Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
2 août 2007 4 02 /08 /août /2007 17:20
Jeudi 2 Août 2007
Régime spécial de retraites à la SNCF : la réforme a déjà commencé !

logo-cheminots.gifC’est en catimini que la réforme des retraites à la SNCF a commencé. Sous un prétexte technique, c'est-à-dire la mise aux normes européennes de la caisse de retraite spéciale des cheminots, la CPR (caisse de retraite et de prévoyance). Ainsi donc, la CPR, auparavant partie intégrante de la SNCF, a été externalisée et transformée en établissement autonome.

Le journal Politis (5 avril 2007) résume rapidement la situation :
« Le conseil d’administration de la SNCF doit examiner le 11 avril le décret du gouvernement fixant le nouveau statut de la caisse de retraite et de prévoyance (CPR). Le régime spécial des cheminots devrait donc être externalisé par le gouvernement. Selon SUD-Rail (deuxième organisation syndicale), ainsi que la fédération Unsa des cheminots (troisième organisation), cette opération amorce la remise en cause du régime avant les élections. Le décret fixe en effet le financement des droits spécifiques du régime spécial jusqu’en 2010. Seuls SUD-Rail et Unsa ont appelé à manifester le 11 avril, suscitant la désapprobation des autres syndicats. Pourtant, au sein de la CGT, quelques sections ont protesté contre les déclarations optimistes de la fédération des cheminots. « Nous échappons à l’adossement au régime général », s’était félicité son secrétaire général, Didier Le Reste. »

A lire cette brève, on comprend 1) que derrière l’évolution technique se cache évidemment la remise en cause des régimes spéciaux, annoncée par le couple Sarkozy-Fillon 2) que la CGT ne s’est pas opposée au projet, au prétexte que le statut spécial était temporairement maintenu (la CGT ne s’est pas prononcé contre, et n’a pas participé au vote du Conseil d’Administration du 11 avril).

Cela dit, le débat ne s’est pas arrêté là. Chez les cheminots, cela a été un peu la confusion pour certains, l’opposition franche pour d’autres. On trouvera un bon échantillon de ce débat sur le site des cheminots du Paris Saint-Lazare.
L’affaire n’était pas close pour autant avec la mise en place de la nouvelle CPR à la fin juin, d’autant que l’externalisation de la CPR provoquait un clash parmi les syndiqués de la CGT salariés de la CPR, qui s’opposaient à la position fédérale de la CGT Cheminots. Le clash s’est bien envenimé, puisqu’il a aboutit à la mise sur la touche, puis au départ de la CGT de plusieurs responsables syndicaux.
Ces militants ont rendu public le 9 juillet un courrier de dénonciation de la direction fédérale particulièrement gratiné. On y retrouve la dénonciation  de toutes les méthodes traditionnelles de la bureaucratie syndicale cogestionnaire pour empêcher le débat, mettre au pas les opposants, menaces à la clé et mépris le plus élémentaire de la démocratie syndicale. Car contrairement à ce qu’imaginent quelques naïfs, la direction de la fédération des cheminots, Didier Le Reste en tête est parfaitement dans la ligne du syndicalisme de collaboration de classe (ici avec la direction de la SNCF), même s’il a été un des tenants du vote NON à la Constitution Européenne. D’ailleurs depuis, cette fédération a voté au CCN comme la direction confédérale, qu’il s’agisse de l’adhésion à la CSI ou des repères revendicatifs.

Surprise : le lendemain même de la diffusion de ce courrier, la direction fédérale CGT cheminots dénonçait par courrier la direction de la SNCF, l’accusant de s’être fait « magouiller » sur la défense du statut du personnel de la CPR ! Semble-t-il en constatant avec retard la justesse de certaines critiques des militants CGT de la CPR…
Cette affaire de la CPR est assez technique, et les animateurs de ce blog (qui ne sont pas cheminots) ne sont par parfaitement sûrs d’avoir fidèlement rendu compte de l’affaire, pourtant directement informés par les nombreux documents arrivant à notre boîte mail. Aussi nous excusons-nous à l’avance des erreurs éventuelles et nous insistons pour que les lecteurs interviennent si nécessaire sous forme de commentaires.

Mais ce que nous avons retenu d’essentiel dans cette affaire, c’est que le syndicalisme de cogestion et de collaboration de classe ne peut qu’entraîner les travailleurs à l’échec et à l’impasse. Les militants syndicaux honnêtes et sincères, celles et ceux qui veulent réellement défendre leur classe, doivent séparer nettement les intérêts bourgeois, ceux de l’entreprise et de la nation, de ceux des travailleurs. Ils doivent refuser de rentrer dans le petit jeu de la cogestion, des « petits arrangements entre amis », défendre sans compromis les intérêts des travailleurs.
Cela ne se fait pas sans mal, et l’appui le plus large des syndiqués est nécessaire, car la réaction des réformistes syndicaux peut être extrêmement violente. Nos camarades du CGT-E Dalkia en font les frais tous les jours, et on voit comment le syndicalisme vient de perdre quatre militants apparemment honnêtes et combatifs.

Plus que jamais l’heure est à rompre l’isolement et au regroupement des syndicalistes de classe !
Seuls nous ne pouvons rien faire face à la fois au patronat et aux syndicalistes véreux et cogestionnaires !

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ? - dans Retraites
commenter cet article

commentaires

cheminot rebel 06/08/2007 14:24

En vous remerciant pour avoir réalisé ce compte-rendu sur la transformation en caisse autonome de la caisse de prévoyance SNCF, je voudrais rajouter juste une chose.

Les dirigeants de la CGT (Didier Le Reste en tête) qui disent que la mutation du régime de prévoyance n'est qu'avant vous une mise aux normes techniques de l'IAS-IFRS, ont une vision à géométrie variable de la "neutralité" de la réforme.

Il suffit de savoir que cette nouvelle caisse s'ouvre la possibilité d'employer dans certains cas exceptionnels, du personnel sous statut Sécurité Sociale.

On sait ce que cela peut vouloir dire "exceptionnel" dans la bouche du patronat... c'est à dire une ouverture à exploiter et on s'en rendra compte très rapidement.

Quid de l'avenir de la caisse des cheminots. On aura des agents qui s'occuperont de certaines preetations et qui auront le même statut que les agents travaillant pour le régime général. Voilà le vrai danger. Et qui osera dire qui n'y aura pas de risque de se voir adosser au régime général?

Quand on dit défendre le personnel à statut cheminot, on devrait tout faire afin d'éviter qu'un seul emploi de cheminots soit supprimé. Et pourtant....

Mais tant qu'il y a le dialogue social, le lait multivitaminé de la bureaucratie syndical, distillé dans les locaux du capitalisme, on est rassuré...

ps: à ceux qui ont cédé face à la pression de l'appareil, tenez bon et ne vous laissez pas aller. Nous, militants de la lutte de classes, usissons nos forces.