Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 14:05

La Fédération de la Chimie vient d'envoyer un bulletin aux militants (N°65 du 10 février 2006) dont la page 2 a retenu notre attention, puisqu'il traite de la préparation du 48ème Congrès. On peut y lire les interrogations suivantes :

"Ce projet de document soumis au débat peut être amendé par les syndicats en fonction des discussions et des décisions prises. Il aborde 25 décisions dont il semble que certaines méritent débat.
Quelques exemples
« de quelle CGT avons-nous besoin ? »
Décision 1 -
les aspirations individuelles contiennent elles les aspirations collectives ? Se baser sur les aspirations individuelles sans préciser le but amène le risque d’un syndicalisme de services.
Décision 3 - l’unité, doit elle être considérée comme un moyen ou comme un but ?
Décision 4 - La présence de la CGT dans la CES a-t-elle fait avancer notre conception du syndicalisme ? Nécessité de faire le bilan.
Il manque dans le 1er chapitre des revendications précises en terme de salaires, de temps de travail, et pour les faire aboutir s’appuyer sur les profits et le partage des richesses.
Décision 7 - Statut du salarié, sécurité sociale professionnelle : panacée universelle ? Ce qui remet en cause les conventions collectives.
Décision 23 - Un syndicat à partir de 20 adhérents : modifier les statuts de la CGT ou chaque syndicat décide de son organisation interne ?"

On peut noter la prudence des interrogations... Néanmoins, à lire entre les lignes, on peut aussi voir poindre les interrogations et les doutes d'une grande part de la CGT, inquiète des dérives grandissantes de la Confédération. Il faut savoir (sans illusions, mais quand même !) que la Fédération de la Chimie a toujours eu une attitude légèrement oppositionnelle dans la Confédération. Bien qu'étant la deuxième fédération en nombre d'adhérents, elle n'a par exemple aucun élu à la CE issue du 47ème Congrès, ce qui n'est bien sûr pas un hasard.


Quoiqu'il en soit, l'important c'est qu'il va y avoir une Assemblée Générale des syndicats de la Chimie, le 16 mars à Montreuil.
Nous invitons tous les militants à y participer et à s'investir dans le débat du Congrès !

Pour préparer la discussion, nous invitons nos lecteurs à relire la critique de la Sécurité Sociale Professionnelle, le commentaire sur les 25 décisions du rapport d'orientation, ainsi que nos propositions d'intervention, que l'on peut trouver sur ce blog.

Partager cet article

commentaires

A
Je travaille et milite dans la Chimie et je confirme la réponse de Sanof  à Grégory Glorian. Au dernier Congrès, la Chimie a bel et bien été évincée. A l'époque du passage de la loi Aubry sur les 35 heures, alors que la NVO titrait : " les 35 heures, un tremplin pour l'emploi", dans la Chimie, nous disposions d'un document d'analyse qui décortiquait cette  loi Aubry soit disant créatrice d'emploi et reductrice du temps de travail et qui était en fait une loi de flexibilisation du temps de travail et pas créatrice d'emploi pour deux ronds. Ceci pour résumer car les côtés pernicieux de la loi Aubry, nous en avions trouvé à la pelle et le présent est là pour nous donner raison. Côté Confédération, dans la NVO, pas une seule analyse pertinente de cette loi à l'époque. Selon la NVO, nous devions nous en saisir comme tremplin !!! Dans la Chimie, nous l'avons dénoncée et combattue. C'est ce qu'aurait dû faire la CGT toute entière. Ceci est un épisode. Sanof en décrit d'autres. Les militants de la Chimie ne sont pas dupes, ils savent qu'is ont été évincés parce qu'ils ne sont pas dans la ligne. Pourtant au nombre d'adhérents, nous aurions dû être représentés.
Répondre
S
D'abord une info : au 47e congrès, la fédé Chimie avait présenté un candidat, Christian Vosnier, qui n'a pas été retenu par la commission des candidatures puis par le congrès. <br /> Il ne serait effectivement pas juste de reproduire la CCN à la CE mais pour que la CE fonctionne comme un organe dirigeant, il faut aussi qu'elle soit capable de collectiviser et de représenter l'ensemble des syndiqués. Une commission de candidature, dans tout congrès, doit donc s'attacher à voir l'équilibre hommes/femmes, la proportion de jeunes, l'équilibre des professions, la présence de différentes sensibilités de la CGT, la présence de retraités, de chômeurs etc... Des préoccupations forcément absentes de la CCN qui regroupe automatiquement les permanents dirigeants les principales structures de la CGT et donc composée d'hommes (généralement) d'un certain âge. <br /> Avec 20 000 syndiqués, si la proportion avait été respectée, il aurait pu y avoir deux membres de la FNIC dans la CE. Il y en a eu zéro. Or l'actualité aurait dû pousser à ce qu'il y ait au moins un "chimique" dans la CE. AZF était encore chaud sous ses décombres et le secteur de la pharmacie était sous le feu des médias pour deux problèmes : la fermeture d'un gros centre de recherche Aventis à Romainville et la préparation d'une nouvelle attaque sur la Sécu (cela va être le plan Douste-Blazy en 2004) avec tous les débats connexes sur l'industrie de la pharmacie. <br /> La mise à l'écart s'explique par l'attitude de la fédé Chimie qui avait interpellé à plusieurs reprises le bureau confédéral en réclamant des appels à des journées de grève interprofessionnelles. Ce qui était contradictoire avec l'orientation poursuivie depuis plusieurs années et critiquée dans ce blog.<br /> Cette mise à l'écart est à mettre en relation aussi avec la non-réélection du représentant de la CGT Chômeurs à la CE votée au 47e congrès.<br /> Quant au fait que des personnes ne seraient même pas confédérées, nous ne sommes pas au courant. Cela veut dire sans doute que des camarades ne sont pas rattachés à un syndicat de base et donc à une UD. Si c'est le cas, c'est effectivement un problème.<br /> <br /> Sanof <br />
Répondre
G
sur le commentaire du document fédéral vous marquez que la fédération chimie n'a pas de représentant à la CE confédérale issue du 47eme congres..... cela mérite quelques précisions, premierement, y'a-t-il eu candidature ? deuxiemement, la CE confédéral n'est pas une structure de représentativité, mais c'est un organe dirigeant. la structure de représentativité, c'est le CCn et là, la chimie y est représenté ! si caque structure doit etre à la CE, alors il y aurai 2 CCN et ca ne sert à rien. autre chose, certains membres de la direction de la fédé chimie ne sont meme pas confédéré !!! alors avant de commentez, renseignez vous !!
Répondre