Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 05:55

Jeudi 3 Juillet 2008

Sans-papiers : enterrement de première classe pendant l'été ?



Dans
un article précédent il y a presque deux semaines, nous informions de l'imminence supposée d'une troisième vague de grève, marquant un élargissement important du conflit. Plusieurs indices et rumeurs nous le laissaient penser, et nous invitions nos lecteurs à y participer massivement.

Depuis, RIEN. Non seulement cette troisième vague n'a pas eu lieu, mais c'est l'étouffement complet de l'information, plus rien ne circule, les diverses luttes prennent un tour très local, pour autant qu'elles se poursuivent.
La Confédération a explicitement rejeté lors d'une réunion le 20 juin (dont le compte rendu nous est parvenu ultérieurement) la troisième vague en préparation, et
le document officiel de cette réunion est sans appel : il s'agit "d'attendre" de voir ce que va faire le gouvernement... Mais le bilan n'est-il déjà pas clair ?
Depuis, les indices sont sombres :
un lecteur nous informe que B.Thibault aurait annoncé sur Europe 1 (nous n'avons pas le moment exact, à confirmer - nous capturerions l'extrait pour le mettre en ligne) la réduction ahurissante des exigences de la CGT : "quelques milliers" de régularisations suffiraient... Histoire de ne pas perdre la face sans doute, et tant pis pour la plupart des grévistes, tant pis pour tous les sans-papiers, tant pis pour l'avenir ? Comme le dit notre lecteur, un recul historique - et même une trahison -, si tel était le cas !

Pourtant, la pression des sans-papiers existe toujours. 150 manifestants à Vitry le 29, dont la moitié de sans-papiers. Manifestation à Toulouse. Poursuite des mobilisations ici ou là.
Une nouvelle fois, nous en appelons à nos lecteurs pour faire le point, regrouper nos infos et tenter un aperçu que la Confédération refuse absolument de donner de peur de provoquer l'élargissement dont elle ne veut pas.

Ce qui semble en ce moment se dessiner, c'est un lent étouffement en profitant des vacances, dont on peut facilement imaginer qu'il va se doubler d'une "résolution" par la Confédération de l'occupation de la Bourse du Travail de Paris (puisque c'est la Conf' qui a pris le dossier en mains, voir le document ci-dessus).
Malheureusement, on ne peut que constater que le mouvement de lutte et de soutien est toujours à la remorque des décisions de la direction de la CGT. Combien de temps, combien de trahisons faudra-t-il encore pour que les syndicalistes honnêtes, que les militants de classe prennent eux-mêmes leurs affaires en mains, contre la collaboration de classe ?

Ne laissons-pas faire ! Ne laissons pas le voile du silence retomber !
Libre circulation de tous les travailleurs !
Avec ou sans-papiers, nous sommes tous des travailleurs exploités !
Régularisation sans conditions de tous les sans-papiers !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Sans-papiers
commenter cet article

commentaires

Patrice Bardet 14/07/2008 06:15

Les propos de B.T. à Europe 1 sont repris partiellement dans le "journal de LA BOURSE DU TRAVAIL OCCUPEE n°2 (page 8).
je cite "12 MAI. Lors d’une émission sur Europe 1 Bernard
Thibault affirme qu’il est pour une régularisation au cas par cas concernant les dossiers déposés par la CGT, et que, pour le reste, « non, nous ne voulons pas la régularisation globale des sans-papiers »."

http://quotidiensanspapiers.free.fr/w/IMG/pdf/QSP-Bourse-n2-A4.pdf

Ce journal est un excellent résumé de la situation à la Bourse, mais aussi au CRA de Vincennes

pj49 11/07/2008 02:13

Oubli de ma part:
Il y a un autre resto "Hyppopotamus" en gréve du côté de La Vilette qui n'est pas mentionné dans la liste ni celle de l'UD75; à vérifier

pj49 11/07/2008 02:03

Nouvelle Interim en gréve; il s'agit de GAPI Interim dans le XIIème; nombre de grévistes inconnus; n'hésitez pas à aller les voir; déjà 3 Interim dans le mouvement et ça n'est que le début. Il faut regrouper absolument tous les dossiers et les joindre à ceux de la CSP75 et du 9ème Collectif et des Collectifs existants au national. La BdT de la rue Charlot me semble l'endroit où faire converger tous ces dossiers en attendant que le rapport de force donne sa pleine puissance pour exiger du gouvernement et non des préfectures la carte de résidant de dix ans et non une carte de séjour d'un an basée principalement sur le travail et laissant les autres dont les femmes et les emplois sur le carreau. En composant ce rapport de force constant avec des occupations d'administrations dans toute la France, la régularisation massive et durable deviendra possible... encore faut-il le vouloir et le préparer!
A propos de Lyon (cf. commentaire de l'article "changement de ton"); il me parait extraordinaire qu'il n'y ait pas de sans papiers parmi les intérimaires de cette ville et en assez grand nombre pour que des gréves ne soient pas organisées; si cela peut aider le tract diffusé sur la région parisienne qui peut être adapté à la réalité de chaque région:

VERS LA GRÈVE GÉNÉRALE DE TOUS LES SANS-PAPIERS
Etre sans papiers :
C’est la peur quotidienne du contrôle dans la rue comme au travail
C’est être licencié comme certains l’ont été dernièrement.
C’est la police qui vient vous chercher au petit matin et qui emmène toute la famille. C’est le CRA et l’expulsion.
Seul, le sans papier est sans défense face à l’Etat, sa police et ses tribunaux !

Nos camarades de « Perfect Interim » l’ont bien compris et se sont mis en grève pour les papiers;
Ceux de « MANBTP » viennent de se joindre à eux et suivent ainsi l’exemple de nombreux sans papiers d’entreprises du BTP, de la restauration, du nettoyage et de la sécurité en grève.
Ils revendiquent des papiers pour tous. En effet, à quoi bon des papiers pour le travailleur si sa femme et ses enfants sont expulsables ?
NOTRE FORCE:
C'EST NOTRE SOLIDARITÉ
C’EST NOTRE UNION DANS LA GRÈVE
C’EST NOTRE POIDS ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

Sans les travailleurs sans papiers, combien de chantiers tourneraient, de restaurants, d’entreprises de nettoyage, etc… Sans les travailleuses sans papiers, qui garderait les enfants, s’occuperait à domicile des anciens, des malades, des handicapés, etc…
Avec les Collectifs de Sans Papiers, nous revendiquons :
-La carte de résident (10 ans) renouvelable pour toutes et tous ;
-La fermeture de tous les Centres de Rétention Administrative (CRA), véritables camps d’internement pour étrangers ;
-La suppression de la taxe ANAEM, discriminatoire à l’embauche.

Pour te joindre au mouvement :
Discute avec les diffuseurs de ce tract !
Va à l'annexe de la Bourse du Travail devenue la Bourse des sans papiers en lutte, rue Charlot et parle avec les délégués de la Coordination des Sans Papiers (CSP75).

Pour ne plus vivre dans la peur, rejoins la grève

VERS LA GRÈVE GÉNÉRALE DE TOUS LES SANS-PAPIERS
sans papiers :
C’est la peur quotidienne du contrôle dans la rue comme au travail
C’est être licencié comme certains l’ont été dernièrement.
C’est la police qui vient vous chercher au petit matin et qui emmène toute la famille. C’est le CRA et l’expulsion. Seul, le sans papier est sans défense face à l’Etat, sa police et ses tribunaux !

ENSEMBLE Nos camarades de « Perfect Interim » l’ont bien compris et se sont mis en grève pour les papiers;
Ceux de « MANBTP » viennent de se joindre à eux et suivent ainsi l’exemple de nombreux sans papiers d’entreprises du BTP, de la restauration, du nettoyage et de la sécurité en grève.
Ils revendiquent des papiers pour tous. En effet, à quoi bon des papiers pour le travailleur si sa femme et ses enfants sont expulsables ?
NOTRE FORCE
C'EST NOTRE SOLIDARITÉ
C’EST NOTRE UNION DANS LA GRÈVE
C’EST NOTRE POIDS ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

Sans les travailleurs sans papiers, combien de chantiers tourneraient, de restaurants, d’entreprises de nettoyage, etc… Sans les travailleuses sans papiers, qui garderait les enfants, s’occuperait à domicile des anciens, des malades, des handicapés, etc…
Avec les Collectifs de Sans Papiers, nous revendiquons :
-La carte de résident (10 ans) renouvelable pour toutes et tous ;
-La fermeture de tous les Centres de Rétention Administrative (CRA), véritables camps d’internement pour étrangers ;
-La suppression de la taxe ANAEM, discriminatoire à l’embauche.

Pour te joindre au mouvement :
Discute avec les diffuseurs de ce tract !
Va à l'annexe de la Bourse du Travail devenue la Bourse des sans papiers en lutte, rue Charlot et parle avec les délégués de la Coordination des Sans Papiers (CSP75).

Pour ne plus vivre dans la peur, rejoins la grève

Eugène 11/07/2008 07:06


Nota : le tract ici reproduit est désormais en lien à l'intérieur même de l'article "Changement de ton à la CGT", pour avoir une
version déjà mise en page et diffusable.


pj49 10/07/2008 11:06

Nous travaillons à l'élargissement sur l'IdF; soit! mais qu'en est-il du reste de la France?
Avoir des nouvelles de Nantes sont une bonne chose mais qu'en est-il de Rouen où des débuts prometteurs avaient été enregistés?
De même où en est la situation à Nice? Il paraitrait que des dossiers ont été déposés par l'UL; je ne suis pas sûr que ce soit la bonne méthode pour élargir et renforcer le rapport de force que l'on essaie de construire.
Pareil pour Lyon où il semblerait que des dépots se font à la sauvette???
Vous pensez que la CGT peut encore être redressée de l'intérieur; je crois que la CGT est trop gangrénée par la bureaucratie mais je peux me tromper aussi je suis de ceux et celles qui ne demandent qu'à vous appuyer dans ce sens mais la clarté et la visibilité doivent être de mise si nous voulons que cette tentative ne soit vouée à l'échec; pas de demi-mesure. Relayez toutes les infos; vous avez deviné que je ne m'adresse pas aux animateurs de votre blog qui le font mais à tous ceux et celles qui le lisent.
Je suis le premier à dénoncer la bureaucratie dans ses paroles comme dans ses actes mais aussi le premier à dénoncer ceux et celles qui cassent systématiquement du syndicat au nom d'une pseudo-pureté "révolutionnaire" qui n'est en fait que le masque idéologique de leur propre impuissance pour organiser le mouvement social; c'est facile le "c'est la faute à...";
beaucoup plus difficile est "quelle stratégie pour la victoire et comment la mettre en oeuvre?"...
Je suis heureux de lire sur Pajol que l'UD de Toulouse relaie la gréve de la faim dans le CRA
qui tranche avec le désintérêt total de la confé. à ce sujet.
Alors camarades n'ayez pas peur de communiquer toute info sur votre région; il est incroyable à l'époque d'Internet que nous en soyons réduits aux bruits de chiottes des réseaux; difficile d'élaborer des tactiques pour mettre en oeuvre une stratégie cohérente dans ces conditions car toute tactique suppose une bonne connaissance des rapports de force et leur évolution.
Il a été question de gréves qui (?) se dérouleraient sur la côte (Nice, Antibes) malgré l'ambiance hostile du coin (d'après des camarades qui y ont vécu); qu'en est-il?
De même sur Lyon, Bordeaux, ... la mobilisation des camarades sans papiers semblait le prélude à une extension rapide du mouvement.
Depuis, black out complet; alors assez de repli sur soi, de cachotteries, de rétention d'infos volontaires ou non!
Les intérêts collectifs de notre classe sont notre ciment; c'est la base même du syndicalisme. Notre UNION se forge dans nos luttes; voilà notre vraie boussole.
Le combat historique que livrent nos camarades sans papiers exige de notre part une solidarité sans faille qui dépasse et de loin la question des papiers; c'est l'avenir de tout le mouvement révolutionnaire international en France qui est dans la balance et aucune considération boutiquière ne doit nous arrêter.
Alors camarades n'hésitez pas! informez; en ce moment la moindre info locale est plus importante que tous les discours! -pj49-

pj49 10/07/2008 04:05

Pour ce qui est des Interim, le calcul des vacances de la confédé tombe à l'eau car les chantiers n'arrêtent pas et recrute des intérimaires à plein; c'est une période favorable pour étendre les grèves et paralyser les chantiers;
pour les restaurants, c'est du kif: saison touristique oblige et la ville la plus visitée du monde va offrir au touriste étranger le spectacle de ses grévistes sans papiers! bonjour la saison; c'est une opportunité pour renforcer le rapport de force et c'est à nous touTEs de nous y employer.
Courage! grâce au courage et à la détermination de nos amiEs sans papiers (+ de 3 mois de grève pour certains!), le rapport de force se construit...
Les travailleurs qui partent en vacances à défaut de les remettre peuvent au moins contribuer au soutien financier à cette lutte exemplaire; c'est un minimum... syndical!

Jean 04/07/2008 21:27

Jeudi 3 juillet 2008, plus de 60 travailleurs sans papiers travaillant pour MAN BTP, entreprise d'interim du secteur du bâtiment se sont mis en grève, soutenus par l'Union syndicale Solidaires. L'entreprise, occupée par les travailleurs en lutte, est située au 15 rue Saint Vincent de Paul, Paris 10ème.

Cette nouvelle action se situe dans la continuité des actions initiées le 15 avril par plusieurs organisations syndicales – CGT, CNT et Union syndicale Solidaires – et par des associations de soutien.

Trois mois après le début du mouvement de grève de plusieurs centaines de travailleurs « sans papier » le dépôt de plus de 1 000 demandes de régularisations, dont 200 dossiers concernant des travailleurs intérimaires, peu de choses ont changé de la part du gouvernement. Non seulement les préfectures freinent la régularisation des travailleurs Sans Papiers en lutte, mais elles refusent de prendre en considération le cas des travailleurs et des travailleuses isolé-es, qui ne peuvent se mettre en grève.

C'est pour cela qu'il est nécessaire d'amplifier les mouvements de grève, afin d'obtenir la régularisation de l'ensemble des travailleurs et travailleuses sans papiers, et à terme, de toutes et tous les sans papiers.

Le but du gouvernement n'est pas de faire disparaître les sans papiers - le patronat en a trop besoin - mais il est de les terroriser, avec ceux qui les hébergent. Tous sont contraints d'accepter des conditions de travail et de logement scandaleuses. Pendant le temps qu'ils sont en France, les sans papiers sont à la merci des employeurs qui les font travailler dans les travaux les plus pénibles, sans aucune protection sociale et pour une paye de misère.

La régularisation des sans papiers en France nous concerne toutes et tous : le patronat les utilise aussi pour faire pression sur les salaires et les conditions de travail dans les entreprises qui ne peuvent agiter la menace de la délocalisation.

Le gouvernement et le patronat sèment la peur et développent la précarité chez les sans-papiers, femmes, enfants et jeunes lycéen(ne)s compris. Facile après pour les patrons (bâtiment, restauration, nettoyage, sécurité...) ou les marchands de sommeil d'en profiter !

Les Sans papiers travaillent ici, vivent ici, ils doivent rester ici : Régularisation de tous les Sans Papiers.

Solidaires Paris .

Gael 04/07/2008 16:10

Etat des lieux à Nantes:
*50 contacts sans-papiers depuis le mois de mai
*dont 30 de dossiers en cours de constitution
dont très peu peuvent bénéficier de régularisation par le travail(certains ont été viré, d'autres ont des promesses d'embauche qui datent, et beaucoup ne peuvent rien justifier d'un lien avec le travail).
*Participation à la manifestation du 17 juin
*Rassemblement le 30 juin devant le Forum mondial des Droits de l'Homme organisé par JM Ayrault, avec la participation de Rama Yade, pour demander des droits pour les SP.
*Réunion avec sans-papiers et associations de soutien toutes les 2 semaines.
*Prévision d'une réunion autonome des sans-papiers, organisés autour de la cgt.
*Syndicalisation très faible (une carte)
*Aucune femme ne participe au mouvement.
*Parallèlement "les ni régularisables ni expulsables", autres catégories de sans-papiers se regroupent avec le Gazprom(fasti). Pas de contact pour le moment entre les deux groupes de sans-papiers.
*Aucune possibilité d'organiser une grève du fait de l'isolement des sans-papiers entre eux, dispersé dans plusieurs boites et dont presqu'aucun n'a de CDI. Ici on est loin de la situation parisienne!
Selon les infos entendues sur Toulouse, Lyon et Bordeaux, même s'ils ont commencé un peu plus tot, le profil du mouvement est sensiblement le même.
Mon avis c'est que si la régularisation par le travail est un facteur de division pour le mouvement parisien et laisse les régularisés (137!)dans la précarité, la régularisation par le travail en Province est tout simplement une impasse.
Déjà, la pression des sans-papiers est forte pour dépasser le critère du travail: "Et ma femme qui ne travaille pas?" "J'ai été licencié, est-ce que je peux déposer un dossier si j'ai pas de travail" etc. L'adresse aux seuls TRAVAILLEURS sans-papiers sur les tracts passe mal chez les SP. Depuis la modification a été faite. Mais sur le papier on parle de régularisation de tous les SP, mais dans la pratique on ne parle que de régularisation par le travail... On laisse aux assos le soin de s'occupper des autres cas, plus tard quand "on aura enfoncé un coin". La démarche est proche de celle de l'IDF.

Tourtaux Jacques 04/07/2008 10:13

Je partage entièrement ton analyse. J'ai lu attentivement le commentaire de la camarade Françoise RIOU. On ne peut être qu'effaré devant tant de lâcheté de la part de la confédération CGT. Le mot lâcheté n'est, me semble-t-il, pas trop fort lorsque l'on sait que tous ses travailleurs sans-papiers sont livrés, coordonnées en mains, aux autorités préfectorales. Pendant que nos camarades, qu'ils soient syndiqués ou non se battent pour leur Dignité, celle d'être reconnus comme tout un chacun, celle de pouvoir circuler librement, de pouvoir vivre décemment, par leur résignation, leur compromission, chaque jour de plus en plus évidente, pas seulement en ce qui concerne la courageuse lutte des sans-papiers, les dirigeants de la CGT dont les regards sont déjà tournés vers la route des vacances en attendant la récompense, que ne va pas en retour oublier de leur offrir Sarkozy, laissent carrément tombés les sans-papiers en jouant le pourrissement de leur magnifique combat qui aurait mérité, là où c'était possible, une extention nationale. Il suffit de regarder du côté du haut fonctionnaire des impôts qu'est le toujours numéro 2 de la confédé Le Duigou pour être fixé.Il n'y aura pas photo.

Concernant Bellaciao, j'ai moi aussi été victime de la censure de ce site, en particulier de commentaires de La Louve à la limite de la correction et qui m'ont valu une floppée d'autres commentaires que l'on peut hélas lire notamment sur GOOGLE à la première page en cliquant sur mon nom. Certains internautes que je ne connais pas, sont bien remontés, c'est le moins que je puisse dire.

En espérant des jours meilleurs que nous ne pourront connaître que grâce à la lutte des classes, je renouvelle ma totale solidarité avec nos courageux camarades sans-papiers.
Jacques Tourtaux



vont permettre au gouvernement et à Hortefeux d'asséner leurs mauvais coups contre le les malheureux sans-papiers.

françoise Riou 04/07/2008 00:44

Quel gâchis ! La lutte des sans papiers démarrée par le conflit de la Grande Armée, puis en avril/mai .. aurait dû permettre un grand mouvement de colère, de grève, des sans papiers.. un "mai 2008" des sans papiers : toutes les conditions étaient réunies : les sans papiers prêts à se battre, les militants de la CGT prêts à soutenir (et pas que les militants de la CGT).. un grand mouvement démarrait, pour la régularisation de tous les sans papiers..

tout était prêt .. Et la direction de la CGT, suite à des calculs obscurs (calculs politiques, calculs particuliers pour certain(e)s... . du genre "qu'est ce que je vais faire quand je ne serai plus au bureau confédéral" .. par exemple - je ne suis pas sûre évidemment mais je ne peux m'empêcher de me poser la question - ... et , en plus de ces calculs, bien sûr, le rapprochement avec la CFDT, la cédétisation, comme on dit maintenant, la volonté de s'aligner sur des positions qui ne sont plus des positions de classe, encore moins de lutte de classe..) la direction de la CGT , donc, fait marche arrière : on arrête .. on se donne le temps de voir ce que fait le gouvernement ..

Mais c'est tout vu ! le gouvernement, Hortefeux, ils ont tout vu et tout compris : pas besoin d'être très malin pour comprendre que la CGT se retire ..

disparu, le rapport de force !!

Y a les vacances .. et après y aura les Prud'hommes ... alors, les sans papiers ...

Que se passe-t-il aujourd'hui ? eh ben, on sait pas trop, puisque la conf continue à centraliser les chiffres (on nous a même demandé les chiffres des copains régularisés au restaurant de Breteuil, et même leurs noms ....)

Pourtant, un communiqué de l'Ud de Paris donne des éléments : mais ce communiqué, on ne le fait pas circuler .. pourquoi ? parce que les chiffres feraient rire, s'il ne s'agissait de la vie de tant d'hommes et de femmes exploités, surexploités, à bout ...

donc, ce communiqué de la CGT Paris, le voici, ci dessous . 137 régularisations pour Paris, y a pas de quoi pavoiser !!!

Pourtant, encore aujourd'hui les sans papiers veulent lutter .. et les militants veulent soutenir , en tout cas, c'est vrai sur Paris .; Mais avec les consignes confédérales, les vacances et les Prud'hommes... ça va tenir combien de temps, ce soutien ?

au fait : faut pas dire tout ça sur "bellacio" (pas même une phrase, parlant d'une déferlante qui n'est pas même une vaguelette parce qu'on est censuré... Heureusement que ces gens n'ont pas le pouvoir ! je n'ose imaginer où l'on nous enfermerait ..)

Voilà donc, le communiqué .. et un dernier mot : comme j'aimerais me tromper !!

Françoise Riou


fr



Sans papiers-Communiqué Union départementale CGT de paris

INFO SANS-PAPIERS N° 6 DU 26 JUIN 2008 DE NOUVEAUX SALARIES DANS L’ACTION BOULANGERIES PAUL ET RESTAURANT LADUREE
Depuis le 24 juin, 12 salariés sans-papiers des restaurants Ladurée et des boulangeries Paul (UES Holder) sont en grève. Ils occupent la boulangerie Paul, rue Lescot, Paris 1er, métro Les Halles.

Un protocole d’accord entre la CGT, les grévistes et l’employeur est en cours d’élaboration. La direction de Paul s’engagerait à soutenir la démarche de régularisation et à la constitution des dossiers. Elle s’apprêterait à réembaucher un salarié licencié en 2005 pour absence de papiers. Toutefois, les dirigeants des restaurants Ladurée sont réticents à cet accord. Une prochaine réunion a lieu le 27 juin à 15 heures 30.

Ce conflit s’inscrit dans le cadre d’une lutte syndicale sur les salaires et les conditions de travail. Les salariés sans-papiers sont non seulement syndiqués, mais aussi à l’origine de la création du syndicat CGT des boulangeries Paul. PERFECT INTERIM

Des salariés sans-papiers de Perfect interim, Boulevard Magenta, sont en grève depuis le 16 juin. Ils n’occupent pas les locaux, mais, chaque jour, distribuent des tracts devant l’entreprise. Certains d’entre eux y travaillent depuis plusieurs années, 8 ans, dans certains cas.

Un début de dialogue s’était amorcé avec l’employeur. Celui-ci a décidé de le rompre.

Tant Perfect intérim que les sociétés clientes profitent de la situation de précarité de ces travailleurs pour leur imposer des conditions de travail très difficiles.

La CGT a déposé les dossiers en préfecture. A propos de la situation générale des intérimaires et des salariés à temps partiel

A la suite d’une rencontre entre la CGT et le PRISME, chambre patronale des sociétés d’intérim, nous avons appris qu’un imprimé spécifique CERFA a été élaboré pour la régularisation des salariés sans-papiers qui n’ont pas de revenus réguliers.

Pourra-t-il être utilisé pour les salariés sans-papiers à temps partiel dont beaucoup d’entre eux n’ont pu être jusqu’à présent régularisés faute de revenus suffisants ? TED DEMOLITION

12 salariés sans-papiers de l’entreprise TED démolition occupaient, depuis le 23 juin, le chantier situé 14 rue des Volontaires, dans le 15ème arrondissement, pour obtenir leur régularisation. Le 26 juin, un protocole d’accord signé par la CGT et l’employeur a mis fin à la grève.

Le siège de l’entreprise étant situé à Montreuil, le conflit est suivi par l’Union locale de cette ville. DES NOUVELLES DE… MANET, REFERE D’EXPULSION

Un référé d’expulsion aura lieu le vendredi 27 juin à 15 h, à la demande de la direction de l’entreprise MANET (nettoyage) ; celle-ci est occupée depuis le 23 mai par 8 salariés dont 7 femmes.

Nous appelons tous les camarades qui le peuvent à venir les soutenir. RENDEZ-VOUS

VENDREDI 27 JUIN A 14 H 45

AU PALAIS DE JUSTICE

SALLE DES PAS PERDUS CASTRO (nettoyage, 15ème)

Le 25 juin, à l’appel de l’Union locale du 15ème arrondissement et avec la participation d’élus et d’associations, un rassemblement de soutien aux salariés sans-papiers de l’entreprise de nettoyage Castro, en grève depuis le 20 mai, a eu lieu devant la mairie du XVème.

La direction, qui multiplie les provocations refuse de compléter les dossiers de régularisation. A deux reprises, l’Union locale a rencontré l’inspection du travail ; celle-ci s’est rendue sur le site et a prévenu l’employeur d’un possible procès-verbal pour embauche irrégulière de salariés.

Un adjoint au maire a reçu une délégation. L’élu a affirmé qu’il appuierait auprès de la préfecture les dossiers des grévistes. Il a par ailleurs déclaré que la mairie était opposée aux patrons « voyous » et qu’elle apporterait son soutien à « ces personnes qui travaillent ».

La pétition de soutien à nos camarades, qui a recueilli 914 signatures, notamment auprès des habitants du quartier, a été remise à l’occasion de cette entrevue. FABIO LUCCI (sécurité, 19ème)

Le 18 juillet, aura lieu un référé à la demande de la CGT et des salariés de Fabio Lucci, toujours en grève pour le paiement de leurs salaires.

La CGT demande la reconnaissance de la responsabilité de la société Vetura (enseigne commerciale Fabio LUCCI) dans le conflit qui a opposé les salariés aux différentes entreprises sous-traitantes.

Cela se concrétise notamment par les demandes suivantes :

* reprise des salariés par la société Vetura et requalification de leur contrat de travail en agent d’accueil alors qu’ils étaient agents de sécurité, * paiement par Vetura des salaires et arriérés de salaires ainsi que des éléments qui s’y rattachent : heures supplémentaires, primes de panier, etc.

Chacun de nos camarades est désormais titulaire d’une carte de séjour d’un an renouvelable.

Dans le 19ème, s’est créé un comité de soutien aux salariés sans-papiers de l’arrondissement. Il se réunit toutes les semaines. Des salariés de deux entreprises de cet arrondissement seraient prêts à rejoindre la grève.

LA GARE (restaurant 16ème)

19 salariés sont en grève depuis le 20 mai.

* 4 ont été régularisés (Préfecture de Paris) * 1 a reçu une APS (autorisation provisoire de séjour). Son contrat a été requalifié en CDI par l’employeur. * 4 salariés étaient convoqués le 26 juin (Préfecture de Seine Saint-Denis). * 9 ont reçu un récépissé d’un mois (Préfecture des Hauts de Seine) * le dernier n’a pas encore été convoqué par la Préfecture de l’Essonne.

CONGRES D’AUTEUIL (restaurant,16ème)

7 salariés sont en grève sur ce site dont trois ont été licenciés en décembre 2007. Le Tribunal, saisi par la direction au lendemain du premier jour d’occupation, a nommé un médiateur. Depuis, l’employeur a accepté de participer à la constitution des dossiers y compris ceux des salariés licenciés pour absence de papiers.

DMMS (nettoyage, 20ème)

51 dossiers ont été déposés les 27 et 29 mai en Préfecture de Paris.

* 5 salariés ont été régularisés à Paris, * 4 sont en attente d’une réponse de la DDTE, * 1 dossier a été refusé par la DDTE pour cause de temps partiel, * 6 salariés sont convoqués les 27 et 30 juin (Val d’Oise), * 2 autres sont convoqués les 2 et 7 juillet (Hauts de Seine)

Aucune convocation n’est à ce jour parvenue de la Seine Saint-Denis et du Val de Marne.

A la suite du refus de la DDTE de valider un dossier pour cause de salaire insuffisant (travail à temps partiel), la CGT a demandé à rencontrer cette direction. Elle sera reçue le 30 juin.

RENCONTRE AVEC LA PREFECTURE DE POLICE DE PARIS

Comme chaque semaine, l’Union départementale a rencontré, le 23 juin, des représentants de la Préfecture, dont monsieur Quastana, directeur de la police générale.

Un bilan global a été effectué ainsi qu’un point sur les sites occupés : Bilan des dossiers

- 507 dossiers déposés par CGT 75, Droits Devant et Femmes Egalité,

- 293 dossiers ont été transférés vers les autres Préfectures,

- 194 dossiers ont été transférés des autres Préfectures vers Paris,

- 408 dossiers ont été examinés ou sont en cours d’examen,

- 285 convocations ont été éditées,

- 137 régularisations par la Préfecture de Paris sont effectives.

Sur les 285 convocations adressées par les préfectures, un grand nombre n’ont pas été honorées par les travailleurs sans-papiers. Cela serait dû au fait que certaines UD ne regardent pas les mail envoyés par l’UD de Paris.

Nous attendons un bilan précis. A partir de ce bilan, la Préfecture attendra notre feu vert pour re convoquer les travailleurs sans papiers.

Point sur les sites occupés depuis le 15 avril 2008

« Chez Papa

27 régularisations pour 39 dossiers déposés.

Monsieur Quastana fait revenir les dossiers non encore traités par les autres Préfectures :

o 1 est convoqué le 27 juin à Nanterre o 2 sont convoqués le 25 juin à Paris o 1 est re convoqué le 3 juillet dans l’Oise (on essaye d’avancer la date). o 2 ne seront pas régularisés parce qu’Algériens (un accord bilatéral a été signé entre la France et l’Algérie qui ne le permet pas.) Nous tentons la régularisation en « vie privée, vie familiale », o 1 a une carte CST (maladie). Nous tentons de la transformer en carte de travail, o les dossiers des 5 autres vont être ramenés sur Paris.

« Marzano »

- 7 régularisations pour 10 dossiers déposés,

- les 3 autres vont être ramenés sur Paris

« Xaintrailles »

- 17 régularisations pour 29 dossiers déposés

- 2 ont été refusées par le 92 ; des OQTF (obligation de quitter le territoire français) ont été remises aux personnes concernées. Nous essayons de faire réexaminer ces 2 dossiers.

- les 10 autres dossiers vont être ramenés à Paris pour examen.

Point sur les sites occupés depuis le 20 mai 2008

Un point plus précis sera fait lors de la prochaine réunion du 1 juillet à 15 h 00

Mr QUASTANA a accepté de faire revenir les dossiers non traités par les autres Préfectures pour les entreprises suivantes :

o Eigen o La Villa Café o Aura o Barlotti o Bario Latino o CDT o Manet o Castro o Le Congrès d’Auteuil (dès que les dossiers seront déposés, il resteront à Paris pour y être traités)

Bistrot Romain

o 27 dossiers ont été déposés,

- 6 salariés sont régularisés sur le 75,

o 15 ont été déposés sur le 93, o 1 sur le 95, o 5 autres sur le 75

Les dossiers non traités vont être ramenés sur Paris

10 de ces 20 dossiers sont ceux de salariés licenciés pour défaut de papiers. Nous avons demandé que leur soit délivré un récépissé de 3 mois avec autorisation de travail afin qu’ils puissent trouver un emploi. Monsieur Quastana doit nous donner une réponse avant la fin de semaine. NOUVEAU RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE

A chaque rendez-vous hebdomadaire, la Préfecture de Paris affirme vouloir accélérer l’examen des dossiers, en particulier, ceux des salariés en grève depuis le 15 avril. Pour l’instant, nous constatons que les congés arrivent et que les régularisations se font au compte goutte.

La commission exécutive de l’Union départementale a donc décidé d’un nouveau rassemblement devant la Préfecture de Paris :

RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DE POLICE DE PARIS JEUDI 3 JUILLET

DE 12 A 14 HEURES

METRO CITE

Elle a également arrêté le principe d’un rassemblement devant le ministre de l’Immigration.

Celui-ci pourrait avoir lieu le 10 juillet prochain. Cette date reste à confirmer. MEETING A LA HALLE CARPENTIER : SES SUITES

40 contacts ont été recensés par l’Union départementale, à l’issue du meeting de la Halle Carpentier. Il s’agit de salariés qui travaillent dans des entreprises comptant plus de cinq salariés sans-papiers.

L’UD envisage de les réunir. SOLIDARITE FINANCIERE

La solidarité sous toutes ses formes est fondamentale. La solidarité financière est un élément très important de cette lutte. Elle permet d’aider les salariés à poursuivre l’action et à faire face aux multiples problèmes qui se posent quand on n’a plus de salaire. C’est le cas de tous les salariés sans-papiers en grève, pour certains depuis le 27 mars.

Les fonds collectés par la vente des maillots et des affiches alimentent directement le compte confédéral. Une somme de 200 euros a déjà été versée aux camarades grévistes de la « première vague » (15 avril).

Nous espérons vivement pouvoir faire de même rapidement pour les autres.

L’Union départementale a déjà vendu 1000 maillots et en a recommandé 1000 autres qui seront à votre disposition.

A la boutique NVO de la Confédération sont en vente : 3000 affiches (5 euros) et 1000 maillots (10 euros).

LA LISTE DES SITES EN GREVE A PARIS

Restaurants : BARRIO LATINO et BARLOTTI, 46/48 rue du faubourg Saint-Antoine – Paris 12ème . Métro : Bastille

Restaurants : BRETEUIL, MELROSE et LA MUETTE, 3 place de Breteuil – Paris 7ème .

Métro : Duroc

Restaurant : GMPC SARL « LA GARE », 19 Chaussée de la Muette – Paris 16ème Métro : La Muette

Restaurant « CONGRES D’AUTEUIL », 144 boulevard Exelmans –Paris 16ème.

Métro Porte d’Auteuil

Nettoyage : DMMS, 17 rue Pelleport –Paris 20ème . Métro : Porte de Bagnolet

BTP : CDT Chantier Mairie du XVIIème – Paris 17ème Métro : Rome

Nettoyage : AURA SARL, 26 rue Salenave – Paris 17ème

Restaurant : BISTRO ROMAIN, 122 avenue des Champs Elysées – Paris 8ème . Métro : George V

Restauration : QUICK, 120 avenue des Champs Elysées – Paris 8ème . Métro : George V

Restaurant : GSS, 34 boulevard Bonne Nouvelle – Paris 10ème . Métro : Bonne Nouvelle

Nettoyage : CASTRO, 10 rue Mademoiselle – Paris 15ème Métro : Commerce

La chaîne de restaurant « Chez Papa » : 206 rue Lafayette – Paris 10ème . Métro : Louis Blanc

Restaurant : PIZZA MARZANO SARL Mountain Pizza Company, 30 boulevard des Italiens – Paris 9ème Métro Opéra

Gardiennage : FABIO LUCCI : grève depuis le 27 mars (Ces salariés régularisés n’occupent plus le site, mais sont toujours en grève pour le paiement de leur salaire).

Entreprises de construction, désamiantage, démolition : TDBM (Blanc Mesnil) – ARCADEM (Les Pavillons sous Bois) – DEMERET (Rueil Malmaison) – BATEG : grève et occupation – 6/8 rue Xiantrailles – Paris 13ème . Métro : Olympiades

Restaurant : MARIUS et JEANNETTE (Groupe Richard), avenue Georges V Métro Alma Marceau.

Nettoyage : entreprise MANET (nettoyage), 131 rue du Chemin Vert – Paris 11ème Métro : Père Lachaise

Commerce et restaurant : BOULANGERIE PAUL ET RESTAURANT LADUREE, rue Lescot, Paris 1er.

Métro : Les Halles.

Intérim : PERFECT INTERIM, boulevard Magenta.

Métro République.

diffusioncgt75@gmail.com