Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 16:37

Mercredi 7 mars 2012

22 mars : meeting régional monstre de la CGT à PSA Aulnay !

 

AfficheCGTPSAAulnay.jpgOn sort l'artillerie lourde.

Annoncé lors du meeting des Fralib, la région Ile de France CGT est en train d'organiser un meeting "monstre", sur le parking de l'usine PSA Aulnay, le Jeudi 22 mars à 14h.

Artillerie lourde, c'est à dire discours de Bernard Thibault, navettes gratuites depuis le RER, mobilisation générale avec les moyens qui vont bien. Affiches et parcours de collage, bandeaux, listes de mobilisation, comme on sait si bien y faire quand on le veut à la CGT (le Flash de l'UD 93 est édifiant !). Et sans doute y verra-t-on encore une brochette de candidats, Mélenchon, Artaud, Poutou, peut-être même Eva Joly et Hollande (il est bien venu rencontrer les Fralib !). 5000 personnes attendues...

 

Tant mieux pour les camarades d'Aulnay. Comme ils le disent dans leur dernier tract, c'est le moment, c'est la bonne période, il faut y aller, d'autant que Varin ne rate pas une occasion de parler des surproductions en Europe et d'une reconversion du site d'Aulnay... (voir l'article de Challenges "Pourquoi l'usine d'Aulnay de Peugeot Citroën est condamnée").

Donc plus la mobilisation sera forte, plus le soutien sera large, plus cela donnera du courage aux camarades de l'usine, eux qui au final vont devoir mener le combat en première ligne.

 

tract_22_mars_URIF.jpgCela dit, la tonalité annoncée du meeting fait quelque peu frémir.

On est loin de la défense de l'emploi, de l'intérêt ouvrier, comme on l'était lors de la manifestation du 18 février, ou comme le tract des camarades de PSA.

On est par contre à fond dans la défense de l'emploi industriel, du produire en France, dans la perspective d'une autre économie capitaliste plus raisonnable et  moins prédateur.

La crise n'existe plus, seulement la mauvaise volonté des actionnaires. Du coup, la perspective est locale, centrée sur l'usine d'Aulnay, alors que les exigences apparaissent de plus en plus nationales (avec SevelNord à Valenciennes), européennes (avec Madrid en Espagne, ou Opel en Allemagne) et même au delà dans le cadre du rapprochement avec General Motors.

 

Non, on est là en  plein dans la défense de l'emploi industriel, tarte à la crème de la CGT depuis des années, qui mets les ouvriers et les travailleurs à la remorque d'un supposé bon fonctionnement du capitalisme, comme si on pouvait y rêver.

 

Tous les articles de ce blog autour de cette question de l'emploi industriel, ICI

 

Bien sur, la crise a dévasté le secteur industriel. Bien sur des milliers d'usines ont fermé (et ça continue !), des dizaines, des centaines de milliers d'ouvriers se retrouvent au chômage. Bien sûr il faut se battre pour l'emploi, pour la défense des postes de travail, becs et ongles, ne rien lâcher, et particulier ne pas se faire piéger par le mirage des primes et des plans sociaux.

C'est notre peau qu'on défend, celle de nos familles, ici, à SevelNord, Madrid ou ailleurs. Et pas seulement la nôtre, celle des emplois chez les sous-traitants, parmi les intérimaires même si on se bat pour leur embauche.

 

Mais il y a dans le discours confédéral repris dans le meeting, un glissement qui part de ce sentiment, cette colère, cette révolte, pour nous entraîner sur le terrain du capitalisme, des marchés mondiaux, de la concurrence et de la guerre économique ("Produire en France", donc pas ailleurs !), de la crise mondialisée. Ils nous disent "c'est possible" ! mais surtout ils ne disent pas comment. Et nous, nous le savons bien. C'est possible si nous acceptons de plier sous les décisions de nos exploiteurs.

Il faut la rage et la détermination féroces de camarades comme à Goodyear ou à Fralib pour montrer la voie de la défense de l'emploi (même si on peut discuter de telle ou telle orientation).

Il faut refuser de se laisser enchaîner dans le discours économique, du marché, de la concurrence. Nous avons tout à y perdre, et en particulier notre indépendance, la défense de nos intérêts propres.

 

Jeudi 22, nous devons venir en force, pour affirmer notre soutien aux camarades de PSA Aulnay. Pas pour rentrer dans le discours syndicalo ou politico réformiste raisonnable.

Nous viendrons dire que le capitalisme fait faillite, et que nous voulons une autre vie dans une autre société !

 

Autocollant PSA petit

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

Pierre 12/03/2012 19:05

"Bien sûr il faut se battre pour l'emploi, pour la défense des postes de travail, becs et ongles, ne rien lâcher,". Se battre pour l'emploi industriel c'est bien se battre pour l'emploi non ? Se
battre pour l'emploi en France c'est bien se battre pour l'emploi en refusant les délocalisations non ? Vous n'êtes pas contre cela j'espère ? D'accord pour dénoncer les dérives chauvines des
politiciens de la direction confédérale et des candidats mais, il ne faut pas mettre dans le même panier les justes revendications ouvrières, même récupérées à leur insu et mal formulées sinon,
c'est désespérer le prolétariat et, au pire, se couper d'eux. Ce qui, pour des oppositionnels de classe, serait le comble. Camarades soyez plus nuancés dans votre approche. Personnellement, je
défends l'emploi industriel pour que les ouvriers puissent encore avoir du travail plutôt que de pointer au chômage et de l'emploi en France pour ne pas être obliger de partir à moindre coût sinon,
de pointer au chômage. Et je n'ai rien d'un chauvin ni d'un nationalistes ni d'un anti-internationaliste, mais c'est la logique même.

Eugène 13/03/2012 07:12



C'est exactement ce qui est dit dans l'article, rien d'autre, nous sommes d'accord.


 


Mais la question est de savoir si au nom du combat pour l'emploi il faut rester silencieux sur les dérives dans lesquelles la direction confédérale veut nous entraîner ? Il apparaît que le jeudi
22 mars, la Conf' veut en faire une journée partout pour l'emploi industriel, il y a par exemple un autre rassemblement national prévu à Florange de toute la sidérurgie le même jour.


A PSA Aulnay, les camarades de l'usine ont tout juste été consultés, et encore, certains délégués n'étaient même pas au courant de l'initiative il y a quelques jours...


L'article du blog affiche son soutien à la lutte pour l'emploi, et appelle à la  participation à ce rassemblement, c'est sans ambiguité, mais met les points sur les i pour ce qui est de
l'orientation et des choix confédéraux, qui au fond, n'utililsent la lutte des camarades (de PSA, comme de Florange ou d'ailleurs) que comme prétexte pour développer leur orientation chauvine.



Eugène 12/03/2012 07:08

Il semblerait que la direction de PSA apprécie moyennement la tenue de ce meeting et affirme sa volonté de l'interdire...

A suivre