ici, historique sur mon Blog : http:reseauxoccultesetmedias2.blogs.nouvelobs.com
Tout ça pour dire que si je me réjouis de constater que le constat que j'ai fait il y a une quinzaine d'années sur la collaboration CGT / Employeur est partagé par d'autres, j'ai du mal à croire que "de l'intérieur" vous pouvez encore changer la CGT dont la grande majorité des dirigeants est corrompue. Vous savez MIEUX que moi pour les fréquenter - ou plus excatement les subir - qu'il n'y a rien à en tirer. Vous vous "trompez" en exigeant de la CGT qu'elle pratique un syndicalisme de classes... c'est ce qu'elle fait déjà, sauf qu'elle a choisi de s'allier à la classe bourgeoise contre celle des exploités.
Dans mon Blog je donne des pistes, à savoir que la CGT a résolument tourné le dos à la couleur de son drapeau (rouge, symbole ô combien évocateur). Aujourd'hui les VERTS ont infiltré le syndicat et pris le pouvoir à Montreuil. Le savez vous ?
En son temps j'avais avisé l'ex maire de cette commune qui abrite le siège de la CGT, Montreuil. Il n' a pas daigné donné suite... Résultat, Voynet (VERT) l'a chassé.
La Fédération CGT des Finances (à laquelle j'appartenais) est truffée de traitres dont je donne les noms sur mon Blog.
Le mal s'étend...
Les adhérents diminuent, les salariés tournent eux aussi le dos à la CGT lorsqu'ils s'aperçoivent qu'elle trahit ses propres militants ils se disent que eux ne sont guère plus en sécurité... Pourtant, le train de vie des nababs CGT ne bouge pas, il ne recule pas. Ceci est la preuve d'un financement occulte provenant du patronat, de l'Etat.
Lisez, si ce n'est déjà fait : l'Argent Noir des Syndicats.
Une seule solution : travailler en direction des militants pour qu'ils ne donnent plus leur voix à n'importe qui car c'est justement via les mandats que ces pourris sont reconduits aux fonctions qu'ils occupent.
Une fois mis en minorité il sera facile de les virer, pas avant.

Je termine en vous félicitant quand même pour votre combat et vos prises de positions.

Je mets un lien sur mon Blog vers votre site.

a+

Daniel

pj49 26/08/2008 22:26

Je relaie un mail que j'ai fait passer dans différents réseaux; des entreprises sont encore en grève et occupent toujours certaines, en contact avec différents Collectifs de sans papiers dont la CSP75 qui occupe toujours la BdT commencent à se coordonner; sous toutes réserves, en tout cas des soutiens (trop peu!) s'y emploient avec détermination. Des départs de grève avec occupation en province pourraient redynamiser le mouvement parisien malgré la fatigue et le doute dûs à l'isolement dans les entreprises. A nous d'y travailler!!!
Je crois que l'intérêt de la déclaration de l'UD75 CGT est de les prendre au mot sur l'appel à la grève générale des sans papiers et ce, localement;
voir dans les dossiers du gazprom les interimaires sans papiers; sûr qu'il y en a sur Nantes qui n'osent pas se manifester; l'UL et l'UD vont être coincés même si elles sont hostiles; d'après ce que j'ai compris ça n'est
pas le cas (malgré la circulaire des duettistes Chauveau et Blanche, suite à la 1ère vague) donc ça devrait être possible; à vous de juger de la situation et c'est valable également pour les autres grandes villes de l'Ouest (Rennes, Bordeaux, Rouen...);
Si des grèves avec occupation d'Interims démarrent sans elles (mais si au départ elles sont partantes, c'est bien sûr encore mieux), on peut leur faire confiance pour cavaler derrière; mais c'est aussi valable pour l'agro-alimentaire, les abattoirs, ramassage de volailles, etc... qui
concernent des bourgs de Bretagne. Voir en PJ l'Appel à la grève générale
des sans papiers (à adapter bien sûr, à chaque ville et situation) qui ne circule que parmi les sans papiers dans les foyers et sur les chantiers de la région parisienne; vous noterez qu'il n'est pas signé ce qui fait que tout le monde peut le reprendre à son compte.
La CSP75 a déjà fait cet appel; il est utile de rappeler qu'unE seulE salariéE peut exercer son droit de grève dans une entreprise sans craindre de représailles, sans être syndiquéE et sans appui syndical(Préambule à la
Constitution de 1958) dans la mesure où plusieurs entreprises sont concernées ce qui est le cas.
Je joins également la déclaration de grève de la CSP75 que le ou les grévistes peuvent remettre au patron pour se couvrir. A ceux et celles qui ont déjà de l'expérience de les aider, tout au moins au départ; et surtout
communiquez sur pajol, évitez l'isolement: cette grève doit être nationale et coordonnée par les collectifs de sans papiers et leur soutiens nationalement
Amitiés; -pj49-

"Soyons des électrons libres et de notre union naîtra la bombe atomique
sociale"

Si le mouvement trouve un second souffle, la revendication à mettre en avant ne pourra être que la carte de résidentE de dix ans unifiant tous les statuts mais c'est le rapport de force créé qui sera comme toujours décisif au final et non les parlottes dans les bureaux. C'est à nous qu'il incombera d'empêcher nos "collaborateurs" de négocier quoique ce soit comme pour la première vague; seulEs les déléguéEs des sans papiers dûment mandatéEs doivent en avoir la possibilité APRES l'instauration du rapport de force.

Françoise RIOU 26/08/2008 10:06

Quelle honte ! je ne sais quel autre mot employer ..
Ce tract ne peut pas nous étonner : voilà des mois que nous le disons, que nous l'écrivons : la CGT (la direction de la CGT) trahit les sans papiers.. Elle trahit ses fondamentaux, ses valeurs, ses engagements...

Elle trahit des années de luttes aux côtés des plus pauvres, les immigrés, et parmi eux, les encore plus pauvres et encore plus précaires : les sans papiers.

On est loin effectivement de la 13ème résolution du 48ème congrès qui affirmait notre volonté commune, à la CGT, de voir régulariser TOUS LES SANS PAPIERS...

C'était le sens d'un combat engagé de longue date et en tout cas, largement développé par tous nos camarades de la CGT, un peu partout en France, depuis 1996 ...

Nous avons démissionné pour cette raison, avec plusieurs camarades de nos responsabilités confédérales, à cause de ce recul inacceptable de la CGT, sa trahison...

Pendant que Blanche, Didier Niel et consorts préparaient ce recul lâche et inacceptable, de nombreux militants de la CGT se sont investis dans tel ou tel site, pour soutenir les sans papiers en lutte ...

Il y a eu des enthousiasmes, des rêves de "lendemains qui chantent " ... enfin ???

Mais non, cette CGT d'aujourd'hui, de plus en plus , se met au service du capital et des patrons voyous qui jubilent : non seulement ils ne sont pas pénalisés par le fait qu'ils ont employé et exploité des milliers de sans papiers, mais en plus, la CGT se met à leur service, les aide à remplir les documents obligatoires pour l'embauche (les "cerfas" comme on dit dans le jargon...)

Déjà, on sent que la fin arrive : la CGT et Droits devant demandent aux sans papiers intérimaires en grève d'aller faire la grève sur le trottoir ... et de libérer le lieu de travail...

Cette même CGT qui a chassé les sans papiers de la CSP 75 (ceux qui occupent la bourse ..) parce qu'ils étaient des travailleurs isolés, et que eux, ils n'avaient pas une entreprise à occuper ...

On peut d'ailleurs sourire avec beaucoup d'ironie et encore plus d'amertume quand on entend, pendant la manifestation du 23 août 2008, la représente de l'UD CGT de Paris et du "collectif immigration" (SAkina Ait Ahmed), émue peut être par ces sans papiers fiers et courageux qui manifestent, quand on l'entend donc, appeler, avec un enthousiasme d'institutrice, les sans papiers à répéter après elle "grève générale de tous les sans papiers" alors qu'on nous confirme que la troisième vague n'aura pas lieu..

Au fait, y en a-t-il eu une seconde ????

Nous apprenons par nos camarades sans papiers de Breteuil, toujours en partie en grève et en occupation pour voir régulariser les 4 derniers de leurs copains, que le patron a fait une réunion impromptue pour leur dire que ça commençait à bien faire et pour formuler de nouvelles exigences, concernant leur occupation ...
Et les représentants de Droits Devant (et de la CGT) ont accepté .. profitant sans doute du fait que nous sommes partis nous reposer quelques semaines ...

On pousse donc les sans papiers à cesser leurs grèves... Il faut maintenant s'occuper de choses sérieuses, à la CGT : notamment bien sûr, les Prud'hommes ...

Et l'évacuation de la bourse parce que , bien sûr, elle est toujours prévue ... on attend juste les retours de vacances nécessaires pour que ce soit vite fait bien fait ....

On a la rage : il aurait pu se passer un tel printemps des sans papiers : une lutte qui se serait naturellement amplifiée et on serait arrivés à des milliers et des milliers de régularisation, et non pas 850 ou 900 (ou peut-être les 1000 que Blanche va forcément triomphalement annoncer à la fête de l'Huma ????)

Est-ce trop tard ? Pas forcément , mais il faudrait qu'on arrive ensemble, dans la CGT, à enfin se dire, haut et fort, que cette CGT là n'est pas celle pour laquelle nous avons adhéré ... que nous ne voulons plus de cette cgt qui se "cédétise" ... et qui trahit ceux qui se sont tournés vers elle, ceux qu'elle a appelés et syndiqués ...

Qui nous dira quels profits sont engrangés par Blanche et les autres, pour ainsi trahir les sans papiers ???

Et je repose la question : Blanche à plusieurs reprises, s'est vantée des sommes versées au titre de la solidarité par des militants et des non miliants ... Où est parti cet argent ? qui en profite ??? Les sans papiers ?? il suffit de leur demander ...

oppong 26/08/2008 08:52

Ce tract est sans surprise en ce qui me concerne, mais merci de relayer l'info pour ceux qui comme moi n'habitent pas en région parisienne.

Tourtaux Jacques 25/08/2008 16:08

Je recopies immédiatement ton article sur mon blog. L'attitude de la confédé est honteuse quant aux sans-papiers, mais ça, nous le savions déjà.
J.Tourtaux