Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 19:22
Lundi 7 janvier 2008
Soutien à Marc Auray, du CHS Le Vinatier à Lyon

Reçu sur la boîte mail du blog, d'autres infos plus anciennes ici sur le site de Rebellyon

Cet objet nécessite un plugin pour être lu ou le fichier n'est pas accessible.
Vous pouvez tenter d'ouvrir directement le fichier par ce lien

Partager cet article

commentaires

C
La répression policière est-elle soutenue par la justice ?<br /> <br /> Publié lundi 11 février 2008 sur le site Rebellyon<br /> <br /> Cette question mérite d’être posée après le rendu de la cour d’appel de Grenoble du 7 février 2008 à 14h, où il y a confirmation de la condamnation de Marc Auray, militant CGT à 15 jours de prison avec sursis et à une majoration de 1.000 euros d’amende portant le total de celles-ci à 4.700 euros.<br /> <br /> Rappel des faits :<br /> Le 29 avril 2005 un rassemblement syndical régional a lieu devant l’hôpital de Vienne, à l’occasion de la visite de M. Douste Blazy, alors ministre de la santé. Les forces de police exigent de Marc Auray qu’il déplace le véhicule sono de la CGT… alors que celui-ci avait été garé en fonction des directives des renseignements Généraux.<br /> <br /> La voiture ne gênant pas la circulation Marc refuse. Il est alors bousculé par les CRS, mis à terre, menotté, puis traîné à l’écart de la manifestation et violenté (certificat médical et témoignages à l’appui).<br /> <br /> Interpellé par les manifestants un responsable de la préfecture fait « libérer » Marc qui participe alors à la délégation reçue par le ministre dont le plus proche collaborateur déplore publiquement le traitement qui lui a été infligé.<br /> <br /> Le rassemblement se termine, le véhicule n’a finalement pas été déplacé ! L’incident semble clos, Marc décide de ne pas porter plainte.<br /> <br /> Huit mois plus tard, il est convoqué à la gendarmerie : de victime il devient coupable, deux CRS ont porté plainte contre lui pour outrage et violence !!!!<br /> <br /> Le tribunal correctionnel de Grenoble a reconnu Marc Auray coupable d’outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique et de rébellion.<br /> <br /> Ce jugement confirme la décision du tribunal de Vienne du 22 septembre 2006 et aggrave les amendes.<br /> <br /> A travers ce jugement c’est la volonté de faire taire, c’est la volonté d’empêcher l’opposition à la politique de démantèlement des hôpitaux, à la politique de casse des droits des salariés à travers la remise en cause des statuts et des conventions collectives.<br /> <br /> Ils veulent faire taire et tenter d’empêcher la mobilisation de toutes celles et ceux qui se battent contre la politique de privatisation des services publics. Ils veulent aussi empêcher les nombreux militants comme Marc Auray de mener le combat contre la démolition des droits collectifs que sont les retraites, la sécurité sociale, les Assedic. Il y a beaucoup d’argent en jeu et rendre ces droits individuels c’est faire un formidable cadeau aux groupes d’assurance, aux banques et aux spéculateurs boursiers, les bons copains de ceux qui nous gouvernent.<br /> <br /> Oui, si les juges avaient invalidé le jugement de Vienne et relaxé Marc Auray cela aurait été une prise de position politique.<br /> <br /> On ne peut que regretter qu’elle n’ait pas eu lieu ; en attendant c’est notre camarade qui, pendant ces cinq ans de sursis, sera menacé par la police y compris sur simple contrôle routier. Quand on sait le rôle que tient l’informatique aujourd’hui, un simple contrôle de papiers peut avoir de graves conséquences.<br /> <br /> Il est encore plus difficile aujourd’hui qu’hier de faire confiance à la police quand on sait les consignes qui leur sont données.<br /> <br /> Nous réaffirmons :<br /> l’action syndicale n’est pas un délit et nous continuerons à nous battre !
Répondre