Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 18:33
Nous avons trouvé le document suivant sur le site de Combat (qui a fait par ailleurs publicité de notre blog, merci !) (http://perso.wanadoo.fr/echanges/dareau.htm) reproduisant un courrier de la direction confédérale à propos du suivi des cadres de la Confédération CGT. Nous le reproduisons accompagné de son commentaire. En fin d’article, nous ajoutons quelques commentaires de notre cru.

 
La circulaire ci-dessous n’émane pas de quelque DRH d’entreprise ni d’un manuel du MEDEF à usage interne patronal. A en-tête de la CGT et signée de Luc Dareau, chargé de l’activité confédérale, elle s’en inspire cependant jusque dans le vocabulaire. Selon ce document les ressources militantes seront gérées (c’est à dire administrées, organisées, dirigées, sélectionnées) par la direction confédérale, les cadres sont avertis de la précarité de leur engagement (une sorte de CDD ou pire de CPE). Non parce qu’ils seraient désavoués par leur mandants (leur représentativité n’est jamais évoquée) mais parce que limogés par leurs « chefs » pour raisons d’orthodoxie douteuse. Au mouvement de la base au sommet, inscrit dans la tradition syndicale française, est substitué un centralisme autoritaire. Vive la démocratie nouvelle ! La gestion des personnels (le mot est cité cinq fois) relève du « Directoire », elle est individualisée autrement dit elle situe dans un rapport direct de subordination le cadre solitaire face à sa hiérarchie, seule autorité à laquelle il doive rendre des comptes. Et il ne saurait exprimer d’autre opinion que celle de la direction confédérale. L’épisode ne se reproduira plus d’un CCN prônant le Non au référendum sur la Constitution européenne contre l’avis du Secrétaire national. Le responsable syndical ne serait plus l’écho des adhérents mais la courroie de transmission des directives. Le débat sera scellé. Les baillons sont prêts. Un système inquisitorial d’entretiens veillera à la discipline et à la bien-pensance des cadres. Le niveau et la durée de leurs responsabilités ne dépend plus de la base souveraine mais de ce qu’il faut bien appeler le Conseil d’administration de « l’Entreprise CGT ». Pour que la mise au pas s’impose sans réserves, il est prévu des outils. Sans plus de précision.
 
Luc DAREAU Coordination de l'activité confédérale activité cadres syndicaux/coopération
 
Montreuil le 28 janvier 2006
 
Aux Secrétaires généraux des
• Unions départementales
• Fédérations
• Comités Régionaux
Copie aux membres de la CE Confédérale
 
Ref : LD/mnp
 
Cher-e-s camarades,

L'activité cadres syndicaux, dans la poursuite de la mise en place d'une politique de gestion des ressources militantes s'engage dans une nouvelle étape. En effet, l'engagement dans l'activité militante évolue. De plus en plus l'engagement se conçoit comme un moment de sa vie personnelle et non comme un engagement définitif et irréversible.

De fait, nous sommes plus dans la vision d'une carrière professionnelle faite de différentes périodes alliant l'activité professionnelle et d'autres activités, quelles soient syndicales, associatives ou politiques, dans un parcours où les compétences et les savoirs faire sont reconnus et valorisés.
La mise en oeuvre d'une telle décision nous conduit à concevoir la gestion des militants de la CGT dans le cadre d'une gestion individualisée conforme aux objectifs définis par la direction confédérale.
Cela conduit à engager d'une manière systématique et professionnelle la gestion des cadres syndicaux qui sont sous la responsabilité de la Confédération.

Une politique de gestion de carrière professionnelle nécessite d'anticiper toutes les évolutions, cela nécessite la mise en place de dispositifs qui permettent de mieux connaître les militants afin de mieux les conseiller, les accompagner dans leur parcours, mieux répondre à leurs besoins et à ceux de l'organisation.

C'est pourquoi, nous proposons la mise en place d'entretiens individuels réguliers, si possible tous les deux ans, dès la prise de responsabilités et en cours de mandat.
Ces entretiens ont pour but de mieux préparer les évolutions, identifier les besoins pour l'accompagnement avant, pendant et en sortie de mandat.
Une contractualisation pourra être formalisée afin d'assurer une professionnalisation syndicale et professionnelle des premiers responsables d'organisation.

Pour la Confédération, cela permettra d'anticiper, de s'engager dans une gestion prévisionnelle plus rigoureuse des premiers responsables. Cela nécessitera d'établir des procédures, de mettre en place des outils pour être plus efficaces dans l'organisation des évolutions personnelles mais aussi de l'organisation CGT. Ces entretiens individuels débuteront au mois de février avec l'objectif que tous les premiers responsables des unions départementales, des fédérations et des régions aient un entretien dans l'année 2006. Nous avons retenu une trentaine de camarades à rencontrer avant les vacances d'été. Ces entretiens se dérouleront à la Confédération et seront assurés par les camarades qui collaborent au travail de l'activité cadres syndicaux.

Un courrier vous sera adressé vous informant de la possibilité de prendre un rendez vous auprès du secrétariat de l'activité cadres syndicaux qui en tiendra le planning.
En ce début d'année 2006, toute l'équipe de l'activité cadres syndicaux, coopération vous adresse ses meilleurs voeux pour 2006. Recevez, nos fraternelles salutations.


Les camarades ont parfaitement raison dans leur analyse. Ce courrier est assez ahurissant, pour qui connaît les méthodes de « gestion des ressources humaines » dans le privé, qui d’ailleurs tendent à se développer dans le public. Voir la CGT, syndicat militant (enfin, théoriquement…), géré comme une entreprise capitaliste, quelle meilleure preuve de l’évolution vers un syndicalisme d’accompagnement…

Quelques remarques supplémentaires :

Ce courrier s’adresse aux secrétaires des UD et des Fédés.
A quel titre ? A notre connaissance ils ne relèvent pas du domaine confédéral (comme signalé dans le courrier) mais du domaine fédéral et territorial, et donc, comme le fait remarquer le commentaire, des mandatés de la fédération ou de l’UD. On ne voit donc pas bien à quel titre la Confédé pourrait imposer ce type de « gestion sociale » à ces responsables. Au secteur confédéral (presse, formation etc.) cela pourrait se discuter. Plus, impossible.

Cela dit, nous sommes tout sauf naïfs. La remarque comme quoi il s’agit d’éviter la reproduction du CCN de février sur le vote à la Constitution Européenne est juste. Et donc il faut être attentif, un pas de plus dans la normalisation de la CGT, évidemment !
Soyons clairs : par ailleurs, nous ne portons pas particulièrement dans notre cœur ces responsables fédéraux ou départementaux. Ils ont su, eux aussi, faire la chasse aux opposants, faire taire, éliminer les critiques, protéger leurs fauteuils de bureaucrates, de « gestionnaires de la coopération conflictuelle » avec le patronat. Nous avons des tonnes de souvenirs, dans toutes les fédés, dans toutes les UD, des magouilles, de la bureaucratie, des votes bidon, des comptes-rendus truqués, des réunions sans invitation etc. etc. Nous ne sommes pas dupes. Et s’il faut dénoncer cette circulaire pour ce qu’elle est (nous partageons avec les camarades de Combat) ces bureaucrates responsables n’auront pas notre soutien. Que cela soit dit et bien clair !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Les structures
commenter cet article

commentaires

Gilles Batens 15/02/2006 19:44

Le courrier de Luc Dareau est un texte interne à l’attention des cadres de

la CGT.

Les commentaires qui l’accompagnent ne sont pas signés, c’est gênant, sans signature, n'importe qui peut dire n'importe quoi. Ce commentaire est une interprétation évidemment, comme tous les commentaires… Le problème est qu’avant de faire un commentaire même non signé, il vaut mieux au préalable s’informer.
Ce courrier ne concerne absolument pas les orientations que les cadres devraient prendre à tel ou tel moment. C’est pure spéculation que de faire référence à la décision du CCN d’appeler à voter non au Référendum sur la Constitution Européenne.
De quoi s’agit-il en fait ?
Les dirigeants des UD par exemple ne sont plus dirigeants comme autrefois pour de très longues périodes. La démocratie syndicale dans
la CGT
, la rotation des mandats fait qu’un futur cadre, très souvent employé dans le privé, doit évaluer son départ et son retour hypothétique dans l’entreprise où il travaille.
La CGT
n’est pas constituée de dirigeants issus en masse de

la Fonction
Publique.
Les fonctionnaires quittant leur administration pour un mandat syndical ont une évolution de carrière pendant ce mandat et réintègrent leur emploi sans problème. Dans le privé, c’est souvent LA PORTE ! Les cadres de
la CGT
en passe de quitter leur emploi dans le privé ou de vouloir le réintégrer sont dans une situation périlleuse ! Ils sont demandeurs d’aide pour négocier leur départ de l’entreprise et pour la réintégrer quand c’est possible à l’issue d’un mandat. Les secrétaires généraux à vie n’existent plus à
la CGT ! Le courrier de Luc Dareau a comme objectif d'assister les cadres dans cette problématique professionnelle et syndicale.

Je reconnais que le vocabulaire de Luc Dareau est quelque peu managérial. De mon point de vue, c’est une erreur car la forme ouvre à des interprétations totalement fausses, vu de l’extérieur… mais les personnes concernées par ce courrier comprennent parfaitement ce qu’il recouvre.
Cordialement
Gilles Batens, membre de la CE de l'UD 26