Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 17:09
Dimanche 13 janvier 2008
Evelyne Gaillet du CGT-E Dalkia
aux Prud'hommes le 16 janvier à Caen
[audience reportée]

Nous avons déjà eu l'occasion de parler (ici ou ) des camarades du CGT-E Dalkia, issus de la CGT de l'entreprise et contraints au départ du fait de la collusion entre la direction de Dalkia et d'une CGT particulièrement corrompue, soutenue par la Fédération CGT de la Construction.
Depuis trois ans, les camarades, pourtant premier syndicat en région Ile de France et largement présents dans d'autres régions, subissent une offensive sans précédent, de répression (licenciements), judiciaires (procès à répétition), conjointement de la direction et de la CGT. Dernière affaire en date une plainte en détournement de fonds, faux et usage de faux, abus de confiance déposée par la fédé de la construction contre le CGT-E.
Les camarades résistent dans des conditions impensables, malgré une répression féroce, malgré les calomnies, et grâce au soutien des travailleurs.

Nouvelle étape de cet affrontement : Jeudi 16 janvier au tribunal des Prud'hommes de Caen, jugement contre le licenciement d'une militante du CGT-E, après des mois de harcèlement et de menaces de la directions et des syndicalistes corrompus. Un comité de soutien a été monté, une pétition est toujours en cours de signature, à l'adresse en lien ci-dessus ! [Mise à jour le 15 janvier : attention, audience reportée !]
Lors de la réunion du deuxième forum pour un syndicalisme de classe et de masse, le soutien aux camarades du CGT-E a été placé comme une des priorités, et une collecte de soutien organisée sur place, qui a rapporté 350 €. Cette collecte doit se poursuivre, un des objectifs du patronat et des syndicats collabos étant d'étrangler financièrement le CGT-E sous les procédures juridiques. Tous les militants de classe, tous les syndicats de lutte doivent soutenir le CGT-E !
Envoyez vos chèques à l'adresse du CGT-E
c/o A.Bendris - 1 avenue du Général Dodds - 75012 PARIS
Nous invitons tous nos lecteurs de la région, tous les syndicalistes de classe à être présents ce jour là au tribunal pour soutenir notre camarade ! Ci-joint le tract réalisé par le CGT-E à cette occasion.



Cet objet nécessite un plugin pour être lu ou le fichier n'est pas accessible.
Vous pouvez tenter d'ouvrir directement le fichier par ce lien


Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Répression
commenter cet article

commentaires

AGET FSE 14/01/2008 20:12

Communiqué de solidarité à notre camarade du CGT-E Dalkia, Evelyne Gaillet

Depuis sa création en novembre 2005, le Collectif Général des Travailleurs de l’Energie Dalkia subit une répression syndicale féroce de la part de la direction et des syndicats collaborateurs (la Fédération Construction de la CGT en tête).
Le 07 août 2006, Evelyne Gaillet, secrétaire générale de la section syndicale du CGT-E Dalkia Nord, salariée au sein de l’Etablissement Dalkia Nord depuis 24 ans, est convoquée à un entretien préalable. Trois jours plus tard, le 10 août, elle est licenciée sans ménagement en raison de motifs fallacieux.
Le but de la société Dalkia, filiale Energie du groupe Véolia Environnement, est clair : s’attaquer par tous les moyens aux syndicalistes combatifs pour faire taire toute forme de contestation au sein de l’entreprise. Nous dénonçons l’attitude honteuse des autres syndicats (CGT, UNSA etc.) qui collaborent avec la direction de Dalkia pour réprimer les militants du CGT-E Dalkia.
Aujourd’hui, Evelyne Gaillet réclame l’annulation de son licenciement et sa réintégration à son poste de travail. Ce combat est celui de la défense des droits syndicaux fondamentaux face à une politique répressive généralisée contre les syndicalistes combatifs. En effet, encore récemment, un travailleur des Boulangeries Paul, délégué du personnel CGT, subit une procédure de licenciement sous de faux motifs.
Le licenciement d’Evelyne Gaillet est une déclaration de guerre adressée à tous les syndicalistes. Nous ne laisserons pas piétiner Evelyne Gaillet sans réagir, car nous savons que ce précédent entraînerait une répression accrue face à la combativité des travailleurs.

Face à la répression, la solidarité est notre arme !
Tous unis le 16 janvier à 9 h 30 au Tribunal de Prud’hommes de Caen pour exiger l’annulation de son licenciement !